ANCIEN TESTAMENT JOUR 168 DE 929

16/06/2019 00:00

ANCIEN TESTAMENT JOUR 168 DE 929

Deutéronomes15 de 34

 

DEUTÉRONOMES 15 : 1 À 23

1 ¶  Tous les sept ans, tu feras relâche.

Tous les sept ans …  relâche. L’année sabbatique avait été instaurée et décrite en #Ex 23:10-11 et #Lé 25:1-7: le pays devait rester en jachère au cours de la septième année. Ce n’est qu’ici que Moïse prescrit, en outre, une remise des dettes. Sur la base des vv. 9-11, la dette devait être définitivement et entièrement effacée; il ne s’agissait pas d’une simple annulation de paiement pour l’année en cours.

2  Et voici comment s’observera le relâche. Quand on aura publié le relâche en l’honneur de l’Eternel, tout créancier qui aura fait un prêt à son prochain se relâchera de son droit, il ne pressera pas son prochain et son frère pour le paiement de sa dette.

3  Tu pourras presser l’étranger ; mais tu te relâcheras de ton droit pour ce qui t’appartiendra chez ton frère.

Tu pourras presser l’étranger. La règle relative à la remise sabbatique des dettes ne concernait pas ceux qui séjournaient de façon temporaire dans le pays. L’étranger devait donc assumer le remboursement de ses dettes.

4  Toutefois, il n’y aura point d’indigent chez toi, car l’Eternel te bénira dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te fera posséder en héritage,

point d’indigent chez toi. Idéalement, la pauvreté pouvait être éradiquée du pays promis du fait de la bénédiction accordée par l’Eternel. L’accomplissement de cette bénédiction dépendait cependant du degré d’obéissance d’Israël. C’est ainsi que les vv. #De 15:4-6 encouragent à lutter pour réduire la pauvreté tout en soulignant l’abondance avec laquelle Dieu pourvoirait aux besoins dans le pays promis.

5  pourvu seulement que tu obéisses à la voix de l’Eternel, ton Dieu, en mettant soigneusement en pratique tous ces commandements que je te prescris aujourd’hui.

6  L’Eternel, ton Dieu, te bénira comme il te l’a dit, tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point ; tu domineras sur beaucoup de nations, et elles ne domineront point sur toi.

7  S’il y a chez toi quelque indigent d’entre tes frères, dans l’une de tes portes, au pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’endurciras point ton cœur et tu ne fermeras point ta main devant ton frère indigent.

8  Mais tu lui ouvriras ta main, et tu lui prêteras de quoi pourvoir à ses besoins.

tu lui prêteras de quoi pourvoir. Les Israélites devaient adopter une attitude empreinte de chaleur et de générosité envers les pauvres de leur communauté: ils devaient leur donner de quoi subvenir à leurs besoins tout en étant conscients que de tels « prêts » ne seraient jamais remboursés.

9  Garde-toi d’être assez méchant pour dire en ton cœur : La septième année, l’année du relâche, approche ! Garde-toi d’avoir un œil sans pitié pour ton frère indigent et de lui faire un refus. Il crierait à l’Eternel contre toi, et tu te chargerais d’un péché.

10  Donne-lui, et que ton cœur ne lui donne point à regret ; car, à cause de cela, l’Eternel, ton Dieu, te bénira dans tous tes travaux et dans toutes tes entreprises.

11  Il y aura toujours des indigents dans le pays ; c’est pourquoi je te donne ce commandement : Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays.

Il y aura toujours des indigents. Le point de vue est ici réaliste (par opposition au v. 4): la désobéissance dont Israël ferait preuve envers l’Eternel signifiait qu’il y aurait toujours des pauvres parmi la population. Jésus répéta cette évidence en #Mt 26:11.

12 ¶  Si l’un de tes frères hébreux, homme ou femme, se vend à toi, il te servira six années ; mais la septième année, tu le renverras libre de chez toi.

Si l’un de tes frères …  se vend. Dans le contexte des vv. 1-11, cela pouvait constituer, en cas de défaut de paiement, une alternative pour le remboursement d’une dette; une période d’esclavage remplaçait le paiement. L’esclave hébreu servait son maître durant six ans puis était libéré la septième année.

13  Et lorsque tu le renverras libre de chez toi, tu ne le renverras point à vide ;

tu ne le renverras point à vide. Lorsqu’un esclave avait achevé son temps de service, son maître devait lui fournir les ressources nécessaires pour qu’il ne commence pas sa nouvelle vie dans la misère.

14  tu lui feras des présents de ton menu bétail, de ton aire, de ton pressoir, de ce que tu auras par la bénédiction de l’Eternel, ton Dieu.

15  Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Egypte, et que l’Eternel, ton Dieu, t’a racheté ; c’est pourquoi je te donne aujourd’hui ce commandement.

tu te souviendras. Les Israélites, auparavant esclaves en Egypte, devaient traiter leurs propres esclaves comme Dieu les avait traités.

16  Si ton esclave te dit : Je ne veux pas sortir de chez toi, — parce qu’il t’aime, toi et ta maison, et qu’il se trouve bien chez toi, — 

17  alors tu prendras un poinçon et tu lui perceras l’oreille contre la porte, et il sera pour toujours ton esclave. Tu feras de même pour ta servante.

un poinçon …  perceras l’oreille. Un esclave pouvait préférer, au vu des circonstances, rester avec la famille de son maître après ses six années d’esclavage. On lui perçait alors l’oreille, et il devenait serviteur à vie (cf. #Ex 21:5-6).

18  Tu ne trouveras point dur de le renvoyer libre de chez toi, car il t’a servi six ans, ce qui vaut le double du salaire d’un mercenaire ; et l’Eternel, ton Dieu, te bénira dans tout ce que tu feras.

le double du salaire d’un mercenaire. L’esclave avait double valeur pour son propriétaire parce qu’il accomplissait son service envers lui sans rien lui coûter, contrairement à l’ouvrier agricole qui recevait un salaire pour son travail.

19 ¶  Tu consacreras à l’Eternel, ton Dieu, tout premier-né mâle qui naîtra dans ton gros et dans ton menu bétail. Tu ne travailleras point avec le premier-né de ton bœuf, et tu ne tondras point le premier-né de tes brebis.

consacreras …  tout premier-né. Le premier-né d’un animal devait être consacré à l’Eternel. Il était offert en sacrifice au cours d’une fête annuelle, et celui qui l’offrait participait au repas sacrificiel (voir #De 14:23).

ne tondras point. Le premier-né du bœuf ou du taureau ne devait pas travailler, et le premier-né de la brebis ou de la chèvre ne devait pas être tondu avant d’être offert en sacrifice.

20  Tu le mangeras chaque année, toi et ta famille, devant l’Eternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira.

21  S’il a quelque défaut, s’il est boiteux ou aveugle, ou s’il a quelque autre difformité, tu ne l’offriras point en sacrifice à l’Eternel, ton Dieu.

défaut. Le premier-né d’un animal n’était pas accepté comme sacrifice s’il était imparfait. Il devait être traité comme tout autre animal non sacrificiel (cf. #De 12:15-16) et mangé à la maison (cf. #Mal 1:6-14).

22  Tu le mangeras dans tes portes ; celui qui sera impur et celui qui sera pur en mangeront l’un et l’autre, comme on mange de la gazelle et du cerf.

23  Seulement, tu n’en mangeras pas le sang ; tu le répandras sur la terre comme de l’eau.

 

REVENIR AU JOUR 167   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-167-de-929/

Allez au jour 169     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-169-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/