ANCIEN TESTAMENT JOUR 287 DE 929

13/10/2019 00:01

ANCIEN TESTAMENT JOUR 287 DE 929

2 Samuel 20 de 24

 

2 Samuel 20 : 1 À 26

1 ¶  Il se trouvait là un méchant homme, nommé Schéba, fils de Bicri, Benjamite. Il sonna de la trompette, et dit: Point de part pour nous avec David, point d’héritage pour nous avec le fils d’Isaï ! Chacun à sa tente, Israël !

méchant homme. Littéralement « homme de Bélial ».

Schéba. Bien qu’on ne sache rien de cet homme, il bénéficiait apparemment d’un pouvoir et d’une influence considérables pour être capable de soulever aussi rapidement une sédition de cette importance. Il appartenait à la tribu de Saül, dont la dynastie comptait encore de nombreux partisans, et il perçut l’écœurement des dix tribus face à l’arrogance de Juda dans l’épisode du rétablissement du roi. Il chercha à saper l’autorité de David en Israël.

Point de part …  d’héritage. La déclaration de Schéba  selon laquelle les tribus du nord n’avaient rien à faire avec David - aurait son écho dans les paroles prononcées en #1R 12:16 lorsque Israël se séparerait de Juda sous l’influence de Jéroboam.

2  Et tous les hommes d’Israël s’éloignèrent de David, et suivirent Schéba, fils de Bicri. Mais les hommes de Juda restèrent fidèles à leur roi, et l’accompagnèrent depuis le Jourdain jusqu’à Jérusalem.

les hommes d’Israël s’éloignèrent de David. La tribu de Juda resta donc seule pour escorter le roi jusqu’à Jérusalem. Il semble que le manque de loyauté des tribus du nord dura toute la vie de Schéba.

3  David rentra dans sa maison à Jérusalem. Le roi prit les dix concubines qu’il avait laissées pour garder la maison, et il les mit dans un lieu où elles étaient séquestrées ; il pourvut à leur entretien, mais il n’alla point vers elles. Et elles furent enfermées jusqu’au jour de leur mort, vivant dans un état de veuvage.

dix concubines. Lorsque David revint à Jérusalem, il enferma ses concubines et les voua à une vie d’abstinence à cause de leurs relations sexuelles avec Absalom (#2S 16:21-22).

4 ¶  Le roi dit à Amasa : Convoque-moi d’ici à trois jours les hommes de Juda ; et toi, sois ici présent.

Amasa. Après la mort d’Absalom, David avait promis à Amasa, l’ancien général de son fils, qu’il serait le chef de son armée. Cette nomination devait être publique parce que David pensait qu’elle serait accueillie favorablement par les dix tribus du nord. Amasa reçut l’ordre de rassembler en trois jours une armée pour mettre fin à l’insurrection de Schéba, mais il n’y parvint pas dans un temps si court.

5  Amasa partit pour convoquer Juda ; mais il tarda au delà du temps que le roi lui avait fixé.

6  David dit alors à Abischaï : Schéba, fils de Bicri, va maintenant nous faire plus de mal qu’Absalom. Prends toi-même les serviteurs de ton maître et poursuis-le, de peur qu’il ne trouve des villes fortes et ne se dérobe à nos yeux.

Abischaï. Comme Amasa n’avait pas réussi à respecter ses ordres, David nomma le frère de Joab, Abischaï, comme chef de ses troupes. Il ne voulut pas rétablir Joab dans ses fonctions, car il avait tué Absalom contre sa volonté (voir #2S 18:5-15).

serviteurs de ton maître. Ils sont appelés « gens de Joab » au v. 7. Abischaï dut commander l’armée de son frère et poursuivre le chef rebelle. Joab partit aussi, décidé à se venger de son rival Amasa.

7  Et Abischaï partit, suivi des gens de Joab, des Kéréthiens et des Péléthiens, et de tous les vaillants hommes ; ils sortirent de Jérusalem, afin de poursuivre Schéba, fils de Bicri.

vaillants hommes. Ils sont énumérés en #2S 23:8-39.

8  Lorsqu’ils furent près de la grande pierre qui est à Gabaon, Amasa arriva devant eux. Joab était ceint d’une épée par-dessus les habits dont il était revêtu ; elle était attachée à ses reins dans le fourreau, d’où elle glissa, comme Joab s’avançait.

Amasa arriva devant eux. Ayant rassemblé des hommes, il marcha rapidement et arriva le premier à Gabaon, assumant ainsi son rôle de chef. Il est possible que Joab ait volontairement laissé glisser l’épée de son fourreau en s’approchant d’Amasa, afin de se pencher comme s’il voulait la ramasser. Il put saluer le nouveau général, l’épée à la main, sans susciter la méfiance. Grâce à ce stratagème, il se mit en bonne position pour poignarder le nouveau commandant, qu’il considérait comme ayant usurpé son poste.

9  Joab dit à Amasa : Te portes-tu bien, mon frère ? Et de la main droite il saisit la barbe d’Amasa pour le baiser.

la barbe. Entouré de ses hommes, Joab saisit la barbe d’Amasa de sa main droite en laissant croire qu’il voulait lui donner un baiser de salutation, mais de sa main gauche il enfonça son épée dans le ventre d’Amasa (cf. #2S 3:27).

10  Amasa ne prit point garde à l’épée qui était dans la main de Joab ; et Joab l’en frappa au ventre et répandit ses entrailles à terre, sans lui porter un second coup. Et Amasa mourut. Joab et son frère Abischaï marchèrent à la poursuite de Schéba, fils de Bicri.

11  Un homme d’entre les gens de Joab resta près d’Amasa, et il disait : Qui veut de Joab et qui est pour David ? Qu’il suive Joab !

Un homme d’entre les gens de Joab. Joab fut rétabli à son poste de général par ses troupes. Cela démontre l’influence qu’il exerçait sur l’armée de David: il put assassiner le chef choisi par le roi sans que les soldats ne trouvent à y redire; ils se soumirent même avec une belle unanimité à son autorité pour se lancer à la poursuite de Schéba.

12  Amasa se roulait dans le sang au milieu de la route ; et cet homme, ayant vu que tout le peuple s’arrêtait, poussa Amasa hors de la route dans un champ, et jeta sur lui un vêtement, lorsqu’il vit que tous ceux qui arrivaient près de lui s’arrêtaient.

13  Quand il fut ôté de la route, chacun suivit Joab, afin de poursuivre Schéba, fils de Bicri.

14 ¶  Joab traversa toutes les tribus d’Israël dans la direction d’Abel-Beth-Maaca, et tous les hommes d’élite se rassemblèrent et le suivirent.

Abel-Beth-Maaca. A environ 40 km au nord de la mer de Galilée et 7 km à l’ouest de la ville de Dan.

15  Ils vinrent assiéger Schéba dans Abel-Beth-Maaca, et ils élevèrent contre la ville une terrasse qui atteignait le rempart. Tout le peuple qui était avec Joab sapait la muraille pour la faire tomber.

16  Alors une femme habile se mit à crier de la ville : Ecoutez, écoutez ! Dites, je vous prie, à Joab : Approche jusqu’ici, je veux te parler !

20:16-19

Cette femme  qui exerçait probablement des fonctions importantes en tant que juge dans la ville - lança un appel basé sur les lois de #De 20:10 relatives à la guerre. Celles-ci exigeaient que l’armée assaillante propose la paix avant d’attaquer. Elle supplia Joab de demander aux habitants s’ils voulaient la paix afin d’éviter la guerre (v. #2S 20:18).

17  Il s’approcha d’elle, et la femme dit: Es-tu Joab ? Il répondit : Je le suis. Et elle lui dit : Ecoute les paroles de ta servante. Il répondit : J’écoute.

18  Et elle dit : Autrefois on avait coutume de dire : Que l’on consulte Abel ! Et tout se terminait ainsi.

19  Je suis une des villes paisibles et fidèles en Israël ; et tu cherches à faire périr une ville qui est une mère en Israël ! Pourquoi détruirais-tu l’héritage de l’Eternel ?

une mère en Israël. Manière de désigner une ville particulièrement honorée ou une capitale reconnue de la région.

l’héritage de l’Eternel. C’est-à-dire le pays d’Israël (voir #1S 10:1).

20  Joab répondit : Loin, loin de moi la pensée de détruire et de ruiner !

20:20-21

Ce général impitoyable était au fond un patriote. Il était prêt à cesser de faire couler le sang s’il pouvait mettre la main sur le chef de l’insurrection. La femme s’empressa de répondre en promettant la tête de Schéba.

21  La chose n’est pas ainsi. Mais un homme de la montagne d’Ephraïm, nommé Schéba, fils de Bicri, a levé la main contre le roi David ; livrez-le, lui seul, et je m’éloignerai de la ville. La femme dit à Joab : Voici, sa tête te sera jetée par la muraille.

montagne d’Ephraïm. C’était un vaste plateau partiellement recouvert de forêts qui s’étendait du nord jusqu’au territoire de Benjamin.

22  Et la femme alla vers tout le peuple avec sa sagesse ; et ils coupèrent la tête à Schéba, fils de Bicri, et la jetèrent à Joab. Joab sonna de la trompette ; on se dispersa loin de la ville, et chacun s’en alla dans sa tente. Et Joab retourna à Jérusalem, vers le roi.

David ne put pas se débarrasser de Joab, malgré sa haine envers lui. Il dut ignorer le meurtre d’Amasa et reconnaître Joab comme chef de l’armée.

23 ¶  Joab commandait toute l’armée d’Israël ; Benaja, fils de Jehojada, était à la tête des Kéréthiens et des Péléthiens ;

20:23-26

Cf. une liste similaire en #2S 8:15-18.

24  Adoram était préposé aux impôts ; Josaphat, fils d’Achilud, était archiviste ;

Adoram. Correspond à « Adoniram » en #1R 4:6 ; #1R 5:14. Le terme « impôts » était utilisé pour décrire le dur travail imposé aux peuples assujettis (#Ex 1:11 ; #Jos 16:10 ; #Jug 1:28). Adoram était donc responsable des travaux forcés pour des projets tels que la construction de routes et de maisons.

25  Scheja était secrétaire ; Tsadok et Abiathar étaient sacrificateurs ;

Scheja. Il remplaça Seraja (#2S 8:17) comme secrétaire de David.

26  et Ira de Jaïr était ministre d’état de David.

Ira. C’était le conseiller royal de David.

 

REVENIR AU JOUR 286   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-286-de-929/

Allez au jour 288     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-288-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/