ANCIEN TESTAMENT JOUR 234 DE 929

21/08/2019 00:32

ANCIEN TESTAMENT JOUR 234 DE 929

Ruth 2 de 4

 

Ruth 2 : 1 À 23

1 ¶  Naomi avait un parent de son mari. C’était un homme puissant et riche, de la famille d’Elimélec, et qui se nommait Boaz.

2:1-23

Les deux veuves, nouvellement arrivées à Bethléhem après les dix ans d’absence de Naomi, avaient besoin des ressources essentielles pour vivre, et Ruth se porta volontaire pour aller glaner dans les champs (cf. #Ja 1:27). Ce faisant, elle se rendit involontairement dans le champ de Boaz, un proche parent de sa famille d’adoption, qui la regarda d’un œil très favorable.

parent …  de la famille. Peut-être, un frère d’Elimélec (cf. #Ru 4:3), mais en tout cas un membre de la tribu ou du clan.

puissant et riche. Littéralement « puissant de valeur », même expression hébraïque que « vaillant héros » en #Jug 6:12 ; #Jug 11:1. Il avait une faculté peu commune d’acquérir des biens et de les faire prospérer.

Boaz. Son nom signifie « en lui la force ». Il était soit célibataire, soit veuf (cf. #1Ch 2:11-12 ; #Mt 1:5 ; #Lu 3:32).

2  Ruth la Moabite dit à Naomi : Laisse-moi, je te prie, aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui répondit : Va, ma fille.

glaner. La loi mosaïque ordonnait de ne pas moissonner les coins des champs et de laisser les gerbes oubliées (#Lé 19:9-10). Les épis laissés par les moissonneurs à leur premier passage étaient pour le glanage (cf. #Ru 2:3, #Ru 2:7-8, #Ru 2:15, #Ru 2:17). Ils étaient destinés aux personnes dans le besoin, en particulier aux veuves, aux orphelins et aux étrangers (#Lé 23:22 ; #De 24:19-21).

3  Elle alla glaner dans un champ, derrière les moissonneurs. Et il se trouva par hasard que la pièce de terre appartenait à Boaz, qui était de la famille d’Elimélec.

il se trouva par bonheur. C’est un exemple classique de la providence de Dieu à l’œuvre.

parcelle de terre. Il s’agissait peut-être d’un terrain communautaire dont Boaz possédait une partie.

4 ¶  Et voici, Boaz vint de Bethléhem, et il dit aux moissonneurs : Que l’Eternel soit avec vous ! Ils lui répondirent : Que l’Eternel te bénisse !

2:4-17

Il est à noter que Boaz se conforma à l’esprit de la loi en allant au-delà de ce qu’elle exigeait:

1° il donna à manger à Ruth (v. #Ru 2:14),

2° la laissa glaner entre les gerbes (v. #Ru 2:15) et

3° lui fit donner des épis supplémentaires (v. #Ru 2:16).

Que l’Eternel soit avec vous! Cet échange inhabituel au travail témoigne de la piété exceptionnelle de Boaz et de ses ouvriers.

5  Et Boaz dit à son serviteur chargé de surveiller les moissonneurs : A qui est cette jeune femme ?

6  Le serviteur chargé de surveiller les moissonneurs répondit : C’est une jeune femme Moabite, qui est revenue avec Naomi du pays de Moab.

7  Elle a dit : Permettez-moi de glaner et de ramasser des épis entre les gerbes, derrière les moissonneurs. Et depuis ce matin qu’elle est venue, elle a été debout jusqu’à présent, et ne s’est reposée qu’un moment dans la maison.

gerbes. Les tas d’épis liés ensemble pour être transportés jusqu’à l’aire de battage.

la maison. Probablement un abri temporaire construit avec des branches au bord du champ.

2:7, 17

depuis ce matin …  jusqu’au soir. Ruth prouva ainsi son zèle et son amour pour Naomi.

8  Boaz dit à Ruth : Ecoute, ma fille, ne va pas glaner dans un autre champ ; ne t’éloigne pas d’ici, et reste avec mes servantes.

ma fille. Boaz devait avoir entre 45 et 55 ans et être contemporain d’Elimélec et de Naomi. Il considérait naturellement Ruth comme sa fille (#Ru 3:10-11), à l’instar de Naomi (cf. vv. #Ru 2:2, #Ru 2:22 ; #Ru 3:1, #Ru 3:16, #Ru 3:18). Il s’excluait lui-même de la catégorie des jeunes gens (#Ru 3:10).

mes servantes. Celles qui liaient les gerbes.

9  Regarde où l’on moissonne dans le champ, et va après elles. J’ai défendu à mes serviteurs de te toucher. Et quand tu auras soif, tu iras aux vases, et tu boiras de ce que les serviteurs auront puisé.

serviteurs. Ceux qui coupaient les épis à la faucille (cf. v. #Ru 2:21).

10  Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre, et elle lui dit: Comment ai-je trouvé grâce à tes yeux, pour que tu t’intéresses à moi, à moi qui suis une étrangère ?

une étrangère. Ruth resta toujours consciente de son statut d’étrangère et de la nécessité, en tant que telle, de se conduire humblement. Elle avait peut-être eu connaissance de #De 23:3-4 et savait reconnaître la générosité (« grâce ») dont Boaz faisait preuve envers elle.

11  Boaz lui répondit : On m’a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant.

On m’a rapporté tout. Cette remarque est un indice à la fois de la facilité avec laquelle Naomi pouvait parler de la gentillesse de sa belle-fille et du réseau d’influence de Boaz à Bethléhem. Ruth était restée fidèle à sa promesse (#Ru 1:16-17).

12  Que l’Eternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l’Eternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier !

ailes …  réfugier. L’Ecriture représente Dieu comme ayant porté Israël sur ses ailes lors de la sortie d’Egypte (#Ex 19:4 ; #De 32:11). Ici, c’est l’image d’une mère qui protège les oisillons sous ses ailes (cf. #Ps 17:8 ; #Ps 36:8 ; #Ps 57:2 ; #Ps 61:5 ; #Ps 63:8 ; #Ps 91:1, #Ps 91:4). Boaz bénit Ruth sur la base de l’engagement et de la dépendance dont elle faisait preuve vis-à-vis de l’Eternel, qu’elle ne connaissait que depuis peu. Plus tard, il deviendrait lui-même la réponse de Dieu à cette prière (cf. #Ru 3:9).

13  Et elle dit : Oh ! que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur ! Car tu m’as consolée, et tu as parlé au cœur de ta servante. Et pourtant je ne suis pas, moi, comme l’une de tes servantes.

14  Au moment du repas, Boaz dit à Ruth: Approche, mange du pain, et trempe ton morceau dans le vinaigre. Elle s’assit à côté des moissonneurs. On lui donna du grain rôti ; elle mangea et se rassasia, et elle garda le reste.

vinaigre. Un vin amer mélangé avec un peu d’huile, utilisé pour apaiser la soif.

15  Puis elle se leva pour glaner. Boaz donna cet ordre à ses serviteurs: Qu’elle glane aussi entre les gerbes, et ne l’inquiétez pas,

entre les gerbes. Boaz accéda à sa requête (v. #Ru 2:7) en dépassant même la lettre de la loi.

16  et même vous ôterez pour elle des gerbes quelques épis, que vous la laisserez glaner, sans lui faire de reproches.

17 ¶  Elle glana dans le champ jusqu’au soir, et elle battit ce qu’elle avait glané. Il y eut environ un épha d’orge.

épha. 13 à 18 kg.

18  Elle l’emporta et rentra dans la ville, et sa belle-mère vit ce qu’elle avait glané. Elle sortit aussi les restes de son repas, et les lui donna.

les restes. Non pas les épis glanés, mais la part de son repas qu’elle n’avait pas mangée (cf. v. #Ru 2:14).

19  Sa belle-mère lui dit : Où as-tu glané aujourd’hui, et où as-tu travaillé ? Béni soit celui qui s’est intéressé à toi ! Et Ruth fit connaître à sa belle-mère chez qui elle avait travaillé : L’homme chez qui j’ai travaillé aujourd’hui, dit-elle, s’appelle Boaz.

20  Naomi dit à sa belle-fille : Qu’il soit béni de l’Eternel, qui se montre miséricordieux pour les vivants comme il le fut pour ceux qui sont morts ! Cet homme est notre parent, lui dit encore Naomi, il est de ceux qui ont sur nous droit de rachat.

miséricordieux. Naomi commença à prendre conscience de l’œuvre souveraine de Dieu, de sa fidélité à son alliance, de sa bonté et sa miséricorde envers elle, en constatant que Ruth, sans aucune intervention humaine (v. #Ru 2:3), était allée glaner dans le champ d’un proche parent.

notre parent. Le grand thème du parent rédempteur de Ruth commence ici (cf. #Ru 3:9, #Ru 3:12 ; #Ru 4:1, #Ru 4:3, #Ru 4:6, #Ru 4:8, #Ru 4:14). Un proche parent pouvait racheter

1° un membre de la famille vendu en esclavage (#Lé 25:47-49),

2° la terre qui avait dû être vendue en raison de difficultés économiques (#Lé 25:23-28) et/ou

3° le nom de la famille par le biais du lévirat (#De 25:5-10).

Cette coutume terrestre illustrait une réalité céleste bien plus grande: celle de l’œuvre de rédemption accomplie par Dieu (#Ps 19:14 ; #Ps 78:35 ; #Esa 41:14 ; #Esa 43:14) pour racheter ceux qui avaient besoin d’être délivrés de l’esclavage spirituel du péché (#Ps 107:2 ; #Esa 62:12). Ainsi, Boaz est une image de Christ qui, en tant que frère (#Hé 2:17), a racheté ceux qui

1° étaient esclaves du péché (#Ro 6:15-18),

2° avaient perdu tous leurs biens et privilèges terrestres dans la chute (#Ge 3:17-19) et

3° avaient été éloignés de Dieu par le péché (#2Co 5:18-21).

Il figure, du reste, dans la généalogie de Christ (#Mt 1:5 ; #Lu 3:32). Les événements mentionnés ici marquent un tournant: le vide ressenti, de façon tout humaine, par Naomi (#Ru 1:21) commençait à être rempli par le Seigneur. Sa nuit de doutes cédait la place à l’aube d’une espérance nouvelle (cf. #Ro 8:28-39).

21  Ruth la Moabite ajouta : Il m’a dit aussi : Reste avec mes serviteurs, jusqu’à ce qu’ils aient achevé toute ma moisson.

22  Et Naomi dit à Ruth, sa belle-fille: Il est bon, ma fille, que tu sortes avec ses servantes, et qu’on ne te rencontre pas dans un autre champ.

ne te rencontre pas. Ruth la Moabite ne serait pas traitée avec autant de miséricorde et de grâce par des personnes étrangères à la famille.

23  Elle resta donc avec les servantes de Boaz, pour glaner, jusqu’à la fin de la moisson des orges et de la moisson du froment. Et elle demeurait avec sa belle-mère.

la fin de la moisson. La moisson des orges commençait vers la mi-avril, et celle du froment se poursuivait jusqu’à la mi-juin, de sorte qu’il y avait environ deux mois de dur labeur. Cette période coïncidait généralement avec les sept semaines d’intervalle entre la Pâque et la fête des semaines, c’est-à-dire la Pentecôte (cf. #Lé 23:15-16 ; #De 16:9-12).

 

REVENIR AU JOUR 233   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-233-de-929/

Allez au jour 235     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-235-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/