2 PIERRE 1 : 01 À 21 ** + 2 PETER 1 : 01 to 21 + NOTES : JOHN MACARTHUR

30/05/2016 16:39

2 PIERRE 1 : 01 À 21 ** +
 

1 ¶  Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ:

 

serviteur et apôtre. La façon dont Pierre se présente est caractérisée par un équilibre entre l’humilité et la dignité. En tant que serviteur, il était sur un pied d’égalité avec les autres chrétiens, il était un esclave obéissant de Christ. En tant qu’apôtre, il était unique, appelé divinement et envoyé comme témoin de la résurrection de Christ.

 

à ceux. Les destinataires de cette lettre étaient les mêmes que ceux qui reçurent la première lettre de Pierre (cf. #2P 3:1 ; #1Pi 1:1 ).

reçu en partage. Verbe inhabituel souvent lié à l’obtention de quelque chose par le sort (cf. #Ac 1:17 « avait part »). Il peut signifier « acquérir par la volonté divine ». Pierre insiste sur le fait que le salut ne s’obtient pas par l’effort personnel, les capacités ou les mérites, mais est un don de la grâce de Dieu.

 

foi. Pierre parle d’une foi subjective, c’est-à-dire la capacité du chrétien de croire, qui conduit à son salut (#Ep 2:8-9). Toutefois, même si la foi représente la part humaine dans le salut, c’est Dieu qui l’accorde. Il la fait débuter lorsque le Saint-Esprit réveille l’âme morte qui réagit à l’écoute de la Parole de Dieu (cf. #Ac 11:21 ; #Ep 2:8 ; #Ph 1:2).

 

du même prix. Le mot grec désignait généralement l’égalité dans le rang, la position, l’honneur, la popularité, le prix ou la valeur. Dans l’Antiquité, il désignait les étrangers qui recevaient le même droit de cité que les citoyens d’une ville. Pierre souligne que les chrétiens ont tous reçu la même foi salvatrice, précieuse et inestimable. Il n’y a pas de chrétiens de première et de deuxième classes, ni de distinctions spirituelles, raciales ou liées au sexe (cf. #Ga 3:28). Puisque Pierre s’adressait surtout à des non-Juifs, peut-être tenait-il à leur rappeler qu’ils avaient reçu la même foi que les Juifs (cf. #Ac 10:44-48 ; #Ac 11:17-18).

par la justice. Le message de Pierre, c’est que les croyants bénéficient de manière égale du don du salut, car la justice de Dieu leur est imputée. Cette justice ne reconnaît aucune distinction entre les hommes, si ce n’est le fait que certains péchés sont plus odieux encore que les autres. Ainsi, non seulement ils ont la foi parce que Dieu la leur donne, mais ils sont aussi sauvés uniquement parce que Dieu leur impute la justice.

 

de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ. En grec, un seul article défini précède l’expression, ce qui semble indiquer qu’elle désigne une seule et même personne: Jésus-Christ est identifié par Pierre comme étant à la fois notre Sauveur et notre Dieu (cf. #Esa 43:3, #Esa 43:11 ; #Esa 45:15, #Esa 45:21 ; #Esa 60:16 ; #Ro 9:5 ; #Col 2:9 ; #Tit 2:13 ; #Hé 1:8).

 

2  que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur !

 

connaissance. Ce genre de « connaissance » implique une connaissance plus vaste, plus approfondie et plus intime. La foi chrétienne est basée sur la connaissance de la vérité à propos de Dieu (cf. v. #2P 1:3). Le christianisme n’est pas une religion mystique; il est fondé sur la vérité objective, historique, révélée et rationnelle de Dieu, destinée à être comprise et crue. Plus la connaissance du Seigneur est profonde et vaste, plus la grâce et la paix sont multipliées.

 

3  Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,

 

Sa divine puissance. « Sa » renvoie à Jésus-Christ. C’est grâce à la puissance de Christ que le croyant a suffisamment de ressources et fait preuve de persévérance (cf. #Mt 24: 30 ; #Mr 5:30 ; #Lu 4:14 ; #Lu 5:17 ; #Ro 1:4 ; #2Co 12:9).

 

tout ce qui contribue à la vie. Le véritable chrétien est assuré de son salut éternel, et il persévérera et grandira, car au travers de la puissance de Christ il a reçu tout le nécessaire pour que la vie éternelle soit possible.

 

piété. Être pieux, c’est vivre avec respect, loyauté et obéissance envers Dieu. Pierre souligne que le véritable croyant ne devrait pas demander quoi que ce soit de plus à Dieu (comme si quelque chose lui manquait pour développer sa croissance, sa force et sa persévérance) afin de devenir pieux, car il bénéficie déjà de toutes les ressources spirituelles pour vivre, développer et perfectionner une vie de piété.

 

connaissance de celui. « Connaissance » est un mot clé de 2 Pierre (vv. #2P 1:2, #2P 1:5-6, #2P 1:8 ; #2P 2:20 ; #2P 3:18). Dans l’Écriture, ce terme implique une connaissance intime (#Am 3:2 « choisis » littéralement « connus »); il est même utilisé pour les rapports sexuels (#Ge 4:1). La connaissance de Christ dont il est question ici n’est pas une connaissance superficielle, ni une simple prise en compte des vérités relatives à Christ, mais un partage véritable et personnel de vie avec Christ. Ce partage est basé sur la repentance vis-à-vis du péché et la foi personnelle en lui (cf. #Mt 7:21).

 

appelés par sa propre gloire et par sa vertu. Cet appel, comme toujours dans les épîtres du N.T., est l’appel efficace au salut (cf. #1Pi 1:15 ; #1Pi 2:21 ; #1Pi 5:10 ). Cet appel qui sauve est basé sur la compréhension qu’a le pécheur de la majesté révélée et de l’excellence morale de Christ, éléments qui prouvent qu’il est Seigneur et Sauveur. Une présentation claire de la personne et de l’œuvre de Christ en tant que Dieu fait homme est donc indispensable dans l’évangélisation, car elle attirera les hommes au salut (cf. #1Co 2:1-2). La croix et la résurrection révèlent très clairement sa « gloire et sa vertu ».

 

4  lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise,

 

les plus grandes et les plus précieuses promesses. C’est-à-dire les promesses de la vie abondante et éternelle.

 

participants de la nature divine. Cette expression ne diffère pas des concepts de nouvelle naissance ou naissance d’en haut (cf. #Jn 3:3 ; #Ja 1:18 ; #1Pi 1:23), de position en Christ (cf. #Ro 8:1) ou de demeure de la Trinité (#Jn 14:15-23). À notre époque, les précieuses promesses du salut permettent de devenir enfants de Dieu (#Jn 1:12 ; #Ro 8:9 ; #Ga 2:20 ; #Col 1:27) et donc de partager la nature de Dieu en possédant sa vie éternelle. Les chrétiens ne deviennent pas de petits dieux, mais ils sont de « nouvelles créations » (#2Co 5:17) et le Saint-Esprit vit en eux (#1Co 6:19-20). De plus, ils participeront à la nature divine de manière encore plus grandiose lorsque leur corps sera transformé et glorifié comme celui de Jésus-Christ (#Ph 3:20-21 ; #1Jn 3:1-3).

 

en fuyant la corruption. Le mot « corruption » décrit quelque chose qui se décompose ou pourrit. La fuite dont il est question devant ce danger a été couronnée de succès (littéralement « ayant échappé à »). Au moment du salut, le croyant échappe au pouvoir que la pourriture du monde exerce sur lui à travers sa nature déchue et pécheresse.

 

5 ¶  à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science,

 

À cause de cela même. À cause de toutes les bénédictions données par Dieu aux vv. #2P 1:3-4, le croyant ne peut pas sombrer dans l’indifférence ni l’autosatisfaction. Une telle abondance de la grâce divine devrait entraîner une consécration totale.

 

faites tous vos efforts. On ne peut vivre une vie chrétienne à la gloire de Dieu sans effort. Même si Dieu a rempli le croyant de sa divine puissance, il est demandé au croyant de faire tous les efforts possibles parallèlement à ce que Dieu a fait (cf. #Ph 2:12-13 ; #Col 1:28-29).

 

joindre à votre foi. « Joindre à » traduit un verbe grec signifiant pourvoir avec prodigalité et générosité. Dans la culture grecque, il désignait l’action d’un « chorège » responsable de subvenir à tous les besoins des choristes pour une représentation. Le mot n’évoqua jamais un financement modéré, mais au contraire un don généreux en vue d’offrir un spectacle majestueux. Dieu nous a donné la foi et toutes les grâces nécessaires à la sainteté (vv. #2P 1:3-4). Nous en ajoutons par notre consécration assidue à manifester la justice.

 

vertu. Apparaissant en premier dans la liste des qualités morales que fournit Pierre, ce mot désignait en grec classique la capacité donnée par la divinité d’accomplir des actions héroïques. Il décrivait aussi la qualité de vie qui caractérisait une personne remarquable. Il ne s’agissait pas d’une vertu cachée ou d’une simple disposition, mais d’une qualité qui se manifestait clairement dans la vie. Pierre parle ici d’une énergie morale, de la puissance qui donne lieu à des actes d’excellence.

 

connaissance. C’est-à-dire la capacité de comprendre, la vision correcte des choses, la vérité correctement saisie et appliquée. Elle implique une étude assidue et une recherche de la vérité dans la Parole de Dieu.

 

6  à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété,

 

maîtrise de soi. À l’époque de Pierre, on parlait de maîtrise de soi à propos des athlètes qui devaient se contrôler, se discipliner. Ainsi, un chrétien doit maîtriser la chair, les passions et les désirs charnels, et ne pas se laisser dominer par eux (cf. #1Co 9:27 ; #Ga 5:22, #Ga 5:24). Guidée par la connaissance, la vertu discipline le désir pour en faire le serviteur, non le maître, de la vie.

 

patience. C’est-à-dire la persévérance à faire ce qui est juste, sans céder à la tentation et sans abandonner dans l’épreuve. La patience est la force spirituelle qui pousse à persévérer coûte que coûte. C’est la vertu qui permet de tout supporter, non par résignation simplement, mais dans une attitude d’espoir.

 

piété. Être pieux, c’est vivre avec respect, loyauté et obéissance envers Dieu. Pierre souligne que le véritable croyant ne devrait pas demander quoi que ce soit de plus à Dieu (comme si quelque chose lui manquait pour développer sa croissance, sa force et sa persévérance) afin de devenir pieux, car il bénéficie déjà de toutes les ressources spirituelles pour vivre, développer et perfectionner une vie de piété.

 

7  à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité.

 

amitié fraternelle. C’est-à-dire l’affection entre frères, prête au sacrifice mutuel (cf. #1Jn 4:20).

 

amour. Voir #1Co 13 ; #1Pi 4:8.

 

8  Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.

 

point oisifs. Être oisif, c’est être inactif, indolent et inutile (cf. #Tit 1:12 ; #Ja 2:20-22). Si les vertus mentionnées aux vv. #2P 1:5-7 se développent dans la vie d’un chrétien, il ne sera ni inutile ni inefficace.

 

ni stériles. C’est-à-dire improductifs (cf. #Mt 13: 22 ; #Ep 5:11 ; #2Th 3:14 ; #Jude 12). Lorsque les vertus chrétiennes (vv. #2P 1:5-7) manquent dans la vie d’un croyant, on ne peut le distinguer d’un malfaiteur ou d’un croyant superficiel. Mais lorsqu’elles se développent, la « nature divine » en lui se manifeste.

 

9  Mais celui en qui ces choses ne sont point est aveugle, il ne voit pas de loin, et il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés.

 

ces choses. Les qualités mentionnées aux vv. #2P 1:5-7 (voir v. 10).

 

aveugle, il ne voit pas de loin. Si une personne professe la foi chrétienne mais n’a pas les vertus mentionnées ci-dessus, elle est par conséquent incapable de discerner sa véritable condition spirituelle et ne peut donc avoir aucune assurance de son salut.

 

en oubli. L’absence de recherche assidue des vertus spirituelles produit l’amnésie spirituelle. Incapable de discerner sa propre condition spirituelle, on ne peut alors avoir aucune confiance en sa profession de foi. Certes, on peut être sauvé et posséder toutes les bénédictions des vv. #2P 1:3-4, mais sans les qualités des vv. #2P 1:5-7 on vivra dans le doute et la crainte.

 

10  C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais.

 

affermir votre vocation et votre élection. « Affermir » pourrait se traduire « rendre sûres, certaines ». Cela exprime le but visé par Pierre aux vv. #2P 1:5-9. Bien que Dieu connaisse ses élus et leur ait assuré un salut éternel ;  cf. #Ro 8:31-39), le chrétien pourrait douter de son salut. La sécurité est le fait, révélé par le Saint-Esprit, que le salut est éternel. L’assurance est la confiance personnelle que l’on possède ce salut éternel. En d’autres termes, le croyant qui recherche les qualités spirituelles mentionnées plus haut a l’assurance, grâce au fruit spirituel qu’il produit, d’avoir été appelé (cf. v. #2P 1:3 ; #Ro 8:30 ; #1Pi 2:21) et choisi (cf. #1Pi 1:2) par Dieu pour le salut.

 

ne broncherez jamais. Si le chrétien recherche les qualités des vv. #2P 1:5-7 et constate que sa vie est utile et porte du fruit (v. #2P 1:8), il ne sombrera pas dans le doute, le désespoir, la peur et la remise en question, mais jouira de l’assurance de son salut.

 

11  C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée.

 

dans le royaume éternel …  largement accordée. Pierre aligne les mots pour susciter la joie dans le cœur du chrétien lassé. Une large entrée dans les cieux est à la fois une espérance et la réalité pour celui qui vit une vie fidèle et fructueuse sur la terre. Le chrétien qui recherche les vertus précitées (vv. #2P 1:5-7) jouira non seulement de l’assurance dans le présent, mais d’une riche récompense dans la vie future (cf. #1Co 4:5 ; #Ap 22: 12).

 

12 ¶  Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente.

 

1:12-13

Voilà pourquoi. La vérité doit toujours être répétée, car les croyants l’oublient très facilement. Cf. #2Th 2:5 ; #Jude 5.

 

13  Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements,

 

1:13-14

tente. La mort est décrite comme l’abandon de notre tente, c’est-à-dire notre corps (cf. #2Co 5:1). Pierre avait environ 70 ans lorsqu’il écrivit cette lettre (probablement d’une prison romaine), et il s’attendait à mourir bientôt. La persécution de Néron avait commencé, et il subit le martyre peu après la rédaction de cette épître. La tradition rapporte qu’il fut crucifié la tête en bas, parce qu’il se jugeait indigne d’être crucifié comme son Seigneur.

 

14  car je sais que je la quitterai subitement, ainsi que notre Seigneur Jésus-Christ me l’a fait connaître.

 

Jésus-Christ me l’a fait connaître. Christ avait annoncé la mort de Pierre environ 40 ans plus tôt.

 

15  Mais j’aurai soin qu’après mon départ vous puissiez toujours vous souvenir de ces choses.

 

après mon départ. Pierre rédigea cette lettre pour fournir un rappel permanent de la vérité au peuple de Dieu après sa propre mort.

 

16 ¶  Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c’est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux.

 

des fables habilement conçues. Le mot « fables » désignait des histoires mythiques sur les dieux et les miracles (cf. #1Ti 1:4 ; #1Ti 4:7 ; #2Ti 4:4 ; #Tit 1:14). Conscient que de faux docteurs et leurs disciples essaieraient de discréditer cette lettre, et qu’il était probablement déjà accusé d’inventer des fables et des mythes afin que les gens le suivent et qu’ainsi il puisse lui-même acquérir des richesses, du pouvoir et du prestige  à l’instar de ce que recherchaient les faux docteurs - Pierre apporta des preuves, dans les vv. suivants, qu’il écrivait bel et bien la vérité de Dieu en tant qu’auteur authentiquement inspiré.

 

fait connaître. Terme quelque peu technique qui désignait la transmission d’une nouvelle révélation, de quelque chose d’inconnu jusqu’alors.

 

la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. Puisqu’il n’y a qu’un seul article défini dans cette expression en grec, le sens est « le puissant avènement » ou « la venue en puissance ». Les faux docteurs avaient essayé de discréditer la doctrine de la seconde venue de Christ (voir #2P 3:3-4) dont Pierre avait parlé (#1Pi 1:3-7, #1Pi 1:13 ; #1Pi 4:13).

 

vu sa majesté de nos propres yeux. Le « nous », dans cette phrase, désigne les apôtres. Dans un sens, tous les apôtres avaient été témoins de la majesté de Christ, surtout de ses miracles, de sa résurrection corporelle et de son ascension au ciel. Toutefois, Pierre fait allusion à un événement plus précis qu’il décrira au v. suivant, celui de la transfiguration. La splendeur du royaume de Christ révélée lors de cet événement donnait un avant-goût de sa majesté, qui se manifestera pleinement lors de sa seconde venue (cf. #Mt 16: 28 ). La transfiguration était une vision momentanée de la gloire qui sera dévoilée lors de la révélation finale, l’apocalypse de Jésus-Christ (#Ap 1:1). Il faut relever que le ministère terrestre de Jésus (guérir, enseigner et rassembler des âmes dans son royaume) donnait un avant-goût du royaume terrestre qu’il établira à son retour.

 

17  Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

 

la gloire magnifique. Une allusion à la nuée de gloire sur la montagne de la transfiguration, nuée d’où Dieu parla aux disciples (#Mt 17: 5).

 

Celui-ci est mon Fils bien-aimé. C’est-à-dire « Celui-ci est par essence avec moi ». Le Père affirmait ainsi la divinité de Christ (cf. #Mt 17: 5 ; #Lu 9:27-36).

 

18  Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne.

 

lorsque nous étions avec lui. Pierre sous-entend ainsi qu’il n’y a aucune raison de croire les faux docteurs qui nient la majesté et la seconde venue de Christ, puisqu’ils n’étaient pas sur la montagne lors de la transfiguration pour voir les prémices du royaume et de la gloire de Christ, alors que Jacques, Jean et lui y étaient.

 

19 ¶  Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs ;

 

d’autant plus certaine. Cette traduction pourrait indiquer que le récit oculaire de la majesté de Christ lors de la transfiguration confirme les Écritures. L’ordre des mots en grec induit cependant une autre compréhension: « Et nous avons la parole des prophètes, qui est plus sûre. » Selon cette interprétation, Pierre classait l’Écriture au-dessus de l’expérience. La parole prophétique (l’Écriture) est plus complète, plus permanente et fait plus autorité que l’expérience de qui que ce soit. En outre, la Parole de Dieu permet de vérifier, de façon plus sûre que les expériences personnelles des apôtres eux-mêmes, des enseignements sur la personne de Christ, son œuvre d’expiation et sa seconde venue.

 

la parole prophétique. La « parole prophétique » désigne non seulement les petits et grands prophètes de l’A.T., mais tout l’A.T. Tout l’A.T. fut écrit par des « prophètes » au sens où ses rédacteurs dirent et écrivirent la Parole de Dieu, conformément à la tâche assignée aux prophètes, et portèrent, d’une certaine manière, leurs regards vers la venue du Messie (cf. #Lu 24: 27).

 

vous faites bien de prêter attention. Pierre recommanda aux croyants qui allaient être confrontés à des faux enseignants de porter une attention particulière à l’Écriture.

 

une lampe qui brille dans un lieu obscur. Les ténèbres de ce monde déchu empêchent les hommes de voir la vérité, jusqu’à ce que la lumière brille. La lumière est la lampe de la révélation, la Parole de Dieu (cf. #Ps 119:105 ; #Jn 17: 17).

 

le jour vienne à paraître …  l’étoile du matin se lève. Ces images, simultanées, renvoient à la parousie, c’est-à-dire à l’avènement de Jésus-Christ (cf. #Lu 1:78 ; #Ap 2:28 ; #Ap 22: 16).

 

dans vos cœurs. L’impact de la seconde venue de Christ transformera non seulement l’univers d’un point de vue extérieur (#2P 3:7-13), mais aussi l’être intérieur des croyants qui seront alors en vie, ôtant définitivement chacun de leurs doutes. La révélation parfaite, mais limitée, des Écritures sera remplacée par la révélation parfaite et complète de Jésus-Christ lors de sa seconde venue (cf. #Jn 14:7-11 ; #Jn 21: 25). Les Écritures seront alors accomplies; les croyants, rendus semblables à Christ (#1Jn 3:1-2), auront une connaissance parfaite, et toute prophétie sera abolie.

 

20  sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être un objet d’interprétation particulière,

 

sachez tout d’abord. Un appel à reconnaître comme prioritaire la vérité divine qui affirme que l’Écriture n’est pas d’origine humaine.

 

prophétie de l’Écriture. C’est-à-dire toute l’Écriture. Le terme désignait premièrement l’ensemble de l’A.T., puis le N.T..

 

interprétation particulière. Le mot grec pour « interprétation » porte la notion de « délier », comme pour dire qu’aucune Écriture n’est le résultat de l’action d’un quelconque être humain qui aurait, dans son coin, détaché la vérité. L’objectif de Pierre n’est pas d’expliquer comment interpréter l’Écriture, mais plutôt d’expliquer comment elle a surgi et quelle est sa source. Les faux prophètes dénouaient et déliaient leurs propres idées. Mais aucune révélation de Dieu ne fut dévoilée ou révélée à partir d’une source humaine ni à partir de la compréhension personnelle des prophètes (voir v. 21).

 

21  car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu.

 

par une volonté d’homme. Comme l’Écriture n’est pas d’origine humaine, elle n’est pas non plus le résultat de la volonté humaine. La phrase insiste sur le fait qu’aucune partie de l’Écriture, à aucun moment, ne fut jamais écrite parce que les hommes le voulaient. La Bible n’est pas le produit d’efforts humains. En fait, les prophètes écrivirent parfois sans vraiment comprendre (#1Pi 1:10-11), mais restèrent néanmoins fidèles à ce que Dieu leur révélait.

 

poussés par le Saint-Esprit. Grammaticalement, cela signifie qu’ils étaient constamment portés et emportés par l’Esprit de Dieu (cf. #Lu 1:70 ; « se laisser aller ou emporter » #Ac 27:15, #Ac 27:17). Le Saint-Esprit est ainsi l’auteur et l’initiateur divin, le producteur des Écritures. Rien que dans l’A.T., les auteurs humains font plus de 3800 fois allusion à leurs écrits comme étant les paroles de Dieu (p. ex. #Jér 1:4 ; cf. #Ro 3:2 ; #1Co 2:10 ; #2P 3:2). Bien que les hommes aient été actifs plutôt que passifs dans le processus de rédaction de l’Écriture, Dieu le Saint-Esprit les a dirigés pour qu’ils composent et rapportent sans erreur les mots exacts qu’il voulait qu’ils écrivent, tout en utilisant leur personnalité, leur manière de penser et leur vocabulaire. Les manuscrits originaux de l’Écriture sont par conséquent inspirés, c’est-à-dire révélés par Dieu (cf. #2Ti 3:16), et infaillibles, c’est-à-dire sans erreur (#Jn 10:34-35 ; #Jn 17: 17 ; #Tit 1:2). Pierre décrit ainsi le processus d’inspiration qui donna naissance au texte original infaillible (cf. #Pr 30:5 ; #1Co 14: 36 ; #1Th 2:13).

 

 

2 PETER 1 : 01 to 21 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

 

1 ¶ Simon Peter, a servant and apostle of Jesus Christ, to those who have received a faith as precious as ours, by the righteousness of our God and Savior Jesus Christ:

 

servant and apostle. How Pierre presents is characterized by a balance between humility and dignity. As a servant, he was on an equal footing with other Christians, he was an obedient slave of Christ. As an apostle, he was unique, divinely called and sent as a witness of the resurrection of Christ.

 

to those. The recipients of the letter were the same as those who received the first letter of Peter (cf. # 2 Pet 3: 1; # 1 Peter 1: 1).

received a share. Unusual verb often related to obtaining something by lot (cf. 1:17 #AC had "Unit"). It can mean "acquire by divine will." Peter insists that salvation is not obtained by personal effort, capacities or merits, but is a gift of God's grace.

 

faith. Peter speaks of a subjective faith, that is to say, the Christian's ability to believe, that led to his salvation (#EP 2: 8-9). However, even if faith is the human part in salvation, it is God who grants it. He did start when the Holy Spirit awakens the dead soul who responds to listening to the Word of God (cf. #AC 11:21; #EP 2: 8; #Ph 1: 2).

 

the same price. The Greek word usually meant equal in rank, position, honor, popularity, price or value. In ancient times it meant foreigners who received the same citizenship as citizens of a city. Peter points out that Christians have all received the same saving faith, precious and priceless. There are no Christians in first and second class, or spiritual distinctions, racial or gender-related (cf. #Ga 3:28). Since Peter addressed primarily to non-Jews, perhaps he wanted to remind them that they had received the same faith as the Jews (cf. #AC 10: 44-48; #AC 11: 17-18 ).

by justice. Peter's message is that the believers benefit equally the gift of salvation, because God's righteousness is imputed to them. This court recognizes no distinction between men, if not the fact that some sins are more heinous than others. So not only do they have faith because God gives them, but they are also saved only because God holds them justice.

 

our God and Savior Jesus Christ. In Greek, one definite article precedes the expression, suggesting that it designates a single person: Jesus Christ is identified with Peter as both our Savior and God (cf. #Esa 43: 3 #Esa 43:11; 45:15 #Esa, #Esa 45:21; 60:16 #Esa; #Ro 9: 5; #Col 2: 9; 2:13 #Tit; # Heb 1: 8) .

 

2 Grace and peace be multiplied in the knowledge of God and of Jesus our Lord!

 

knowledge. This kind of "knowledge" implies a broader knowledge, deeper and more intimate. The Christian faith is based on the knowledge of the truth about God (cf. v # 2P. 1: 3). Christianity is not a mystical religion; it is based on objective truth, historical, revealed and rational God, to be understood and believed. More knowledge of the Lord is deep and wide, more grace and peace are multiplied.

 

3 His divine power has given us everything that pertain to life and godliness, through the knowledge of him who called us by his own glory and virtue,

 

His divine power. "Sa" refers to Jesus Christ. It is through the power of Christ that the believer has sufficient resources and perseveres (cf. #Mt 24: 30; #Mr 5:30; #Lu 4:14; #Lu 5:17; #Ro 1: 4; # 2 Cor 12: 9).

 

all that contributes to life. The true Christian is assured of his eternal salvation, and it endures and grows, because through the power of Christ he received all the necessary for that eternal life is possible.

 

piety. Be godly is to live with respect, loyalty and obedience to God. Peter points out that the true believer should not ask anything more to God (as if something was missing to promote growth, strength and perseverance) to be pious because it already has all the spiritual resources to live, develop and perfect a life of piety.

 

knowledge of it. "Knowledge" is a key word in 2 Peter (vv # 2P 1: 2, # 2P 1: 5-6, # 2P 1: 8; 2:20 # 2P; # 2P 3:18.). In Scripture, this term implies intimate knowledge (#AM 3: 2 "selected" literally "known"); it is even used for sexual intercourse (#Ge 4: 1). Knowledge of Christ in question here is not a superficial knowledge, nor a simple consideration of the truths about Christ, but a real sharing and personal life with Christ. This division is based on vis-à-vis repentance of sin and personal faith in him (cf. #Mt 7:21).

 

called to glory and virtue. This call, as always in the epistles of N.T., is the effective call to salvation (cf. 1 Peter 1:15 #; # 1 Peter 2:21; 1 Peter 5:10 #). This call is based on saving the sinner's understanding of the majesty revealed and moral excellence of Christ, evidence proving he is Lord and Savior. A clear presentation of the person and work of Christ as God made man is essential in evangelism, because it will attract men to salvation (cf. 1Cor # 2: 1-2). The cross and resurrection reveal very clearly his "glory and virtue."

 

4 which we ensure his exceeding great and precious promises, that through these you become partakers of the divine nature, having escaped the corruption that is in the world through lust,

 

the greatest and precious promises. That is to say, the promise of abundant and eternal life.

 

participants of the divine nature. This expression is not different concepts of new birth or birth from above (cf. #Jn 3: 3; #Ja 1:18; 1 Peter 1:23 #) position in Christ (cf. #Ro 8: 1 ) or remains of the Trinity (#Jn 14: 15-23). In our time, the precious promises of salvation possible to become children of God (1:12 #Jn; #Ro 8: 9; 2:20 #Ga; #Col 1:27) and thus share the nature of God with his eternal life. Christians do not become little gods, but they are "new creations" (# 2Co 5:17) and the Holy Spirit lives in them (# 1 Corinthians 6: 19-20). In addition, they will participate in the divine nature even more grandiose when their bodies will be transformed and glorified like that of Jesus Christ (#Ph 3: 20-21; 1 Jn # 3: 1-3).

 

having escaped the corruption. The word "corruption" describes something that is broken or rotting. The flight in question before the danger was successful (literally "have escaped"). At salvation, escapes believer in power as decay of the world exerts on him through his fallen, sinful nature.

 

¶ 5 because of this, giving all diligence, add to your faith virtue, to virtue knowledge,

 

Because of this even. Because of all the blessings given by God in vv. # 2P 1: 3-4, no believer can not sink into indifference or complacency. Such an abundance of divine grace should lead to a total consecration.

 

all diligence. We can live a Christian life to the glory of God effortlessly. Although God filled the believer of his divine power, he asked the faithful to make every effort parallel to what God has done (cf. #Ph 2: 12-13; #Col 1: 28-29).

 

add to your faith. "Attach to" translates a Greek verb meaning filled with extravagance and generosity. In Greek culture, he pointed to the action of a "choregos" responsible to meet all the needs of singers for a performance. The word never spoke a moderate funding, but to a generous donation in order to provide a majestic sight. God gave us the faith and all the graces necessary to holiness (vv # 2P. 1: 3-4). We add our assiduous dedication to manifest justice.

 

virtue. Appearing first in the list of moral qualities that Peter provides that word in classical Greek meant the ability given by the deity to perform heroic actions. He also described the quality of life that characterized a remarkable person. It was not a hidden virtue or a simple arrangement, but a quality that is clearly manifested in life. Peter here speaks of a moral energy, power, resulting in acts of excellence.

 

knowledge. That is to say the ability to understand the correct vision, truth and entered correctly applied. It requires diligent study and a search for truth in the Word of God.

 

6 And to knowledge temperance; and to temperance patience, and to patience godliness,

 

self control. At the time of Peter, we talked about self control about athletes who were to control, discipline themselves. Thus, a Christian should master the flesh, the passions and carnal desires, and not be dominated by them (cf. 1 Cor 9:27 #; #Ga 5:22, 5:24 #Ga). Guided by knowledge, virtue discipline desire to make it the servant, not the master of life.

 

patience. That is to say the perseverance to do what is right, without yielding to the temptation without giving in the test. Patience is the spiritual force that pushes to persevere no matter what. It is the virtue that allows any support, not simply resignation, but in an attitude of hope.

 

piety. Be godly is to live with respect, loyalty and obedience to God. Peter points out that the true believer should not ask anything more to God (as if something was missing to promote growth, strength and perseverance) to be pious because it already has all the spiritual resources to live, develop and perfect a life of piety.

 

7 to godliness brotherly kindness, and to brotherly kindness charity.

 

fraternal friendship. That is to say, the affection between brothers, ready for mutual sacrifice (cf. 1 Jn 4:20 #).

 

love. See # 1 Corinthians 13; # 1 Peter 4: 8.

 

8 For if these things are yours and abound, they make you idle nor unfruitful in the knowledge of our Lord Jesus Christ.

 

idlers points. Being idle is to be idle, indolent and useless (cf. #Tit 1:12; #Ja 2: 20-22). If the virtues mentioned in vv. # 2P 1: 5-7 grow in the life of a Christian, he will not be unnecessary or ineffective.

 

or sterile. That is to say, unproductive (cf. #Mt 13: 22; #EP 5:11; # 2Th 3:14; #Jude 12). When the Christian virtues (vv # 2P 1: 5-7.) Lacking in the life of a believer, one can distinguish a thief or a superficial believer. But when they develop, the "divine nature" as it occurs.

 

9 But he who does these things is blind, he can not see far, and has forgotten the cleansing from his old sins.

 

these things. The qualities mentioned in vv. # 2P 1: 5-7 (see v. 10).

 

blind, he sees no further. If a person professes the Christian faith but does not have the virtues mentioned above, it is therefore unable to discern his true spiritual condition and can not have any assurance of salvation.

 

forgotten. The absence of a diligent search of spiritual virtues product spiritual amnesia. Unable to discern his own spiritual condition, we can not then have no confidence in his profession of faith. Certainly one can be saved and have all the blessings of vv. 2P # 1: 3-4, but without the qualities of vv. # 2P 1: 5-7 we live in doubt and fear.

 

10 Therefore, brethren, be sure to diligence to make your calling and election; for in doing this you will never stumble.

 

make your calling and election sure. "Strengthen" could mean "make sure, some." This expresses the intent to Pierre vv. # 2P 1: 5-9. Although God knows His elect and have assured eternal salvation; cf. #Ro 8: 31-39), the Christian could doubt his salvation. Safety is the fact, revealed by the Holy Spirit, that salvation is eternal. Insurance is personal confidence one has that eternal salvation. In other words, the believer who seeks the spiritual qualities mentioned above is assured, thanks to the spiritual fruit it produces, have been called (cf. v # 2P 1: 3; #Ro. 8: 30, # 1 Peter 2:21) and selected (see # 1 Peter 1: 2) by God for salvation.

 

shall never fall. If the Christian research qualities of vv. # 2P 1: 5-7 and finds that his life is useful and fruitful (v # 2P. 1: 8), it will not sink in doubt, despair, fear and questioning, but will enjoy the assurance of his salvation.

 

11 Thus, in fact, that the entrance into the eternal kingdom of our Lord and Savior Jesus Christ you abundantly.

 

into the eternal kingdom ... widely granted. Pierre aligns the words to arouse joy in the heart of the weary Christian. A wide entrance into heaven is both a hope and reality for those who live a faithful and fruitful life on earth. (. Vv # 2P 1: 5-7) The Christian who search the aforementioned virtues not only enjoy insurance in this, but a rich reward in the next life (see # 1 Corinthians 4: 5; #Ap 22: 12).

 

12 ¶ Wherefore I will always remind you of these things, though you know them, and you are established in the present truth.

 

1: 12-13

That's why. The truth must always be repeated, because the believers forget very easily. See # 2 Thess 2: 5; #Jude 5.

 

13 And I think it right, as long as I am in this tabernacle, to stir you up by reminding,

 

1: 13-14

attempted. Death is described as abandoning our tent, that is to say our bodies (see # 2 Corinthians 5: 1). Pierre was 70 years old when he wrote this letter (probably from a Roman prison), and he expected to die soon. Nero's persecution had begun, and he was martyred shortly after writing this epistle. Tradition says he was crucified upside down because he considered himself unworthy to be crucified as his Lord.

 

14 because I know that I leave the tabernacle, even as our Lord Jesus Christ has made me know.

 

Jesus Christ made me know. Christ had announced the death of Peter about 40 years earlier.

 

15 I will endeavor that after my departure you will always remember these things.

 

after I leave. Peter wrote this letter to provide a permanent reminder of the truth to the people of God after his own death.

 

¶ 16 It is not, in fact, followed cunningly devised fables, which we made known to you the power and coming of our Lord Jesus Christ, but were eyewitnesses of his majesty with our own eyes .

 

cunningly devised fables. The word "fables" meant mythical stories about gods and miracles (see # 1 Tim 1: 4; # 1 Tim 4: 7; # 2Ti 4: 4; 1:14 #Tit). Aware that false teachers and their followers try to discredit this letter, and he was probably already accused of inventing fables and myths that people follow and thus it can itself acquire wealth, power and prestige like that sought false teachers - Pierre brought evidence, in vv. following, he wrote indeed the truth of God as author genuinely inspired.

 

made known. somewhat technical term that designated the transmission of a new revelation, something hitherto unknown.

 

the power and coming of our Lord Jesus Christ. Since there is only one definite article in the phrase in Greek, the meaning is "powerful coming" or "the coming into power." False teachers had tried to discredit the doctrine of the second coming of Christ (see # 2 Pet 3: 3-4) that Peter had spoken (# 1 Peter 1: 3-7, # 1 Peter 1:13; 1 Peter 4:13 #) .

 

seen his majesty with our own eyes. The "we" in that sentence refers to the apostles. In a sense, all the apostles had witnessed the majesty of Christ, especially his miracles, bodily resurrection and ascension to heaven. However, Peter is referring to a specific event he described in v. next, that of transfiguration. The splendor of Christ's kingdom revealed at the event gave a taste of his majesty, which is fully manifest in his second coming (cf. #Mt 16: 28). The transfiguration was a glimpse of the glory that will be revealed in the final revelation, the Apocalypse of Jesus Christ (#Ap 1: 1). It should be noted that the earthly ministry of Jesus (heal, teach and collect souls in his kingdom) gave a taste of the earthly kingdom that will draw upon his return.

 

17 For he received from God the Father honor and glory, when the great glory he heard a voice saying, This is my beloved Son, in whom I am well pleased.

 

the magnificent glory. An allusion to the cloud of glory on the mount of transfiguration, cloud where God spoke to the disciples (#Mt 17: 5).

 

This is my beloved Son. That is to say, "This is in essence with me." Father and affirmed the divinity of Christ (cf. #Mt 17: 5; #Lu 9: 27-36).

 

18 And we heard this voice from heaven when we were with him on the holy mountain.

 

when we were with him. Pierre and implies that there is no reason to believe the false teachers who deny the majesty and the second coming of Christ, since they were not on the mountain during the transfiguration to see the first fruits of the kingdom and the glory of Christ, while Jacques, Jean and him were there.

 

¶ 19 We have also a more sure word of prophecy, to which you do well to pay attention as to a lamp shining in a dark place, until the day dawns and the star morning rises in your hearts;

 

more sure. This translation may indicate that the eye account of the majesty of Christ at the transfiguration confirms the Scriptures. The word order in Greek, however, induces a different understanding: "And we have the word of the prophets, which is safer. "According to this interpretation, Peter Scripture ranked above experience. The prophetic word (Scripture) is more complete, more permanent and more authority is that the experience of anyone. Furthermore, the Word of God to verify, more securely than the personal experiences of the apostles themselves, teachings on the person of Christ, his atoning work and his second coming.

 

the prophetic word. The "prophetic word" means not only small and great prophets of A.T., But the A.T. All A.T. was written by "prophets" in the sense that its drafters said and wrote the Word of God, according to the task assigned to the prophets, and carried, in a way, their attention to the coming Messiah (cf. 24 #Lu : 27).

 

you do well to pay attention. Peter recommended to the believers who were going to be confronted with false teachers to pay special attention to scripture.

 

a lamp shining in a dark place. The darkness of this fallen world prevent people from seeing the truth, until the light shines. The light is the light of revelation, the Word of God (cf. #PS 119: 105; #Jn 17: 17).

 

the day dawns ... the morning star rises. These images, simultaneous, refer to the parousia, that is to say, the advent of Jesus Christ (cf. 1:78 #Lu; #Ap 2:28; #Ap 22: 16).

 

in your hearts. The impact of the second coming of Christ will transform not only the world of an external point of view (# 2 Pet 3: 7-13), but also the inner being of believers who will then alive, removing each of permanently their doubts. The perfect revelation, but limited the Scriptures will be replaced by perfect and complete revelation of Jesus Christ in his second coming (cf. #Jn 14: 7-11; #Jn 21: 25). The Scriptures will be accomplished; believers made like Christ (# 1 Jn 3: 1-2), have perfect knowledge, and all prophecy will be abolished.

 

20 first of all knowing, that no prophecy of Scripture can not be a private interpretation,

 

you must realize. A call to recognize priority divine truth which says that Scripture is not of human origin.

 

prophecy of Scripture. That is to say all Scripture. Which are designed firstly the entire A.T., Then the n.t ..

 

particular interpretation. The Greek word for "interpretation" carries the idea of ​​"loose" as if to say that no Scripture is the result of the action of any human being would have, in his corner, detached truth. The goal of Pierre does not explain how to interpret Scripture, but rather to explain how it arose and what is its source. False prophets untied and untied their own ideas. But no revelation of God was unveiled or revealed from a human source or from personal understanding of the prophets (v. 21).

 

21 For it is not by the will of man prophecy ever been made, but moved by the Holy Spirit that men spoke from God.

 

by the will of man. As Scripture is not of human origin, it is not the result of human will. The phrase emphasizes that no part of Scripture, at no time, was never written because the men wanted. The Bible is not the product of human effort. In fact, the prophets sometimes wrote without fully understanding (# 1 Peter 1: 10-11), but nevertheless remained faithful to what God revealed to them.

 

moved by the Holy Spirit. Grammatically, it means they were constantly worn and carried by the Spirit of God (cf. 1:70 #Lu; "let go or take" #AC 27:15, #AC 27:17). The Holy Spirit is the author and initiator and the divine, the producer of the Scriptures. Nothing in the OT, human authors over 3800 times referring to their writings as the words of God (eg # Jer 1:.. 4; cf. #Ro 3: 2; # 1 Cor 2:10; 2P # 3: 2). Although men were active rather than passive in the process of writing Scripture, God the Holy Spirit directed them to compose they relate and without error the exact words he wanted them to write, everything using their personality, their way of thinking and vocabulary. The original manuscripts of Scripture are so inspired, that is to say, revealed by God (# 2Ti 3:16), and infallible, that is to say without error (10:34 #Jn -35; #Jn 17: 17; #Tit 1: 2). Pierre described the process of inspiration that gave birth to infallible original text (see #Pr 30: 5; 1 Cor 14 # 36; # 1 Thessalonians 2:13).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/