ANCIEN TESTAMENT JOUR 288 DE 929

14/10/2019 00:23

ANCIEN TESTAMENT JOUR 288 DE 929

2 Samuel 21 de 24

 

2 Samuel 21 : 1 À 22

1 ¶  Du temps de David, il y eut une famine qui dura trois ans. David chercha la face de l’Eternel, et l’Eternel dit : C’est à cause de Saül et de sa maison sanguinaire, c’est parce qu’il a fait périr les Gabaonites.

une famine. David prit conscience que ces trois ans de famine correspondaient à une punition divine (cf. #De 28:47-48) et en chercha la raison auprès de Dieu.

21:1-2

de Saül et de sa maison sanguinaire. Par révélation divine, David apprit que cette famine était une conséquence du péché commis par Saül lorsqu’il avait tué les Gabaonites. C’est un événement auquel aucun autre passage ne fait allusion. Saül voulait probablement montrer son obéissance à Dieu en débarrassant le pays du reste des païens afin qu’Israël puisse prospérer (v. #2S 21:2). Mais, dans son zèle, il avait commis un grave péché: il avait rompu une alliance conclue 400 ans plus tôt entre Josué et les Gabaonites qui habitaient le pays lorsque Israël en avait pris possession. Certes, ils avaient trompé Josué dans le but de conclure une alliance, mais c’était néanmoins une alliance (voir #Jos 9:3-27). Il était important, aux yeux de Dieu, de respecter un pacte (voir #Jos 9:20).

21:1-14

Cet épisode se situe après la manifestation de bonté de David envers Mephiboscheth (v. #2S 21:7 ; cf. #2S 9:1-13) et avant la malédiction prononcée par Schimeï contre David (cf. #2S 16:7-8).

21:1-24:25

C’est la dernière partie de 2 Samuel. Comme les Juges (#Jug 17:1-21:25), ce livre se termine par un épilogue formé de récits, pas nécessairement placés dans l’ordre chronologique, qui donnent plus de détails sur la période concernée. La disposition littéraire des six sections de cette dernière partie est frappante. Les première et dernière sections (#2S 21:1-14 ; #2S 24:1-25) décrivent la colère de l’Eternel contre Israël. Les deuxième et cinquième sections (#2S 21:15-22 ; #2S 23:8-39) parlent des vaillants hommes de David. Les troisième et quatrième sections (#2S 22:1-51 ; #2S 23:1-7) rapportent deux de ses cantiques.

2  Le roi appela les Gabaonites pour leur parler. — Les Gabaonites n’étaient point d’entre les enfants d’Israël, mais c’était un reste des Amoréens ; les enfants d’Israël s’étaient liés envers eux par un serment, et néanmoins Saül avait voulu les frapper, dans son zèle pour les enfants d’Israël et de Juda. — 

Amoréens. C’était un des noms utilisés pour désigner l’ensemble des habitants de Canaan avant l’arrivée des Israélites (#Ge 15:16 ; #Jos 24:18 ; #Jug 6:10). Les Gabaonites portaient plus précisément le nom de Héviens (#Jos 9:7 ; #Jos 11:19).

3  David dit aux Gabaonites : Que puis-je faire pour vous, et avec quoi ferai-je expiation, afin que vous bénissiez l’héritage de l’Eternel ?

4  Les Gabaonites lui répondirent : Ce n’est pas pour nous une question d’argent et d’or avec Saül et avec sa maison, et ce n’est pas à nous qu’il appartient de faire mourir personne en Israël. Et le roi dit : Que voulez-vous donc que je fasse pour vous ?

5  Ils répondirent au roi : Puisque cet homme nous a consumés, et qu’il avait le projet de nous détruire pour nous faire disparaître de tout le territoire d’Israël,

6  qu’on nous livre sept hommes d’entre ses fils, et nous les pendrons devant l’Eternel à Guibea de Saül, l’élu de l’Eternel. Et le roi dit : Je les livrerai.

sept …  d’entre ses fils. Le chiffre sept symbolisait la plénitude et ne correspondait pas nécessairement au nombre de Gabaonites tués par Saül. Les « fils » pouvaient être aussi bien des fils que des petits-fils.

7  Le roi épargna Mephiboscheth, fils de Jonathan, fils de Saül, à cause du serment qu’avaient fait entre eux, devant l’Eternel, David et Jonathan, fils de Saül.

serment …  David et Jonathan. Comme il était le fils de Jonathan, Mephiboscheth fut épargné conformément à l’alliance conclue entre David et Jonathan (#1S 20:14-15), mais aussi à la promesse faite par David à Saül (voir la note sur 1 S 24:22).

8  Mais le roi prit les deux fils que Ritspa, fille d’Ajja, avait enfantés à Saül, Armoni et Mephiboscheth, et les cinq fils que Mérab, fille de Saül, avait enfantés à Adriel de Mehola, fils de Barzillaï ;

Ritspa. La concubine de Saül (voir #2S 3:7).

Mephiboscheth. Un fils de Saül, à distinguer du fils de Jonathan qui était son homonyme.

Mérab. Certains manuscrits portent « Mical », quoique celle-ci n’ait pas eu d’enfants (#2S 6:23). Mérab était l’épouse d’Adriel (#1S 18:19) et était effectivement la mère de ces cinq garçons, mais il est possible que Mical les ait adoptés et se soit occupée de leur éducation.

Barzillaï. A distinguer de Barzillaï le Galaadite (#2S 17:27 ; #2S 19:31).

9  et il les livra entre les mains des Gabaonites, qui les pendirent sur la montagne, devant l’Eternel. Tous les sept périrent ensemble ; ils furent mis à mort dans les premiers jours de la moisson, au commencement de la moisson des orges.

devant l’Eternel. Ces païens n’étaient pas liés par la loi de #De 21:22-23 qui interdisait de laisser un cadavre suspendu la nuit. Leur intention était de laisser les corps là jusqu’à ce que Dieu montre sa satisfaction en envoyant la pluie pour mettre fin à la famine. Cette pratique païenne pour apaiser les divinités n’était qu’une superstition des Gabaonites. Cependant Dieu, dans sa providence, permit cette vengeance mémorable pour qu’elle serve de leçon sur l’importance de respecter les alliances et promesses.

au commencement de la moisson des orges. C’est-à-dire en avril (voir #Ru 1:22).

10 ¶  Ritspa, fille d’Ajja, prit un sac et l’étendit sous elle contre le rocher, depuis le commencement de la moisson jusqu’à ce que la pluie du ciel tombât sur eux ; et elle empêcha les oiseaux du ciel de s’approcher d’eux pendant le jour, et les bêtes des champs pendant la nuit.

sac et l’étendit. On peut aussi comprendre que Ritspa dressa une tente près des corps pour veiller sur eux et chasser les oiseaux et les bêtes. Que votre cadavre serve de nourriture pour les oiseaux et les animaux était considéré comme particulièrement déshonorant (cf. #De 28:26 ; #1S 17:44, #1S 17:46 ; #Ap 19:17-18).

la pluie du ciel. Qu’il se soit agi d’une averse tardive de printemps ou d’une pluie d’été précoce, elle mit probablement fin à la sécheresse.

11  On informa David de ce qu’avait fait Ritspa, fille d’Ajja, concubine de Saül.

21:11-14

Après l’arrivée de la pluie, encouragé par l’exemple de dévouement envers sa famille qu’avait donné Ritspa, David ordonna que les restes de Saül et de Jonathan soient transférés du tombeau de Jabès en Galaad (cf. #1S 31:11-12) dans le sépulcre familial de Tséla et mis avec les ossements de ces sept hommes (cf. #Jos 18:28 ; #1S 10:2). Cet emplacement est inconnu.

12  Et David alla prendre les os de Saül et les os de Jonathan, son fils, chez les habitants de Jabès en Galaad, qui les avaient enlevés de la place de Beth-Schan, où les Philistins les avaient suspendus lorsqu’ils battirent Saül à Guilboa.

13  Il emporta de là les os de Saül et de Jonathan, son fils ; et l’on recueillit aussi les os de ceux qui avaient été pendus.

14  On enterra les os de Saül et de Jonathan, son fils, au pays de Benjamin, à Tséla, dans le sépulcre de Kis, père de Saül. Et l’on fit tout ce que le roi avait ordonné. Après cela, Dieu fut apaisé envers le pays.

Dieu fut apaisé. La famine s’acheva et Dieu accorda à nouveau la prospérité au pays.

15 ¶  Les Philistins firent encore la guerre à Israël. David descendit avec ses serviteurs, et ils combattirent les Philistins. David était fatigué.

21:15-22

Cette section décrit la défaite de quatre géants philistins, tués par David et par ses hommes. On ne peut situer ces événements avec certitude d’un point de vue chronologique, mais ces récits de victoire fournissent une introduction appropriée au cantique de David qui célèbre la délivrance accordée par Dieu (#2S 22:1-51). Voir #1Ch 20:4-8.

16  Et Jischbi-Benob, l’un des enfants de Rapha, eut la pensée de tuer David ; il avait une lance du poids de trois cents sicles d’airain, et il était ceint d’une épée neuve.

Rapha. Même terme aux vv. 16, 18, 20 et 22. Il n’est pas à prendre comme le nom d’un individu, mais comme un terme collectif pour les « Rephaïm », peuple de géants qui avait habité le pays de Canaan (cf. #Ge 15:19-21 ; #No 13:33 ; #De 2:11 ; #De 3:11, #De 3:13). Le terme de Rephaïm pouvait désigner les Anakim (#De 2:10-11, #De 2:20-21), qui se faisaient remarquer par leur taille et leur force. Selon #Jos 11:21-22, ils avaient été chassés des collines d’Israël et de Juda, mais ils s’étaient réfugiés chez les Philistins, dans les villes de Gaza, Gath et Asdod. Bien que les Philistins aient été vaincus par Israël, l’aspect de certains grands champions ranimait leur courage et leur espoir d’une victoire contre les envahisseurs israélites.

trois cents sicles. Environ 3,5 kg.

une épée neuve. Littéralement « une nouvelle (chose) ». Le genre d’arme n’est pas spécifié en hébreu

17  Abischaï, fils de Tseruja, vint au secours de David, frappa le Philistin et le tua. Alors les gens de David jurèrent, en lui disant : Tu ne sortiras plus avec nous pour combattre, et tu n’éteindras pas la lampe d’Israël.

lampe d’Israël. Ayant, avec l’aide de Dieu, apporté la lumière de la prospérité et du bien-être à tout Israël, David symbolisait l’espoir et une garantie de sécurité pour le peuple. C’était sur sa famille que reposait une bénédiction continue.

18  Il y eut encore, après cela, une bataille à Gob avec les Philistins. Alors Sibbecaï, le Huschatite, tua Saph, qui était un des enfants de Rapha.

Gob. Près de Guézer (cf. #1Ch 20:4), à environ 35 km à l’ouest de Jérusalem.

19  Il y eut encore une bataille à Gob avec les Philistins. Et Elchanan, fils de Jaaré-Oreguim, de Bethléhem, tua Goliath de Gath, qui avait une lance dont le bois était comme une ensouple de tisserand.

Elchanan …  tua Goliath. Dans ce v., les mots « le frère de », qui apparaissent en #1Ch 20:5 devant « Goliath », sont omis. Pourtant l’Ecriture attribue clairement la mort de Goliath à David (cf. #1S 17:50). Il pourrait s’agir ici d’une erreur de copiste. Il se pourrait aussi qu’Elchanan soit un autre nom de David, tout comme Salomon s’appelait Jedidja (cf. #2S 12:24-25). Enfin, il se peut aussi qu’il y ait eu deux géants appelés Goliath.

20  Il y eut encore une bataille à Gath. Il s’y trouva un homme de haute taille, qui avait six doigts à chaque main et à chaque pied, vingt-quatre en tout, et qui était aussi issu de Rapha.

Gath. A environ 20 km au sud de Guéza et 40 km au sud-ouest de Jérusalem.

21  Il jeta un défi à Israël ; et Jonathan, fils de Schimea, frère de David, le tua.

Jonathan. C’était un neveu de David, le fils de Schimea (appelé aussi Schamma en #1S 16:9). Il est à distinguer du fils de Saül.

22  Ces quatre hommes étaient des enfants de Rapha à Gath. Ils périrent par la main de David et par la main de ses serviteurs.

 

REVENIR AU JOUR 287   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-287-de-929/

Allez au jour 289     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-289-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/