ANCIEN TESTAMENT JOUR 27 DE 929

27/01/2019 00:40

ANCIEN TESTAMENT JOUR 27 DE 929

Genèse 27 de 50

 

GENÈSE 27 : 1 À 46

1 ¶  Isaac devenait vieux, et ses yeux s’étaient affaiblis au point qu’il ne voyait plus. Alors il appela Esaü, son fils aîné, et lui dit : Mon fils ! Et il lui répondit : Me voici !

Isaac devenait vieux. Aveugle, Isaac pensait de toute évidence que sa mort était proche (v. #Ge 27:2) et qu’il ne vivrait pas au-delà de 137 ans, l’âge du décès d’Ismaël (#Ge 25:17). Il ne s’attendait certainement pas à vivre encore 43 ans! (#Ge 35:28 ; cf. #Ge 30:24-25 ; #Ge 31:41 ; #Ge 41:46-47 ; #Ge 45:6 ; #Ge 47:9 pour calculer les 137 ans d’Isaac et les 77 ans de ses jumeaux).

2  Isaac dit : Voici donc, je suis vieux, je ne connais pas le jour de ma mort.

3  Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs, et chasse-moi du gibier.

4  Fais-moi un mets comme j’aime, et apporte-le-moi à manger, afin que mon âme te bénisse avant que je meure.

mon âme te bénisse. Sans tenir compte des paroles de Dieu à Rebecca (#Ge 25:23) ni de son propre abandon du droit d’aînesse (#Ge 25:33) et de ses mariages discutables (#Ge 26:35), Isaac était encore déterminé à traiter Esaü comme l’aîné et à lui accorder la bénédiction. Il organisa donc son repas favori avant d’accorder la dernière bénédiction paternelle à son fils préféré.

5  Rebecca écouta ce qu’Isaac disait à Esaü, son fils. Et Esaü s’en alla dans les champs, pour chasser du gibier et pour le rapporter.

Rebecca écouta. Le sentiment de ne pouvoir assurer la bénédiction patriarcale à Jacob amena Rebecca à tromper et tricher. Elle croyait que ses talents culinaires pourraient donner à de la chair de chevreau le même goût que celui d’un gibier de choix (vv. #Ge 27:8-10) et espérait faire passer Jacob pour Esaü (vv. #Ge 27:15-17).

6 ¶  Puis Rebecca dit à Jacob, son fils : Voici, j’ai entendu ton père qui parlait ainsi à Esaü, ton frère:

7  Apporte-moi du gibier et fais-moi un mets que je mangerai ; et je te bénirai devant l’Eternel avant ma mort.

8  Maintenant, mon fils, écoute ma voix à l’égard de ce que je te commande.

9  Va me prendre au troupeau deux bons chevreaux ; j’en ferai pour ton père un mets comme il aime ;

10  et tu le porteras à manger à ton père, afin qu’il te bénisse avant sa mort.

11  Jacob répondit à sa mère : Voici, Esaü, mon frère, est velu, et je n’ai point de poil.

12  Peut-être mon père me touchera-t-il, et je passerai à ses yeux pour un menteur, et je ferai venir sur moi la malédiction, et non la bénédiction.

je passerai à ses yeux pour un menteur. Jacob, et c’est tout à son honneur, commença par rejeter la proposition: les différences entre lui et Esaü ne tromperaient sûrement pas son père et pourraient résulter en une malédiction au lieu d’une bénédiction, punition bien méritée pour la supercherie.

13  Sa mère lui dit : Que cette malédiction, mon fils, retombe sur moi ! Ecoute seulement ma voix, et va me les prendre.

Que cette malédiction …  retombe sur moi! Puisque sa mère assumait la pleine responsabilité du plan et porterait la malédiction si elle devait être prononcée, Jacob acquiesça et suivit ses instructions.

14  Jacob alla les prendre, et les apporta à sa mère, qui fit un mets comme son père aimait.

15  Ensuite, Rebecca prit les vêtements d’Esaü, son fils aîné, les plus beaux qui se trouvaient à la maison, et elle les fit mettre à Jacob, son fils cadet.

prit les vêtements d’Esaü, son fils aîné. Esaü était marié depuis 37 ans (cf. v. #Ge 27:1 ; #Ge 26:35), vivait dans ses tentes, et ses propres épouses s’occupaient de lui; alors comment se fait-il que ses meilleurs habits se soient trouvés chez sa mère? Peut-être, s’agissait-il de tenues officielles réservées aux fonctions sacerdotales du chef de famille, qu’elle conservait jusqu’au moment où ce rôle devait être transmis au fils aîné. Esaü les avait certainement portées, ce qui expliquait leur odeur (v. #Ge 27:27).

16  Elle couvrit ses mains de la peau des chevreaux, et son cou qui était sans poil.

17  Et elle plaça dans la main de Jacob, son fils, le mets et le pain qu’elle avait préparés.

18 ¶  Il vint vers son père, et dit : Mon père ! Et Isaac dit : Me voici ! qui es-tu, mon fils ?

19  Jacob répondit à son père : Je suis Esaü, ton fils aîné ; j’ai fait ce que tu m’as dit. Lève-toi, je te prie, assieds-toi, et mange de mon gibier, afin que ton âme me bénisse.

20  Isaac dit à son fils : Eh quoi ! tu en as déjà trouvé, mon fils ! Et Jacob répondit : C’est que l’Eternel, ton Dieu, l’a fait venir devant moi.

C’est que l’Eternel, ton Dieu, l’a fait venir devant moi. La question tout à fait légitime d’Isaac (la chasse prenait du temps et Jacob était revenu rapidement de l’enclos avec des chevreaux) offrit à Jacob une issue: se confesser et mettre fin à la supercherie. Mais, avec une aisance déconcertante, conscient qu’il avait besoin de la confirmation irrévocable d’Isaac même s’il avait acheté le droit d’aînesse, il attribua son succès de chasse à la providence de Dieu. Un mensonge en entraînant un autre, un canevas embrouillé commença à se tisser (vv. #Ge 27:21-24). Même si Jacob reçut effectivement la bénédiction d’Isaac, la supercherie engendra de graves conséquences:

1° il ne revit plus jamais sa mère après cet événement;

2° Esaü voulut sa mort;

3° Laban, son oncle, le trompa;

4° sa vie familiale fut une longue suite de conflits;

5° il fut exilé pendant des années loin de sa famille.

Compte tenu de la promesse de Dieu, il aurait reçu le droit d’aînesse (#Ge 25:23). Il n’avait pas à inventer cette supercherie avec sa mère.

21  Isaac dit à Jacob : Approche donc, et que je te touche, mon fils, pour savoir si tu es mon fils Esaü, ou non.

22  Jacob s’approcha d’Isaac, son père, qui le toucha, et dit : La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont les mains d’Esaü.

23  Il ne le reconnut pas, parce que ses mains étaient velues, comme les mains d’Esaü, son frère ; et il le bénit.

24  Il dit : C’est toi qui es mon fils Esaü ? Et Jacob répondit : C’est moi.

25  Isaac dit : Sers-moi, et que je mange du gibier de mon fils, afin que mon âme te bénisse. Jacob le servit, et il mangea ; il lui apporta aussi du vin, et il but.

26  Alors Isaac, son père, lui dit : Approche donc, et baise-moi, mon fils.

27  Jacob s’approcha, et le baisa. Isaac sentit l’odeur de ses vêtements ; puis il le bénit, et dit : Voici, l’odeur de mon fils est comme l’odeur d’un champ que l’Eternel a béni.

27:27-29

Finalement, après avoir balayé tous les doutes, Isaac prononça la bénédiction sur Jacob, comme s’il avait Esaü, l’homme de la terre, en face de lui. Il pria pour sa prospérité et sa supériorité et termina en répétant les paroles de Dieu à Abraham (v. #Ge 27:29c; cf. #Ge 12:1-3). Ses paroles indiquent qu’il pensait que la lignée de l’alliance devrait se perpétuer par son fils aîné, Esaü.

28  Que Dieu te donne de la rosée du ciel Et de la graisse de la terre, Du blé et du vin en abondance !

29  Que des peuples te soient soumis, Et que des nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères, Et que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Maudit soit quiconque te maudira, Et béni soit quiconque te bénira.

30 ¶  Isaac avait fini de bénir Jacob, et Jacob avait à peine quitté son père Isaac, qu’Esaü, son frère, revint de la chasse.

31  Il fit aussi un mets, qu’il porta à son père ; et il dit à son père : Que mon père se lève et mange du gibier de son fils, afin que ton âme me bénisse !

32  Isaac, son père, lui dit : Qui es-tu ? Et il répondit : Je suis ton fils aîné, Esaü.

33  Isaac fut saisi d’une grande, d’une violente émotion, et il dit : Qui est donc celui qui a chassé du gibier, et me l’a apporté ? J’ai mangé de tout avant que tu vinsses, et je l’ai béni. Aussi sera-t-il béni.

Isaac …  une violente émotion. Visiblement choqué par l’arrivée d’Esaü et la découverte du scandale, le père, se souvenant des paroles du Seigneur à Rebecca (#Ge 25:23), refusa de retirer la bénédiction et confirma sa validité: « Aussi sera-t-il béni » et plus loin: « Voici, je l’ai établi ton maître » et « tu seras asservi à ton frère » (vv. #Ge 27:37, #Ge 27:40). Puisqu’il prit tout à coup conscience qu’il s’était opposé pendant des années à la volonté de Dieu, le choc dut être double.

34  Lorsque Esaü entendit les paroles de son père, il poussa de forts cris, pleins d’amertume, et il dit à son père: Bénis-moi aussi, mon père !

35  Isaac dit : Ton frère est venu avec ruse, et il a enlevé ta bénédiction.

Bénis-moi aussi. Esaü s’attendait à recevoir la bénédiction car il s’était identifié à son père en tant que premier-né (v. #Ge 27:32). Angoissé à l’idée de perdre cette importante bénédiction paternelle et se comportant avec amertume en victime innocente (v. #Ge 27:36), il rejeta la responsabilité de cette perte du droit d’aînesse et de la bénédiction sur Jacob et supplia son père de lui accorder une parole de bénédiction en compensation (vv. #Ge 27:36, #Ge 27:38).

36  Esaü dit : Est-ce parce qu’on l’a appelé du nom de Jacob qu’il m’a supplanté deux fois ? Il a enlevé mon droit d’aînesse, et voici maintenant qu’il vient d’enlever ma bénédiction. Et il dit : N’as-tu point réservé de bénédiction pour moi ?

37  Isaac répondit, et dit à Esaü: Voici, je l’ai établi ton maître, et je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs, je l’ai pourvu de blé et de vin : que puis-je donc faire pour toi, mon fils ?

38  Esaü dit à son père : N’as-tu que cette seule bénédiction, mon père ? Bénis-moi aussi, mon père ! Et Esaü éleva la voix, et pleura.

39  Isaac, son père, répondit, et lui dit : Voici ! Ta demeure sera privée de la graisse de la terre Et de la rosée du ciel, d’en haut.

27:39-40

Dans sa prière, Isaac demanda pour Esaü la prospérité et l’infériorité; il confirma donc la validité des paroles dites à Jacob et remplaça « sois le maître de tes frères » par « tu seras asservi à ton frère » (vv. #Ge 27:29, #Ge 27:40). Cette bénédiction secondaire ne pouvait remplacer l’initiale.

40  Tu vivras de ton épée, Et tu seras asservi à ton frère ; Mais en errant librement çà et là, Tu briseras son joug de dessus ton cou.

briseras son joug de dessus ton cou. Au cours de l’histoire, les Edomites, descendants d’Esaü, combattirent maintes fois les Israélites et échappèrent à plusieurs reprises à leur domination (#2R 8:20 ; #2Ch 21:8-10 ; #2Ch 28:16-17).

41 ¶  Esaü conçut de la haine contre Jacob, à cause de la bénédiction dont son père l’avait béni ; et Esaü disait en son cœur : Les jours du deuil de mon père vont approcher, et je tuerai Jacob, mon frère.

Les jours du deuil de mon père. Esaü pensait de toute évidence que son père allait bientôt mourir (v. #Ge 27:1) et ainsi, par respect pour son vieux père, il remit l’assassinat à plus tard. Isaac vécut encore 43 ans

42  On rapporta à Rebecca les paroles d’Esaü, son fils aîné. Elle fit alors appeler Jacob, son fils cadet, et elle lui dit : Voici, Esaü, ton frère, veut tirer vengeance de toi, en te tuant.

43  Maintenant, mon fils, écoute ma voix ! Lève-toi, fuis chez Laban, mon frère, à Charan ;

44  et reste auprès de lui quelque temps, jusqu’à ce que la fureur de ton frère s’apaise,

45  jusqu’à ce que la colère de ton frère se détourne de toi, et qu’il oublie ce que tu lui as fait. Alors je te ferai revenir. Pourquoi serais-je privée de vous deux en un même jour ?

privée de vous deux en un même jour. Rebecca comprit qu’elle risquait de perdre ses deux fils puisque, après l’assassinat de Jacob, le plus proche parent traquerait Esaü et le tuerait à son tour.

46  Rebecca dit à Isaac : Je suis dégoûtée de la vie, à cause des filles de Heth. Si Jacob prend une femme, comme celles-ci, parmi les filles de Heth, parmi les filles du pays, à quoi me sert la vie ?

filles de Heth. Les femmes indigènes héthiennes (ou hittites).

 

REVENIR AU JOUR 26  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-26-de-929/

Allez au jour 28  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-28-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/