2 CORINTHIENS 11 : 01 À 33 *** + 2 C0RINTHIANS 11 : 01 to 33 + NOTES : JOHN MACARTHUR

13/01/2016 17:11

2 CORINTHIENS 11 : 01 À 33 *** +
 

1 ¶  Oh ! si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie ! Mais vous, me supportez !

un peu de folie. Si Paul venait de souligner la folie d’une recommandation de soi-même (#2Co 10:18), ce n’était pas pour s’engager à présent dans une telle démarche. Cependant, le fait que les Corinthiens approuvaient les affirmations des faux docteurs l’obligeait à rappeler les preuves de son apostolat (cf. #2Co 12:11.). C’était le seul moyen de les mener à la vérité. Contrairement aux faux docteurs, Paul se glorifiait dans le Seigneur (#2Co 10:7) et n’avait d’autre motivation que le bien-être des Corinthiens, mis en danger par de mauvais enseignements (cf. v. #2Co 11:2 ; #2Co 12:19).

 

2  Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure.

je suis jaloux de vous. La raison de la folie de Paul  était l’intérêt sincère et profond qu’il portait à la condition spirituelle des Corinthiens. Il s’en préoccupait au point d’éprouver de la jalousie, non pour préserver sa propre réputation, mais pour les garder purs spirituellement.

jalousie de Dieu. Une jalousie inspirée par le zèle pour les œuvres de Dieu et semblable à la jalousie de Dieu pour son saint nom et la loyauté de son peuple (cf. #Ex 20: 5 ; #Ex 34:14 ; #De 4:24 ; #De 5:9 ; #De 6:15 ; #De 32:16, #De 32:21 ; #Jos 24: 19 ; #Ps 78:58 ; #Ez 39:25 ; #Na 1:2).

je vous ai fiancés à un seul époux. En tant que leur père spirituel (#2Co 12:14 ; #1Co 4:15 ; #1Co 9:1-2), Paul dépeint les Corinthiens comme une fille qu’il offre en fiançailles à Jésus-Christ (au moment de la conversion des croyants). L’A.T. décrit Israël comme l’épouse du Seigneur (cf. #Esa 54:5 ; #Jér 3:1-4 ; #Os 2:18, #Os 2:21-22), tandis que le N.T. présente l’Église comme la fiancée de Christ (#Ep 5:22-32 ; #Ap 19: 7).

vierge pure. Après avoir fiancé, ou confié, les Corinthiens à Christ, Paul désirait qu’ils conservent leur pureté jusqu’au jour du mariage (cf. #Ap 19: 7). C’était ce désir passionné de les voir persévérer jusqu’au bout qui avait excité la jalousie de Paul et qui le poussait à s’étendre sur ses attributions apostoliques.

 

3  Toutefois, de même que le serpent séduisit Ève par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ.

Paul comparait le danger qui menaçait les Corinthiens et leur Église au mensonge par lequel Satan avait séduit Ève: il craignait de voir les Corinthiens céder, comme Ève, aux mensonges sataniques qui les corrompraient. La conséquence tragique d’un tel acte serait l’abandon de leur foi simple en Christ à la faveur des errements raffinés des faux apôtres. L’allusion à #Ge 3 sous-entend que les faux docteurs étaient des émissaires de Satan; plus loin, Paul l’exprimera d’une manière explicite (vv. #2Co 11:13-15).

 

4  Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien.

quelqu’un vient. Les faux apôtres qui enseignaient dans l’assemblée de Corinthe étaient venus de l’extérieur, tout comme Satan s’était immiscé à l’intérieur du jardin. Il s’agissait probablement de Juifs originaires de la région d’Israël (cf. v. #2Co 11:22 ; #Ac 6:1) qui disaient vouloir ramener les Corinthiens sous la domination de l’Église de Jérusalem. En un sens, ils judaïsaient parce qu’ils cherchaient à imposer les coutumes juives aux Corinthiens. Cependant, il semblerait que les faux docteurs de Corinthe n’insistaient pas sur la circoncision des païens, contrairement aux judaïsants qui avaient établi leur emprise sur l’Église de Galatie (cf. #Ga 5:2). Ils n’étaient pas non plus rigoureusement légalistes, puisqu’ils semblaient même encourager le libertinage (cf. #2Co 12:21). Leur fascination pour la rhétorique et les performances oratoires (cf. #2Co 10:10) incite à penser qu’ils étaient influencés par la culture et la philosophie grecques. Ils affirmaient (à tort, voir #Ac 15: 24) représenter l’Église de Jérusalem et même posséder des lettres de recommandation. Ils prétendaient faire partie des apôtres les plus éminents (v. #2Co 11:5) et méprisaient les déclarations apostoliques de Paul. Leur enseignement différait quelque peu de celui des judaïsants de Galatie, mais il n’en était pas moins fatal.

un autre Jésus …  un autre esprit …  un autre évangile. Malgré les attaques calomnieuses de la part des faux docteurs, Paul ne s’en prit pas personnellement à eux, mais il ramena la controverse à son aspect doctrinal. En effet, il pouvait tolérer de l’hostilité de la part de ceux qui le critiquaient, dans la mesure où ils prêchaient l’Évangile de Jésus-Christ (cf. #Ph 1:15-18). Ceux qui corrompaient l’Évangile étaient en revanche sévèrement condamnés (cf. #Ga 1:6-9). Le contenu exact de l’enseignement des faux apôtres ne nous est pas connu dans le détail, et en réalité il importe peu. Il suffit de savoir qu’ils prêchaient un « autre Jésus » et un « autre esprit », ce qui avait pour conséquence un « autre évangile ».

vous le supportez fort bien. Paul formula ce reproche parce qu’il se préoccupait de la santé spirituelle des Corinthiens. Il tenait jalousement à ce qu’ils restent attachés à la vérité et n’épousent pas les mensonges diaboliques des faux apôtres.

 

5 ¶  Or, j’estime que je n’ai été inférieur en rien à ces apôtres par excellence.

ces apôtres par excellence. Cette expression peut désigner les douze apôtres. Si tel est le cas, Paul affirmerait que, contrairement aux insinuations des faux docteurs (qui se disaient envoyés par l’Église de Jérusalem)  il ne se sentait en rien inférieur aux douze (cf. #1Co 15:7-9). Il est cependant plus probable qu’il nomme ainsi, par dérision, les faux apôtres, qui avaient une opinion élevée d’eux-mêmes. Il n’est guère plausible que Paul ait mentionné les douze dans le contexte de la réfutation de faux enseignements (cf. vv. #2Co 11:1-4). On ne peut non plus supposer que la comparaison qui suit oppose Paul aux véritables apôtres de Jésus-Christ, devant lesquels il n’aurait certainement pas eu à défendre ses capacités oratoires (cf. #Ac 4:13).

 

6  Si je suis un ignorant sous le rapport du langage, je ne le suis point sous celui de la connaissance, et nous l’avons montré parmi vous à tous égards et en toutes choses.

ignorant sous le rapport du langage. Paul reconnaît ne pas avoir été formé dans l’exercice de l’art oratoire, tant prisé dans la culture grecque;  cf. #Ac 18: 24). Il était un prédicateur de l’Évangile, et non un orateur professionnel.

point sous celui de la connaissance. S’il ne pouvait se prévaloir de toutes les qualités d’un orateur, Paul n’avait cependant aucune lacune dans le domaine de la connaissance. Il ne parle pas ici de sa formation rabbinique sous Gamaliel (#Ac 22: 3), mais uniquement de sa connaissance de l’Évangile (cf. #1Co 2:6-11 ; #Ep 3:1-5), qu’il avait reçue directement de Dieu (#Ga 1:12).

 

7  Ou bien, ai-je commis un péché parce que, m’abaissant moi-même afin que vous fussiez élevés, je vous ai annoncé gratuitement l’Évangile de Dieu ?

gratuitement. Dans la culture grecque, l’importance d’un enseignant se mesurait à la rétribution qu’il demandait. C’est la raison pour laquelle les faux docteurs accusaient Paul d’être un imposteur, puisqu’il refusait de se faire payer pour ses services (cf. #1Co 9:1-15). Ils avaient persuadé les Corinthiens que son refus de recevoir un soutien de leur part était une offense et une preuve d’un manque d’amour (cf. v. #2Co 11:11). Le fait que Paul recourait au travail manuel pour subvenir à ses besoins (#Ac 18:1-3) était aussi une source d’embarras pour les Corinthiens, qui considéraient ce genre de travail comme indigne d’un apôtre. Avec une ironie mordante, Paul demande à ses détracteurs comment ils peuvent tenir pour un péché le fait qu’il avait renoncé à ses droits. En réalité, il avait refusé tout soutien par humilité: il s’était abaissé pour qu’ils puissent être élevés, c’est-à-dire tirés de leur péché et de leur idolâtrie.

8  J’ai dépouillé d’autres Églises, en recevant d’elles un salaire, pour vous servir.

J’ai dépouillé d’autres Églises. Dans un contexte extrabiblique, le verbe grec signifiait « piller ». Paul n’avait évidemment pas pris de l’argent aux Églises sans leur consentement. Il voulait seulement dire que les Églises qui le soutenaient lors de son service à Corinthe ne tiraient aucun avantage de leur soutien. Les raisons pour lesquelles Paul a refusé le soutien auquel il avait droit de la part des Corinthiens (#1Co 9:15) ne sont pas explicites. Peut-être, certains d’entre eux doutaient-ils de ses motivations lorsqu’il les encourageait à faire une collecte pour l’Église de Jérusalem (cf. #2Co 12:16-18).

 

9  (11-8) Et lorsque j’étais chez vous et que je me suis trouvé dans le besoin, je n’ai été à charge à personne ; (11-9) car les frères venus de Macédoine ont pourvu à ce qui me manquait. En toutes choses je me suis gardé de vous être à charge, et je m’en garderai.

frères venus de Macédoine. Silas et Timothée (#Ac 18: 5), qui apportaient de l’argent en provenance de Philippes (#Ph 4:15.) et sans doute de Thessalonique (cf. #1Th 3:6). Le soutien financier généreusement accordé par les Macédoniens avait permis à Paul de se consacrer à plein temps à la prédication de l’Évangile.

 

10  Par la vérité de Christ qui est en moi, je déclare que ce sujet de gloire ne me sera pas enlevé dans les contrées de l’Achaïe.

ce sujet de gloire. C’est-à-dire l’exercice gratuit de son ministère;  cf. #1Co 9:15, #1Co 9:18).

les contrées de l’Achaïe. La province romaine dont Corinthe était la capitale et la ville dominante. Les faux docteurs avaient apparemment étendu leur influence à d’autres villes que Corinthe.

 

11  Pourquoi ? …  Parce que je ne vous aime pas ? …  Dieu le sait !

12  Mais j’agis et j’agirai de la sorte, pour ôter ce prétexte à ceux qui cherchent un prétexte, afin qu’ils soient trouvés tels que nous dans les choses dont ils se glorifient.

j’agirai. Le fait que Paul refusait d’accepter un soutien financier de la part des Corinthiens ne pouvait qu’embarrasser les faux docteurs, qui n’hésitaient pas, quant à eux, à demander de l’argent en échange de leurs services. Paul avait décidé de continuer à exercer son ministère gratuitement et de saper par-là les prétentions des faux apôtres, qui affirmaient agir selon les mêmes principes que lui.

 

13  Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ.

faux apôtres. Les faux apôtres qui enseignaient dans l’assemblée de Corinthe étaient venus de l’extérieur, tout comme Satan s’était immiscé à l’intérieur du jardin. Il s’agissait probablement de Juifs originaires de la région d’Israël (cf. v. #2Co 11:22 ; #Ac 6:1) qui disaient vouloir ramener les Corinthiens sous la domination de l’Église de Jérusalem. En un sens, ils judaïsaient parce qu’ils cherchaient à imposer les coutumes juives aux Corinthiens. Cependant, il semblerait que les faux docteurs de Corinthe n’insistaient pas sur la circoncision des païens, contrairement aux judaïsants qui avaient établi leur emprise sur l’Église de Galatie (cf. #Ga 5:2). Ils n’étaient pas non plus rigoureusement légalistes, puisqu’ils semblaient même encourager le libertinage (cf. #2Co 12:21). Leur fascination pour la rhétorique et les performances oratoires (cf. #2Co 10:10) incite à penser qu’ils étaient influencés par la culture et la philosophie grecques. Ils affirmaient (à tort, voir #Ac 15: 24) représenter l’Église de Jérusalem et même posséder des lettres de recommandation. Ils prétendaient faire partie des apôtres les plus éminents (v. #2Co 11:5) et méprisaient les déclarations apostoliques de Paul. Leur enseignement différait quelque peu de celui des judaïsants de Galatie, mais il n’en était pas moins fatal.

11:13-15 Paul ne parle plus sous le couvert d’une ironie voilée et n’expose plus sa défense; il dévoile hardiment l’identité réelle des faux docteurs: ce sont des émissaires de Satan. Non seulement leur prétention à l’apostolat était fausse, mais leur doctrine l’était tout autant. En tant que pourvoyeurs de fausses doctrines, ils se trouvaient sous la malédiction exprimée en #Ga 1:8-9. Les termes vigoureux employés par Paul peuvent paraître durs au premier abord, mais ils sont l’expression de la jalousie divine qu’il éprouvait pour les Corinthiens. Paul n’entendait pas sacrifier la vérité pour préserver l’unité de l’Église. Cf. #1Ti 4:12 ; #2P 2:1-22 ; #Jude 8-13.

 

14  Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière.

11:14-15 Le prince des ténèbres (cf. #Lu 22: 53 ; #Ac 26:18 ; #Ep 6:12 ; #Col 1:13) se fait passer pour un ange de lumière et un messager de la vérité. Il n’est donc pas surprenant que ses émissaires fassent de même. Satan séduisit Ève, et il tient les non-croyants captifs (#2Co 4:4 ; cf. #Ep 2:1-3); ses émissaires tentaient de tromper les Corinthiens et de les assujettir à des fausses doctrines. La « fin » terrible qui attend ces « ministres de justice » autoproclamés est celle de tous les faux docteurs: le jugement de Dieu (#Ro 3:8 ; #1Co 3:17 ; #Ph 3:19 ; #2Th 2:8 ; #2P 2:1, #2P 2:3, #2P 2:17 ; #Jude 4, #Jude 13).

 

15  Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres.

16 ¶  Je le répète, que personne ne me regarde comme un insensé ; sinon, recevez-moi comme un insensé, afin que moi aussi, je me glorifie un peu.

que personne ne me regarde comme un insensé. Certains membres de l’Église de Corinthe, sous l’influence des faux docteurs, dénigraient Paul en le comparant à eux. C’est pourquoi l’apôtre avait décidé de répondre aux insensés selon leur folie (#Pr 26:5). Il savait que l’enjeu était infiniment plus important que la préservation de son image. En effet, en rejetant Paul pour suivre les faux apôtres, les Corinthiens rejetaient en réalité le vrai Évangile au profit d’un faux. Dans cette situation, chercher à établir la légitimité de son ministère et la crédibilité de sa personne équivalait à défendre le véritable Évangile de Jésus-Christ.

11:16-33 Après une brève digression où il a abordé la question du soutien financier (vv. #2Co 11:7-12) et dénoncé les faux docteurs comme étant des émissaires de Satan (vv. #2Co 11:13-15), Paul reprend le thème de la glorification personnelle, la « folie » à laquelle les Corinthiens l’avaient contraint (vv. #2Co 11:1-6) .

 

17  Ce que je dis, avec l’assurance d’avoir sujet de me glorifier, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme par folie.

11:17-18 Paul savait que l’attitude qui consiste à se glorifier n’est « pas selon le Seigneur » (cf. #2Co 10:1). Toutefois, la situation désespérée qui régnait à Corinthe (où les faux apôtres se glorifiaient « selon la chair ») l’obligeait à affirmer sa valeur, non pas pour sa propre gloire (#Ga 6:14), mais pour contrecarrer le dangereux enseignement qui menaçait l’Église de Corinthe.

 

18  Puisqu’il en est plusieurs qui se glorifient selon la chair, je me glorifierai aussi.

19  Car vous supportez volontiers les insensés, vous qui êtes sages.

Les Corinthiens, écrit Paul avec ironie, ne devraient avoir aucun mal à supporter un « insensé » comme lui, puisqu’ils étaient eux-mêmes très sages (cf. #1Co 4:10)!

11:19-21 Paul s’exprime dans ces versets avec un sarcasme cinglant, comme il en a rarement employé dans ses lettres. L’adoption d’un tel ton démontre la gravité de la situation à Corinthe et révèle les préoccupations d’un pasteur digne de ce nom qui était jaloux de son troupeau.

 

20  Si quelqu’un vous asservit, si quelqu’un vous dévore, si quelqu’un s’empare de vous, si quelqu’un est arrogant, si quelqu’un vous frappe au visage, vous le supportez.

vous asservit. Ce verbe grec n’apparaît ailleurs dans le N.T. qu’en #Ga 2:4, où il est question de l’esclavage des Galates sous le joug des judaïsants. Les faux docteurs avaient spolié les Corinthiens de leur liberté en Christ (cf. #Ga 5:1).

vous dévore. Ou « fait de vous ses victimes ». Il s’agit probablement de l’exigence d’un soutien financier qu’imposaient les faux apôtres (le même verbe apparaît en #Lu 20: 47, où Jésus reproche aux pharisiens de dévorer les maisons des veuves).

s’empare de vous. Ce verbe est traduit par « je vous ai pris » en #2Co 12:16. Les faux docteurs tentaient d’attraper les Corinthiens comme l’on attrape du poisson dans un filet (cf. #Lu 5:5-6).

arrogant. Présomptueux, hautain et dominateur (#1Pi 5:3).

vous frappe au visage. Il n’est pas exclu que les faux apôtres soient allés jusqu’à malmener les Corinthiens physiquement, mais cette expression semble être employée plutôt dans un sens métaphorique (cf. #1Co 9:27). Frapper quelqu’un au visage était un signe d’irrespect et de mépris (cf. #1R 22: 24 ; #Lu 22: 64 ; #Ac 23: 2).

 

21  J’ai honte de le dire, nous avons montré de la faiblesse. Cependant, tout ce que peut oser quelqu’un, je parle en insensé, — moi aussi, je l’ose !

nous avons montré de la faiblesse. L’ironie mordante de Paul atteint son sommet lorsqu’il qualifie de « faiblesse » le fait qu’il n’a pas abusé des Corinthiens, contrairement aux faux docteurs (v. #2Co 11:20).

 

22 ¶  Sont-ils Hébreux ? Moi aussi. Sont-ils Israélites ? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d’Abraham ? Moi aussi.

Sont-ils Hébreux …  Israélites …  de la postérité d’Abraham? À chacune de ces questions, Paul répond simplement et résolument: « Moi aussi » (cf. #Ph 3:5).

11:22-33 La plus complète des trois listes qui, dans cette lettre, font état des souffrances de Paul pour la cause de Christ (cf. #2Co 4:8-12 ; #2Co 6:4-10).

 

23  Sont-ils ministres de Christ ? — Je parle en homme qui extravague. — Je le suis plus encore : par les travaux, bien plus ; par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort,

Sont-ils ministres de Christ? Paul a déjà catégoriquement refusé de reconnaître cette qualité aux faux docteurs (v. #2Co 11:13), cependant, certains Corinthiens continuaient à les considérer comme tels. Il inclut donc cette opinion dans son raisonnement pour mieux démontrer par la suite que son ministère est en tout point supérieur au prétendu « ministère » des faux apôtres.

je parle en termes extravagants. À nouveau, Paul fait part de son malaise extrême à devoir se vanter de la sorte sous la pression des Corinthiens.

par les travaux …  en danger de mort. Il s’agit ici d’un résumé des souffrances de Paul à cause de l’Évangile. Les versets suivants en fournissent des exemples précis, dont plusieurs ne se trouvent pas dans les Actes. Paul risqua souvent sa vie (#Ac 9:23, #Ac 9:29 ; #Ac 14: 5, #Ac 14:19-20 ; #Ac 17: 5 ; #Ac 21:30-32).

 

24  cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un,

quarante coups moins un. Le nombre maximal de coups qui pouvaient être légalement administrés était fixé à 40 en #De 25:1-3. Du temps de Paul, les Juifs l’avaient réduit à 39 afin d’éviter tout dépassement accidentel du nombre autorisé. Jésus avait annoncé que ses disciples auraient à souffrir de tels traitements (#Mt 10:17).

 

25  trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.

battu de verges. Châtiment romain appliqué à l’aide de tiges flexibles liées entre elles (cf. #Ac 16:22-23).

une fois j’ai été lapidé. À Lystre (#Ac 14:19-20).

trois fois j’ai fait naufrage. Sans compter le naufrage lors de son transfert à Rome en tant que prisonnier (#Ac 27), qui n’avait pas encore eu lieu. Ses nombreux voyages en mer (cf. #Ac 9:30 ; #Ac 11:25-26 ; #Ac 13: 4, #Ac 13: 13 ; #Ac 14:25-26 ; #Ac 16: 11 ; #Ac 17:14-15 ; #Ac 18: 18, #Ac 18: 21) avaient largement fourni des occasions de naufrage.

un jour et une nuit dans l’abîme. Au moins l’un des naufrages eut lieu dans des circonstances si dramatiques que Paul passa une journée entière sur l’épave à attendre les secours.

 

26  Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères.

faux frères. Ceux qui paraissent chrétiens mais qui ne le sont pas en réalité, notamment les faux docteurs (v. #2Co 11:13) et les judaïsants (#Ga 2:4).

11:26-27

en péril. Paul parle ici des difficultés inhérentes à ses fréquents voyages. Les « fleuves » et les « brigands » représentaient des risques majeurs pour les voyageurs de cette époque. Pour passer, par exemple, de Perge à Antioche de Pisidie (#Ac 13: 14), il fallait traverser la chaîne du Taurus, infestée de voleurs, ainsi que deux rivières réputées dangereuses pour leurs crues. L’apôtre fut en outre fréquemment confronté aux menaces de ses compatriotes (#Ac 9:23, #Ac 9:29 ; #Ac 13: 45 ; #Ac 14: 2, #Ac 14: 19 ; #Ac 17: 5 ; #Ac 18: 6, #Ac 18:12-16 ; #Ac 20: 3, #Ac 20: 19 ; #Ac 21:27-32) et, dans une moindre mesure, des « païens » (#Ac 16:16-40 ; #Ac 19:23-20:1).

 

27  J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité.

28  Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises.

11:28-29 Le souci quotidien de Paul pour les Églises l’éprouvait bien plus que les souffrances physiques qu’il dut endurer. Les « faibles » (cf. #Ro 14 ; #1Co 8) dans la foi ou ceux qui venaient à tomber dans le péché lui causaient une douleur morale intense. Cf. #1Th 5:14.

 

29  Qui est faible, que je ne sois faible ? Qui vient à tomber, que je ne brûle ?

30  S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai !

c’est de ma faiblesse que je me glorifierai. Il pouvait ainsi magnifier la puissance de Dieu qui était à l’œuvre dans sa vie (cf. #2Co 4:7 ; #Col 1:29 ; #2Ti 2:20-21).

 

31  Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point ! … 

Paul avait conscience que la longue liste de ses souffrances pouvait paraître invraisemblable, c’est pourquoi il en appela au témoignage de Dieu pour étayer ses paroles (cf. v. #2Co 11:10 ; #2Co 1:23 ; #Ro 1:9 ; #Ro 9:1 ; #Ga 1:20 ; #1Th 2:5, #1Th 2:10 ; #1Ti 2:7).

 

32  A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi ;

11:32-33 Paul cita son humiliante fuite de Damas (cf. #Ac 9:23-25) comme le couronnement de la faiblesse dont il se glorifiait (v. #2Co 11:30). Le récit des Actes désigne les Juifs hostiles à l’Évangile comme auteurs du complot contre la vie de Paul, tandis que l’apôtre nomme ici le gouverneur du roi nabatéen Arétas (9 av. J.-C. à 40 apr. J.-C.) comme responsable. De toute évidence, les Juifs excitèrent les autorités séculières contre Paul, comme ils le firent systématiquement par la suite (cf. #Ac 13: 50 ; #Ac 14: 2 ; #Ac 17: 13).

 

33  mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j’échappai de leurs mains.

 

2 C0RINTHIANS 11 : 01 to 33 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ Oh! if you could bear with me in a little folly! Indeed bear with me!

a little madness. If Paul had to point out the folly of self-recommendation (# 2Co 10:18), it was not to engage now in such an approach. However, the fact that the Corinthians approve the claims of false teachers forced him to recall the evidence of his apostolate (cf. 2 Cor 12:11 #.). It was the only way to lead them to the truth. Contrary to the false teachers, Paul gloried in the Lord (# 2Co 10: 7) and had no other motivation than the welfare of the Corinthians, endangered by wrong teachings (cf. 2 Cor 11 v #.: 2, # 2Co 12:19).

 

2 For I am jealous over you with a godly jealousy, for I have espoused you to one husband, to Christ to present you as a pure virgin.

I am jealous of you. The reason for Paul's folly was deep and sincere his interest in the spiritual condition of the Corinthians. It is concerned with the point of feel jealous, not to protect his own reputation, but to keep them pure spiritually.

jealousy of God. Jealousy inspired by zeal for God's work and similar to the jealousy of God for his holy name and the loyalty of his people (cf. #Ex 20: 5; 34:14 #Ex; # of 4:24; # 5: 9; 6:15 # of; # of 32:16, # of 32:21; #Jos 24: 19; #PS 78:58; 39:25 #Ez; #NA 1: 2).

I have espoused you to one husband. As their spiritual father (# 2Co 12:14; 1 Cor 4:15 #; # 1 Corinthians 9: 1-2), Paul describes the Corinthians as a girl it offers engagement to Jesus Christ (at the time of conversion of believers). The A.T. described Israel as the wife of the Lord (cf. #Esa 54: 5; Jer # 3: 1-4; 2:18 #Os, #Os 2: 21-22), while the NT presents the Church as the bride of Christ (#EP 5: 22-32; #Ap 19: 7).

pure virgin. After fiancé, or told the Corinthians to Christ, Paul wanted them to retain their purity until the wedding day (cf. #Ap 19: 7). It was this passionate desire to see them persevere to the end that had excited the jealousy of Paul and led him to expand on his apostolic responsibilities.

 

3 However, as the serpent beguiled Eve through his subtlety, I am afraid that your minds may somehow and turn away from the simplicity that is in Christ.

Paul compared the danger which threatened the Corinthians and their church the lie by which Satan had seduced Eve, he feared that the Corinthians assign, like Eve, to satanic lies that corrompraient them. The tragic consequence of such an act would be abandoning their simple faith in Christ in favor of refined vagaries of false apostles. The allusion to #Ge 3 implies that false teachers were emissaries of Satan; further, Paul expresses in an explicit way (vv # 2 Cor. 11: 13-15).

 

4 For if someone comes to you preach another Jesus whom we have not preached, or if ye receive another spirit, which ye have received, or another gospel, which ye have not accepted, ye might well bear .

someone comes. False apostles who taught in the church of Corinth came from outside, as Satan had interfered inside the garden. It was probably Jews from the area of ​​Israel (cf. v # 2Co 11:22; #AC. 6: 1) who said they wanted to bring the Corinthians under the dominion of the Church of Jerusalem. In a sense, they judaïsaient because they sought to impose Jewish customs to the Corinthians. However, it appears that false teachers in Corinth did not insist on circumcision of the pagans, unlike the Judaizing who had established their grip on the Church in Galatia (cf. #Ga 5: 2). They were not strictly legalistic, since they seemed to even encourage libertinism (see # 2Co 12:21). Their fascination with the rhetoric and oratory performances (see # 2Co 10:10) suggests that they were influenced by Greek culture and philosophy. They claimed (incorrectly, see #AC 15: 24) represent the church in Jerusalem and even have letters of recommendation. They claimed to be part of the most eminent apostles (v # 2 Cor. 11: 5) and despised apostolic statements of Paul. Their teaching differed somewhat from that of the Judaizing of Galatia, but it was no less fatal.

another Jesus ... another spirit ... another gospel. Despite the slanderous attacks by false teachers, Paul does not personally took them, but he brought the controversy to its doctrinal aspects. Indeed, it could tolerate hostility on the part of his critics, since they preached the gospel of Jesus Christ (cf. #Ph 1: 15-18). Those who corrupted the Gospel were however severely condemned (cf. #Ga 1: 6-9). The exact content of the teaching of the false apostles is not known to us in detail, and in reality it does not matter. Just know they preached "another Jesus" and "another spirit" which had resulted in "another gospel."

you might well bear with him. Paul formula that reproach because he was concerned about the spiritual health of the Corinthians. He jealously held that they remain committed to the truth and do not follow the evil lies of false apostles.

 

5 ¶ Now I feel that I have been nothing less than these eminent apostles.

these eminent apostles. This term can refer the twelve apostles. If this is the case, Paul would assert that, contrary to the insinuations of the false teachers (who claimed to be sent by the Church of Jerusalem) he did not feel in any way inferior to twelve (cf. 1Cor # 15: 7-9). However, it is more likely he named derisively false apostles, who had a high opinion of themselves. It is hardly plausible that Paul mentioned the twelve in the context of refuting false teaching (cf. vv # 2 Cor. 11: 1-4). We can not assume that the following comparison opposes Paul to the true apostles of Jesus Christ, before whom he certainly would not have had to defend his oratorical abilities (see #AC 4:13).

 

6 If I be rude in speech, yet I am not under that of knowledge, and we have shown among you in all things and in all things.

rude in speech. Paul acknowledges not having been trained in the practice of public speaking, as popular in Greek culture; cf. #AC 18: 24). He was a preacher of the Gospel, and not a professional speaker.

point below that of knowledge. If he could take advantage of all the qualities of an orator, however, Paul was no gap in the field of knowledge. He is not speaking here of his rabbinical training under Gamaliel (#AC 22: 3), but solely on its knowledge of the Gospel (cf. 1Cor # 2: 6-11; #EP 3: 1-5), that he received directly from God (#Ga 1:12).

 

7 Or did I commit a sin because, myself lowering myself so that you might be exalted, I preached to you the gospel of God?

free. In Greek culture, the importance of a teacher was measured retribution he asked. This is why false teachers accused Paul of being an impostor, since it refused to get paid for his services (see # 1 Corinthians 9: 1-15). They had persuaded the Corinthians that his refusal to receive support from them was an offense and proof of a lack of love (cf. v. # 2 Cor 11:11). The fact that Paul resorted to manual labor to support himself (#AC 18: 1-3) was also an embarrassment to the Corinthians, who considered this work as unworthy of an apostle. With biting irony, Paul asks his critics how they can take for a sin that he had waived his rights. In fact, he refused any support humility: he had lowered so they can be high, that is to say from their sin and idolatry.

8 I robbed other churches by taking wages from them to serve you.

I robbed other churches. In an extra-biblical context, the Greek verb meaning "loot". Paul had obviously not taken money to churches without their consent. He would only say that the churches who supported him during his service in Corinth derived no benefit from their support. Why Paul refused the support which he was entitled from the Corinthians (1 Cor 9:15 #) are not explicit. Perhaps, some of them they doubted his motives when he encouraged them to take up a collection for the Church of Jerusalem (see # 2 Cor 12: 16-18).

 

9 (11-8) And when I was at home and I found myself in need, I was not a burden to anyone; (11-9) as the brothers from Macedonia supplied what I lacked. In everything I kept myself from being burdensome to you, and I am careful.

brothers from Macedonia. Silas and Timothy (#AC 18: 5), who brought money from Philippi (#Ph 4:15.) And probably Thessaloniki (see # 1 Thessalonians 3: 6). Financial support generously provided by the Macedonians had allowed Paul to devote himself full time to preaching the gospel.

 

10 As the truth of Christ is in me, I declare that this boasting shall not be taken from me in the regions of Achaia.

this boasting. That is to say, the free exercise of his ministry; cf. # 1 Corinthians 9:15, 1 Corinthians 9:18 #).

the regions of Achaia. The Roman province of which Corinth was the capital and the dominant city. False teachers had apparently expanded their influence to other cities as Corinth.

 

11 Why? ... Because I do not love you? ... God knows!

12 But I act and have done so, to cut off occasion from those who desire occasion, that they may be found even as we in the things they boast.

I will act. The fact that Paul refused to accept financial support from the Corinthians could embarrass false teachers, who did not hesitate, in turn, to ask for money in exchange for their services. Paul had decided to continue to exercise his ministry free of charge and by that undermine the claims of false apostles who claimed to act on the same principles as him.

 

13 For such men are false apostles, deceitful workers, transforming themselves into apostles of Christ.

false apostles. False apostles who taught in the church of Corinth came from outside, as Satan had interfered inside the garden. It was probably Jews from the area of ​​Israel (cf. v # 2Co 11:22; #AC. 6: 1) who said they wanted to bring the Corinthians under the dominion of the Church of Jerusalem. In a sense, they judaïsaient because they sought to impose Jewish customs to the Corinthians. However, it appears that false teachers in Corinth did not insist on circumcision of the pagans, unlike the Judaizing who had established their grip on the Church in Galatia (cf. #Ga 5: 2). They were not strictly legalistic, since they seemed to even encourage libertinism (see # 2Co 12:21). Their fascination with the rhetoric and oratory performances (see # 2Co 10:10) suggests that they were influenced by Greek culture and philosophy. They claimed (incorrectly, see #AC 15: 24) represent the church in Jerusalem and even have letters of recommendation. They claimed to be part of the most eminent apostles (v # 2 Cor. 11: 5) and despised apostolic statements of Paul. Their teaching differed somewhat from that of the Judaizing of Galatia, but it was no less fatal.

11: 13-15 Paul does not speak in the guise of a veiled irony and no longer expose his defense; he boldly reveals the real identity of false teachers: they are emissaries of Satan. Not only their claim to the apostolate was false, but their doctrine was equally. As purveyors of false doctrines, they were under the curse expressed in #Ga 1: 8-9. The strong words of Paul may seem hard at first, but they are the expression of divine jealousy he felt for the Corinthians. Paul did not intend to sacrifice truth to preserve the unity of the Church. See # 1Ti 4:12; # 2P 2: 1-22; #Jude 8-13.

 

14 And it is no wonder, for Satan himself masquerades as an angel of light.

11: 14-15 The prince of darkness (cf. #Lu 22: 53; #AC 26:18; #EP 6:12; 1:13 #Col) masquerades as an angel of light and a messenger of truth . It is therefore not surprising that his agents do the same. Satan seduced Eve, and he holds them captive unbelievers (# 2Co 4: 4; cf. #EP 2: 1-3); his emissaries were trying to deceive the Corinthians and to subject them to false doctrines. The "end" terrible awaits these "ministers of justice" is the self-appointed false teachers of all: God's judgment (#Ro 3: 8; 1 Corinthians 3:17 #; #Ph 3:19; # 2 Thess 2: 8 ; # 2P 2: 1, 2P # 2: 3 # 2P 2:17; #Jude 4 #Jude 13).

 

15 Therefore it is no great thing if his ministers also be transformed as the ministers of righteousness. Whose end shall be according to their works.

¶ 16 I repeat, let no one think me foolish; otherwise, receive me as a fool, so that I too may boast a little.

nobody looks at me like a madman. Some members of the Church of Corinth, under the influence of false teachers, Paul denigrated by comparing it to them. That is why the apostle had decided to respond to the foolish according to their folly (#Pr 26: 5). He knew that the stakes were infinitely more important than the preservation of its image. Indeed, Paul rejecting the false apostles to follow the Corinthians actually rejected the true Gospel in favor of a fake. In this situation, seek to establish the legitimacy of his ministry and the credibility of the person amounted to defend the true gospel of Jesus Christ.

11: 16-33 After a brief digression where he addressed the issue of financial support (vv # 2 Cor. 11: 7-12) and denounced the false teachers as emissaries of Satan (vv # 2 Cor. 11: 13-15 ), Paul returns to the theme of personal glorification, the "madness" that the Corinthians had forced him (vv # 2 Cor. 11: 1-6).

 

17 What I say, with the assurance of having about glory, I'm not saying according to the Lord, but as in folly.

11: 17-18 Paul knew that the attitude of glory is "not the Lord" (see # 2 Corinthians 10: 1). However, the desperate situation at Corinth (where the false apostles gloried "in the flesh") required him to assert its value, not for his own glory (#Ga 6:14), but to thwart the dangerous teaching which threatened the church in Corinth.

 

18 Since many boast according to the flesh, I will glory also.

19 For you gladly support fools, you are wise.

The Corinthians, Paul writes with irony, should have no difficulty in supporting a "fool" like him, since they were themselves very wise (cf. 1 Cor 4:10 #)!

11: 19-21 Paul speaks in these verses with a scathing sarcasm, as he has rarely used in his letters. The adoption of such a tone demonstrates the gravity of the situation in Corinth and reveals the concerns of a pastor worthy of the name who was jealous of his flock.

 

20 If anyone enslaves you, if someone devours you, if someone grabs you, if someone is arrogant, if someone hits you in the face, you support.

enslaves you. This Greek verb appears elsewhere in the NT that #Ga 2: 4, which speaks of slavery under the yoke of Galatians Judaizers. False teachers had robbed the Corinthians of their freedom in Christ (cf. #Ga 5: 1).

devours you. Or "makes you his victims." This is probably the requirement for financial support qu'imposaient false apostles (the same verb appears #Lu 20: 47 where Jesus criticized the Pharisees devour widows' houses).

seizes you. This verb is translated "I got you" in # 2Co 12:16. False teachers were trying to catch the Corinthians as you catch fish in a net (see #Lu 5: 5-6).

arrogant. Arrogant, haughty and domineering (# 1 Peter 5: 3).

hits you in the face. It is not excluded that the false apostles have gone to the Corinthians bullied physically, but the term seems to be used more in a metaphorical sense (cf. 1 Cor 9:27 #). Hit someone in the face was a sign of disrespect and contempt (see # 1R 22: 24; #Lu 22: 64; #AC 23: 2).

 

21 I am ashamed to say, we have been weak. However, all that is bold, I speak foolishly - I also dare!

we have been weak. The bitter irony of Paul peaked when calls "weakness" that he did not abuse the Corinthians, unlike the false teachers (v. # 2 Cor 11:20).

 

¶ 22 Are they Hebrews? Me too. Are they Israelites? Me too. Are they the seed of Abraham? Me too.

Are they Hebrews Israelites ... ... of the seed of Abraham? At each of these questions, Paul answers simply and resolutely: "Me too" (cf. #Ph 3: 5).

11: 22-33 The most complete of the three lists, in this letter, report of Paul's sufferings for the cause of Christ (cf. 2 Cor # 4: 8-12; # 2Co 6: 4-10).

 

23 Are they ministers of Christ? - I speak as a fool. - I am more: by the work, much more; by blows, much more; imprisonments, much more. Often in danger of death,

Are they ministers of Christ? Paul has categorically refused to recognize this quality false teachers (v. # 2 Cor 11:13), however, some Corinthians continued to regard them as such. It therefore includes this opinion in its reasoning to better demonstrate afterwards that his ministry is in any point above the so-called "ministry" false apostles.

I speak in extravagant terms. Again, Paul expressed his extreme discomfort to have to brag about so under pressure from Corinthians.

by the work ... in danger. This is a summary of Paul's suffering because of the Gospel. The following verses provide specific examples, many of which are not found in Acts. Paul often risked his life (#AC 9:23, 9:29 #AC; #AC 14: 5, #AC 14: 19-20; #AC 17: 5; #AC 21: 30-32).

 

24 five times received I forty stripes Jewish one,

forty lashes minus one. The maximum number of shots that can be legally administered was set at 40 # of 25: 1-3. In the days of Paul, the Jews had reduced to 39 in order to prevent accidental exceeding the allowed number. Jesus had announced that his followers would suffer such treatment (#Mt 10:17).

 

25 Three times I was beaten with rods, once I was stoned, three times I was shipwrecked, I spent a day and a night in the abyss.

scourged. Roman punishment applied by means of flexible rods linked together (cf. #AC 16: 22-23).

once I was stoned. At Lystra (#AC 14: 19-20).

three times I was shipwrecked. Besides the wreck when transferred to Rome as a prisoner (#AC 27), which had not yet occurred. His numerous sea voyages (see #AC 9:30; #AC 11: 25-26; #AC 13: 4, #AC 13: 13; #AC 14: 25-26; #AC 16: 11; #AC 17: 14-15; #AC 18: 18 #AC 18: 21) had largely provided shipwreck opportunities.

one day and one night in the abyss. At least one of the shipwrecks occurred in circumstances so dramatic that Paul spent a whole day on the wreck to await rescue.

 

26 Frequently traveling, I have been in danger from rivers, in danger from bandits, in danger from those of my countrymen, in perils by the heathen, in perils in the city, in perils in deserts, in peril on the sea, in perils among false brethren.

false brothers. Those who appear Christians but are not actually such false teachers (v # 2Co 11:13.) And Judaizing (#Ga 2: 4).

11: 26-27

in danger. Paul talking about the difficulties of his frequent trips. The "rivers" and "brigands" were major risk to travelers of that time. To pass, for example, Perge to Antioch in Pisidia (#AC 13: 14), he had to cross the Taurus, infested with thieves, and two rivers for their considered dangerous floods. The apostle was also frequently faced threats of his compatriots (9:23 #AC, #AC 9:29; #AC 13: 45; #AC 14: 2, #AC 14: 19; #AC 17: 5; #AC 18: 6, #AC 18: 12-16; #AC 20: 3, #AC 20: 19; #AC 21: 27-32) and, to a lesser extent, "pagans" (#AC 16: 16-40; #AC 19: 23-20: 1).

 

27 I was in labor and painfulness, in watchings, in hunger and thirst, in fastings often, in cold and nakedness.

28 And, besides other things, I am besieged by worries every day that give me all the churches.

11: 28-29 Paul's daily concern for the churches felt much more than the physical suffering he had to endure. The "weak" (cf. #Ro 14; 1Cor # 8) in the faith or those who came to fall into sin caused him intense moral pain. See # 1 Thessalonians 5:14.

 

29 Who is weak, and I am not weak? Who is caused to stumble, and I burn not?

30 If I must boast, it is my weakness that I will glory!

it's my weakness I will be glorified. He could well magnify the power of God was at work in his life (see # 2Co 4: 7; 1:29 #Col; # 2Ti 2: ​​20-21).

 

31 God, who is Father of the Lord Jesus, who is blessed forever, knows that I do not lie! ...

Paul was aware that the long list of his sufferings might appear implausible, so he appealed to God's testimony to support his words (see verse # 2Co 11:10; 2 Cor 1:23 #; #Ro 1.: 9; #Ro 9: 1; #Ga 1:20; 1 Thessalonians 2 # 5, # 1 Thessalonians 2:10; # 1 Tim 2: 7).

 

32 In Damascus the governor of King Aretas was guarding the city of the Damascenes, to apprehend me:

11: 32-33 Paul cited his humiliating escape from Damascus (cf. #AC 9: 23-25) as the crowning of the weakness which he glorified (v # 2Co 11:30.). The Acts of the story refers to Jews hostile to the gospel as authors of the plot against Paul's life, while the apostle called by the governor Nabataean King Aretas (9 BC. 40 apr. J. -C.) responsible. Clearly, the Jews stirred secular authorities against Paul, as they did routinely thereafter (cf. #AC 13: 50; #AC 14: 2; #AC 17: 13).

 

33 but I was let down through a window in a basket, along the wall, and escaped his hands.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/