1 JEAN 2 : 01 À 29 ** +1 JOHN 2 : 01 to 29 + NOTES : JOHN MACARTHUR

09/06/2016 14:18

1 JEAN 2 : 01 À 29 ** +
 

 1 ¶  Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.

 

afin que vous ne péchiez point. Bien qu’un chrétien soit appelé à reconnaître et à confesser régulièrement ses péchés (#1Jn 1:9), il n’est pas impuissant contre le mal. Confesser vos péchés ne signifie pas que vous êtes autorisé à en commettre. Le péché peut et doit être vaincu par la puissance du Saint-Esprit (cf. #Ro 6:12-14 ; #Ro 8:12-13 ; #1Co 15: 34 ; #Tit 2:11-12 ; #1Pi 1:13-16).

 

avocat. En #Jn 16: 7, le même mot grec est traduit « consolateur »; il signifie littéralement « appelé aux côtés de » et peut être traduit « aide ». Le concept moderne d’avocat de la défense est probablement celui qui s’approcherait le plus de la réalité signifiée. Bien que Satan accuse sans cesse les croyants devant le Père à cause de leurs péchés (#Ap 12: 10), grâce au ministère de souverain sacrificateur exercé par Christ nous sommes assurés d’obtenir non seulement de la compassion, mais même l’acquittement (#Hé 4:14-16).

 

2  Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

 

victime expiatoire. Cf. #1Jn 4:10. Le terme grec signifie aussi « action de rendre propice ». Le sacrifice de Jésus sur la croix a satisfait aux exigences de la sainteté de Dieu concernant le châtiment pour les péchés (cf. #Ro 1:18 ; #2Co 5:21 ; #Ep 2:3). Jésus a ainsi apaisé la colère de Dieu, il l’a rendu propice.

 

monde entier. Expression générique qui désigne l’humanité en général et non la totalité des individus. En réalité, selon ma compréhension des choses, Christ a payé le prix du salut uniquement pour ceux qui décident de se repentir et de croire. De nombreux passages bibliques indiquent que Christ est mort pour le monde (#Jn 1:29 ; #Jn 3:16 ; #Jn 6:51 ; #1Ti 2:6 ; #Hé 2:9). Mais la plus grande partie des hommes qui composent ce monde seront condamnés à l’enfer éternel en raison de leur péché; ce n’est donc pas pour eux que Christ a payé. Les passages qui parlent de Christ mort pour le monde entier doivent par conséquent être compris comme faisant allusion à l’humanité en général (p. ex. #Tit 2:11). Le terme de « monde » précise la sphère à laquelle appartiennent les êtres bénéficiaires de l’offre de réconciliation de Dieu et de son sacrifice expiatoire. La colère de Dieu contre l’ensemble des pécheurs est momentanément retenue: il les laisse vivre et jouir de la vie sur terre. Dans ce sens, il est vrai que Christ a procuré un apaisement valable pour le monde entier, même s’il n’est que temporaire, de courte durée. Cependant, la colère de Dieu n’a été réellement apaisée, dans sa totalité et pour l’éternité, que pour les élus, pour ceux qui croient. La mort de Christ possède une valeur infinie et illimitée, car il est lui-même le Dieu saint. Son sacrifice était donc suffisant pour payer le prix de tous les péchés de tous ceux que Dieu pourrait amener à la foi. Toutefois, concrètement, cette propitiation et cette expiation ne concernent que les croyants (cf. #Jn 10:11, #Jn 10:15 ; #Jn 17: 9, #Jn 17: 20 ; #Ac 20: 28 ; #Ro 8:32, #Ro 8:37 ; #Ep 5:25). Le pardon des péchés est offert au monde entier, mais il n’est reçu que par ceux qui croient (cf. #1Jn 4:9, #1Jn 4:14 ; #Jn 5:24). Il n’y a aucun autre moyen d’être réconcilié avec Dieu.

 

3 ¶  Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu.

 

2:3-6

gardons …  connu. La répétition de ces termes insiste sur le fait que les personnes effectivement nées de nouveau font habituellement preuve d’obéissance. Celle-ci a pour fruit l’assurance du salut (cf. #Ep 2:2 ; #1Pi 1:14). Les verbes « connaître » (ou « savoir ») et « garder » font clairement partie du vocabulaire favori de Jean, puisqu’ils reviennent très fréquemment dans cette épître (respectivement 40 et 10 fois environ).

2:3-6 L’obéissance aux commandements de Dieu constitue le troisième indice de l’authenticité de la communion. Jean propose deux types de tests, appliqués à des réalités extérieures, pour confirmer l’authenticité du salut: le test doctrinal et le test moral. L’indice doctrinal de cette authenticité consiste en une perception exacte de Christ et du péché (cf. #1Jn 1:1-4 et #1Jn 1:5-2:2), tandis que l’indice moral a trait à l’obéissance et à l’amour (cf. aussi vv. 7-11). Si l’assurance subjective du salut vient du témoignage intérieur du Saint-Esprit (#1Jn 5:10 ; #Ro 8:14-16 ; #2Co 1:12), la réussite au test de l’obéissance constitue le témoignage objectif que l’on est vraiment sauvé. L’obéissance à Dieu est la preuve extérieure, visible, du salut. L’incapacité des faux docteurs à obéir aux commandements de Dieu fournissait la démonstration objective qu’ils n’étaient pas sauvés (#Lu 6:46). Si l’on a réellement été éclairé par Dieu et qu’on le connaît vraiment, on obéit à sa Parole.

 

4  Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.

5  Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui : par là nous savons que nous sommes en lui.

6  Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même.

 

demeure. L’un des termes favoris de Jean pour parler du salut.

 

comme il a marché. La vie toute d’obéissance de Jésus constitue un exemple pour le chrétien. Ceux qui se disent chrétiens doivent vivre comme leur Maître a vécu (cf. #Jn 6:38), puisqu’ils ont droit à la présence et à la puissance de son Esprit.

 

7 ¶  Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement ; ce commandement ancien, c’est la parole que vous avez entendue.

 

nouveau. Non dans un sens temporel, mais dans le sens d’une certaine fraîcheur qui touche la qualité, le genre ou la forme, quelque chose qui remplace une réalité dépassée.

 

commandement nouveau …  commandement ancien. Jean emploie un jeu de mots significatif. Bien qu’il ne précise pas ici quel est ce commandement, il le dévoilera en #2Jn 5-6: c’est celui de l’amour. Les deux expressions désignent en fait le même commandement d’aimer. Celui-ci était « nouveau » parce que Jésus a personnifié l’amour d’une façon renouvelée; cet amour s’est répandu dans le cœur des croyants (#Ro 5:5), où il est ranimé par le Saint-Esprit (#Ga 5:22 ; #1Th 4:9). Jésus a élevé l’amour à son plus haut niveau comme un modèle pour l’Église, et il a laissé pour instruction à ses disciples de l’imiter (« comme je vous ai aimés »; cf. #1Jn 3:16 ; #Jn 13: 34). Ce commandement était aussi « ancien » dans la mesure où l’A.T. le contenait déjà (#Lé 19: 18 ; #De 6:5) et où les lecteurs de l’épître en avaient entendu parler dès leurs premiers contacts avec l’Évangile.

 

dès le commencement. Renvoie au début de leur vie chrétienne (et non à l’origine du monde), comme l’indiquent le v. 24; 3:11 et #2Jn 6. Ce commandement faisait partie de l’enseignement éthique qu’ils avaient reçu dès le jour où ils avaient accédé au salut; il ne s’agissait en aucun cas d’une nouvelle doctrine inventée par Jean, contrairement au reproche que lui adressaient peut-être les hérétiques.

2:7-11 L’amour envers les frères est le quatrième indice de l’authenticité de la communion. Si le point central du test moral réside dans la notion d’obéissance au commandement d’aimer, c’est parce que l’amour est l’accomplissement de la loi (#Mt 22:34-40 ; #Ro 13:8-10 ; #Ja 2:8) et qu’il constitue le nouveau commandement de Christ (#Jn 13: 34 ; #Jn 15: 12, #Jn 15: 17). Avoir une réelle connaissance de Dieu, c’est aimer. La lumière de Dieu est la lumière de l’amour, de sorte que marcher dans la lumière revient à marcher dans l’amour.

 

8  Toutefois, c’est un commandement nouveau que je vous écris, ce qui est vrai en lui et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà.

9  Celui qui dit qu’il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres.

 

hait. La formulation grecque renvoie à une personne qui a l’habitude de haïr ou dont la vie est marquée par une attitude de haine.

 

encore dans les ténèbres. Ceux qui se déclarent chrétiens tout en étant remplis de haine prouvent par-là qu’ils ne sont jamais nés de nouveau. Les faux docteurs prétendaient avoir reçu une lumière particulière, une connaissance transcendante de Dieu et le salut, mais leurs actes  notamment leur manque d’amour - démentaient leurs affirmations (voir aussi le v. 11).

 

10  Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n’est en lui.

11  Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

12 ¶  Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom.

 

Je vous écris …  Je vous ai écrit. La répétition du message de Jean vise à souligner la certitude de leur appartenance à la famille de Dieu. L’utilisation du présent correspond à la perspective de l’auteur, tandis que l’emploi du passé exprime par anticipation la perspective de ses lecteurs lorsqu’ils auront reçu la lettre.

2:12-14 Aux yeux de Dieu, il n’existe que deux familles: ses propres enfants et les enfants de Satan (cf. #Jn 8:39-44). Dans ces vv., Jean rappelait à ses lecteurs qu’en tant que chrétiens ils avaient été pardonnés et pouvaient connaître Dieu comme leur Père céleste. Dès lors, ils faisaient partie de la famille de Dieu. Ils ne devaient pas aimer la famille de Satan ni faire acte de loyauté envers le monde placé sous sa domination (cf. v. #1Jn 2:15). L’expression « petits enfants » au v. 12 désigne les descendants en général, quel que soit leur âge; le grec utilise un mot différent au v. 13 pour désigner de jeunes enfants.

 

13  Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père.

 

2:13-14

 

pères …  jeunes gens …  petits enfants. Ces désignations très claires signalent 3 étapes dans la croissance spirituelle au sein de la famille de Dieu. Les « pères », c’est-à-dire ceux qui sont les plus mûrs spirituellement, ont une connaissance profonde du Dieu éternel. Le sommet de la maturité spirituelle consiste à connaître Dieu dans sa plénitude (cf. #Ph 3:10). Les « jeunes gens » représentent les chrétiens qui ont appris la saine doctrine sans être toutefois encore parvenus, par la Parole et les expériences de la vie, à une pleine maturité dans la connaissance de Dieu. Ils peuvent s’opposer avec force au péché et à l’erreur parce que la Parole de Dieu est en eux, et ils parviennent ainsi à déjouer les ruses du diable, qui fait des ravages parmi les « enfants » (cf. #Ep 4:14). Connaissant la vérité, ils ont vaincu Satan, qui agit par la tromperie et le mensonge. Les « petits enfants » sont ceux qui ne possèdent qu’une connaissance élémentaire de Dieu et qui ont besoin de grandir davantage. Tous font partie de la famille de Dieu et reflètent, à des degrés différents, le caractère de Christ.

 

14  Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.

15  N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui ;

 

N’aimez point le monde. Bien qu’il insiste sur l’importance de l’amour et ne manque pas de répéter que Dieu est amour (#1Jn 4:7-8), Jean révèle que Dieu hait un certain type d’amour: l’amour pour le monde (#Jn 15:18-20). Dans ce passage, il énonce une forme particulière du quatrième test (le test de l’amour): le chrétien véritablement né de nouveau se reconnaît autant à son amour pour Dieu et pour les autres croyants qu’à l’absence, en lui, d’amour pour le monde. Le mot « amour » désigne ici l’affection et l’attachement. C’est Dieu, et non le monde, qui doit avoir la première place dans la vie du chrétien (#Mt 10:37-39 ; #Ph 3:20).

 

le monde. Pas le monde physique, matériel, mais le système spirituel mauvais et invisible dominé par Satan avec tout ce qu’il offre pour s’opposer à Dieu, à sa Parole et à son peuple (cf. #1Jn 5:19 ; #Jn 12:31 ; #1Co 1:21 ; #2Co 4:4 ; #Ja 4:4 ; #2P 1:4).

 

l’amour du Père n’est point en lui. Il y a, dans le monde, des croyants authentiques caractérisés par l’amour et l’obéissance envers Dieu, et des non-croyants en rébellion contre Dieu, attachés et soumis au système dont Satan est le prince (#Ep 2:1-3 ; #Col 1:13 ; #Ja 4:4). Il n’existe pas de position intermédiaire pour celui qui affirme être né de nouveau. Les faux docteurs ne manifestaient pas du tout l’amour caractéristique du chrétien né de nouveau. Voués à la sagesse et à la philosophie du monde, ils révélaient ainsi leur amour pour ce monde et leur état de perdition (cf. #Mt 6:24 ; #Lu 16: 13 ; #1Ti 6:20 ; #2P 2:12-22).

 

16  car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde.

 

tout ce qui est dans le monde. Cf. #Ja 4:4. Si attrayantes que puissent paraître les philosophies et idéologies du monde ainsi que bien des choses qu’il offre, cette apparence est trompeuse: leur véritable nature est mauvaise, néfaste, destructrice et satanique. Ce sont des idées porteuses de mort, qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu et maintiennent prisonnière l’âme des hommes (#2Co 10:3-5).

 

la convoitise. Terme employé ici avec une connotation négative pour désigner un désir intense portant vers le mal.

 

la chair. Mot qui renvoie à la nature pécheresse de l’homme, à son ego rebelle, dominé par le péché et opposé à Dieu (#Ro 7:15-25 ; #Ro 8:2-8 ; #Ga 5:19-21). Satan utilise le système mauvais du monde pour exciter la chair.

 

des yeux. Satan utilise les yeux comme un outil stratégique pour stimuler les mauvais désirs (#Jos 7:20-21 ; #2S 11:2 ; #Mt 5:27-29). La tentation d’Ève par Satan s’est largement appuyée sur l’attrait de ce qui est d’apparence désirable, mais le résultat a été la mort spirituelle (#Ge 3:6 « agréable à la vue »).

 

l’orgueil de la vie. Notion d’une arrogance basée sur la situation personnelle. Celle-ci provoque un comportement hautain ou excessif, marqué par l’étalage de vos biens dans le but d’impressionner les autres (#Ja 4:16).

 

point du Père. Le monde est l’ennemi du chrétien parce qu’il est en rébellion contre Dieu et s’oppose à lui, tout en étant sous le contrôle de Satan (#1Jn 5:19 ; #2Co 4:4 ; #2Co 10:3-5 ; #Ep 2:2). Si les trois portes d’accès du péché présentées dans ce v. sont effectivement ouvertes, la situation peut devenir tragique. Le chrétien doit rejeter le monde non seulement à cause de ce qu’il est, mais aussi à cause de ce qu’il fait.

 

17  Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

 

le monde passe. Le chrétien a une raison supplémentaire de ne pas aimer le système satanique du monde: sa nature temporaire. Le monde est engagé dans un processus de désintégration qui le conduira inéluctablement à la destruction finale (#Ro 8:18-22).

 

celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. Contrairement au monde, la volonté de Dieu a un caractère constant et permanent. Ceux qui l’accomplissent font partie de son peuple, et ils vivront éternellement. Dieu offre la vie éternelle à ses enfants; le monde, lui, est condamné à la disparition (cf. #1Co 7:31 ; #2Co 4:18).

 

18 ¶  Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c’est la dernière heure.

 

antéchrist. Le mot « antéchrist » (ou « antichrist ») est utilisé ici pour la première fois. Il n’apparaît que dans les épîtres de Jean (#1Jn 4:3 ; #2Jn 7). Dans ce passage, il équivaut à un nom propre et désigne le dirigeant mondial qui, placé sous l’influence directe de Satan, cherchera à remplacer le vrai Christ et à s’opposer à lui (#Da 8:9-11 ; #Da 11:31-38 ; #Da 12:11 ; #Mt 24: 15 ; #2Th 2:1-12) .

 

il y a maintenant plusieurs antéchrists. Alors que la première occurrence du mot « antéchrist » désignait une personne particulière annoncée prophétiquement dans l’Écriture, celle-ci est au pluriel et est appliquée à plusieurs individus. Si Jean utilise cette appellation pour identifier et caractériser les faux docteurs qui semaient le trouble dans ses assemblées, c’est parce que leurs fausses doctrines pervertissaient la vérité et s’opposaient à Christ (#Mt 24: 24 ; #Mr 13: 22 ; #Ac 20:28-30). Par conséquent, ce terme évoque le principe du mal lorsqu’il s’incarne dans des hommes hostiles à Dieu et en lutte contre lui (cf. #2Co 10:4-5). Le but de Jean, dans sa lettre, est de démasquer les faux docteurs, les loups déguisés en brebis, qui profèrent des mensonges diaboliques (cf. #Ep 5:11).

 

la dernière heure. Cette expression s’applique aux « derniers temps » ou « derniers jours », c’est-à-dire à la période qui sépare le première venue de Christ de son retour (#1Ti 4:1 ; #Ja 5:3 ; #1Pi 4:7 ; #2P 3:3 ; #Jude 18).

 

19  Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.

 

sortis du milieu de nous …  pas des nôtres. La première caractéristique des antéchrists, c’est-à-dire des faux docteurs et des menteurs (vv. #1Jn 2:22-26), est leur séparation d’avec les croyants fidèles (voir vv. 22-23 pour la deuxième caractéristique, et v. 26 pour la troisième). Ils surgissent à l’intérieur de l’Église, puis quittent la communion des croyants en entraînant plusieurs à leur suite. Ce v. souligne aussi la doctrine de la persévérance des saints. Ceux qui sont véritablement nés de nouveau persévèrent dans la foi, la communion et la vérité (#1Co 11:19 ; #2Ti 2:12). L’indice suprême de l’authenticité de la foi est donc la persévérance (#Mr 13:13 ; #Hé 3:14). Ce qui permet en revanche de démasquer les prétendus croyants est leur éloignement de la vérité et de l’Église.

 

20 ¶  Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance.

 

Les vrais chrétiens possèdent en quelque sorte un détecteur de mensonge intégré et ils persévèrent dans la vérité. Ceux qui persistent dans l’hérésie et l’apostasie prouvent par-là qu’ils n’ont jamais vraiment passé par la nouvelle naissance (cf. v. #1Jn 2:19).

2:20-21 Deux caractéristiques principales distinguent les chrétiens authentiques des antéchrists:

1° le Saint-Esprit (« l’onction », v. 27) les garde de l’erreur (cf. #Ac 10:38 ; #2Co 1:21); Christ, le Saint de Dieu (#Lu 4:34 ; #Ac 3:14), communique le Saint-Esprit aux croyants pour les éclairer et les garder de ce qui pourrait les tromper;

2° le Saint-Esprit guide les croyants dans la connaissance de « toutes choses » (#Jn 14: 26 ; #Jn 16: 13).

 

21  Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu’aucun mensonge ne vient de la vérité.

22  Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

 

2:22-23

nie le Père et le Fils. Une deuxième caractéristique des antéchrists est leur négation de la foi (c’est-à-dire de la saine doctrine). Celui qui nie la véritable nature de Christ telle qu’elle est présentée dans l’Écriture est un antéchrist (cf. #1Jn 4:3 ; #2Th 2:11). Renier Christ revient en réalité à renier Dieu lui-même, puisqu’il a rendu témoignage de son Fils (#1Jn 5:9 ; #Jn 5:32-38 ; #Jn 8:18).

 

23  Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.

24  Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.

 

2:24-25

ce que vous avez entendu dès le commencement. C’est-à-dire l’Évangile qui ne peut changer. Préservons sa pureté et ne suivons pas les faux docteurs (cf. #2Ti 3:1, #2Ti 3:7, #2Ti 3:13 ; #2Ti 4:3). La vérité chrétienne est établie et inaltérable (#Jude 3). En restant fidèles à la vérité, nous préservons notre communion intime avec Dieu et avec Christ et persévérons jusqu’à ce que nous obtenions la plénitude de la vie éternelle (cf. #1Jn 5:11-12).

 

25  Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle.

26  Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent.

 

Une troisième caractéristique des antéchrists est le fait qu’ils tentent de tromper les fidèles (cf. #1Ti 4:1).

 

27  Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés.

 

l’onction.  Jean ne sous-estime pas l’importance du don d’enseignement dans l’Église (#1Co 12:28 ; #Ep 4:11), mais il souligne que, pour connaître la vérité, les enseignants et les croyants ne dépendent ni de la sagesse humaine ni des opinions des hommes. Le Saint-Esprit de Dieu garde et guide le vrai croyant dans la vérité (voir vv. 20-21). Si Dieu est vrai (cf. #2Ch 15: 3 ; #Jér 10:10 ; #Jn 17: 3 ; #1Th 1:9), et si Christ est la vérité (cf. #Jn 14: 6), alors le Saint-Esprit l’est aussi (cf. #1Jn 5:6 ; #Jn 15: 26 ; #Jn 16: 13).

 

demeurez en lui. Face à ceux qui déforment la vérité, le croyant doit continuer à « marcher dans la vérité », c’est-à-dire persévérer dans la fidélité et la saine doctrine (cf. vv. #1Jn 2:20-21 ; #2Jn 4 ; #3Jn 4).

 

28 ¶  Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui.

 

demeurez en lui. Jean insiste à nouveau sur l’idée de demeurer (v. #1Jn 2:27) afin de l’introduire en tant que première caractéristique de l’espérance du chrétien en #1Jn 2:28-3:3. Il fait appel à ce verbe chaque fois qu’il traite de la persévérance dans la foi qui sauve, persévérance qui est la marque du véritable croyant (#Jn 15:1-6). L’espérance du retour de Christ permet à tous les vrais chrétiens de continuer à demeurer en Dieu dans l’attente de l’avenir glorieux qui leur est réservé. Paul parle de ces fidèles comme de « ceux qui auront aimé son avènement » (#2Ti 4:8). Il déclare que le ciel leur réserve la couronne de la justice éternelle. Demeurer en Christ signifie rester constamment attaché à lui, et c’est une garantie pour l’espérance du croyant. Ceux qui demeurent réellement en Christ persévèrent dans la foi et dans la communion des saints (v. #1Jn 2:19). Si, au v. 27, certains manuscrits portent un indicatif futur « vous demeurerez » à la place de l’impératif « demeurez », ici il s’agit dans tous les cas d’un impératif. Cet ordre donné indique que, pour tous les croyants véritables, il ne s’agit pas d’adopter une attitude passive, mais au contraire de rechercher activement un tel état (#Ph 2:12). Le salut est éternel grâce à l’action de Dieu  c’est lui qui nous garde (cf. #Jn 6:37-44) - mais nous avons aussi un rôle à jouer: persévérer dans la foi et l’obéissance (cf. #Jn 8:31-32). Dans le salut interviennent à la fois la souveraineté du Dieu qui sauve et la foi personnelle de celui qu’il sauve. La situation est analogue dans le cas de la sanctification: c’est Dieu qui nous rend conformes à son Fils, mais sans faire abstraction de notre obéissance. Le N.T. abonde en passages qui parlent à la fois de l’œuvre de Dieu et de celle du croyant. Paul a admirablement énoncé ce principe en #Col 1:29.

 

lorsqu’il paraîtra. Renvoie tout particulièrement à l’enlèvement de l’Église et à sa réunion avec Christ (cf. #Jn 14:1-6 ; #1Co 15:51-54 ; #1Th 4:13-18), ainsi qu’à la session de Christ en tant que juge qui s’ensuivra (cf. #1Co 4:5 ; #2Co 5:9-10).

 

assurance …  n’ayons pas la honte d’être éloignés de lui. Le mot « assurance » signifie « franc-parler » ou « liberté de parole ». Ceux qui possèdent le salut seront pleins de confiance lors du retour de Christ parce qu’ils seront trouvés sans reproche, dans une sainteté qui repose sur leur relation avec Christ (#Ep 5:27 ; #Col 1:22 ; #1Th 3:13 ; #1Th 5:23). Beaucoup en revanche seront couverts de honte en présence du Seigneur: tous ceux qui, comme dans la parabole des terrains en #Mt 13, ont eu l’apparence extérieure du chrétien (voir #1Jn 13:20-22 ; cf. #Jn 8:31) mais n’ont pas cru en Christ et n’ont pas persévéré dans l’attachement à lui.

2:28-3:3 Cette section traite de l’espérance purificatrice du chrétien, à savoir le retour de Christ. L’apôtre en parle pour reprendre et approfondir le thème du test moral (amour et obéissance) qui permet d’identifier un vrai chrétien. L’espérance du retour de Christ exerce un effet sanctificateur sur le comportement moral. Dans l’attente du retour de Christ et de sa récompense (cf. #1Co 3:10-17 ; #1Co 4:1-5 ; #2Co 5:9-10 ; #Ap 22: 12), un chrétien authentique doit manifester une vie de sainteté. Ceux qui ne témoignent pas d’une telle vie prouvent qu’ils ne sont pas sauvés. Dans ces 5 vv., Jean énonce 5 caractéristiques de l’espérance du croyant.

 

29  Si vous savez qu’il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.

 

quiconque pratique la justice est né de lui. C’est la deuxième caractéristique de l’espérance du croyant en #1Jn 2:28-3:3: l’espérance du retour de Christ ne fortifie pas seulement sa foi (v. #1Jn 2:28), elle fait aussi de la justice son mode de vie. Le verbe traduit par « né » est le même qu’en #Jn 3:7, où Jésus enseigna à Nicodème qu’il devait naître de nouveau. Ceux qui sont devenus des enfants de Dieu par la nouvelle naissance possèdent la nature juste de leur Père céleste (#1Pi 1:3, #1Pi 1:13-16). C’est donc tout naturellement qu’ils manifesteront les caractéristiques de la justice de Dieu dans leur vie. Jean part de la conséquence (un comportement juste) et remonte à la cause (une nouvelle naissance effective) pour montrer qu’une manière de vivre caractérisée par la justice prouve que l’on est né de nouveau (#Ja 2:20, #Ja 2:26 ; #2P 3:11).

 

 

1 JOHN 2 : 01 to 29 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ My little children, I write these things so that you may not sin. And if anyone sins, we have an advocate with the Father, Jesus Christ the righteous.

 

that ye sin not. Although a Christian is called to recognize and regularly confess their sins (1 John # 1: 9), it is not powerless against evil. Confess your sins does not mean that you are allowed to commit. Sin can and must be overcome by the power of the Holy Spirit (cf. #Ro 6: 12-14; #Ro 8: 12-13; # 1 Cor 15: 34; #Tit 2: 11-12; 1 Peter 1 # : 13-16).

 

lawyer. In #Jn 16: 7, the same Greek word is translated "Comforter"; it literally means "called alongside" and can be translated "help". The modern concept of defense counsel is probably the one that would approach most of the reality signified. Although Satan accuses believers continually before the Father because of their sins (#Ap 12: 10), with the priest to ministry exercised by Christ we are assured of not only compassion, but even the acquittal (# Heb 4: 14-16).

 

2 And he is the propitiation for our sins, not for ours only but also for the whole world.

 

propitiation. Cf. 1 Jn 4:10 #. The Greek word also means "action propitiate". Jesus' sacrifice on the cross has satisfied the requirements of God's holiness for the punishment for sins (cf. #Ro 1:18; # 2Co 5:21; #EP 2: 3). Jesus has appeased the wrath of God, he has made conducive.

 

whole world. generic term that refers to humanity in general and not all individuals. In fact, according to my understanding, Christ paid the price of salvation only for those who decide to repent and believe. Many biblical passages indicate that Christ died for the world (#Jn 1:29; #Jn 3:16 #Jn 6:51; # 1Ti 2: ​​6; # Heb 2: 9). But most of the men who compose this world will be condemned to eternal hell because of their sins; it is not for them that Christ paid. The passages that talk about Christ died for the whole world must therefore be understood as referring to humanity in general (p. Ex. #Tit 2:11). The term "world" precisely the sphere to which those receiving beings of God's offer of reconciliation and His atoning sacrifice. God's wrath against all sinners is temporarily retained: he lets them live and enjoy life on earth. In this sense, it is true that Christ has provided a valuable appeasement for the whole world, even if only temporary, of short duration. However, the wrath of God was really calmed, in its entirety and for eternity, as elected officials, to those who believe. Christ's death has infinite and unlimited value, for it is itself the Holy God. His sacrifice was sufficient to pay for all the sins of those whom God could lead to faith. However, in practice, this atonement and atonement are for believers (cf. 10:11 #Jn, #Jn 10:15; #Jn 17: 9, #Jn 17: 20; #AC 20: 28; 8 #Ro : 32 #Ro 8:37; #EP 5:25). The forgiveness of sins is offered to the world, but it is received by those who believe (cf. 1 Jn # 4: 9, # 1 John 4:14; 5:24 #Jn). There is no other way to be reconciled to God.

 

3 ¶ If we keep his commandments, for this we know that we have known.

 

2: 3-6

roach ... known. The repetition of these terms emphasizes that people actually born again usually show obedience. This fruit has the assurance of salvation (cf. #EP 2: 2; 1 Peter 1:14 #). The verb "to know" (or "knowledge") and "keep" are clearly part of the vocabulary favorite of John, since returning very frequently in this epistle (respectively 40 and 10 times approximately).

2: 3-6 Obedience to God's commandments is the third index of the authenticity of the communion. Jean offers two types of tests applied to external realities, to confirm the authenticity of salvation: the doctrinal test and the moral test. The doctrinal index that authenticity is a correct perception of Christ and sin (cf. 1 Jn # 1: # 1-4 and 1 John 1: 5-2: 2), while the moral index relates to the obedience and love (see also vv. 7-11). If the subjective assurance of salvation comes from the internal testimony of the Holy Spirit (# 1 Jn 5:10; #Ro 8: 14-16; 2 Cor 1:12 #) success in test of obedience is the objective testimony we are truly saved. Obedience to God is the outward evidence, visible, salvation. The inability of false teachers to obey the commandments of God provided the objective demonstration that they were not saved (#Lu 6:46). If it was really enlightened by God and that really knows, we obey His Word.

 

4 He that saith, I know him, and keepeth not his commandments, is a liar, and the truth is not in him.

5 But whoever keeps his word, God's love is truly made complete in him: hereby know we that we are in him.

6 He that saith he abideth in him ought to walk as he walked himself.

 

remains. One of the favorite words of John to talk about salvation.

 

as he walked. The life of Jesus any obedience is an example for the Christian. Those who call themselves Christians must live as their Master lived (cf. #Jn 6:38), as they are entitled to the presence and the power of his Spirit.

 

7 ¶ Beloved, this is not a new commandment I write unto you, but an old commandment which you had from the beginning; The old commandment is the word which you heard.

 

new. Not in a temporal sense, but in the sense of a certain freshness that affects quality, genre or form, something which replaces an outdated reality.

 

new commandment ... old commandment. John uses a significant word game. Although he did not specify here what is this command, he will unveil in 2Jn # 5-6 is that of love. Both terms refer to it the same command to love. This was "new" because Jesus personified love in a new way; this love has spread around the heart of believers (#Ro 5: 5), where he was revived by the Holy Spirit (5:22 #Ga; # 1 Thessalonians 4: 9). Jesus raised the love at its highest level as a model for the Church, and he left instructions for his followers to imitate him ( "as I have loved you"; cf. 1 Jn 3:16 #; # Jn 13: 34). This command was also "old" to the extent that the A.T. already contained (# Lev 19: 18; # of 6: 5), where readers of the epistle had heard from their first contact with the Gospel.

 

from the beginning. Returns to the beginning of their Christian life (not at the origin of the world), as indicated by the v. 24; 3:11 ET # 2Jn 6. This command was part of the ethical teaching they had received since the day they came to salvation; it was by no means a new doctrine invented by John, unlike the criticism addressed to him perhaps heretics.

2: 7-11 Love for the brethren is the fourth sign of the authenticity of the communion. If the focus of the moral test lies in the notion of obedience to the commandment to love is because love is the fulfilling of the law (#Mt 22: 34-40; #Ro 13: 8 10; #Ja 2: 8) and that is the new commandment of Christ (#Jn 13: 34; #Jn 15: 12 #Jn 15: 17). Have a real knowledge of God is to love. The light of God is the light of love, so walk in the light returns to walk in love.

 

8 Again, a new commandment I write unto you, which is true in him and in you: because the darkness is passing and the true light now shineth.

9 He that saith he is in the light, and hateth his brother, is in darkness.

 

hates. The Greek wording refers to a person who used to hate or whose life is marked by an attitude of hatred.

 

still in darkness. Those who declare themselves Christians while being filled with hatred prove by then they were never born again. The false teachers claimed to have received a special light, a transcendental knowledge of God and salvation, but their actions in particular their lack of love - belied their claims (see also v. 11).

 

10 He that loveth his brother abideth in the light, and none occasion of stumbling in him.

11 But he that hateth his brother is in darkness, and walketh in darkness, and knows not where he goes, because the darkness has blinded his eyes.

12 ¶ I write to you, little children, because your sins are forgiven because of his name.

 

I write ... I write. Repeating the message of John is to emphasize the certainty of belonging to God's family. Use of this is the perspective of the author, while employment in the past expressed early view of his readers when they received the letter.

2: 12-14 In God's eyes, there are only two families: his own children and the children of Satan (cf. #Jn 8: 39-44). In these vv., John reminded his readers that as Christians they had been forgiven and could know God as their Heavenly Father. Therefore, they were part of God's family. They were not like the family of Satan or to act with loyalty to the world under his dominion (cf. v. # 1 Jn 2:15). The phrase "little children" in v. 12 refers to the descendants in general, whatever their age; Greek uses a different word in verse. 13 to describe young children.

 

13 I write to you, fathers, because you have known him that is from the beginning. I write to you, young men, because you have overcome the evil. I wrote to you, little children, because you know the Father.

 

2: 13-14

fathers ... young people ... small children. These designations indicate clear 3 stages in spiritual growth in God's family. The "fathers", that is to say those who are more mature spiritually, have a deep knowledge of the eternal God. The summit of spiritual maturity is to know God in its fullness (cf. #Ph 3:10). The "young men" are Christians who taught sound doctrine without, however, still managed by the Word and experiences of life, to full maturity in the knowledge of God. They may object strongly to sin and error because the Word of God is in them, and thus they manage to outwit the devil, which wreaks havoc among the "children" (cf. 4 #EP : 14). Knowing the truth, they defeated Satan, who acts through deception and lies. The "little children" are those with only a basic knowledge of God and need to grow more. All are part of the family of God and reflect, to differing degrees, the character of Christ.

 

14 I write to you, fathers, because you have known him that is from the beginning. I wrote to you, young men, because you are strong, and the word of God abideth in you, and you have overcome the evil.

15 Love not the world, neither the things that are in the world. If anyone loves the world, love of the Father is not in him;

 

Do not love the world. Although it emphasizes the importance of love and does not fail to repeat that God is love (1 Jn # 4: 7-8), John reveals that God hates some type of love: love for world (#Jn 15: 18-20). In this passage, it sets a particular form of the fourth test (test of love): the truly born again Christian recognizes as his love for God and other believers to the absence in him love for the world. The word "love" means here the affection and attachment. It is God, not the world, to be the first place in the Christian life (#Mt 10: 37-39; #Ph 3:20).

 

the world. Not the physical, material world, but the bad and invisible spiritual system dominated by Satan with all it offers to oppose God, His Word and His people (cf. 1 Jn 5:19 #; #Jn 12 : 31; # 1 Corinthians 1:21; 2 Cor # 4: 4; #Ja 4: 4; # 2P 1: 4).

 

the love of the Father is not in him. There, in the world, the true believers characterized by love and obedience to God, nonbelievers in rebellion against God, bound and subject to the system of which Satan is the prince (#EP 2: 1- 3; #Col 1:13; #Ja 4: 4). There is no intermediate position for one who claims to be born again. The false teachers did not show all the love characteristic of the born again Christian. Devoted to the wisdom and philosophy of the world, and they showed their love for this world and their lost condition (cf. #Mt 6:24; #Lu 16: 13; 1 Tim 6:20 #; # 2P 2:12 -22).

 

16 For all that is in the world, the lust of the flesh, the lust of the eyes, and the pride of life, is not of the Father but is of the world.

 

all that is in the world. #Ja Cf. 4: 4. If that may seem attractive philosophies and ideologies of the world and many things it offers, this appearance is deceptive: their true nature is bad, harmful, destructive and satanic. These are promising ideas of death, that rise against the knowledge of God and hold captive the souls of men (# 2Co 10: 3-5).

 

covetousness. Term used here with a negative connotation to denote an intense desire relating to evil.

 

flesh. Word that refers to the sinful nature of man, with his rebellious ego, dominated by sin and against God (#Ro 7: 15-25; #Ro 8: 2-8; #Ga 5: 19-21) . Satan uses the wrong system in the world to excite the flesh.

 

eyes. Satan uses the eyes as a strategic tool to stimulate wrong desires (#Jos 7: 20-21; 2S # 11: 2; #Mt 5: 27-29). Eve's temptation by Satan relied heavily on the allure of what is desirable appearance, but the result was spiritual death (#Ge 3: 6 "pleasant to the eyes").

 

the pride of life. Notion of arrogance based on personal circumstances. This causes a haughty or excessive behavior, marked by the display of your assets in order to impress others (#Ja 4:16).

 

of the Father. The world is the enemy of the Christian because he is in rebellion against God and opposes it, while under the control of Satan (1 John 5:19 #; # 2 Cor 4: 4; # 2Co 10: 3 -5; #EP 2: 2). If the three access doors of sin presented in this v. are actually open, the situation can become tragic. Christians must reject the world not only because of what it is, but also because of what it does.

 

17 And the world passeth away, and the lust thereof: but he who does the will of God abides forever.

 

the world passes. The Christian has another reason to dislike the satanic world system: its temporary nature. The world is engaged in a process of disintegration that inevitably lead to the final destruction (#Ro 8: 18-22).

 

he who does the will of God abides forever. Unlike the world, God is constant and permanent. Those who perform part of his people, and they will live forever. God offers eternal life to his children; the world, he is condemned to disappear (cf. 1 Cor 7:31 #; # 2Co 4:18).

 

18 ¶ Little children, it is the last hour; and as you have heard that antichrist is coming, there are now many antichrists; whereby we know that it is the last hour.

 

Antichrist. The word "antichrist" (or "antichrist") is used here for the first time. It appears only in John's epistles (# 1 John 4: 3; 2Jn # 7). In this passage, it is equivalent to a proper name and means the world leader who, under the direct influence of Satan, will seek to replace the true Christ and to oppose him (#Da 8: 9-11; #Da 11: 31-38; 12:11 #Da; #Mt 24: 15; # 2 Thess 2: 1-12).

 

there are now many antichrists. While the first occurrence of the word "Antichrist" meant a particular person prophetically announced in Scripture, this one is plural and is applied to several individuals. If John uses this name to identify and characterize the false teachers who were sowing confusion in its meetings, it is because their false doctrines perverting the truth and opposed Christ (#Mt 24: 24; #Mr 13: 22; #AC 20: 28-30). Therefore, this term refers to the principle of evil when it is embodied in men hostile to God and fight against him (see # 2 Cor 10: 4-5). The aim of John, in his letter, is to unmask the false teachers, the wolves in sheep, who utter evil lies (cf. #EP 5:11).

 

the last hour. This term applies to "recent times" or "last days", that is to say the period between the first coming of Christ to return (# 1Ti 4: 1; #Ja 5: 3; # 1 Peter 4: 7; # 2 Pet 3: 3; #Jude 18).

 

19 They went out from us, but they were not of us; for if they had been of us, they would have remained with us, but this happened so that it was clear that all are not of us.

 

went out from us ... not ours. The first feature of the antichrists, that is to say of the false teachers and liars (vv # 1 Jn. 2: 22-26), is their separation from the faithful believers (see vv 22-23 for the second. feature, and v. 26 for the third). They arise within the Church, and then leave the communion of believers by driving more after them. This v. also emphasizes the doctrine of the perseverance of the saints. Those who are truly born again continue in faith, communion and truth (1Cor 11:19 #; # 2Ti 2:12). The highest index of the genuineness of faith is perseverance (1:13 p.m. #Mr; # Heb 3:14). This allows the other hand to unmask the alleged believers is their distance from the truth and of the Church.

 

20 ¶ But you have an anointing from the Holy One, and you know all things.

 

True Christians have somehow built lie detector and they persevere in the truth. Those who persist in heresy and apostasy prove by then they never really went through the new birth (cf. v. # 1 Jn 2:19).

2: 20-21 Two main features distinguish the authentic Christian antichrists

1. the Holy Spirit ( "the anointing," v. 27) the custody of the error (see #AC 10:38; # 2Co 1:21); Christ, the Son of God (4:34 #Lu; #AC 3:14), communicates the Holy Spirit to believers to enlighten them and keep what could deceive;

2. The Holy Spirit guides believers in the knowledge of "all things" (#Jn 14: 26; #Jn 16: 13).

 

21 I have not written to you that you do not know the truth, but because ye know it, and that no lie is of the truth.

22 Who is a liar but he who denies that Jesus is the Christ? He is antichrist who denies the Father and the Son.

 

2: 22-23

denies the Father and the Son. A second feature of the antichrists is their denial of faith (that is to say, sound doctrine). He who denies the true nature of Christ as presented in Scripture is an anti-Christ (cf. 1 Jn 4 # 3, # 2 Thessalonians 2:11). Deny Christ in fact is to deny God himself, as he testified of his Son (# 1 Jn 5: 9; #Jn 5: 32-38; #Jn 8:18).

 

23 Whoever denies the Son has not the Father; whoever acknowledges the Son has the Father also.

24 Let what you heard from the beginning remains in you. If what you heard from the beginning remains in you, you also will abide in the Son and in the Father.

 

2: 24-25

Have you heard from the beginning. That is to say that the Gospel can not change. Preserve its purity and do not follow the false teachers (see # 2 Timothy 3: 1, # 2 Timothy 3: 7, # 2 Timothy 3:13; 2 Timothy # 4: 3). Christian truth is established and unalterable (#Jude 3). By remaining faithful to the truth, we preserve our intimate communion with God and with Christ and persevere until we get the fullness of eternal life (cf. 1 Jn # 5: 11-12).

 

25 And the promise he has made is eternal life.

26 I write these things about them that seduce you.

 

A third feature of the antichrists is that they are trying to deceive the faithful (see # 1 Tim 4: 1).

 

27 For you, the anointing you received from him abides in you, and you do not need anyone to teach you; but as the same anointing teaches you all things, and is truth and is no lie, abide in him the lessons she has given you.

 

the anointing. John does not underestimate the importance of the gift of teaching in the Church (# 1 Corinthians 24:28; #EP 4:11), but stresses that to know the truth, teachers and believers do not depend of human wisdom or opinions of men. The Holy Spirit of God guard and guide the true believer in the truth (see vv. 20-21). If God is real (see # 2Ch 15: 3; Jer 10:10 #; #Jn 17: 3; # 1 Thessalonians 1: 9), and if Christ is truth (cf. #Jn 14: 6), then the Holy Spirit is (cf. 1 Jn # 5: 6; #Jn 15: 26; #Jn 16: 13).

 

abide in him. Faced with those who distort the truth, the believer must continue to "walk in the truth," that is to say, persevere in fidelity and sound doctrine (cf. vv # 1 Jn. 2: 20-21; # 2Jn 4; 3Jn # 4).

 

28 ¶ And now, little children, abide in Him, that when He appears, we may have boldness, and at his coming will not be ashamed of it.

 

abide in him. John reiterates the idea to remain (v # 1 John 2:27.) To introduce as the first feature of the Christian hope in # 1 Jn 2: 28-3: 3. It uses this verb every time he discusses the perseverance in saving faith, perseverance is the mark of the true believer (#Jn 15: 1-6). The hope of Christ's return allows all true Christians to continue to remain in God awaiting the glorious future that awaits them. Paul speaks of the faithful as "those who have loved his appearing" (# 2Ti 4: 8). He said the sky reserve them the crown of eternal justice. Abiding in Christ means remain constantly attached to him, and it is a guarantee for the hope of the believer. Those who remain truly in Christ continue in faith and in the communion of saints (v. # 1 Jn 2:19). If, v. 27 Some manuscripts have a future indicative "you abide" in place of the imperative "live" here it is in all cases a necessity. This order given indicates that for all true believers, it is not to be passive, but to actively seek such a state (#Ph 2:12). The eternal salvation is through the action of God is he who keeps us (cf. #Jn 6: 37-44) - but we also have a role to play: to persevere in faith and obedience (cf. #Jn 8: 31-32). In the hi involving both the sovereignty of God who saves and the personal faith of the one he saves. The situation is similar in the case of sanctification: It is God who conforms us to her Son, but not ignoring our obedience. The N.T. abounds in passages that speak of both God's work and that of the believer. Paul beautifully enunciated this principle #Col 1:29.

 

when he appears. Refers specifically to the removal of the Church and to his meeting with Christ (cf. #Jn 14: 1-6; # 1 Cor 15: 51-54; 1 Thessalonians # 4: 13-18), and the session of Christ as a judge that will follow (see # 1 Corinthians 4: 5; # 2 Cor 5: 9-10).

 

insurance ... do not have the shame of being away from him. The word "insurance" means "straight talk" or "freedom of speech". Those who possess salvation will be full of confidence in the return of Christ because they will be found blameless in holiness based on their relationship with Christ (#EP 5:27; #Col 1:22; # 1 Thessalonians 3: 13; # 1 Thessalonians 5:23). Many however will be put to shame in the presence of the Lord all those who, as in the parable of the land in #Mt 13, had the appearance of a Christian (see # 1 Jn 13: 20-22; cf. #Jn 8 : 31) but did not believe in Christ and have not persevered in the attachment to him.

2: 28-3: 3 This section discusses the purifying hope of the Christian, namely the return of Christ. The apostle speaks to resume and deepen the theme of the moral test (love and obedience) that identifies a true Christian. The hope of Christ's return has a sanctifying effect on moral behavior. Pending the return of Christ and his reward (see # 1 Corinthians 3: 10-17; 1 Cor # 4: 1-5; # 2 Cor 5: 9-10; #Ap 22: 12), a true Christian should manifest a life of holiness. Those who do not show such a life prove that they are not saved. In these 5 vv., John sets out five characteristics of the hope of the believer.

 

29 If you know it is right, acknowledge that doeth righteousness is born of him.

 

doeth righteousness is born of him. This is the second feature of the hope of the believer in # 1 Jn 2: 28-3: 3: the hope of Christ's return not only strengthens his faith (v # 1 John 2:28.) It is also justice lifestyle. The verb translated "born" is the same as #Jn 3: 7, where Jesus taught Nicodemus he must be born again. Those who have become children of God through the new birth just have the nature of their heavenly Father (# 1 Peter 1: 3, # 1 Peter 1: 13-16). So it is natural that they manifest the characteristics of the righteousness of God in their lives. John from the result (right behavior) and dates back to the cause (a new effective birth) to show a way of life characterized by justice proves that one is born again (#Ja 2:20 # Ja 2:26; # 2P 3:11).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/