1 CHRONIQUES

02/01/2014 13:33
 

 

CHRONIQUES 1 et 2

 

450-430 AVANT J.C. ESDRAS ?

 

 

Les premier et second livres des Chroniques

      

Titre

       Intitulés « paroles (c’est-à-dire affaires, événements) des jours » dans la Bible hébraïque, les deux livres des Chroniques ne formaient à l’origine qu’un seul volume. C’est la traduction grecque des Septante (LXX), vers 200 av. J.-C., qui l’a partagé en deux parties qu’elle a nommées « omissions ». Ce nouveau titre, bien imprécis, faisait allusion aux informations absentes de 1 et 2 Samuel et de 1 et 2 Rois. Le titre français « Chroniques » vient de la Vulgate, la traduction latine de Jérôme (environ 400 av. J.-C.), qui avait adopté l’intitulé plus complet de « chroniques de toute l’histoire sainte ».

 

Auteur et date

       Le « chroniqueur », l’auteur des Chroniques, n’est jamais mentionné explicitement, dans aucun des deux livres, même si la tradition juive soutient avec force qu’il s’agit du sacrificateur Esdras (cf. #Esd 7:1-6). La rédaction doit probablement être située vers 450-430 av. J.-C. Les données généalogiques de #1Ch 1:1-9:2 appuient en effet la thèse d’une composition postérieure à 450 av. J.-C. Le N.T. ne cite jamais directement les Chroniques.

 

Contexte et arrière-plan

       La toile de fond de la rédaction des Chroniques, c’était le retour vers la terre promise des Juifs exilés, en trois étapes, sous l’égide de:

1° Zorobabel (#Esd 1:1-6:2, vers 538 av. J.-C.),

2° Esdras (#Esd 7:1-10:2, vers 458 av. J.-C.) et

3° Néhémie (#Né 1:1-13: 2, vers 445 av. J.-C.).

La déportation et l’exil à Babylone, qui avaient précédé ces événements (av. J.-C.), avaient été soit prédits soit relatés dans le deuxième livre des Rois ainsi que par Jérémie, Ézéchiel, Daniel et Habakuk. Les prophètes de la restauration furent Aggée, Zacharie et Malachie.

      Après 70 ans d’exil, le peuple juif était revenu (vers 538 av. J.-C.) dans un pays complètement différent de celui dirigé autrefois par les rois David (av. J.-C.) puis Salomon (av. J.-C.):

1° il n’y avait pas de roi hébreu, mais un gouverneur perse (#Esd 5:3 ; #Esd 6:6);

2° Jérusalem était si peu sûre que Néhémie dut reconstruire sa muraille (#Né 1:1-7:2);

3° il n’y avait plus de temple, si bien que Zorobabel dut édifier une pâle copie du glorieux temple de Salomon (#Esd 3);

4° les Juifs ne dominaient plus la région, mais étaient contraints de se tenir sur la défensive (#Esd 4 ; #Né 4);

5° les bénédictions divines dont ils pouvaient bénéficier étaient rares, mise à part celle que représentait leur retour;

6° ils ne possédaient qu’une petite partie de l’ancienne richesse du royaume;

7° la présence divine ne résidait plus à Jérusalem, car elle s’en était détournée (av. J.-C.; #Ez 8:1-11:2).

       Il n’est pas exagéré d’affirmer que l’avenir des Juifs paraissait sombre, comparé à leur glorieux passé, en particulier à l’époque de David et de Salomon. Ce retour avait un goût aigre-doux: aigre parce que leur pauvreté leur rappelait amèrement tout ce qu’ils avaient perdu en raison du jugement de Dieu contre le péché de leurs ancêtres, doux car ils habitaient de nouveau dans le pays promis à Abraham, dix-sept siècles plus tôt (#Ge 12:1-3). Le choix opéré par l’auteur dans les listes généalogiques et l’histoire d’Israël, d’Adam (#1Ch 1:1) au retour de Babylone (#2Ch 26:23), visait donc à rappeler aux Juifs les promesses et objectifs de Dieu à propos:

1° du pays,

2° de la nation,

3° du roi davidique,

4° du sacerdoce lévitique,

5° du temple et

6° du vrai culte.

L’exil à Babylone n’avait, en effet, abrogé aucune de ces promesses. Les Juifs devaient se souvenir de leur héritage spirituel au sein des difficultés qu’ils rencontraient et se montrer fidèles à Dieu; les livres des Chroniques étaient là pour les y encourager.

 

Thèmes historiques et théologiques

       Le premier et le second livre des Chroniques, selon le nom donné par Jérôme, récapitulent l’histoire de l’A.T. en insistant tout particulièrement sur l’alliance davidique et sur le culte rendu au temple. S’il faut établir un parallèle littéraire, 1 Chroniques s’apparente à 2 Samuel, puisque tous deux décrivent en détail le règne de David. Le premier livre des Chroniques commence avec Adam (#1Ch 1:1) et se termine avec la mort de David (#1Ch 29:26-30) en 971 av. J.-C., le second débute avec Salomon (#2Ch 1:1) et couvre la même période historique que 1 et 2 Rois, mais en s’intéressant exclusivement aux rois de Juda. En effet, l’histoire des dix tribus du nord et de leurs dirigeants est passée sous silence, du fait de leur grande méchanceté et de leur impiété. Le second livre des Chroniques s’ouvre donc avec le règne de Salomon (#1Ch 1:1), dès 971 av. J.-C., et conclut avec le retour de Babylone, en 538 av. J.-C. (#1Ch 36:23). Plus de 55% du matériel figurant dans les Chroniques est unique et ne se retrouve ni dans 2 Samuel ni dans 1 et 2 Rois. Le rédacteur a eu tendance à omettre ce qui était négatif ou s’opposait à la royauté davidique, mais il s’est aussi fait l’auteur de contributions uniques en voulant montrer la légitimité du culte rendu au temple et de la dynastie issue de David. Tandis que #2R 25 s’achevait sur une image sombre, celle des Judéens à Babylone, #2Ch 36:22-23 conclut sur une note d’espoir: la libération des Juifs par le roi de Perse et le retour du peuple à Jérusalem.

       Les Chroniques s’adressaient aux Juifs de retour d’exil, pour leur confirmer que l’Éternel voulait à l’avenir les bénir, malgré l’immoralité et l’échec spirituel qui avaient caractérisé leur nation et qu’ils avaient payé cher en subissant les foudres divines. Les deux livres pourraient être résumés ainsi:

I. Généalogie sélective d’Israël (#1Ch 1:1-9:2)

II. Le royaume d’Israël unifié, sous le règne de Saül (#1Ch 10), David (#1Ch 11:1-29:2) et Salomon (#2Ch 1:1-9:2)

III. Le royaume de Juda après le schisme (#2Ch  36:21)

IV. La libération de Juda après l’exil (#2Ch 36:22-23).

       Les thèmes historiques sont étroitement liés aux thèmes théologiques, dans la mesure où les projets de l’Éternel pour Israël ont pris place, et prendront encore place, sur la scène de l’histoire humaine. Les Chroniques voulaient rassurer les rapatriés juifs: Dieu se montrerait fidèle aux promesses de l’alliance, en dépit de leur passé tumultueux et de leur détresse présente. Il les avait fait revenir dans le pays offert à Abraham en ne permettant pas à la captivité d’effacer leur identité ethnique (juive), ni à leur identité nationale (Israël) de disparaître (#Ge 12:1-3 ; #Ge 15: 5). Cependant, ils demeuraient sous la menace du jugement de Dieu évoquée dans la loi de Moïse (#De 28:15-68). La lignée sacerdotale issue de Phinées, le fils d’Eléazar, et la lignée lévitique étant encore intactes, le culte pouvait se perpétuer dans le temple avec l’espoir d’assister, un jour, au retour de la présence divine (#No 25:10-13 ; #Mal 3:1). La promesse d’un roi davidique était encore valable, même si son accomplissement se situait dans l’avenir (#2S 7:8-17 ; #1Ch 17:7-15). D’un point de vue individuel, l’espoir d’une vie éternelle et d’une restauration perpétuelle des bénédictions divines reposait sur la nouvelle alliance (#Jér 31:31-34).

       À l’instar de l’A.T. tout entier, les Chroniques soulignent deux principes fondamentaux: l’obéissance est porteuse de bénédictions, et la désobéissance de jugement. Tout au long des deux livres, lorsque le roi obéit à l’Éternel et met sa confiance en lui, il est béni et protégé. Par contre, s’il désobéit au Seigneur et/ou met sa confiance en quelque chose ou quelqu’un d’autre que lui, les bénédictions et la protection divines lui sont retirées. Trois sortes de manquements provoquent la colère de Dieu contre les rois de Juda:

1° des péchés individuels,

2° un culte impie / l’idolâtrie, et/ou

3° la confiance en l’homme plutôt qu’en lui.

 

Questions d’interprétation

       Les deux livres des Chroniques sont composés d’une sélection de données généalogiques et historiques, et ils ne présentent aucun problème insoluble. Plusieurs questions surgissent néanmoins:

 

1° Qui a écrit ces livres? La comparaison entre #2Ch 36:22-23 et #Esd 1:1-3 prouve-t-elle qu’il s’agissait d’Esdras?

2° Le recours à de multiples sources affecte-t-il la doctrine de l’inerrance de l’Écriture?

3° Comment expliquer les divergences entre la généalogie proposée en #1Ch 1:1-9:2 et les autres généalogies de l’A.T.?

4° Les malédictions annoncées dans #De 28 étaient-elles encore d’actualité, même après 70 ans de captivité?

5° Comment expliquer les différences numériques qui apparaissent lorsqu’on compare les Chroniques avec les passages parallèles des livres de Samuel et des Rois?

       Toutes ces questions seront traitées dans les notes relatives aux passages concernés.

 

Plan

I. Généalogie sélective (1:1-9:34)

A. D’Adam à David (1:1-2:55)

B. De David à l’exil (3:1-24)

C. Les douze tribus (4:1-9:1)

D. Les habitants de Jérusalem (9:2-34)

II. Ascension de David (9:35-12:40)

A. L’héritage et la mort de Saül (9:35-10:14)

B. L’onction de David (11:1-3)

C. La conquête de Jérusalem (11:4-9)

D. Les hommes de David (11:10-12:40)

III. Règne de David (13:1-29:30)

A. L’arche de l’alliance (13:1-16:43)

B. L’alliance davidique (17:1-27)

C. Quelques épisodes militaires (18:1-21:30)

D. Les préparatifs pour la construction du temple (22:1-29:20)

 

E. La transition avec Salomon (29:21-30)

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/