2 CORINTHIENS 12 : 01 À 21 *** + 2 C0RINTHIANS 12 : 01 to 21 + NOTES : JOHN MACARTHUR

15/01/2016 15:00

2 CORINTHIENS 12 : 01 À 21 *** +
 

1 ¶  Il faut se glorifier …  Cela n’est pas bon. J’en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur.

visions …  révélations. Six des visions de Paul sont mentionnées dans les Actes (#2Co 9:12 ; #2Co 16:9-10 ; #2Co 18: 9 ; #2Co 22:17-18 ; #2Co 23: 11 ; #2Co 27:23-24). Ses lettres parlent de révélations qu’il reçut (cf. #Ga 1:12 ; #Ga 2:2 ; #Ep 3:3).

12:1-7 Paul continue, à contrecœur, de se glorifier. Il savait que cette attitude n’était pas bonne parce qu’elle exposait sa chair à la tentation, mais il n’avait pas le choix, compte tenu de la fascination qu’exerçaient sur les Corinthiens les prétendues visions et révélations des faux apôtres (v. #2Co 12:11).

 

2  Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait.

un homme en Christ. Peu disposé à se vanter, Paul préfère s’exprimer ici à la troisième personne. Le contexte indique cependant clairement qu’il parlait de lui-même. En effet, rapporter ce qui était arrivé à quelqu’un d’autre n’aurait guère servi à appuyer sa propre légitimité apostolique. D’ailleurs, l’écharde dans la chair causait une souffrance à Paul, et non à quelqu’un d’autre (v. #2Co 12:7).

dans …  hors de son corps. Paul avait tellement été saisi par sa vision céleste qu’il n’était pas en mesure d’en préciser les circonstances. Cependant, savoir s’il avait été élevé au ciel dans son corps (comme Hénoc, #Ge 5:24, et Elie, #2R 2:11) ou si son esprit avait été temporairement séparé de son corps n’était pas primordial.

12:2-4 Cette vision particulière eut lieu 14 ans avant la rédaction de 2 Corinthiens. Elle ne peut donc correspondre à aucun incident décrit dans les Actes. Elle se produisit certainement entre le retour de Paul à Tarse depuis Jérusalem (#Ac 9:30) et le début de ses voyages missionnaires (#Ac 13:1-3).

ravi jusqu’au au troisième ciel …  enlevé dans le paradis. Paul ne décrit pas ici deux visions distinctes. En effet, le « troisième ciel » et le « paradis » constituent un seul et même lieu (cf. #Ap 2:7, qui précise que l’arbre de vie se trouve au paradis, et #Ap 22: 14, qui le situe au ciel). Le premier ciel correspond à l’atmosphère terrestre (#Ge 8:2 ; #De 11:11 ; #1R 8:35); le deuxième est formé de l’espace interstellaire et interplanétaire (#Ge 15: 5 ; #Ps 8:4 ; #Esa 13: 10); le troisième est la demeure de Dieu (#1R 8:30 ; #2Ch 30:27 ; #Ps 123:1).

 

3  Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait)

4  fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer.

paroles merveilleuses …  pas permis …  d’exprimer. Paul n’était pas autorisé à répéter ces paroles destinées à lui seul, même s’il avait été capable de les formuler d’une manière intelligible.

 

5  Je me glorifierai d’un tel homme, mais de moi-même je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmités.

6  Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, afin que personne n’ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu’il voit en moi ou à ce qu’il entend de moi.

Paul aurait pu se vanter de ce qu’il avait vécu (vv. #2Co 12:1-4) sans paraître insensé, puisqu’il parlait d’un événement qui s’était réellement produit. Cependant, il s’abstint de se mettre ainsi en valeur parce qu’il voulait que les Corinthiens le jugent d’après les fruits de son ministère et non d’après ses visions.

 

7  Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir.

ces révélations. Six des visions de Paul sont mentionnées dans les Actes (#2Co 9:12 ; #2Co 16:9-10 ; #2Co 18: 9 ; #2Co 22:17-18 ; #2Co 23: 11 ; #2Co 27:23-24). Ses lettres parlent de révélations qu’il reçut (cf. #Ga 1:12 ; #Ga 2:2 ; #Ep 3:3).

 

une écharde dans la chair, un ange de Satan. Cette épreuve lui était envoyée de la part de Dieu afin de le maintenir dans l’humilité. Comme pour Job, Satan était l’agent direct, mais Dieu demeurait le responsable ultime. L’emploi du mot « ange » (grec angelos, traduit parfois par « messager ») suggère que « l’écharde » (sens premier « pieu ») était une personne démoniaque et non une simple maladie. Le N.T. emploie le mot angelos 175 fois. Dans la plupart de ces occurrences, il est question d’anges. L’ange en question provenait de Satan et n’était autre qu’un démon qui affligeait Paul. L’explication certainement la plus vraisemblable concernant ce démon est qu’il était incarné dans le chef de la conspiration des faux apôtres qui officiaient à Corinthe. C’est par son intermédiaire que ce démon pouvait déchirer l’Église bien-aimée de Paul, enfoncer un pieu dans le cœur de l’apôtre et le faire souffrir. L’ensemble du contexte des ch. #2Co 10:1-13:2 vient appuyer cette affirmation, car il y est question de lutte contre des adversaires (les faux apôtres). Le verbe traduit par « souffleter » se rapporte toujours à un mauvais traitement infligé par d’autres personnes (#Mt 26:67 ; #Mr 14: 65 ; #1Co 4:11 ; #1Pi 2:20). Enfin, l’A.T. compare les adversaires personnels d’Israël à des épines (#No 33:55 ; #Jos 23: 13 ; #Ez 28:24).

m’empêcher de m’enorgueillir. L’assaut était pénible, mais il avait un but: Dieu permettait à Satan de semer le trouble dans l’Église afin d’humilier Paul. L’apôtre avait eu tant de révélations, y compris une expérience au ciel, qu’il aurait pu éprouver de l’orgueil. Le faux apôtre possédé du démon qui attaquait Paul et son œuvre à Corinthe constituait cette écharde dans sa chair orgueilleuse.

 

8  Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi,

Trois fois j’ai prié. Paul désirait tant être soulagé du mal qui se mettait en travers de son ministère qu’il se tourna vers le Seigneur (l’emploi de l’article défini pour parler du « Seigneur » indique que sa prière s’adressait à Jésus) pour implorer son action. Les démons sont soumis uniquement à l’autorité du Seigneur. La triple répétition de la demande de Paul fait écho à celle de Jésus dans le jardin de Gethsémané (#Mr 14:32-41). Paul et Jésus virent tous deux leur demande rejetée; cependant, ils reçurent la grâce qui leur permit d’endurer leurs épreuves jusqu’à la fin.

 

9  et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.

Ma grâce te suffit. Le temps du verbe (présent) révèle la disponibilité permanente de la grâce divine. Dieu n’allait pas enlever l’écharde, comme Paul l’avait demandé, mais il lui accorderait continuellement sa grâce, afin que l’apôtre puisse supporter son épreuve (cf. #1Co 15: 10 ; #Ph 4:13 ; #Col 1:29).

ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Cf. #2Co 4:7-11. Plus l’instrument humain est faible, plus la grâce de Dieu éclate fortement.

12:9-10 Paul n’éprouvait aucun plaisir dans la douleur elle-même, mais il se réjouissait de ce que la puissance de Christ pouvait ainsi se révéler plus manifestement à travers lui.

 

10  C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

11 ¶  J’ai été un insensé : vous m’y avez contraint. C’est par vous que je devais être recommandé, car je n’ai été inférieur en rien aux apôtres par excellence, quoique je ne sois rien.

J’ai été un insensé…vous m’y avez contraint .Si Paul venait de souligner la folie d’une recommandation de soi-même (#2Co 10:18), ce n’était pas pour s’engager à présent dans une telle démarche. Cependant, le fait que les Corinthiens approuvaient les affirmations des faux docteurs l’obligeait à rappeler les preuves de son apostolat (cf. #2Co 12:11.). C’était le seul moyen de les mener à la vérité. Contrairement aux faux docteurs, Paul se glorifiait dans le Seigneur (#2Co 10:7) et n’avait d’autre motivation que le bien-être des Corinthiens, mis en danger par de mauvais enseignements (cf. v. #2Co 11:2 ; #2Co 12:19).

Certains membres de l’Église de Corinthe, sous l’influence des faux docteurs, dénigraient Paul en le comparant à eux. C’est pourquoi l’apôtre avait décidé de répondre aux insensés selon leur folie (#Pr 26:5). Il savait que l’enjeu était infiniment plus important que la préservation de son image. En effet, en rejetant Paul pour suivre les faux apôtres, les Corinthiens rejetaient en réalité le vrai Évangile au profit d’un faux. Dans cette situation, chercher à établir la légitimité de son ministère et la crédibilité de sa personne équivalait à défendre le véritable Évangile de Jésus-Christ.;  cf. #2Co 11:17, #2Co 11:21, #2Co 11:23.

apôtres par excellence. Cette expression peut désigner les douze apôtres. Si tel est le cas, Paul affirmerait que, contrairement aux insinuations des faux docteurs (qui se disaient envoyés par l’Église de Jérusalem, il ne se sentait en rien inférieur aux douze (cf. #1Co 15:7-9). Il est cependant plus probable qu’il nomme ainsi, par dérision, les faux apôtres, qui avaient une opinion élevée d’eux-mêmes. Il n’est guère plausible que Paul ait mentionné les douze dans le contexte de la réfutation de faux enseignements (cf. vv. #2Co 11:1-4). On ne peut non plus supposer que la comparaison qui suit oppose Paul aux véritables apôtres de Jésus-Christ, devant lesquels il n’aurait certainement pas eu à défendre ses capacités oratoires (cf. #Ac 4:13).

 

12  Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles.

Les preuves de mon apostolat. Elles incluaient des signes, des prodiges et des miracles, mais aussi le miracle du salut des Corinthiens (#1Co 9:2). Les signes miraculeux avaient pour objet de confirmer les apôtres comme étant les véritables messagers de Dieu (cf. #Ac 2:22, #Ac 2:43 ; #Ac 4:30 ; #Ac 5:12 ; #Ac 14: 3 ; #Ro 15:18-19 ; #Hé 2:3-4).

 

13  En quoi avez-vous été traités moins favorablement que les autres églises, sinon en ce que je ne vous ai point été à charge ? Pardonnez-moi ce tort.

Paul n’avait pas offensé les Corinthiens autrement qu’en refusant d’être un fardeau. Avec une pointe d’ironie, il implore leur pardon pour ce « tort ».

 

14  Voici, pour la troisième fois je suis prêt à aller chez vous, et je ne vous serai point à charge ; car ce ne sont pas vos biens que je cherche, c’est vous-mêmes. Ce n’est pas, en effet, aux enfants à amasser pour leurs parents, mais aux parents pour leurs enfants.

pour la troisième fois. La première visite est mentionnée en #Ac 18 ; la deuxième est la visite pénible (#2Co 2:1).

je ne serai point à votre charge. Paul souhaitait garder la même ligne de conduite lors de sa prochaine visite et ne pas accepter de soutien de la part des Corinthiens.

ce ne sont pas vos biens …  vous-mêmes. L’intérêt de Paul portait sur les Corinthiens (cf. #2Co 6:11-13 ; #2Co 7:2-3), non sur leur argent.

enfants …  parents …  parents …  enfants. Pour renforcer cette idée, Paul rappelle le principe évident qui veut que les parents soient financièrement responsables de leurs enfants, et non l’inverse (lorsque les enfants sont jeunes, cf. #1Ti 5:4).

 

15  Pour moi, je dépenserai très volontiers, et je me dépenserai moi-même pour vos âmes, dussé-je, en vous aimant davantage, être moins aimé de vous.

Loin de vouloir déposséder les Corinthiens de leurs biens, Paul cherchait au contraire à les enrichir. « Les dépenses » sont probablement une allusion au travail qu’il était prêt à entreprendre afin de pourvoir à ses besoins lors de son séjour à Corinthe. Il était par ailleurs volontaire pour « se dépenser », c’est-à-dire donner de lui-même jusqu’à sacrifier sa vie.

 

16  Soit ! je ne vous ai point été à charge ; mais, en homme astucieux, je vous ai pris par ruse !

12:16-18 Même s’il était clair pour tous que Paul n’avait pas abusé de la confiance des Corinthiens pour son avantage personnel, ses ennemis faisaient circuler une rumeur plus malveillante encore: ils l’accusaient d’avoir agi avec ruse et perfidie pour tromper les Corinthiens (#2Co 4:2). Ils prétendaient en particulier qu’il avait prévu de garder pour lui une partie de l’argent destiné à l’Église de Jérusalem que ses assistants devaient collecter auprès des Corinthiens. Ainsi, au dire de ses adversaires, Paul était à la fois un trompeur hypocrite (puisqu’il aurait finalement pris de l’argent aux Corinthiens après les avoir assurés qu’il ne le ferait pas, vv. 14-15) et un vulgaire voleur. Cette accusation était d’autant plus pénible pour l’apôtre qu’elle mettait en cause le caractère de ses amis. Outré de ce que les Corinthiens puissent croire à des mensonges aussi ridicules, Paul leur fait remarquer que ses compagnons d’œuvre n’ont jamais profité d’eux lors de leurs visites précédentes en rapport avec la collecte (#2Co 8:6, #2Co 8:16-18). La vérité était des plus simples: ni Paul ni ses assistants n’avaient commis aucune escroquerie à l’égard des Corinthiens.

 

17  Ai-je tiré du profit de vous par quelqu’un de ceux que je vous ai envoyés ?

18  J’ai engagé Tite à aller chez vous, et avec lui j’ai envoyé le frère : est-ce que Tite a exigé quelque chose de vous ? N’avons-nous pas marché dans le même esprit, sur les mêmes traces ?

19  Vous vous imaginez depuis longtemps que nous nous justifions auprès de vous. C’est devant Dieu, en Christ, que nous parlons ; et tout cela, bien-aimés, nous le disons pour votre édification.

Paul s’empresse de faire une mise au point pour que les Corinthiens ne considèrent pas sa lettre comme une plaidoirie dans un procès où ils seraient les juges: il leur rappelle qu’il n’a pas d’autre juge que Dieu (cf. #2Co 5:10 ; #1Co 4:3-5). Il ne cherchait pas à se justifier, mais à les édifier.

 

20  Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi-même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles.

21  Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés.

Paul ne voulait pas retrouver les Corinthiens dans le même état spirituel déplorable que lors de sa dernière visite (la visite pénible mentionnée en #2Co 2:1). Si leur comportement devait ne pas correspondre à ses attentes  s’ils continuaient dans les péchés qu’il leur avait signalés - le sien aussi serait différent de ce qu’ils auraient souhaité, parce qu’il devrait les discipliner (cf. #2Co 13: 2). Paul serait à la fois humilié et attristé de voir les Corinthiens poursuivre sur leur voie de péché. Cet avertissement, de même que celui de 13: 2, devait empêcher qu’une telle situation ne se produise.

 

 

2 C0RINTHIANS 12 : 01 to 21 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ It must boast ... This is not good. I will come to visions and revelations of the Lord.

... visions revelations. Six visions of Paul mentioned in Acts (# 2Co 9:12; # 2Co 16: 9-10; # 2Co 18: 9; # 2Co 22: 17-18; # 2Co 23: 11; 2 Cor 27:23 # -24). His letters speak of revelations that he received (cf. #Ga 1:12; #Ga 2: 2; #EP 3: 3).

12: 1-7 Paul goes reluctantly to glory. He knew that this attitude was not good because it exposed her flesh to temptation, but he had no choice, given the fascination exercised on Corinthians alleged visions and revelations of false apostles ( v. # 2 Cor 12:11).

2 I know a man in Christ who, fourteen years ago was caught up to the third heaven (whether in the body I know not, or whether out of the body I do not know, God knows.

a man in Christ. Unwilling to boast, Paul prefers to speak here in the third person. However, the context makes it clear that he was speaking of himself. Indeed, report what had happened to someone else would hardly have used to support his own apostolic legitimacy. Moreover, the thorn in the flesh was causing distress to Paul, not to someone else (see # 2 Cor. 12: 7).

in ... out of his body. Paul was so seized by his heavenly vision that he was not able to clarify the circumstances. However, whether he had been raised to heaven in his body (as Enoch #Ge 5:24, and Elijah, # 2R 2:11) or if his mind was temporarily separated from his body was not important.

12: 2-4 This particular vision took place 14 years before the writing of 2 Corinthians. It therefore can not match any incident described in Acts. It certainly occurred between the return of Paul at Tarsus from Jerusalem (#AC 9:30) and the start of his missionary journeys (#AC 13: 1-3).

caught up to the third heaven ... caught up into paradise. Paul does not describe here two different visions. Indeed, the "third heaven" and "Paradise" is a single location (see #Ap 2: 7, which states that the tree of life is in heaven, and #Ap 22: 14, which the located in the sky). The first heaven is the earth's atmosphere (#Ge 8: 2; 11:11 # of; # 1R 8:35); the second consists of interplanetary and interstellar space (#Ge 15: 5; #PS 8: 4; #Esa 13: 10); the third is the abode of God (# 1R 8:30; # 2Ch 30:27; #PS 123: 1).

3 And I know such a man (whether in the body or out of the body I do not know, God knows)

4 was caught up into paradise, and heard unspeakable words, which it is not lawful for a man to utter.

wonderful words ... ... not allowed to express. Paul was not allowed to repeat these words for himself, even if he had been able to formulate an intelligible manner.

5 I will glory of such a man, but of myself I will not boast, except in my weaknesses.

6 If I wanted to boast, I will not be a fool, because I speak the truth; but I refrain, so no one has to me above that which he sees in me or what he hears of me.

Paul could boast of his experiences (vv # 2 Cor. 12: 1-4) without appearing foolish, since it spoke of an event that really happened. However, he refrained from putting so worth because he wanted the Corinthians to judge by the fruit of his ministry and not according to his visions.

7 And lest I should be exalted above, because of the abundance of the revelations, there was given me a thorn in the flesh, a messenger of Satan to buffet me, lest I should be exalted .

these revelations. Six visions of Paul mentioned in Acts (# 2Co 9:12; # 2Co 16: 9-10; # 2Co 18: 9; # 2Co 22: 17-18; # 2Co 23: 11; 2 Cor 27:23 # -24). His letters speak of revelations that he received (cf. #Ga 1:12; #Ga 2: 2; #EP 3: 3).

a thorn in the flesh, a messenger of Satan. This test was sent to her by God in order to maintain humility. Like Job, Satan was the direct agent, but God remained ultimately responsible. The use of the word "angel" (Greek angelos, sometimes translated as "messenger") suggests that "thorn" (meaning first "pile") was an evil person, not a single disease. The N.T. use the word angelos 175 times. In most of these occurrences, there is talk of angels. The angel in question came from Satan and was nothing but a demon that afflicted Paul. The most likely explanation certainly on this demon that was embodied in the leader of the conspiracy of false apostles who officiated at Corinth. It is through him that the devil could tear the beloved Paul Church, drive a stake into the heart of the apostle, and make him suffer. The entire context of c. # 2 Corinthians 10: 1-13: 2 supports this statement, as there is a question of struggle against opponents (false apostles). The verb translated "buffet" always refers to mistreatment by others (#Mt 26:67; #Mr 14: 65; 1 Cor 4:11 #; # 1 Peter 2:20). Finally, A.T. compare personal adversaries of Israel thorns (#No 33:55; #Jos 23: 13; #Ez 28:24).

help but boast me. The assault was painful, but he had one goal: God allowed Satan to cause trouble in the Church in order to humiliate Paul. The apostle had had such revelations, including experience in heaven, he would have felt pride. The false apostle possessed by the devil who attacked Paul and his work in Corinth was this thorn in his proud flesh.

8 Three times I begged the Lord depart from me,

Three times I prayed. Paul was so anxious to be relieved of the evil that began across his ministry he turned to the Lord (the use of the definite article to talk about the "Lord" indicates his prayer addressed to Jesus) to implore its action. Demons are subject only to the authority of the Lord. The triple repetition of the request of Paul echoes that of Jesus in the Garden of Gethsemane (#Mr 14: 32-41). Paul and Jesus saw both rejected their request; However, they received the grace that enabled them to endure their trials to end.

9 and he said to me, My grace is sufficient for you, for my power is made perfect in weakness. Therefore I will boast all the more gladly of my weaknesses, so that Christ's power may rest on me.

My grace is sufficient. The verb tense (present) shows the continuous availability of divine grace. God did not remove the thorn, as Paul asked, but he continually grant him his grace, so that the apostle can stand his trial (see # 1 Cor 15: 10; #Ph 4:13; # Col 1:29).

my power is made perfect in weakness. # Cf. 2 Cor 4: 7-11. Over the human instrument, the lower the grace of God breaks out strongly.

12: 9-10 Paul felt no pleasure in the pain itself, but he was glad that the power of Christ could well be more clearly through it.

10 Therefore I delight in weaknesses, in insults, in calamities, in persecutions, in distresses for Christ; For when I am weak, then am I strong.

¶ 11 I was a fool: you have compelled me. It is through you that I had to be recommended, because I have been nothing less than the most eminent apostles, though I am nothing.

I was a fool ... you forced me .If Paul had emphasized the folly of self-recommendation (# 2Co 10:18), it was not to engage now in a such an approach. However, the fact that the Corinthians approve the claims of false teachers forced him to recall the evidence of his apostolate (cf. 2 Cor 12:11 #.). It was the only way to lead them to the truth. Contrary to the false teachers, Paul gloried in the Lord (# 2Co 10: 7) and had no other motivation than the welfare of the Corinthians, endangered by wrong teachings (cf. 2 Cor 11 v #.: 2, # 2Co 12:19).

Some members of the Church of Corinth, under the influence of false teachers, Paul denigrated by comparing it to them. That is why the apostle had decided to respond to the foolish according to their folly (#Pr 26: 5). He knew that the stakes were infinitely more important than the preservation of its image. Indeed, Paul rejecting the false apostles to follow the Corinthians actually rejected the true Gospel in favor of a fake. In this situation, seek to establish the legitimacy of his ministry and the credibility of the person amounted to defend the true gospel of Jesus Christ .; cf. # 2Co 11:17, 2Co 11:21 #, # 2Co 11:23.

eminent apostles. This term can refer the twelve apostles. If this is the case, Paul would assert that, contrary to the insinuations of the false teachers (who claimed to be sent by the Church of Jerusalem, he did not feel in any way inferior to twelve (cf. 1Cor # 15: 7-9.) He however, most likely he named derisively false apostles, who had a high opinion of themselves. It is not plausible that Paul mentioned the twelve in the context of refuting false teaching ( . vv # 2Co 11: 1-4) We can not assume that the following comparison opposes Paul to the true apostles of Jesus Christ, before whom he certainly would not have had to defend his oratorical skills (cf. . #AC 4:13).

12 the signs of an apostle were wrought among you by longsuffering, by signs, wonders and miracles.

The signs of an apostle. They included signs, wonders and miracles, but also the miracle of salvation Corinthians (1 Cor # 9: 2). The miraculous signs were intended to confirm the apostles as being the true messengers of God (cf. 2:22 #AC, #AC 2:43; #AC 4:30; 5:12 #AC; #AC 14: 3; #Ro 15: 18-19; Heb # 2: 3-4).

13 How have you been treated less favorably than the other churches, except it be that I myself was not burdensome to you? Forgive me this wrong.

Paul had not offended the Corinthians except by refusing to be a burden. With a touch of irony, he implores forgiveness for this "wrong".

14 Behold, the third time I am ready to go home, and I will be a burden to you; because these are not your possessions that I want is yourself. This is not, in fact, raise children for their parents, but the parents for their children.

for the third time. The first visit is mentioned #AC 18; the second is the painful visit (# 2Co 2: 1).

I will not be your responsibility. Paul wanted to keep the same policy at its next visit and do not accept support from the Corinthians.

these are not your possessions ... yourself. Paul's interest was for the Corinthians (cf. # 2Co 6: 11-13; # 2Co 7: 2-3), not on their money.

children ... parents ... parents ... children. To reinforce this idea, Paul reminds the obvious principle that parents are financially responsible for their children, and not the reverse (when children are young, # cf. 1Ti 5: 4).

15 For me, I gladly will spend, and I will spend myself for your souls, even if I, love you more, be less loved by you.

Far from wanting to dispossess them of their property Corinthians, Paul sought instead to enrich them. "Expenses" are probably an allusion to the work he was prepared to undertake in order to provide for his needs during his stay in Corinth. He was also a volunteer in order to "spend" that is to say, giving himself up to sacrifice his life.

16 Good! I did not burden you; but, being crafty, I caught you by trickery!

12: 16-18 Although it was clear to everyone that Paul had not abused the trust of the Corinthians for his personal benefit, his enemies were circulating a malicious rumor again, they accused him of having acted deceitfully and treachery to deceive the Corinthians (# 2Co 4: 2). They claimed in particular that he had planned to keep him part of the money for the Jerusalem church that his assistants had to collect from Corinthians. Thus, according to his opponents, Paul was both a hypocrite misleading (since it would ultimately took the money to the Corinthians after being assured he would not do it, vv. 14-15) and vulgar thief. This accusation was all the more painful for the Apostle it involved the character of his friends. Outraged that the Corinthians can believe in such ridiculous lies, Paul noted that its their fellow workers have never enjoyed them during their previous visits in respect of the collection (# 2Co 8: 6 # 2 Corinthians 8: 16-18). The truth was simple: neither Paul nor his assistants had not committed any fraud against Corinthians.

17 Did I make a gain of you by any of those whom I sent you?

18 I urged Titus to come to you, and with him I sent a brother: did Titus demanded something from you? Have we not walked in the same spirit, the same steps?

19 You imagine a long time that we are excusing ourselves to you. It is before God, in Christ we speak; and all this, beloved, we say it for your edification.

Paul is quick to make a clarification to the Corinthians do not consider his letter as an argument in a trial where they would be the judges: he reminds them that he has no other judge than God (cf. # 2Co 5:10; # 1 Corinthians 4: 3-5). He did not try to justify himself but to edify.

20 For I am afraid I do not find you, when I arrived, as I would, and I myself should be found by you as you do not want. I am afraid of finding quarrels, jealousy, animosity, cabals, gossip, slander, pride, disorders.

21 lest, when I come again my God will humble me about you, and that I bewail many who have sinned earlier and have not repented of the uncleanness and the fornication and lasciviousness which they are delivered.

Paul did not find the Corinthians in the same deplorable spiritual state that during his last visit (the painful visit mentioned in # 2Co 2: 1). If their behavior was not match their expectations if they continued in the sins that he had their attention - as his would be different from what they would have liked, because he should discipline (cf. 2 Cor 13 # : 2). Paul was both humbled and saddened to see the Corinthians continue on their path of sin. This warning, as well as that of 13: 2, was to prevent such a situation from occurring.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/