ANCIEN TESTAMENT JOUR 294 DE 929

20/10/2019 00:03

ANCIEN TESTAMENT JOUR 294 DE 929

1 Rois 03 de 22

 

1 Rois 03 : 1 À 28

1 ¶  Salomon s’allia par mariage avec Pharaon, roi d’Egypte. Il prit pour femme la fille de Pharaon, et il l’amena dans la ville de David, jusqu’à ce qu’il eût achevé de bâtir sa maison, la maison de l’Eternel, et le mur d’enceinte de Jérusalem.

s’allia …  avec Pharaon. Il s’agit probablement de Siamon, l’avant-dernier roi de la faible 21e dynastie. La conclusion d’un pacte avec le Pharaon montre que le roi d’Israël occupait une position élevée dans le monde d’alors. La fille du roi d’Egypte fut la plus importante, d’un point de vue politique, des 700 femmes de Salomon (cf. #1R 7:8 ; #1R 9:16 ; #1R 11:1).

2  Le peuple ne sacrifiait que sur les hauts lieux, car jusqu’à cette époque il n’avait point été bâti de maison au nom de l’Eternel.

les hauts lieux. Ces centres cultuels situés sur les collines étaient un héritage des Cananéens; ils avaient été consacrés à l’Eternel au lieu d’être détruits (#No 33:52 ; #De 7:5 ; #De 12:3). Après la construction du temple, l’adoration sur les hauts lieux fut interdite (#1R 11:7-8 ; #1R 12:31 ; #2R 16:17-20 ; #2R 21:3 ; #2R 23:26).

maison au nom de l’Eternel. Le « nom » de l’Eternel représentait sa personne et sa présence (cf. #Ex 3:13-14). Il avait promis de choisir, parmi toutes les tribus, un endroit où faire résider son nom (#De 12:5). Le temple de Jérusalem deviendrait cet endroit (cf. #1R 5:3, #1R 5:5 ; #1R 8:16-20, #1R 8:29, #1R 8:43-44, #1R 8:48 ; #1R 9:3, #1R 9:7). Dans le Proche-Orient antique, le fait de donner à un temple le nom d’une divinité signifiait que ladite divinité possédait l’endroit et y demeurait.

3  Salomon aimait l’Eternel, et suivait les coutumes de David, son père. Seulement c’était sur les hauts lieux qu’il offrait des sacrifices et des parfums.

Seulement. Le culte régulier qu’il rendait sur les hauts lieux démontrait l’incapacité de Salomon à suivre l’Eternel de tout son cœur.

4  Le roi se rendit à Gabaon pour y sacrifier, car c’était le principal des hauts lieux. Salomon offrit mille holocaustes sur l’autel.

Gabaon. Une ville située à environ 11 km au nord-ouest de Jérusalem. C’était là que se trouvaient le tabernacle de Moïse et l’autel d’airain original (#1Ch 21:29 ; #2Ch 1:2-6).

3:4-15

Voir #2Ch 1:7-13.

5 ¶  A Gabaon, l’Eternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit : Demande ce que tu veux que je te donne.

songe. Dieu accordait souvent des révélations au travers de rêves (#Ge 26:24 ; #Ge 28:12 ; #Ge 46:2 ; #Da 2:7 ; #Da 7:1 ; #Mt 1:20 ; #Mt 2:12, #Mt 2:19, #Mt 2:22). Cependant, celui-ci était particulier, puisqu’il s’agissait d’un dialogue entre le Seigneur et Salomon.

6  Salomon répondit : Tu as traité avec une grande bienveillance ton serviteur David, mon père, parce qu’il marchait en ta présence dans la fidélité, dans la justice, et dans la droiture de cœur envers toi ; tu lui as conservé cette grande bienveillance, et tu lui as donné un fils qui est assis sur son trône, comme on le voit aujourd’hui.

grande bienveillance. Cette expression est ici synonyme de fidélité à l’alliance. Salomon considérait son intronisation comme une preuve de la fidélité de l’Eternel aux promesses qu’il avait faites à David.

7  Maintenant, Eternel mon Dieu, tu as fait régner ton serviteur à la place de David, mon père ; et moi je ne suis qu’un jeune homme, je n’ai point d’expérience.

jeune homme. Salomon n’avait probablement que 20 ans; il était donc tout disposé à reconnaître son manque de qualification et d’expérience dans l’exercice de l’autorité royale (cf. #1Ch 22:5 ; #1Ch 29:1).

8  Ton serviteur est au milieu du peuple que tu as choisi, peuple immense, qui ne peut être ni compté ni nombré, à cause de sa multitude.

peuple immense. Joab avait dénombré 800 000 hommes en âge de se battre en Israël et 500 000 en Juda (#2S 24:9); la population totale s’élevait à plus de quatre millions de personnes, environ deux fois plus qu’à l’époque de la conquête de Canaan (voir #No 26:1-65).

9  Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?

un cœur intelligent. Reconnaissant humblement son besoin, Salomon demanda littéralement « un cœur qui écoute » pour gouverner le peuple de Dieu avec sagesse.

10  Cette demande de Salomon plut au Seigneur.

plut au Seigneur. L’Eternel se réjouit de voir que Salomon n’avait pas demandé des avantages personnels (une longue vie, la richesse ou la mort de ses ennemis).

11  Et Dieu lui dit : Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice,

12  voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi.

personne de semblable à toi. Dans les affaires judiciaires, Salomon allait effectivement faire preuve de capacités uniques, comme le montrent les vv. #1R 3:16-27.

13  Je te donnerai, en outre, ce que tu n’as pas demandé, des richesses et de la gloire, de telle sorte qu’il n’y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton pareil.

14  Et si tu marches dans mes voies, en observant mes lois et mes commandements, comme l’a fait David, ton père, je prolongerai tes jours.

prolongerai tes jours. Contrairement aux richesses et à l’honneur qui lui revenaient déjà, le privilège d’une longue vie dépendrait de son obéissance aux commandements de l’Eternel. Du fait de sa désobéissance, Salomon mourrait avant l’âge de 70 ans (cf. #Ps 90:10).

15  Salomon s’éveilla. Et voilà le songe. Salomon revint à Jérusalem, et se présenta devant l’arche de l’alliance de l’Eternel. Il offrit des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces, et il fit un festin à tous ses serviteurs.

16 ¶  Alors deux femmes prostituées vinrent chez le roi, et se présentèrent devant lui.

3:16-27

prostituées …  chez le roi. Cet épisode vise à montrer la sagesse de Salomon. En Israël, le roi était le « juge » suprême du pays, et tout citoyen, même le plus indigne, pouvait lui demander de rendre un verdict sur son cas (#2S 14:2-21 ; #2S 15:1-4 ; #2R 8:1-6).

17  L’une des femmes dit : Pardon ! mon seigneur, moi et cette femme nous demeurions dans la même maison, et je suis accouchée près d’elle dans la maison.

18  Trois jours après, cette femme est aussi accouchée. Nous habitions ensemble, aucun étranger n’était avec nous dans la maison, il n’y avait que nous deux.

19  Le fils de cette femme est mort pendant la nuit, parce qu’elle s’était couchée sur lui.

20  Elle s’est levée au milieu de la nuit, elle a pris mon fils à mes côtés tandis que ta servante dormait, et elle l’a couché dans son sein ; et son fils qui était mort, elle l’a couché dans mon sein.

21  Le matin, je me suis levée pour allaiter mon fils ; et voici, il était mort. Je l’ai regardé attentivement le matin ; et voici, ce n’était pas mon fils que j’avais enfanté.

22  L’autre femme dit : Au contraire ! c’est mon fils qui est vivant, et c’est ton fils qui est mort. Mais la première répliqua : Nullement ! C’est ton fils qui est mort, et c’est mon fils qui est vivant. C’est ainsi qu’elles parlèrent devant le roi.

23  Le roi dit : L’une dit : C’est mon fils qui est vivant, et c’est ton fils qui est mort ; et l’autre dit : Nullement ! c’est ton fils qui est mort, et c’est mon fils qui est vivant.

24  Puis il ajouta : Apportez-moi une épée. On apporta une épée devant le roi.

25  Et le roi dit : Coupez en deux l’enfant qui vit, et donnez-en la moitié à l’une et la moitié à l’autre.

moitié …  moitié. En ordonnant à ses serviteurs de couper l’enfant en deux, Salomon savait que, si la femme qui mentait ne s’opposait pas à cet ordre, la véritable mère, mue par sa compassion maternelle, le ferait sans aucun doute (cf. #Ex 21:35).

26  Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s’émouvoir pour son fils, et elle dit au roi: Ah ! mon seigneur, donnez-lui l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l’autre dit : Il ne sera ni à moi ni à toi ; coupez-le !

27  Et le roi, prenant la parole, dit: Donnez à la première l’enfant qui vit, et ne le faites point mourir. C’est elle qui est sa mère.

28  Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l’on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements.

craignit le roi. Les Israélites éprouvèrent une crainte respectueuse vis-à-vis de Salomon et se montrèrent prêts à se soumettre à lui, lorsqu’ils virent quelle sagesse Dieu lui avait donnée.

 

REVENIR AU JOUR 293   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-293-de-929/

Allez au jour 295     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-295-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/