ANCIEN TESTAMENT JOUR 28 DE 929

28/01/2019 00:48

ANCIEN TESTAMENT JOUR 28 DE 929

Genèse 28 de 50

 

GENÈSE 28 : 1 À 22

1 ¶  Isaac appela Jacob, le bénit, et lui donna cet ordre : Tu ne prendras pas une femme parmi les filles de Canaan.

28:1-2

prends-y une femme. Soucieuse de la sécurité de son fils, Rebecca convainquit facilement son mari qu’il était temps de lui chercher une femme non cananéenne dans leur patrie, de préférence parmi leurs proches parents (vv. #Ge 28:2, #Ge 28:5). Ils avaient eux-mêmes vécu cette situation (voir #Ge 24:1-4).

2  Lève-toi, va à Paddan-Aram, à la maison de Bethuel, père de ta mère, et prends-y une femme d’entre les filles de Laban, frère de ta mère.

3  Que le Dieu tout-puissant te bénisse, te rende fécond et te multiplie, afin que tu deviennes une multitude de peuples !

Dieu Tout-Puissant. D’une manière significative, Isaac choisit de bénir Jacob en citant El-Schaddaï (en hébreu). C’était le nom synonyme de puissance souveraine que Dieu avait utilisé pour se présenter à Abraham lors de la confirmation de l’alliance (#Ge 17:1), ce qui devait être un facteur encourageant à la fois pour lui et pour son fils.

28:3-4

Cette bénédiction patriarcale supplémentaire dévoile l’état des réflexions d’Isaac: il avait enfin compris que les bénédictions divines passeraient par Jacob, à qui s’appliquaient aussi les promesses de l’alliance abrahamique concernant la postérité et le pays. Quel revirement dans ses vœux et sa compréhension (cf. #Ge 27:27-29)! Le fait qu’il ne possédait pas encore ce pays exprimé par les mots « où tu habites comme étranger » - n’atténuait pas sa conviction de la fiabilité de la promesse divine.

4  Qu’il te donne la bénédiction d’Abraham, à toi et à ta postérité avec toi, afin que tu possèdes le pays où tu habites comme étranger, et qu’il a donné à Abraham !

5  Et Isaac fit partir Jacob, qui s’en alla à Paddan-Aram, auprès de Laban, fils de Bethuel, l’Araméen, frère de Rebecca, mère de Jacob et d’Esaü.

Isaac fit partir Jacob. Vers 1928 av. J.-C. Ce départ fut sans doute très pénible pour le casanier qu’était Jacob.

6 ¶  Esaü vit qu’Isaac avait béni Jacob, et qu’il l’avait envoyé à Paddan-Aram pour y prendre une femme, et qu’en le bénissant il lui avait donné cet ordre : Tu ne prendras pas une femme parmi les filles de Canaan.

7  Il vit que Jacob avait obéi à son père et à sa mère, et qu’il était parti pour Paddan-Aram.

8  Esaü comprit ainsi que les filles de Canaan déplaisaient à Isaac, son père.

9  Et Esaü s’en alla vers Ismaël. Il prit pour femme, outre les femmes qu’il avait, Mahalath, fille d’Ismaël, fils d’Abraham, et sœur de Nebajoth.

Esaü s’en alla vers Ismaël. Un nouveau mariage, cette fois dans la lignée d’Abraham, semble être le stratagème d’Esaü pour gagner la faveur de son père (vv. #Ge 28:6, #Ge 28:8) et montre sa volonté d’obéir comme son frère (v. #Ge 28:7). Il espérait plaire à ses parents, racheter ses fautes passées et peut-être faire changer son père d’avis. Il aggrava en fait son cas en ajoutant à ses épouses païennes (#Ge 26:34-35) une femme issue d’une branche de la famille que Dieu avait rejetée.

10 ¶  Jacob partit de Beer-Schéba, et s’en alla à Charan.

28:10-15

Pour la première fois et de manière significative, alors que Jacob voyageait hors de Canaan, Dieu se révéla à lui et lui confirma les trois éléments de l’alliance conclue avec Abraham (pays, postérité et bénédiction, vv. 13-14). Plus tard, Dieu rappellerait cet événement à Jacob lorsqu’il lui dirait de rentrer chez lui (#Ge 31:13), et le patriarche le rappellerait aux membres de sa famille lorsqu’il les inviterait à se purifier avant de pouvoir retourner à Béthel (#Ge 35:3).

11  Il arriva dans un lieu où il passa la nuit ; car le soleil était couché. Il y prit une pierre, dont il fit son chevet, et il se coucha dans ce lieu-là.

dans un lieu. Identifié au v. 19 comme Béthel, au nord de Jérusalem. Il y passa la nuit en plein air.

12  Il eut un songe. Et voici, une échelle était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel. Et voici, les anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle.

une échelle …  les anges de Dieu montaient et descendaient. Description vivante de l’implication personnelle du Seigneur dans les affaires terrestres, et en particulier dans celles qui se rapportaient aux promesses divines dans la vie de Jacob (vv. #Ge 28:13-15). Ce rêve dut encourager le voyageur solitaire: les messagers angéliques personnels de Dieu assuraient l’exécution de sa volonté et de ses plans. Les anges se trouvaient probablement sur des marches plutôt que sur une échelle.

13  Et voici, l’Eternel se tenait au-dessus d’elle ; et il dit : Je suis l’Eternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité.

14  Ta postérité sera comme la poussière de la terre ; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité.

15  Voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai dans ce pays ; car je ne t’abandonnerai point, que je n’aie exécuté ce que je te dis.

te garderai …  te ramènerai. Une promesse plus qu’opportune, réconfortante et rassurante, qui resterait gravée dans le cœur de Jacob pendant son séjour à Charan (voir #Ge 30:25): son départ forcé de Canaan n’abrogerait aucune des promesses que Dieu lui avait faites.

16 ¶  Jacob s’éveilla de son sommeil et il dit : Certainement, l’Eternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas !

17  Il eut peur, et dit : Que ce lieu est redoutable ! C’est ici la maison de Dieu, c’est ici la porte des cieux !

18  Et Jacob se leva de bon matin ; il prit la pierre dont il avait fait son chevet, il la dressa pour monument, et il versa de l’huile sur son sommet.

28:18-21

pour monument. Il était courant de donner une signification religieuse à un endroit particulier au moyen d’une pierre. Une libation, un changement de nom du lieu et un vœu de fidélité au Seigneur en échange de la protection et de la bénédiction promises complétèrent la cérémonie de consécration de Béthel, littéralement la « maison de Dieu ».

19  Il donna à ce lieu le nom de Béthel ; mais la ville s’appelait auparavant Luz.

20  Jacob fit un vœu, en disant: Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir,

21  et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Eternel sera mon Dieu ;

22  cette pierre, que j’ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu ; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras.

la dîme. Même si elle ne correspondait pas à un commandement de Dieu, la dîme était de toute évidence déjà connue et pratiquée volontairement; elle servait à reconnaître la bienfaisance providentielle de Dieu dans la vie du donateur. Jacob semble proposer un marché à Dieu, comme s’il voulait acheter sa faveur plutôt que le remercier et l’adorer, mais il vaut mieux traduire le « si » (v. #Ge 28:20) par « puisque » et considérer le vœu et l’offrande de Jacob comme une adoration sincère basée sur sa confiance en la promesse de Dieu (vv. #Ge 28:13-15).

 

REVENIR AU JOUR 27  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-27-de-929/

Allez au jour 29  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-29-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/