1 SAMUEL 1 : 1 à 28*** + 1 SAMUEL 1 : 1 to 28 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

02/07/2016 11:40

1 SAMUEL 1 : 1 à 28*** +
 

1 ¶  Il y avait un homme de Ramathaïm-Tsophim, de la montagne d’Éphraïm, nommé Elkana, fils de Jéroham, fils d’Élihu, fils de Thohu, fils de Tsuph, Éphratien.

 

un homme. Ce v. évoque le passage qui introduit la naissance de Samson en #Jug 13: 2. Une comparaison attentive fait du reste ressortir plusieurs similarités entre les deux hommes: tous deux furent juges en Israël, ennemis des Philistins et naziréens leur vie durant.

 

Ramathaïm. Nom signifiant peut-être « deux hauteurs » qui n’apparaît qu’ici dans l’A.T. Ailleurs, la ville est simplement appelée Rama. Elle se trouvait à environ 8 km au nord de Jérusalem.

 

Elkana. Littéralement « Dieu a acquis »; il fut le père de Samuel.

 

Tsuph. C’était à la fois un nom de lieu (#1S 9:5) et de personne (#1Ch 6:35) comme ici.

 

Éphratien. Ou « Éphraïmite ». #1Ch 6:27 présente Elkana comme membre de la branche des Kehathites dans la tribu de Lévi. Les Lévites vivant dispersés parmi les autres tribus (#Jos 21:20-22), il était, pour sa part, installé sur le territoire de celle d’Éphraïm.

1:1-7:17 Cette première partie du livre commence et finit dans la ville natale de Samuel, à Rama (#1S 1:1 ; #1S 7:17). Ces ch. abordent principalement la vie et le ministère de Samuel. En #1S 1:1-4:1, le regard porte sur son statut de prophète de l’Éternel (voir la déclaration finale de 4:1: « La parole de Samuel s’adressait à tout Israël »), alors qu’en #1S 4:1b-7:17 il s’agit plutôt de son ministère de juge (voir #1S 7:17: « Là il jugeait Israël »).

 

2  Il avait deux femmes, dont l’une s’appelait Anne, et l’autre Peninna ; Peninna avait des enfants, mais Anne n’en avait point.

 

deux femmes. La polygamie ne correspondait pas à la volonté de Dieu pour l’humanité (#Ge 2:24), mais elle était tolérée, sans être approuvée, en Israël (voir #De 21:15-17). Elkana avait probablement épousé Peninna en raison de la stérilité d’Anne.

 

Anne. Littéralement « grâce ». Elle avait certainement été la première épouse d’Elkana.

 

Peninna. Littéralement « corail ». Elle devait être la seconde femme d’Elkana et fut la première à lui donner des enfants.

 

3  Chaque année, cet homme montait de sa ville à Silo, pour se prosterner devant l’Éternel des armées et pour lui offrir des sacrifices. Là se trouvaient les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, sacrificateurs de l’Éternel.

 

Chaque année, cet homme montait. Tous les Israélites de sexe masculin devaient prendre part à trois fêtes annuelles au sanctuaire central (#De 16:1-17). Elkana y assistait régulièrement avec ses épouses. Le festin mentionné en #1S 1:9 amène à penser qu’il s’agissait de la fête des tabernacles (septembre/octobre).

 

Silo. Ville située à environ 32 km au nord de Jérusalem, sur le territoire d’Éphraïm, où se trouvaient le tabernacle et l’arche de l’alliance (#Jos 18: 1 ; #Jug 18: 31).

 

l’Éternel des armées. C’est la première fois, dans l’A.T., que « des armées » est ajouté au nom divin. Le terme peut désigner des troupes humaines (#Ex 7:4), des corps célestes (#De 4:19) ou des créatures célestes (#Jos 5:14). Ce titre indique que l’Éternel est souverain sur toutes les puissances des cieux et de la terre, et en particulier sur l’armée d’Israël.

 

Eli. Littéralement « (Dieu est) élevé ». Il officiait comme souverain sacrificateur à Silo.

 

Hophni et Phinées. Les deux fils d’Eli exerçant des fonctions sacerdotales portaient un nom égyptien. Hophni signifiait « têtard », et Phinées « Nubien ».

 

4  Le jour où Elkana offrait son sacrifice, il donnait des portions à Peninna, sa femme, et à tous les fils et à toutes les filles qu’il avait d’elle.

 

sacrifice. Il s’agissait d’un sacrifice d’actions de grâces, puisque les adorateurs en mangeaient une partie (voir #Lé 7:11-18).

 

5  Mais il donnait à Anne une portion double ; car il aimait Anne, que l’Éternel avait rendue stérile.

 

l’Éternel avait rendue stérile. La stérilité d’Anne était due à la providence divine, tout comme celle de Sara (#Ge 16: 2) et de Rachel (#Ge 30:2).

 

6  Sa rivale lui prodiguait les mortifications, pour la porter à s’irriter de ce que l’Éternel l’avait rendue stérile.

 

Sa rivale. L’autre femme est ainsi présentée comme une adversaire.

 

lui prodiguait des mortifications. Littéralement « tonnait contre elle ».

7  Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu’Anne montait à la maison de l’Éternel, Peninna la mortifiait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait point.

 

ne mangeait point. Le jeûne d’Anne était dû aux provocations de Peninna. Elle ne mangeait pas du sacrifice.

 

8  Elkana, son mari, lui disait : Anne, pourquoi pleures-tu, et ne manges-tu pas ? pourquoi ton cœur est-il attristé ? Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils ?

 

ton cœur est-il attristé. L’expression utilisée désigne plus un sentiment de colère que de tristesse (en #De 15: 10 elle désigne la répugnance à faire quelque chose).

 

9 ¶  Anne se leva, après que l’on eut mangé et bu à Silo. Le sacrificateur Eli était assis sur un siège, près de l’un des poteaux du temple de l’Éternel.

 

temple. C’est-à-dire le tabernacle. La mention de chambres (#1S 3:2-3) et de portes (#1S 3:15) implique qu’à l’époque ce lieu de culte faisait partie de tout un complexe.

 

10  Et, l’amertume dans l’âme, elle pria l’Éternel et versa des pleurs.

11  Elle fit un vœu, en disant : Éternel des armées ! si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n’oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le consacrerai à l’Éternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête.

 

vœu. Anne promit de redonner son fils à l’Éternel s’il lui faisait la faveur de lui en accorder un. Le vœu d’une femme mariée pouvait être confirmé ou annulé par son mari, selon #No 30:7-16.

 

ta servante. Une manière de se désigner elle-même exprimant son humilité et sa soumission face au Dieu infiniment supérieur et souverain.

 

te souviens de moi. Anne réclamait une attention et un traitement particuliers de la part de l’Éternel.

 

tous les jours de sa vie. Le vœu de naziréat était normalement limité dans le temps (cf. #No 6:4-5, #No 6:8).

 

le rasoir ne passera point. Bien que le terme n’apparaisse pas dans ce ch., il s’agit probablement d’une allusion au naziréat. Le fait de ne pas couper les cheveux correspondait à l’une des trois exigences requises pour ce vœu (#No 6:5), comme dans le cas de Samson (#Jug 13: 5 ; #Jug 16: 17).

 

12  Comme elle restait longtemps en prière devant l’Éternel, Eli observa sa bouche.

13  Anne parlait dans son cœur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n’entendait point sa voix. Eli pensa qu’elle était ivre,

 

ivre. Lorsqu’on priait en public, en Israël, on le faisait habituellement de façon audible. C’est pourquoi la prière silencieuse d’Anne amena Eli à soupçonner un état d’ivresse.

 

14  et il lui dit : Jusques à quand seras-tu dans l’ivresse ? Fais passer ton vin.

15  Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son cœur, et je n’ai bu ni vin ni boisson enivrante ; mais je répandais mon âme devant l’Éternel.

16  Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c’est l’excès de ma douleur et de mon chagrin qui m’a fait parler jusqu’à présent.

 

femme pervertie. Littéralement « fille de Bélial »; cf. #1S 2:12.

 

17  Eli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée !

18  Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même.

19 ¶  Ils se levèrent de bon matin, et après s’être prosternés devant l’Éternel, ils s’en retournèrent et revinrent dans leur maison à Rama. Elkana connut Anne, sa femme, et l’Éternel se souvint d’elle.

20  Dans le cours de l’année, Anne devint enceinte, et elle enfanta un fils, qu’elle nomma Samuel, car, dit-elle, je l’ai demandé à l’Éternel.

 

Samuel. Ce nom signifiait littéralement « son nom est Dieu » mais faisait assonance avec « entendu de Dieu ». Pour Anne, c’était cette signification qui primait, car Dieu avait entendu sa prière.

 

21  Son mari Elkana monta ensuite avec toute sa maison, pour offrir à l’Éternel le sacrifice annuel, et pour accomplir son vœu.

 

son vœu. Elkana avait soutenu sa femme et s’était associé au vœu qu’elle avait formulé. À la naissance de Samuel, il amena son sacrifice votif au Seigneur (#Lé 7:16).

 

22  Mais Anne ne monta point, et elle dit à son mari : Lorsque l’enfant sera sevré, je le mènerai, afin qu’il soit présenté devant l’Éternel et qu’il reste là pour toujours.

 

sevré. Comme il était de coutume dans l’Antiquité, Samuel fut probablement allaité pendant deux à trois ans. Puis, il fut amené au sanctuaire où il servit l’Éternel le restant de sa vie.

 

23  Elkana, son mari, lui dit : Fais ce qui te semblera bon, attends de l’avoir sevré. Veuille seulement l’Éternel accomplir sa parole ! Et la femme resta et allaita son fils, jusqu’à ce qu’elle le sevrât.

 

sa parole. Sans doute une parole précédente du Seigneur qui n’est pas rapportée dans le texte.

 

24  Quand elle l’eut sevré, elle le fit monter avec elle, et prit trois taureaux, un épha de farine, et une outre de vin. Elle le mena dans la maison de l’Éternel à Silo: l’enfant était encore tout jeune.

 

trois taureaux, un épha de farine, et une outre de vin. D’après #No 15:8-10, il fallait offrir un taureau (ou un veau) accompagné de farine et de vin pour l’accomplissement d’un vœu. Anne apporta ces trois éléments en quantité plus grande que nécessaire. Un épha correspondait à environ 35 litres.

 

25  Ils égorgèrent les taureaux, et ils conduisirent l’enfant à Eli.

26  Anne dit : Mon seigneur, pardon ! aussi vrai que ton âme vit, mon seigneur, je suis cette femme qui me tenais ici près de toi pour prier l’Éternel.

 

aussi vrai que ton âme vit. Formule courante dans les serments.

 

27  C’était pour cet enfant que je priais, et l’Éternel a exaucé la prière que je lui adressais.

 

1:27-28

adressais …  prêté. Ces termes proviennent de la même racine hébraïque, utilisée 4 fois dans ces deux vv.: 2 fois au v. 27 avec le sens habituel de « demander » (« la prière que je lui adressais », littéralement « la demande que je lui demandais »), et 2 fois au v. 28, au sens dérivé de « prêter sur demande ». Dieu avait donné à Anne le fils qu’elle lui avait demandé, et elle redonnait ce don au céleste donateur.

 

28  Aussi je veux le prêter à l’Éternel : il sera toute sa vie prêté à l’Éternel. Et ils se prosternèrent là devant l’Éternel.

 

1 SAMUEL 1 : 1 to 28 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ There was a man Ramathaim-Zophim, of mount Ephraim, named Elkanah son of Jeroham, son of Elihu, son of Tohu, son of Zuph, an Ephrathite.

 

a man. This v. evokes the passage that introduces the birth of Samson in #Jug 13: 2. A careful comparison is the rest out several similarities between the two men: both were judges in Israel, enemies the Philistines and Nazarites for life.

 

Ramathaim. Name possibly meaning "two hills" which appears here in A.T. Moreover, the city is simply called Rama. It was about 8 km north of Jerusalem.

 

Elkana. Literally "God has granted"; he was the father of Samuel.

 

Zuph. It was both a place name (1S # 9: 5) and person (# 1Ch 6:35) as here.

 

Ephrathite. Or "Ephraimite". # 1Ch 6:27 Elkanah present as a member of the branch of the Kohathites in the tribe of Levi. Levites living scattered among the other tribes (#Jos 21: 20-22), he was, for its part, installed on its territory of Ephraim.

1: 1-7: 17 This first part of the book begins and ends in the birthplace of Samuel at Ramah (# 1S 1: 1; # 1S 7:17). These ch. addressing primarily the life and ministry of Samuel. # 1S in 1: 1-4: 1, the look on his door Lord's prophet status (see the final declaration of 4: 1: "Samuel's call came to all Israel"), so that in # 1S 4: 1b-7: 17 but rather judge his ministry (see # 1S 7:17: "there he judged Israel").

 

2 He had two wives, one was Hannah and the other Peninnah; Peninnah had children, but Hannah had none.

 

two women. Polygamy did not correspond to the will of God for humanity (#Ge 2:24), but it was tolerated, unless approved in Israel (see # of 21: 15-17). Elkanah had probably married Peninnah because of the sterility of Anne.

 

Anne. Literally "grace." It was certainly the first wife of Elkanah.

 

Peninnah. Literally "coral". It was to be the second wife of Elkanah and was the first to give her children.

 

3 Every year this man went up from his town to Shiloh to worship the Lord Almighty and to offer sacrifices. And there were two son of Eli, Hophni and Phinehas, priests of the Lord.

 

Every year this man went. All male Israelites were to take part in three annual feasts at the central sanctuary (# of 16: 1-17). Elkana regularly attended his wives. The feast mentioned in # 1S 1: 9 leads one to think that it was the Feast of Tabernacles (September / October).

 

Silo. Town about 32 km north of Jerusalem, in the territory of Ephraim, where were the tabernacle and the Ark of the Covenant (#Jos 18: 1; #Jug 18: 31).

 

the LORD of hosts. This is the first time in the A.T., That "armed" is added to the divine name. The term can refer to human troops (#Ex 7: 4), celestial bodies (# of 4:19) or celestial creatures (#Jos 5:14). This title indicates that the Lord is sovereign over all the powers of heaven and earth, and in particular the Israeli army.

 

Eli. Literally "(God is) high." He officiated as priest in Shiloh.

 

Hophni and Phinehas. Both son of Eli exercising priestly functions were an Egyptian name. Hophni means "tadpole" and Phinehas "Nubian".

 

4 On the day when Elkanah his sacrifice, he gave to Peninnah his wife, and every son and every girl he had with her.

 

sacrifice. It was a sacrifice of thanksgiving, since the worshipers ate part (see # Lev 7: 11-18).

 

5 But to Hannah he gave a double portion; for he loved Hannah, but the Lord had closed her womb.

 

the Lord had closed her womb. Anne infertility was due to divine providence, like that of Sara (#Ge 16: 2) and Rachel (#Ge 30: 2).

 

6 Her rival provoked her sore, to make her fret, because the Lord had closed her womb.

 

Her rival. The other woman is thus presented as an opponent.

 

provoked her mortification. Literally "thundered against it."

7 And all the years that were so. Every time she went up to the house of Jehovah, she provoked the mortified the same way. Therefore she wept and did not eat.

 

did not eat. Fasting Anne was due to Peninnah provocations. She did not eat the sacrifice.

 

8 Elkanah her husband said to her, Hannah, why are you crying, and do not you eat? why is your heart grieved? Did not I better to thee than ten son?

 

your heart is it saddened. The expression used designates more a feeling of anger than sadness (in # of 15 10 it means the reluctance to do something).

 

9 ¶ So Hannah rose up after they had eaten and drunk in Shiloh. Eli the priest was sitting on a seat by the doorpost of the Lord's temple.

 

temple. That is to say the tabernacle. The reference room (# 1S 3: 2-3) and doors (# 1S 3:15) implies that at the time this place of worship was part of a whole complex.

 

10 And the bitter in soul, she prayed to the Lord and wept.

11 She made a vow, saying, Lord Almighty! if you will indeed look on the affliction of your handmaid, if you remember me and not forget your servant, but will give Your maidservant a male child, then I will give the Lord all the days of his life and no razor come upon his head.

 

wish. Anne promised to give her son to the Lord if he did him the favor of him accord. The vow of a married woman could be confirmed or annulled by her husband, according #No 30: 7-16.

 

your servant. One way to describe itself expressing humility and submission to God face infinitely superior and sovereign.

 

remember me. Anne called for a special attention and treatment from the Lord.

 

every day of his life. The Nazarite vow was normally limited in time (see #No 6: 4-5, #No 6: 8).

 

the razor come. Although the term does not appear in this c., It is probably an allusion to the Nazarite. The failure to cut hair corresponded to one of the three requirements for this wish (#No 6: 5), as in the case of Samson (#Jug 13: 5; #Jug 16: 17).

 

12 As she continued praying before the Lord, Eli watched her mouth.

13 Hannah was speaking in her heart; only her lips moved, but was not heard his voice. Eli thought she was drunk

 

drunk. When praying in public, in Israel, we usually did audibly. Therefore silent prayer of Anne brought Eli to suspect a drunk.

 

14 and said to him, How long wilt thou be drunken? Put away your wine.

15 Hannah answered, No, my lord, I am a woman of a sorrowful heart, and I have drunk neither wine nor strong drink; but I poured out my soul before the Lord.

16 Count not thy handmaid for a wicked woman; for it is the excess of my pain and my grief have I spoken hitherto.

 

wicked woman. Literally "daughter of Belial"; cf. # 1S 2:12.

 

17 Eli spoke again, and said, Go in peace, and the God of Israel grant thee thy petition that thou hast asked of him

18 She said, Let your servant find favor in your eyes! So the woman went away. She ate, and her countenance was no longer the same.

19 ¶ And they rose up early, and worshiped before the Lord, they returned and came to their house at Ramah. Elkanah knew Hannah his wife, and the Lord remembered her.

20 In the course of the year, Hannah conceived and bore a son, whom she named Samuel, because, she said, I asked the Lord.

 

Samuel. The name literally means "his name is God" but was assonance with "heard of God." Anne was this meaning that prevailed, because God had heard his prayer.

 

21 Her husband Elkanah went up with all his house, to offer to the Lord the yearly sacrifice, and his vow.

 

his vow. Elkanah had supported his wife and had joined the vow she had made. At the birth of Samuel, he brought his votive sacrifice to the Lord (Lev # 7:16).

 

22 But Hannah did not go, and she said to her husband: When the child is weaned, I will bring him, that he may appear before the LORD, and there abide forever.

 

weaned. As it was customary in ancient times, Samuel was probably breastfed for two to three years. Then he was brought to the sanctuary where he served the rest of his life the Lord.

 

23 Elkanah her husband said to her, Do what seems good to you, waiting to have weaned. Only the LORD establish his word So the woman stayed and nursed her son until she weaned him.

 

his word. No doubt a previous word of the Lord that is not reported in the text.

 

24 When she had weaned him, she took him up with her, and took three bulls, one ephah of flour, and a bottle of wine. She led him into the house of the LORD in Shiloh: and the child was young.

 

three bulls, one ephah of flour, and a bottle of wine. According #No 15: 8-10, we had to offer a bull (or veal) accompanied meal and wine for the fulfillment of a vow. Anne brought these three elements in larger than necessary amount. An ephah was approximately 35 liters.

 

25 They killed the bull, and brought the child to Eli.

26 And she said: My Lord, forgive me! as sure as thy soul liveth, my lord, I am the woman who stood here beside you praying to the LORD.

 

as surely as you live. current formula oaths.

 

27 It was for this child I prayed, and the Lord answered the prayer I addressed him.

 

1: 27-28

... asked of lent. These words come from the same Hebrew root, used 4 times in both vv v .: 2 times. 27 with the usual meaning of "ask" ( "the prayer I asked of him", literally "the request I asked him"), and 2 times in v. 28, within the meaning derived from "pay on demand". God gave Anne the son she had asked him, and restored it to heavenly gift giver.

 

28 Also I want to lend to the Lord: it will be lent all his life to the Lord. And they worshiped the LORD.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/