ANCIEN TESTAMENT JOUR 122 DE 929

01/05/2019 00:07

ANCIEN TESTAMENT JOUR 122 DE 929

Nombres 5 de 36

 

 

NOMBRES 5 : 1 À 31

1 ¶  L’Eternel parla à Moïse, et dit:

5:1-4

Ces vv. ont trait aux défauts extérieurs visibles.

2  Ordonne aux enfants d’Israël de renvoyer du camp tout lépreux, et quiconque a une gonorrhée ou est souillé par un mort.

lépreux. Une personne souffrant d’une maladie de la peau (cf. #Lé 13:1-14:57).

gonorrhée. Une émission corporelle révélatrice de maladie, en particulier des organes sexuels (cf. #Lé 15:1-33).

un mort. Il s’agit de contacts physiques avec des cadavres (cf. #Lé 21:11). Toutes ces interdictions présentaient des avantages importants du point de vue de l’hygiène et servaient, en outre, à illustrer la pureté morale nécessaire pour s’approcher de Dieu.

3  Hommes ou femmes, vous les renverrez, vous les renverrez hors du camp, afin qu’ils ne souillent pas le camp au milieu duquel j’ai ma demeure.

hors du camp …  au milieu duquel j’ai ma demeure. La sainte présence de Dieu dans la nuée était synonyme d’exigence de pureté. Par conséquent, toute impureté était exclue du camp d’Israël.

4  Les enfants d’Israël firent ainsi, et ils les renvoyèrent hors du camp ; comme l’Eternel l’avait ordonné à Moïse, ainsi firent les enfants d’Israël.

5  L’Eternel parla à Moïse, et dit:

5:5-10

Ces vv. traitent de péchés personnels, pas aussi visibles extérieurement que les impuretés des vv. 1-4.

6  Parle aux enfants d’Israël : Lorsqu’un homme ou une femme péchera contre son prochain en commettant une infidélité à l’égard de l’Eternel, et qu’il se rendra ainsi coupable,

à l’égard de l’Eternel. Un péché commis contre les enfants de Dieu était considéré comme commis contre Dieu lui-même. La confession du coupable et la restitution de l’objet étaient nécessaires, en plus du sacrifice de culpabilité (cf. #Lé 5:14-6:7).

7  il confessera son péché, et il restituera dans son entier l’objet mal acquis, en y ajoutant un cinquième ; il le remettra à celui envers qui il s’est rendu coupable.

8  S’il n’y a personne qui ait droit à la restitution de l’objet mal acquis, cet objet revient à l’Eternel, au sacrificateur, outre le bélier expiatoire avec lequel on fera l’expiation pour le coupable.

personne. Complément à #Lé 6:1-7. Si la personne lésée était décédée et n’avait aucun parent apte à recevoir la restitution exigée au v. 7, l’objet devait être remis au sacrificateur en tant que représentant de l’Eternel.

9  Toute offrande de choses consacrées par les enfants d’Israël appartiendra au sacrificateur à qui elles seront présentées.

10  Les choses qu’on aura consacrées lui appartiendront, ce qu’on lui aura remis lui appartiendra.

11 ¶  L’Eternel parla à Moïse, et dit:

5:11-31

Ces vv. traitent de la plus intime des relations humaines et du péché le plus caché. L’adultère devait être mis en lumière et traité pour maintenir la pureté dans le camp. Pour cela, Dieu instaura une épreuve minutieuse et publique destinée à révéler la culpabilité ou l’innocence. Si l’adultère était prouvé, il était puni de mort. Il ne s’agissait pas d’un procès avec procédure judiciaire normale, puisque de tels péchés se commettent en secret et manquent de témoins, mais c’était efficace. La cérémonie était si terrifiante et convaincante que les inclinaisons mêmes de la nature humaine montraient clairement si la personne était coupable ou non.

12  Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Si une femme se détourne de son mari, et lui devient infidèle ;

13  si un autre a commerce avec elle, et que la chose soit cachée aux yeux de son mari ; si elle s’est souillée en secret, sans qu’il y ait de témoin contre elle, et sans qu’elle ait été prise sur le fait ;  — 

14  et si le mari est saisi d’un esprit de jalousie et a des soupçons sur sa femme, qui s’est souillée, ou bien s’il est saisi d’un esprit de jalousie et a des soupçons sur sa femme, qui ne s’est point souillée ;  — 

esprit de jalousie. Lorsqu’un mari soupçonnait sa femme d’avoir couché avec un autre homme, l’épreuve devait révéler si les soupçons étaient fondés ou non.

15  cet homme amènera sa femme au sacrificateur, et apportera en offrande pour elle un dixième d’épha de farine d’orge ; il n’y répandra point d’huile, et n’y mettra point d’encens, car c’est une offrande de jalousie, une offrande de souvenir, qui rappelle une iniquité.

qui rappelle une iniquité. Le but de l’offrande du mari était de mettre en lumière la faute secrète (si elle avait été commise). L’explication est donnée aux vv. 18, 25-26.

16  Le sacrificateur la fera approcher, et la fera tenir debout devant l’Eternel.

17  Le sacrificateur prendra de l’eau sainte dans un vase de terre ; il prendra de la poussière sur le sol du tabernacle, et la mettra dans l’eau.

18  Le sacrificateur fera tenir la femme debout devant l’Eternel ; il découvrira la tête de la femme, et lui posera sur les mains l’offrande de souvenir, l’offrande de jalousie ; le sacrificateur aura dans sa main les eaux amères qui apportent la malédiction.

devant l’Eternel. La femme était conduite vers le sacrificateur au tabernacle. Elle se trouvait en présence de l’Eternel, et celui-ci connaissait sa culpabilité ou son innocence.

découvrira la tête. Littéralement « défera la tête ». En #Lé 10:6 ; #Lé 13:45 ; #Lé 21:10, une telle attitude est synonyme de deuil. Cela semble indiquer l’attente du jugement et le deuil qui s’ensuivrait si la femme était déclarée coupable.

les eaux amères. Mélangée à de la poussière du sol du tabernacle (v. #No 5:17) et à de l’encre utilisée pour écrire les malédictions (v. #No 5:23), cette eau était bue par la femme (v. #No 5:26). En cas de culpabilité, elle rendait sa vie amère en accomplissant la malédiction, à savoir en faisant dessécher sa cuisse et enfler son ventre (vv. #No 5:21, #No 5:27). La nature publique effrayante de ce test, avec sa terrible mise à l’épreuve pour la conscience, ne pouvait manquer de révéler la culpabilité ou l’innocence.

19  Le sacrificateur fera jurer la femme, et lui dira : Si aucun homme n’a couché avec toi, et si, étant sous la puissance de ton mari, tu ne t’en es point détournée pour te souiller, ces eaux amères qui apportent la malédiction ne te seront point funestes.

20  Mais si, étant sous la puissance de ton mari, tu t’en es détournée et que tu te sois souillée, et si un autre homme que ton mari a couché avec toi, — 

21  et le sacrificateur fera jurer la femme avec un serment d’imprécation, et lui dira : — Que l’Eternel te livre à la malédiction et à l’exécration au milieu de ton peuple, en faisant dessécher ta cuisse et enfler ton ventre,

22  et que ces eaux qui apportent la malédiction entrent dans tes entrailles pour te faire enfler le ventre et dessécher la cuisse ! Et la femme dira : Amen ! Amen !

23  Le sacrificateur écrira ces imprécations dans un livre, puis les effacera avec les eaux amères.

24  Et il fera boire à la femme les eaux amères qui apportent la malédiction, et les eaux qui apportent la malédiction entreront en elle pour produire l’amertume.

25  Le sacrificateur prendra des mains de la femme l’offrande de jalousie, il agitera l’offrande de côté et d’autre devant l’Eternel, et il l’offrira sur l’autel ;

26  le sacrificateur prendra une poignée de cette offrande comme souvenir, et il la brûlera sur l’autel. C’est après cela qu’il fera boire les eaux à la femme.

27  Quand il aura fait boire les eaux, il arrivera, si elle s’est souillée et a été infidèle à son mari, que les eaux qui apportent la malédiction entreront en elle pour produire l’amertume ; son ventre s’enflera, sa cuisse se desséchera, et cette femme sera en malédiction au milieu de son peuple.

28  Mais si la femme ne s’est point souillée et qu’elle soit pure, elle sera reconnue innocente et aura des enfants.

aura des enfants. La punition de la femme coupable était évidente, puisque la peine de mort était requise. Par opposition, la femme innocente avait l’assurance de vivre et de mettre au monde des enfants.

29  Telle est la loi sur la jalousie, pour le cas où une femme sous la puissance de son mari se détourne et se souille,

30  et pour le cas où un mari saisi d’un esprit de jalousie a des soupçons sur sa femme: le sacrificateur la fera tenir debout devant l’Eternel, et lui appliquera cette loi dans son entier.

31  Le mari sera exempt de faute, mais la femme portera la peine de son iniquité.

 

REVENIR AU JOUR 121   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-121-de-929/

Allez au jour 123    www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-123-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/