ANCIEN TESTAMENT JOUR 230 DE 929

17/08/2019 00:41

ANCIEN TESTAMENT JOUR 230 DE 929

Juges 19 de 21

 

Juges 19 : 1 À 30

1 ¶  Dans ce temps où il n’y avait point de roi en Israël, un Lévite, qui séjournait à l’extrémité de la montagne d’Ephraïm, prit pour sa concubine une femme de Bethléhem de Juda.

19:1-10

Ce passage présente un exemple d’immoralité personnelle.

concubine. Les sacrificateurs pouvaient se marier (#Lé 21:7, #Lé 21:13-14). Même si la culture ambiante autorisait le concubinage (en général avec une esclave), Dieu ne tolérait pas une telle pratique (#Ge 2:24).

2  Sa concubine lui fit infidélité, et elle le quitta pour aller dans la maison de son père à Bethléhem de Juda, où elle resta l’espace de quatre mois.

fut infidèle. Selon la loi, elle aurait dû être tuée, et elle aurait pu l’être s’il avait régné un esprit de recherche de la sainteté et d’obéissance à l’Ecriture (cf. #Lé 20:10). Un sacrificateur n’avait pas le droit d’épouser une prostituée (#Lé 21:14), de sorte que le ministère de cet homme fut grandement souillé. Pourtant, il fit peu cas du péché et du départ de sa compagne et chercha à la ramener en faisant preuve de bienveillance envers elle (v. #Jug 19:3).

3  Son mari se leva et alla vers elle, pour parler à son cœur et la ramener. Il avait avec lui son serviteur et deux ânes. Elle le fit entrer dans la maison de son père ; et quand le père de la jeune femme le vit, il le reçut avec joie.

4  Son beau-père, le père de la jeune femme, le retint trois jours chez lui. Ils mangèrent et burent, et ils y passèrent la nuit.

5  Le quatrième jour, ils se levèrent de bon matin, et le Lévite se disposait à partir. Mais le père de la jeune femme dit à son gendre : Prends un morceau de pain pour fortifier ton cœur ; vous partirez ensuite.

6  Et ils s’assirent, et ils mangèrent et burent eux deux ensemble. Puis le père de la jeune femme dit au mari : Décide-toi donc à passer la nuit, et que ton cœur se réjouisse.

7  Le mari se levait pour s’en aller ; mais, sur les instances de son beau-père, il passa encore la nuit.

8  Le cinquième jour, il se leva de bon matin pour partir. Alors le père de la jeune femme dit : Fortifie ton cœur, je te prie ; et restez jusqu’au déclin du jour. Et ils mangèrent eux deux.

9  Le mari se levait pour s’en aller, avec sa concubine et son serviteur ; mais son beau-père, le père de la jeune femme, lui dit : Voici, le jour baisse, il se fait tard, passez donc la nuit ; voici, le jour est sur son déclin, passe ici la nuit, et que ton cœur se réjouisse ; demain vous vous lèverez de bon matin pour vous mettre en route, et tu t’en iras à ta tente.

10  Le mari ne voulut point passer la nuit, il se leva et partit. Il arriva jusque devant Jebus, qui est Jérusalem, avec les deux ânes bâtés et avec sa concubine.

Jébus. C’était le nom de Jérusalem lorsqu’elle était entre les mains des Jébusiens (#Jug 1:21), c’est-à-dire jusqu’à ce que David s’en empare et en fasse sa capitale (#2S 5:6-9). Elle a aussi porté le nom de Salem (#Ge 14:18 ; cf. #Ps 76:3).

11  Lorsqu’ils furent près de Jebus, le jour avait beaucoup baissé. Le serviteur dit alors à son maître : Allons, dirigeons-nous vers cette ville des Jébusiens, et nous y passerons la nuit.

12  Son maître lui répondit : Nous n’entrerons pas dans une ville d’étrangers, où il n’y a point d’enfants d’Israël, nous irons jusqu’à Guibea.

Guibea. Si les Israélites ne contrôlaient pas totalement Jérusalem, Guibea était en revanche un endroit sûr pour eux.

13  Il dit encore à son serviteur : Allons, approchons-nous de l’un de ces lieux, Guibea ou Rama, et nous y passerons la nuit.

14  Ils continuèrent à marcher, et le soleil se coucha quand ils furent près de Guibea, qui appartient à Benjamin.

15  Ils se dirigèrent de ce côté pour aller passer la nuit à Guibea. Le Lévite entra, et il s’arrêta sur la place de la ville. Il n’y eut personne qui les reçût dans sa maison pour qu’ils y passassent la nuit.

L’attitude des habitants de Guibea, membres de la tribu de Benjamin, qui n’offrirent pas l’hospitalité aux voyageurs ouvrit la porte à l’immoralité.

16 ¶  Et voici, un vieillard revenait le soir de travailler aux champs ; cet homme était de la montagne d’Ephraïm, il séjournait à Guibea, et les gens du lieu étaient Benjamites.

17  Il leva les yeux, et vit le voyageur sur la place de la ville. Et le vieillard lui dit : Où vas-tu, et d’où viens-tu ?

18  Il lui répondit : Nous allons de Bethléhem de Juda jusqu’à l’extrémité de la montagne d’Ephraïm, d’où je suis. J’étais allé à Bethléhem de Juda, et je me rends à la maison de l’Eternel. Mais il n’y a personne qui me reçoive dans sa demeure.

je me rends à la maison de l’Eternel. Il se rendait à Silo pour assumer ses fonctions sacerdotales.

19  Nous avons cependant de la paille et du fourrage pour nos ânes ; nous avons aussi du pain et du vin pour moi, pour ta servante, et pour le garçon qui est avec tes serviteurs. Il ne nous manque rien.

20  Le vieillard dit : Que la paix soit avec toi ! Je me charge de tous tes besoins, tu ne passeras pas la nuit sur la place.

pas la nuit sur la place. Le vieil homme connaissait les risques que l’on courait à passer la nuit à un tel endroit.

21  Il les fit entrer dans sa maison, et il donna du fourrage aux ânes. Les voyageurs se lavèrent les pieds ; puis ils mangèrent et burent.

22 ¶  Pendant qu’ils étaient à se réjouir, voici, les hommes de la ville, gens pervers, entourèrent la maison, frappèrent à la porte, et dirent au vieillard, maître de la maison : Fais sortir l’homme qui est entré chez toi, pour que nous le connaissions.

gens pervers. Littéralement « hommes de fils de Bélial », c’est-à-dire des hommes sans valeur. Ils désiraient pratiquer la sodomie avec le Lévite. Ailleurs, l’expression désigne les idolâtres (#De 13:13), ceux qui négligent les pauvres (#De 15:9), les ivrognes (#1S 1:16), les êtres immoraux (#1S 2:12) et ceux qui se rebellent contre l’autorité civile (#2S 20:1 ; #Pr 19:28). Le nom « Bélial » peut dériver du faux dieu Baal ou de mots désignant le joug (ils s’étaient débarrassés du joug de la décence) ou l’absence d’utilité. Dans le N.T., il est appliqué à Satan (#2Co 6:15).

23  Le maître de la maison, se présentant à eux, leur dit : Non, mes frères, ne faites pas le mal, je vous prie ; puisque cet homme est entré dans ma maison, ne commettez pas cette infamie.

24  Voici, j’ai une fille vierge, et cet homme a une concubine ; je vous les amènerai dehors ; vous les déshonorerez, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Mais ne commettez pas sur cet homme une action aussi infâme.

je vous les amènerai dehors. L’hôte proposa un compromis honteux, dans un désir exagéré de protéger son invité de sexe masculin. Il aurait dû protéger tous ceux qui se trouvaient dans sa maison, et le Lévite aurait dû le soutenir; ils auraient dû assurer la protection des femmes, au risque de leur propre vie. Le peu de cas que cet homme faisait des femmes fut démontré par sa proposition de livrer sa propre fille et la concubine du Lévite à la perversité des habitants. Cela rappelle le plongeon de Lot dans l’immoralité (#Ge 19) avec, ici, des suites malheureuses: le viol collectif et finalement le meurtre.

25  Ces gens ne voulurent point l’écouter. Alors l’homme prit sa concubine, et la leur amena dehors. Ils la connurent, et ils abusèrent d’elle toute la nuit jusqu’au matin ; puis ils la renvoyèrent au lever de l’aurore.

L’homme prit sa concubine, et la leur amena. De la part de n’importe quel homme, c’était un acte d’une faiblesse et d’une lâcheté inconcevables, mais encore plus de la part d’un sacrificateur de Dieu. Apparemment, il passa tranquillement la nuit à dormir, à moins qu’il ne se soit blotti tout tremblant dans son lit, puisqu’il ne revit pas sa concubine jusqu’au moment du départ (cf. v. #Jug 19:28).

26  Vers le matin, cette femme alla tomber à l’entrée de la maison de l’homme chez qui était son mari, et elle resta là jusqu’au jour.

27  Et le matin, son mari se leva, ouvrit la porte de la maison, et sortit pour continuer son chemin. Mais voici, la femme, sa concubine, était étendue à l’entrée de la maison, les mains sur le seuil.

28  Il lui dit : Lève-toi, et allons-nous-en. Elle ne répondit pas. Alors le mari la mit sur un âne, et partit pour aller dans sa demeure.

29  Arrivé chez lui, il prit un couteau, saisit sa concubine, et la coupa membre par membre en douze morceaux, qu’il envoya dans tout le territoire d’Israël.

la coupa …  en douze morceaux. L’étrange boucherie du Lévite visait à choquer, et ainsi à inciter tout Israël à réagir. Chaque morceau était accompagné d’un message, et le fait qu’il « envoya » implique qu’il y eut des messagers (cf. #1S 11:7). Comme il l’avait prévu, la colère gronda, et tous se levèrent pour venger l’atrocité (cf. #Jug 20:30). Rien n’aurait pu provoquer plus d’indignation et d’horreur que cet appel radical du Lévite.

30  Tous ceux qui virent cela dirent : Jamais rien de pareil n’est arrivé et ne s’est vu depuis que les enfants d’Israël sont montés du pays d’Egypte jusqu’à ce jour ; prenez la chose à cœur, consultez-vous, et parlez !

 

REVENIR AU JOUR 229   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-229-de-929/

Allez au jour 231     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-231-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/