ANCIEN TESTAMENT JOUR 154 DE 929

02/06/2019 00:45

ANCIEN TESTAMENT JOUR 154 DE 929

Intro et Deutéronomes 01 de 34

 

INTRODUCTION

Le cinquième livre de Moïse

Le Deutéronome

       Le titre français de ce livre, Deutéronome, provient d’une traduction inexacte de #De 17:18 par la version grecque des Septante: « copie de la loi » y a été rendu par « deuxième loi », transcrit Deuteronomium dans la version latine (la Vulgate). Le titre hébreu reprend les deux premiers mots hébreux du livre, traduits « voici les paroles ». Il décrit mieux le contenu de l’ouvrage, car celui-ci ne consiste pas dans une seconde loi, mais plutôt dans une explication de la loi par Moïse. Le Deutéronome complète l’ensemble littéraire en cinq parties que l’on appelle Pentateuque.

 

Auteur et date

       Traditionnellement, Moïse a été reconnu comme l’auteur du Deutéronome, puisque le livre lui-même atteste cette paternité (#De 1:1, #De 1:5 ; #De 31:9, #De 31:22, #De 31:24). A la fois l’A.T. (#1R 2:3 ; #1R 8:53 ; #2R 14:6 ; #2R 18:12) et le N.T. (#Ac 3:22-23 ; #Ro 10:19) en apportent confirmation. Si #De 32:48-34:12 a dû être ajouté après la mort de Moïse (probablement par Josué), le reste du livre provient bien de sa main, juste avant sa mort en 1405 av. J.-C.

       Pour l’essentiel, l’ouvrage rassemble les discours d’adieu que Moïse, âgé de 120 ans, a adressés à Israël à partir du 1er jour du 11e mois de la 40e année après la sortie d’Egypte (#De 1:3). Ils peuvent donc être datés de janvier ou février 1405 av. J.-C. C’est au cours des dernières semaines de sa vie que Moïse a consigné ses discours par écrit, les confiant aux sacrificateurs et aux anciens pour les futures générations d’Israélites (#De 31:9, #De 31:24-26).

 

Contexte et arrière-plan

       A l’instar du Lévitique, le Deutéronome ne couvre pas une longue période historique, puisque toute son action se déroule en un lieu unique, durant un mois (cf. #De 1:3 et #De 34:8 avec #Jos 5:6-12). Israël campait alors dans une région, à l’est du Jourdain (#De 1:1), que #No 36:13 nomme « les plaines de Moab », au nord de la rivière appelée Arnon, face à Jéricho. Il y avait presque 40 ans depuis la sortie d’Egypte.

       Le livre du Deutéronome traite d’événements survenus dans les dernières semaines de la vie de Moïse. Le conducteur des Israélites leur transmet oralement la révélation divine, et cela constitue la majeure partie du livre (#De 1:1-30:20 ; #De 31:30-32:47 ; #De 33:1-29). Les seuls autres événements mentionnés sont:

1° la rédaction par Moïse du livre de la loi et le mandat de nouveau responsable confié à Josué (#De 31:1-29);

2° la vision par Moïse du pays de Canaan depuis le mont Nebo (#De 32:48-52 ; #De 34:1-4);

3° sa mort (#De 34:5-12).

Dans sa forme orale comme écrite, le Deutéronome s’adressait en premier lieu à ceux qui étaient jeunes lors de la sortie d’Egypte. Toute cette génération, âgée de 40 à 60 ans (à l’exception de Josué et de Caleb, plus vieux), était née en Egypte et se trouvait dans l’enfance ou l’adolescence au moment de l’exode. Ceux qui avaient moins de 40 ans étaient nés et avaient grandi dans le désert. Ensemble ils formaient la génération qui allait bientôt conquérir le pays de Canaan sous la conduite de Josué, 40 ans après la sortie d’Egypte (#De 1:34-39).

 

Thèmes historiques et théologiques

       Comme le Lévitique, le Deutéronome contient une grande part législative, mais avec un accent sur le peuple plutôt que sur les sacrificateurs. Alors qu’il appelait la nouvelle génération d’Israël à faire confiance au Seigneur et à respecter l’alliance conclue en Horeb (Sinaï), Moïse illustra son propos en relatant plusieurs incidents tirés du passé d’Israël. Il rappela les rébellions contre Dieu à Horeb (#De 9:7-10:11) et à Kadès (#De 1:26-46), avec leurs désastreuses conséquences. Il rappela aussi la fidélité du Seigneur qui avait donné la victoire sur les ennemis (#De 2:24-3:11 ; #De 29:2, #De 29:7-8). Plus important encore, il appela le peuple à conquérir la terre promise par l’Eternel à ses ancêtres Abraham, Isaac et Jacob (#De 1:8 ; #De 6:10 ; #De 9:5 ; #De 29:13 ; #De 30:20 ; #De 34:4 ; cf. #Ge 15:18-21 ; #Ge 26:3-5 ; #Ge 35:12). Moïse ne se contenta pas de rappeler le passé, il évoqua aussi l’avenir. Il savait qu’une future désobéissance des Israélites à leur Dieu pourrait les disperser parmi les nations avant que la promesse solennelle faite aux patriarches ne soit entièrement accomplie (#De 4:25-31 ; #De 29:22-30:10 ; #De 31:26-29).

       Avec les Psaumes et Esaïe, le livre du Deutéronome révèle de nombreux attributs de Dieu. Ainsi, il est directement cité plus de 40 fois dans le N.T. (dépassé seulement par Esaïe et par les Psaumes), sans compter les nombreuses allusions à son contenu. Le Deutéronome révèle que l’Eternel est le seul Dieu (#De 4:39 ; #De 6:4), qu’il est jaloux (#De 4:24), fidèle (#De 7:9), aimant (#De 7:13), miséricordieux (#De 4:31) et en même temps irrité par le péché (#De 6:15). C’est ce Dieu-là qui a appelé Israël à venir à lui. Plus de 250 fois, Moïse emploie l’expression « l’Eternel, votre (ou ton) Dieu ». Le peuple devait obéir à l’Eternel (#De 28:2), le craindre, l’aimer et le servir (#De 10:12) en marchant dans ses voies et en gardant ses commandements (#De 10:12-13). Il jouirait alors de ses bénédictions (#De 28:1-14). L’obéissance et la recherche de la sainteté personnelle reposent sur le caractère de Dieu: c’est parce qu’il est saint que son peuple doit l’être (cf. #De 7:6-11 ; #De 8:6, #De 8:11, #De 8:18 ; #De 10:12, #De 10:16-17 ; #De 11:13 ; #De 13:3-4 ; #De 14:1-2).

 

Questions d’interprétation

       Le lecteur est confronté à trois défis en matière d’interprétation.

1° Ce livre forme-t-il un récit isolé ou fait-il partie d’un ensemble littéraire plus large, à savoir le Pentateuque? Le reste de l’Ecriture considère le Pentateuque comme un ensemble. Il ne peut donc y avoir de rupture, du point de vue du sens, entre le Deutéronome et ce corpus. Le livre présuppose en outre une certaine connaissance par le lecteur des quatre livres précédents; en fait, il cristallise tout ce qui est révélé de la Genèse aux Nombres et explicite ce que cela signifie pour les Israélites en vue de leur entrée dans le pays promis. Néanmoins, tous les manuscrits hébreux disponibles divisent le Pentateuque exactement comme le fait le texte moderne. Le Deutéronome est donc aussi une unité bien définie qui rapporte les derniers discours de Moïse à Israël et peut être considéré de façon isolée.

 

2° La structure du Deutéronome suit-elle celle des traités de l’époque de Moïse? Au cours des 35 dernières années, de nombreux spécialistes évangéliques ont argumenté en faveur d’une rédaction mosaïque du Deutéronome en s’appuyant sur les similitudes entre la structure du livre et la forme des traités de la moitié du 2e millénaire av. J.-C. (soit la période de Moïse) au Proche-Orient. Ces traités de suzeraineté profanes (par lesquels un souverain dictait sa volonté à ses vassaux) étaient rédigés selon une structure qui n’avait plus cours un millénaire plus tard: a) un préambule identifiant les parties impliquées; b) un prologue historique résumant les relations entre le souverain et ses vassaux; c) des stipulations générales et spécifiques; d) la mention des témoins; e) une liste de bénédictions et malédictions; f) des serments et une ratification de l’alliance. Le Deutéronome, argumente-t-on, se rapproche de ce schéma fondamental. Si tous s’accordent sur le fait que 1:1-5 est un préambule, 1:5-4:43 un prologue historique et les chapitres 27-28 une liste de bénédictions et malédictions, il n’existe en revanche pas de consensus sur la manière dont le reste du livre reflète cette structure. S’il y a eu un renouvellement de l’alliance dans les plaines de Moab, il n’est pas mentionné explicitement ni même implicitement de façon claire. Il vaut donc mieux considérer ce livre comme il se présente: une explication de la loi donnée par Moïse à la nouvelle génération. Quant à sa structure, elle est liée aux discours de Moïse (voir le plan).

 

 

3° En quoi consistait l’alliance conclue au pays de Moab (#De 29:1)? D’après l’opinion majoritaire, il s’agissait d’un renouvellement de l’alliance conclue au Sinaï près de 40 ans plus tôt avec la première génération d’Israélites. Moïse aurait actualisé et renouvelé cette alliance-là avec la deuxième génération. D’autres parlent d’une « alliance palestinienne » garantissant les droits d’Israël, en tant que nation, sur ce territoire, dès ce moment et pour l’avenir. Selon d’autres encore, Moïse anticipe la nouvelle alliance aux chapitres 29 et 30, sachant Israël incapable de respecter l’alliance du Sinaï. C’est cette troisième perspective qui me paraît la meilleure.

 

Plan

I. Introduction: le contexte historique des discours de Moïse (1:1-4)

II. Premier discours de Moïse: un prologue historique (1:5-4:43)

 

A. Rappel des faveurs de Dieu d’Horeb à Beth-Peor (1:5-3:29)

B. Exhortation à obéir à la loi (4:1-40)

C. Désignation de trois villes de refuge (4:41-43)

 

III. Deuxième discours de Moïse: les stipulations de l’alliance du Sinaï (4:44-28:68)

 

A. Introduction (4:44-49)

B. Eléments fondamentaux de la relation d’Israël avec l’Eternel (5:1-11:32)

1. Les dix commandements (5:1-33)

2. Une entière consécration à l’Eternel (6:1-25)

3. La séparation d’avec les dieux des autres nations (7:1-26)

4. Avertissement contre la tentation d’oublier Dieu (8:1-20)

5. Illustrations de la rébellion d’Israël par le passé (9:1-10:11)

6. Appel à craindre et à aimer l’Eternel et à obéir à sa volonté (10:12-11:32)

C. Stipulations spécifiques pour la vie dans le nouveau pays (12:1-26:19)

1. Instructions pour le culte (12:1-16:17)

2. Instructions pour l’établissement d’autorités (16:18-18:22)

3. Instructions pour le maintien de l’ordre public (19:1-23:14)

4. Instructions diverses (23:15-25:19)

5. Prémices et dîmes dans le pays promis (26:1-15)

6. Affirmation d’obéissance (26:16-19)

D. Bénédictions et malédictions de l’alliance (27:1-28:68)

 

IV. Troisième discours de Moïse: une autre alliance (29:1-30:20)

V. Evénements conclusifs (31:1-34:12)

 

A. Passation des responsabilités (31:1-8)

B. Règles pour la lecture de la loi (31:9-13)

C. Cantique de Moïse (31:14-32:47)

 

1. Anticipation des manquements d’Israël (31:14-29)

2. Contenu du cantique de Moïse (31:30-32:43)

3. Communication du cantique de Moïse au peuple (32:44-47)

 

D. Derniers événements de la vie de Moïse (32:48-34:12)

 

  1. Directives pour la mort de Moïse (32:48-52)

2. Bénédiction de Moïse (33:1-29)

3. Mort de Moïse (34:1-12)

 

DEUTÉRONOMES 01 : 1 À 46

1 ¶  Voici les paroles que Moïse adressa à tout Israël, de l’autre côté du Jourdain, dans le désert, dans la plaine, vis-à-vis de Suph, entre Paran, Tophel, Laban, Hatséroth et Di-Zahab.

les paroles que Moïse adressa. L’essentiel du Deutéronome consiste en discours de Moïse à la fin de sa vie. D’après le v. 3, il parlait sous l’autorité de Dieu, puisque ses paroles inspirées étaient en accord avec les commandements divins.

tout Israël. Utilisée 12 fois dans le livre, cette expression souligne l’unité du peuple et l’intérêt de ces discours pour tous.

plaine, vis-à-vis de Suph. Il s’agit de la grande vallée qui s’étend de la mer de Galilée (au nord) au golfe d’Akaba (au sud). Israël y campait, à l’est du Jourdain. A l’exception du Jourdain et de l’Araba (hébreu pour « plaine »), l’emplacement précis des lieux cités dans ce v. est inconnu, même s’ils se trouvaient probablement le long du trajet suivi par Israël depuis le golfe d’Akaba en direction du nord (cf. #No 33).

1:1-4

Cette introduction fixe le contexte et l’objectif du Deutéronome.

2  Il y a onze journées depuis Horeb, par le chemin de la montagne de Séir, jusqu’à Kadès-Barnéa.

onze journées. La distance de Horeb à Kadès-Barnéa était d’environ 240 km. Kadès se trouvait à la frontière sud du pays promis. Ce voyage prenait onze jours en temps normal, mais pour Israël, il dura plus de 38 ans!

Horeb. C’est le nom employé dans le Deutéronome pour désigner le mont Sinaï. Il signifie « sécheresse, désert ». Toute la région autour du Sinaï est en effet stérile et peu attirante.

montagne de Séir. Au sud de la mer Morte, en Edom.

3  Dans la quarantième année, au onzième mois, le premier du mois, Moïse parla aux enfants d’Israël selon tout ce que l’Eternel lui avait ordonné de leur dire.

la quarantième année. C’est-à-dire 40 ans après la sortie d’Egypte. Les années du jugement divin (#No 14:33-34) prenaient fin.

au onzième mois. En janvier-février 1405 av. J.-C. Les événements de la 40e année sont rapportés en #No 20:1-36:2.

 

4  C’était après qu’il eut battu Sihon, roi des Amoréens, qui habitait à Hesbon, et Og, roi de Basan, qui habitait à Aschtaroth et à Edréi.

Sihon …  Og. Les deux rois amoréens que les Israélites avaient battus en Transjordanie (cf. #De 2:24-3:11 ; #No 21:21-35).

5  De l’autre côté du Jourdain, dans le pays de Moab, Moïse commença à expliquer cette loi, et dit:

expliquer. Littéralement « graver distinctement ». Le livre visait à clarifier le sens et le but de la loi avant l’entrée des Israélites en Canaan. Il devait leur servir de guide pour l’application de la loi dans leur nouvelle vie. Moïse ne cherchait pas à passer en revue tous les événements du Sinaï rapportés dans l’Exode, le Lévitique et les Nombres (cf. #Ex 20:1-#No 10:10), mais plutôt à enseigner à ses compatriotes comment marcher avec Dieu et accomplir sa volonté dans le pays promis afin de jouir de sa bénédiction.

1:5-4:43

Premier discours de Moïse. Il introduisit son explication de la loi par un appel à entrer en Canaan (vv. #De 1:6-8), pays promis par Dieu à Abraham (cf. #Ge 15:18-21). L’alliance abrahamique est du reste mentionnée à plusieurs reprises dans le livre (#De 1:35 ; #De 4:31 ; #De 6:10, #De 6:18, #De 6:23 ; #De 7:8, #De 7:12 ; #De 8:1, #De 8:18 ; #De 9:5 ; #De 10:11 ; #De 11:9, #De 11:21 ; #De 13:17 ; #De 19:8 ; #De 26:3, #De 26:15 ; #De 27:3 ; #De 28:11 ; #De 29:13 ; #De 30:20 ; #De 31:7, #De 31:20-23 ; #De 34:4). Moïse rappela ensuite les interventions passées de Dieu (#De 1:9-3:29) et encouragea Israël à obéir à l’alliance qui lui avait été donnée par l’Eternel au Sinaï (#De 4:1-40). Cette introduction se termine par le bref récit de la désignation de trois villes de refuge à l’est du Jourdain (#De 4:41-43).

6  L’Eternel, notre Dieu, nous a parlé à Horeb, en disant : Vous avez assez demeuré dans cette montagne.

7  Tournez-vous, et partez ; allez à la montagne des Amoréens et dans tout le voisinage, dans la plaine, sur la montagne, dans la vallée, dans le midi, sur la côte de la mer, au pays des Cananéens et au Liban, jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate.

1:7-8

pays. Le v. 7 décrit clairement le pays que l’Eternel avait donné en possession à Israël. La « montagne des Amoréens » désignait le territoire vallonné à l’ouest de la mer Morte. La « plaine » (ou Araba), c’était la dépression qui va de la mer de Galilée au nord à la mer Morte au sud. La « montagne » renvoyait aux collines qui traversent le centre du pays selon l’axe nord-sud et qui se trouvent à l’ouest de la mer de Galilée et du Jourdain. La « vallée » (ou Shéphélah) comprenait le bas pays ondulé qui s’avance vers la Méditerranée. Le « midi » (ou Néguev) désignait la région inculte et aride s’étirant vers le sud depuis Beer-Schéba jusqu’au désert. La « côte de la mer » renvoyait au littoral méditerranéen. Les frontières du « pays des Cananéens » avaient été précisées en #No 34:1-15. La chaîne du « Liban » marquait la frontière nord du côté de la côte, et l’« Euphrate » la limite du pays au nord-est. Cf. #No 34:1-12.

8  Voyez, j’ai mis le pays devant vous ; allez, et prenez possession du pays que l’Eternel a juré à vos pères, Abraham, Isaac et Jacob, de donner à eux et à leur postérité après eux.

l’Eternel a juré. L’ordre donné par Dieu de prendre possession du pays par une guerre de conquête reposait sur l’alliance conclue avec Abraham (#Ge 15:18-21) et réitérée envers Isaac et Jacob (#Ge 26:3-5 ; #Ge 28:13-15 ; #Ge 35:12). Ces trois patriarches sont mentionnés 7 fois dans le Deutéronome (#De 1:8 ; #De 6:10 ; #De 9:5, #De 9:27 ; #De 29:13 ; #De 30:20 ; #De 34:4). L’Eternel avait scellé son alliance par un serment, indiquant ainsi qu’il ne modifierait pas son plan (cf. #Ps 110:4).

9 ¶  Dans ce temps-là, je vous dis : Je ne puis pas, à moi seul, vous porter.

10  L’Eternel, votre Dieu, vous a multipliés, et vous êtes aujourd’hui aussi nombreux que les étoiles du ciel.

les étoiles du ciel. C’était conforme à ce que l’Eternel avait promis à Abraham pour sa descendance (cf. #Ge 15:5 ; #Ge 22:17). L’augmentation de la population israélite confirmait l’intention et la capacité de Dieu d’accomplir ses promesses.

11  Que l’Eternel, le Dieu de vos pères, vous augmente mille fois autant, et qu’il vous bénisse comme il vous l’a promis !

mille fois. Manière sémitique de dire « un nombre infini de fois ».

12  Comment porterais-je, à moi seul, votre charge, votre fardeau et vos contestations ?

13  Prenez dans vos tribus des hommes sages, intelligents et connus, et je les mettrai à votre tête.

Prenez …  des hommes sages. L’accomplissement de la promesse de Dieu à Abraham avait créé problème à Moïse: la nation était devenue trop grande pour qu’il puisse gouverner efficacement! Il avait donc fallu désigner des hommes pour l’aider dans sa tâche (cf. #Ex 18:13-27). Ces hommes devaient être

1° « sages », c’est-à-dire capables d’appliquer leurs connaissances;

2° « intelligents », c’est-à-dire doués de discernement pour juger;

3° « connus », c’est-à-dire expérimentés et respectés. Cf. #Ex 18:21.

14  Vous me répondîtes, en disant : Ce que tu proposes de faire est une bonne chose.

15  Je pris alors les chefs de vos tribus, des hommes sages et connus, et je les mis à votre tête comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante, et chefs de dix, et comme ayant autorité dans vos tribus.

16  Je donnai, dans le même temps, cet ordre à vos juges : Ecoutez vos frères, et jugez selon la justice les différends de chacun avec son frère ou avec l’étranger.

17  Vous n’aurez point égard à l’apparence des personnes dans vos jugements ; vous écouterez le petit comme le grand ; vous ne craindrez aucun homme, car c’est Dieu qui rend la justice. Et lorsque vous trouverez une cause trop difficile, vous la porterez devant moi, pour que je l’entende.

18  C’est ainsi que je vous prescrivis, dans ce temps-là, tout ce que vous aviez à faire.

19 ¶  Nous partîmes d’Horeb, et nous parcourûmes en entier ce grand et affreux désert que vous avez vu ; nous prîmes le chemin de la montagne des Amoréens, comme l’Eternel, notre Dieu, nous l’avait ordonné, et nous arrivâmes à Kadès-Barnéa.

20  Je vous dis : Vous êtes arrivés à la montagne des Amoréens, que l’Eternel, notre Dieu, nous donne.

21  Vois, l’Eternel, ton Dieu, met le pays devant toi ; monte, prends-en possession, comme te l’a dit l’Eternel, le Dieu de tes pères ; ne crains point, et ne t’effraie point.

22  Vous vous approchâtes tous de moi, et vous dîtes : Envoyons des hommes devant nous, pour explorer le pays, et pour nous faire un rapport sur le chemin par lequel nous y monterons et sur les villes où nous arriverons.

Envoyons des hommes devant nous. Lorsque Moïse avait encouragé Israël à conquérir le pays (vv. #De 1:20-21), le peuple avait demandé à ce que des espions soient envoyés d’abord. Il semble que Moïse ait soumis leur requête à l’Eternel, qui approuva leur plan et lui ordonna de désigner des espions (#No 13:1-2). Il avait donc choisi douze hommes pour explorer le pays (#No 13:17-20).

23  Cet avis me parut bon ; et je pris douze hommes parmi vous, un homme par tribu.

24  Ils partirent, traversèrent la montagne, et arrivèrent jusqu’à la vallée d’Eschcol, qu’ils explorèrent.

25  Ils prirent dans leurs mains des fruits du pays, et nous les présentèrent ; ils nous firent un rapport, et dirent : C’est un bon pays, que l’Eternel, notre Dieu, nous donne.

26  Mais vous ne voulûtes point y monter, et vous fûtes rebelles à l’ordre de l’Eternel, votre Dieu.

vous fûtes rebelles. A Kadès-Barnéa, Israël refusa délibérément et carrément d’obéir à l’ordre de Dieu de s’emparer du pays (#No 14:1-9).

27  Vous murmurâtes dans vos tentes, et vous dîtes : C’est parce que l’Eternel nous hait, qu’il nous a fait sortir du pays d’Egypte, afin de nous livrer entre les mains des Amoréens et de nous détruire.

vous murmurâtes. Les Israélites s’étaient plaints d’être haïs de l’Eternel. Ils avaient même supposé qu’il les avait fait sortir d’Egypte pour qu’ils soient exterminés par les Amoréens.

28  Où monterions-nous ? Nos frères nous ont fait perdre courage, en disant : C’est un peuple plus grand et de plus haute taille que nous ; ce sont des villes grandes et fortifiées jusqu’au ciel ; nous y avons même vu des enfants d’Anak.

enfants d’Anak. Littéralement « fils des Anakim ». C’étaient les premiers habitants de Canaan, décrits comme des géants (#De 2:10, #De 2:21 ; #De 9:2 ; #No 13:32-33). Ils étaient plus nombreux que les Israélites et surtout plus puissants sur le plan militaire.

29  Je vous dis : Ne vous épouvantez pas, et n’ayez pas peur d’eux.

30  L’Eternel, votre Dieu, qui marche devant vous, combattra lui-même pour vous, selon tout ce qu’il a fait pour vous sous vos yeux en Egypte,

31  puis au désert, où tu as vu que l’Eternel, ton Dieu, t’a porté comme un homme porte son fils, pendant toute la route que vous avez faite jusqu’à votre arrivée en ce lieu.

32  Malgré cela, vous n’eûtes point confiance en l’Eternel, votre Dieu,

vous n’eûtes point confiance. La raison donnée à l’échec du peuple est la même qu’en #No 14:11: Israël ne prit pas l’Eternel au mot et n’obéit par conséquent pas à son commandement. Leur manque d’obéissance était la conséquence de leur manque de confiance en l’Eternel.

33  qui allait devant vous sur la route pour vous chercher un lieu de campement, la nuit dans un feu afin de vous montrer le chemin où vous deviez marcher, et le jour dans une nuée.

dans un feu …  dans une nuée. La nuée (de jour) et le feu (de nuit) étaient les moyens choisis par Dieu pour guider les Israélites dans le désert (#Ex 13:21 ; #No 9:15-23). L’Eternel qui les avait conduits à travers le désert était celui qui avait déjà préparé un emplacement pour eux en Canaan. Tout comme il les avait dirigés par le passé, il allait encore les diriger à l’avenir.

34  L’Eternel entendit le bruit de vos paroles. Il s’irrita, et jura, en disant:

35  Aucun des hommes de cette génération méchante ne verra le bon pays que j’ai juré de donner à vos pères,

36  excepté Caleb, fils de Jephunné ; il le verra, lui, et je donnerai à lui et à ses enfants le pays sur lequel il a marché, parce qu’il a pleinement suivi la voie de l’Eternel.

1:36, 38

Caleb …  Josué. Ils avaient été épargnés par le jugement en raison de leur foi et de leur obéissance exemplaires (cf. #No 14:24 ; #Jos 14:8-9).

37  L’Eternel s’irrita aussi contre moi, à cause de vous, et il dit : Toi non plus, tu n’y entreras point.

L’Eternel s’irrita aussi contre moi. Même si sa propre désobéissance était intervenue environ 39 ans après l’échec d’Israël à Kadès (#No 20:1-13), Moïse l’inclut dans la désobéissance d’Israël parce qu’elle était du même genre: à l’instar du peuple, il n’avait pas honoré la parole de l’Eternel et, dans une attitude de rébellion et de recherche de sa propre gloire, avait désobéi à l’ordre clair de Dieu en frappant le rocher au lieu de lui parler. Il avait donc été frappé du même jugement divin et, comme la première génération d’Israélites, n’avait pas le droit de pénétrer en Canaan (#No 20:12).

38  Josué, fils de Nun, ton serviteur, y entrera ; fortifie-le, car c’est lui qui mettra Israël en possession de ce pays.

39  Et vos petits enfants, dont vous avez dit : Ils deviendront une proie ! et vos fils, qui ne connaissent aujourd’hui ni le bien ni le mal, ce sont eux qui y entreront, c’est à eux que je le donnerai, et ce sont eux qui le posséderont.

40  Mais vous, tournez-vous, et partez pour le désert, dans la direction de la mer Rouge.

41  Vous répondîtes, en me disant : Nous avons péché contre l’Eternel ; nous monterons et nous combattrons, comme l’Eternel, notre Dieu, nous l’a ordonné. Et vous ceignîtes chacun vos armes, et vous fîtes le projet téméraire de monter à la montagne.

1:41-45

Israël avait une fois de plus méprisé l’ordre de l’Eternel en cherchant à entrer en Canaan alors même qu’il leur avait interdit de le faire. Cette nouvelle rébellion s’était terminée par la victoire des Amoréens. L’Eternel avait manifesté son désaccord en ne les aidant pas et en ne compatissant pas à leur défaite. De plus, toute la génération impliquée dans cette rébellion était morte dans le désert au cours des 38 années suivantes (cf. #No 15:1-19:2).

42  L’Eternel me dit : Dis-leur : Ne montez pas et ne combattez pas, car je ne suis pas au milieu de vous ; ne vous faites pas battre par vos ennemis.

43  Je vous parlai, mais vous n’écoutâtes point ; vous fûtes rebelles à l’ordre de l’Eternel, et vous montâtes audacieusement à la montagne.

44  Alors les Amoréens, qui habitent cette montagne, sortirent à votre rencontre, et vous poursuivirent comme font les abeilles ; ils vous battirent en Séir, jusqu’à Horma.

45  A votre retour, vous pleurâtes devant l’Eternel ; mais l’Eternel n’écouta point votre voix, et ne vous prêta point l’oreille.

46  Vous restâtes à Kadès, où le temps que vous y avez passé fut de longue durée.

Vous restâtes à Kadès …  longue durée. Ces paroles laissent entendre qu’Israël avait passé la majeure partie de ses 38 ans au désert dans la région de Kadès.

 

 

REVENIR AU JOUR 153   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-153-de-929/

Allez au jour 155    

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/