ABDIAS

02/01/2014 13:21
 

 

ABDIAS

 

850-840 AVANT J.C. ABDIAS

 

Le livre du prophète

Titre

       Le livre porte le nom du prophète qui a reçu la vision (sens littéral du mot traduit « prophétie ») rapportée (#Ab 1). Le nom Abdias signifie « serviteur de l’Éternel », et il apparaît à 20 reprises dans l’A.T. pour désigner de nombreux personnages différents. Ce livre est le plus court de l’A.T., et il n’est pas cité par le N.T.

Auteur et date

       On ne sait pas grand-chose de l’auteur. Les autres personnages qui portent ce nom dans l’A.T. ne semblent pas correspondre à ce prophète. Ses allusions fréquentes à Jérusalem, Juda et Sion suggèrent qu’il faisait partie du royaume du sud (cf. vv. #Ab 10-12, #Ab 17, #Ab 21). Il était probablement contemporain d’Elie et d’Élisée.

       La date de rédaction est tout aussi difficile à établir, bien que nous la sachions liée à un assaut des Édomites contre Jérusalem (vv. #Ab 10-14). Abdias a dû écrire peu après cette attaque. Il y a quatre invasions significatives de Jérusalem dans l’histoire de l’A.T.:

1° vers 925 av. J.-C., par Schischak, le roi d’Égypte, pendant le règne de Roboam (#1R 14:25-26 ; #2Ch 12);

2° entre 848 et 841 av. J.-C., par les Philistins et les Arabes, au cours du règne de Joram (#2Ch 21:8-20);

3° vers 790 av. J.-C., par Joas, roi d’Israël (#2R 14 ; #2Ch 25);

4° en 586 av. J.-C. lors de la chute de Jérusalem devant Nébucadnetsar, le roi de Babylone.

De ces quatre invasions, seules la deuxième et la quatrième pourraient correspondre aux données historiques contenues dans Abdias. La deuxième est préférable, puisque le prophète ne décrit pas une destruction totale de la ville comme ce fut le cas lors de la conquête de Nébucadnetsar. De plus, même si les Édomites ont effectivement participé à la destruction de Jérusalem du temps de Nébucadnetsar (#Ps 137 ; #La 4:21), il est significatif qu’Abdias ne mentionne pas les Babyloniens (à l’inverse de ce que font tous les prophètes qui évoquent la chute de Jérusalem). Enfin, il n’y a aucune mention d’une destruction du temple ni d’une déportation de la population; en fait, les prisonniers semblent avoir été conduits vers le sud-ouest, et non vers Babylone, qui se situait à l’est (cf. v. #Ab 20).

Contexte et arrière-plan

       Les Édomites descendaient d’Ésaü, l’aîné des fils jumeaux d’Isaac et de Rebecca (#Ge 25:24-26). Ésaü luttait déjà avec Jacob dans le ventre maternel (#Ge 25:22). Le nom Ésaü signifiait « velu », car il était « comme un manteau de poil » (#Ge 25:25). Il portait aussi le nom d’Édom, « roux », en référence à la vente qu’il fit de son droit d’aînesse pour un bol de soupe de couleur rousse (#Ge 25:30). En épousant deux femmes cananéennes (#Ge 26:34) et la fille d’Ismaël (#Ge 28:9), il révéla son mépris pour les promesses associées à l’alliance. Il aimait beaucoup la vie au grand air, et il y fut voué après avoir été dépossédé de la bénédiction paternelle par son frère Jacob (#Ge 25:27 ; #Ge 27:38-40). Ésaü s’installa dans une région montagneuse désertique, au sud de la mer Morte (#Ge 33:16 ; #Ge 36:8, #Ge 36:9 ; #De 2:4, #De 2:5), appelée Édom (grec Idoumaia), sur un territoire d’environ 60 km par 160 au nord du golfe d’Akaba. La fameuse route royale qu’empruntaient les caravanes allant de l’Afrique du nord vers l’Europe et l’Asie passait le long de ce plateau oriental (#No 20: 17). La naissance et la lutte de Jacob et d’Ésaü (#Ge 25) illustraient la prophétie de #Ge 25:23: « Deux nations sont dans ton ventre. » Leurs descendants respectifs, Israël et Édom, furent constamment en conflit. Lorsque Israël sortit d’Égypte, Édom refusa de laisser passer les descendants de Jacob, son frère, sur son territoire au sud de la mer Morte (#No 20:14-21). Dieu demanda néanmoins à Israël de faire preuve de bonté envers ce peuple (#De 23:7-8). Ayant reçu une vision de Dieu, Abdias fut envoyé pour publier la liste des crimes des Édomites et pour leur signifier leur destruction totale à cause de la manière dont ils avaient traité Israël.

     Les Édomites s’opposèrent à Saül (vers 1043-1011 av. J.-C.) et furent asservis par David (vers 1011-971 av. J.-C.) et Salomon (vers 971-931 av. J.-C.). Ils combattirent Josaphat (vers 873-848 av. J.-C.) et se rebellèrent avec succès contre Joram (vers 853-841 av. J.-C.). De nouveau conquis par Amatsia, roi de Juda (vers 796-767 av. J.-C.), ils retrouvèrent leur liberté pendant le règne d’Achaz (vers 735-715 av. J.-C.). Édom tomba ensuite sous la tutelle de l’Assyrie, puis de Babylone. Au Ve siècle av. J.-C., les Nabatéens forcèrent les Édomites à quitter leur territoire, et ils s’installèrent dans le sud du Proche-Orient, où ils furent désormais connus sous le nom d’Iduméens. Issu de ce peuple, Hérode le Grand devint roi de Judée sous la tutelle romaine en 37 av. J.-C. D’une certaine manière, l’hostilité entre Jacob et Ésaü se prolongea jusque dans la volonté d’Hérode de tuer Jésus. Les Iduméens participèrent à la révolte de Jérusalem contre Rome et furent vaincus par les armées de Titus en 70 apr. J.-C. Quelle ironie! Les Édomites avaient applaudi la destruction de Jérusalem en 586 av. J.-C. (cf. #Ps 137:7) pour mourir en tentant de la défendre en 70 apr. J.-C. Cette date marqua la fin de leur existence. Comme Abdias l’avait prédit, Édom fut « exterminé pour toujours » (v. #Ab 10), et « il ne resta rien de la maison d’Ésaü » (v. #Ab 18).

Thèmes historiques et théologiques

       Ce livre est une étude de cas des malédictions/bénédictions de #Ge 12:1-3, avec le mélange de deux thèmes.

1° Le jugement de Dieu contre Édom pour avoir maudit Israël: ce message semble avoir été communiqué à Juda pour l’assurer que l’Éternel jugerait Édom en raison de son orgueil et de sa participation à la chute d’un peuple frère.

2° La restauration de Juda, qui inclut même le territoire des Édomites (vv. #Ab 19-21 ; #Esa 11:14): la bénédiction de Juda, chez Abdias, implique un accomplissement proche, avec la chute d’Édom (vv. #Ab 1-15), et un accomplissement plus lointain, avec le jugement des nations et la prise de possession ultime d’Édom par Israël (vv. #Ab 15-21).

Questions d’interprétation

       La similitude frappante entre #Ab 1-9 et #Jér 49:7-22 semble indiquer qu’il y a eu un emprunt de l’un à l’autre. À supposer qu’il n’existe pas de source extérieure, il semble que cet emprunt ait été effectué par Jérémie, car les versets communs aux deux livres forment un seul texte chez Abdias, alors qu’ils sont dispersés dans plusieurs versets chez lui.

Plan

I. Jugement de Dieu contre Édom (1-14)

A. Châtiment d’Édom (1-9)

B. Crimes d’Édom (10-14)

II. Jugement de Dieu contre les nations (15-16)

 

III. Restauration d’Israël par Dieu (17-21)

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/