ANCIEN TESTAMENT JOUR 30 DE 929

30/01/2019 00:16

ANCIEN TESTAMENT JOUR 30 DE 929

Genèse 30 de 50

 

GENÈSE 30 : 1 À 43

1 ¶  Lorsque Rachel vit qu’elle ne donnait point d’enfants à Jacob, elle porta envie à sa sœur, et elle dit à Jacob: Donne-moi des enfants, ou je meurs !

ou je meurs! Une femme sans enfants, dans la culture du Proche-Orient antique, ne valait guère plus qu’une femme morte et devenait une gêne sérieuse pour son mari (voir v. 23).

30:1-21

Il y a plusieurs signes d’une compétition entre ces deux sœurs-épouses: elles se servent de leurs servantes comme mères porteuses (vv. #Ge 30:3, #Ge 30:7, #Ge 30:9, #Ge 30:12), déclarent que Dieu a jugé en leur faveur (v. #Ge 30:6), font du troc pour bénéficier de temps avec leur mari (vv. #Ge 30:14-16), s’accusent mutuellement (v. #Ge 30:15) et donnent des noms significatifs à leur fils (« j’ai lutté …  contre ma sœur », Nephthali, v. 8). La course aux enfants était aussi accompagnée de prières ou de reconnaissance de la providence divine (vv. #Ge 30:6, #Ge 30:17, #Ge 30:20, #Ge 30:22 ; aussi 29:32-33, 35). Cette rivalité amère et intense, d’autant plus redoutable qu’elle impliquait des sœurs. Elles occupaient pourtant des demeures différentes avec leurs enfants selon la coutume - montre que le mal réside dans le système en soi (bigamie) qui, en tant que violation de la loi de Dieu (#Ge 2:24), ne peut pas apporter le bonheur.

2  La colère de Jacob s’enflamma contre Rachel, et il dit : Suis-je à la place de Dieu, qui t’empêche d’être féconde ?

Suis-je à la place de Dieu. Bien que prononcées dans un moment de frustration suite aux supplications et à l’insistance de Rachel, les paroles de Jacob montrent qu’il avait compris que c’est Dieu qui accorde les enfants.

3  Elle dit : Voici ma servante Bilha ; va vers elle ; qu’elle enfante sur mes genoux, et que par elle j’aie aussi des fils.

sur mes genoux. Lorsque la mère porteuse accouchait en présence de la mère adoptive, cela symbolisait le fait que cette dernière donnait elle-même un enfant à son mari.

4  Et elle lui donna pour femme Bilha, sa servante ; et Jacob alla vers elle.

5  Bilha devint enceinte, et enfanta un fils à Jacob.

6  Rachel dit : Dieu m’a rendu justice, il a entendu ma voix, et il m’a donné un fils. C’est pourquoi elle l’appela du nom de Dan.

7  Bilha, servante de Rachel, devint encore enceinte, et enfanta un second fils à Jacob.

8  Rachel dit : J’ai lutté divinement contre ma sœur, et j’ai vaincu. Et elle l’appela du nom de Nephthali.

9  Léa voyant qu’elle avait cessé d’enfanter, prit Zilpa, sa servante, et la donna pour femme à Jacob.

10  Zilpa, servante de Léa, enfanta un fils à Jacob.

11  Léa dit : Quel bonheur ! Et elle l’appela du nom de Gad.

12  Zilpa, servante de Léa, enfanta un second fils à Jacob.

13  Léa dit : Que je suis heureuse ! car les filles me diront heureuse. Et elle l’appela du nom d’Aser.

14 ¶  Ruben sortit au temps de la moisson des blés, et trouva des mandragores dans les champs. Il les apporta à Léa, sa mère. Alors Rachel dit à Léa : Donne moi, je te prie, des mandragores de ton fils.

mandragores. Jacob avait alors 8 fils de 3 femmes, et 6 ans environ s’étaient écoulés depuis ses mariages. En jouant dans les champs, le fils aîné, Ruben, âgé de 5 ans environ, trouva ces petits fruits de couleur orange et « les apporta à Léa, sa mère ». Dans l’Antiquité, on croyait que ces « pommes d’amour » étaient un aphrodisiaque ou un narcotique provoquant la fertilité.

15  Elle lui répondit : Est-ce peu que tu aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils ? Et Rachel dit : Eh bien ! il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores de ton fils.

30:15-16

Ce marchandage singulier et désespéré de Rachel représentait une tentative de tomber enceinte grâce aux mandragores. C’était un remède populaire qui ne tenait pas compte du fait que c’est Dieu qui donne les enfants (vv. #Ge 30:6, #Ge 30:17, #Ge 30:20, #Ge 30:22).

16  Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit : C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai acheté pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit.

17  Dieu exauça Léa, qui devint enceinte, et enfanta un cinquième fils à Jacob.

18  Léa dit : Dieu m’a donné mon salaire parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle l’appela du nom d’Issacar.

19  Léa devint encore enceinte, et enfanta un sixième fils à Jacob.

20  Léa dit : Dieu m’a fait un beau don ; cette fois, mon mari habitera avec moi, car je lui ai enfanté six fils. Et elle l’appela du nom de Zabulon.

cette fois, mon mari habitera avec moi. Le cri plaintif de la délaissée (cf. #Ge 29:31) est confirmé par l’absence fréquente de Jacob. Elle espérait qu’avec six enfants elle verrait Jacob s’installer définitivement chez elle.

Zabulon. Littéralement « habitation », dans l’espoir que Jacob resterait avec elle.

21  Ensuite, elle enfanta une fille, qu’elle appela du nom de Dina.

Dina. Bien qu’elle ne soit pas la seule fille de Jacob (cf. #Ge 37:35 ; #Ge 46:7), son nom est mentionné par anticipation de la tragédie de Sichem (ch. #Ge 34).

22  Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça, et il la rendit féconde.

Dieu se souvint de Rachel. Enfin, après sept ans, Dieu répondit à l’attente désespérée (voir v. 1) et aux supplications de Rachel. Celle-ci lui attribua du reste avec raison la fin de sa stérilité et lui fit confiance pour avoir un autre fils (vv. #Ge 30:23-24).

23  Elle devint enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Dieu a enlevé mon opprobre.

24  Et elle lui donna le nom de Joseph, en disant : Que l’Eternel m’ajoute un autre fils !

Joseph. On se situe vers 1914 av. J.-C. Son nom signifie « qu’il ajoute », indiquant à la fois sa reconnaissance et sa confiance que Dieu lui accordera un autre fils.

25 ¶  Lorsque Rachel eut enfanté Joseph, Jacob dit à Laban : Laisse-moi partir, pour que je m’en aille chez moi, dans mon pays.

Laisse-moi partir …  dans mon pays. 14 années d’absence n’avaient pas atténué la conscience qu’avait Jacob d’appartenir au pays que Dieu lui avait donné. Puisque la Mésopotamie n’était pas sa patrie et que son contrat avec Laban était rempli, il désirait retourner chez lui. Il ne cacha pas son désir à Laban (v. #Ge 30:30).

26  Donne-moi mes femmes et mes enfants, pour lesquels je t’ai servi, et je m’en irai ; car tu sais quel service j’ai fait pour toi.

27  Laban lui dit : Puissé-je trouver grâce à tes yeux ! Je vois bien que l’Eternel m’a béni à cause de toi ;

Je vois bien. Littéralement « je vois par divination ».

28  fixe-moi ton salaire, et je te le donnerai.

fixe-moi ton salaire. Les 2 fois où Laban a posé cette question à Jacob, c’était pour l’encourager à rester. La première fois (#Ge 29:15), il cherchait à récompenser un parent, mais cette fois-ci c’était parce que lui-même avait été récompensé. Il reconnut en effet que Dieu l’avait béni à cause de Jacob (v. #Ge 30:27). Jacob confirma volontiers cette analyse en précisant que « le peu » s’était « accru » (v. #Ge 30:30) depuis qu’il avait fait son apparition. La générosité superficielle de Laban ne devrait pas être confondue avec une bonté sincère (voir #Ge 31:7).

29  Jacob lui dit : Tu sais comment je t’ai servi, et ce qu’est devenu ton troupeau avec moi ;

30  car le peu que tu avais avant moi s’est beaucoup accru, et l’Eternel t’a béni sur mes pas. Maintenant, quand travaillerai-je aussi pour ma maison ?

31  Laban dit : Que te donnerai-je ? Et Jacob répondit : Tu ne me donneras rien. Si tu consens à ce que je vais te dire, je ferai paître encore ton troupeau, et je le garderai.

30:31-36

Que te donnerai-je? Laban voulait que Jacob reste, c’est pourquoi il demanda ce qu’il lui en coûterait. Jacob ne voulait rien, mis à part être là où Dieu pouvait le bénir. Il voulait bien rester, mais sans être redevable à un Laban intrigant et égoïste. Il proposa donc à Laban un plan qui pourrait le bénir tout en ne coûtant rien à ce dernier: il continuerait à s’occuper de ses animaux, comme par le passé; son salaire serait constitué des animaux à naître, ceux qui paraîtraient le moins souhaitables à Laban à cause de leurs taches et couleurs. Aucun des animaux de couleur unie qui naîtraient n’appartiendrait à Jacob, car Laban pouvait les prendre (ils étaient considérés comme volés); seuls les animaux nés tachetés, marquetés ou anormalement colorés lui reviendraient. De toute évidence, la plupart des animaux étaient blancs (agneaux), noirs (chèvres) et bruns (bestiaux). Il y en avait peu qui appartenaient à la catégorie mentionnée par Jacob. De plus, il s’engageait à ne pas utiliser les tachetés ou anormalement colorés vivants pour en avoir d’autres comme eux; il séparerait le troupeau en deux groupes. A l’avenir, seule la progéniture tachetée et anormalement colorée née à partir d’animaux normalement colorés serait sienne. Comme Laban pensait que de tels animaux ne risquaient pas de naître en grand nombre, il accepta. Il croyait que c’était une petite concession de sa part qui lui permettrait de profiter des capacités de Jacob pour agrandir ses troupeaux. Quant à Jacob, il se remit entièrement à Dieu. Seul le Seigneur pouvait déterminer les animaux qui lui appartiendraient. Pour s’assurer que son gendre ne tricherait pas dans cette bonne affaire, Laban reprit les animaux anormalement tachetés dont il devait s’occuper (vv. #Ge 30:34-36).

32  Je parcourrai aujourd’hui tout ton troupeau ; mets à part parmi les brebis tout agneau tacheté et marqueté et tout agneau noir, et parmi les chèvres tout ce qui est marqueté et tacheté. Ce sera mon salaire.

33  Ma droiture répondra pour moi demain, quand tu viendras voir mon salaire ; tout ce qui ne sera pas tacheté et marqueté parmi les chèvres, et noir parmi les agneaux, ce sera de ma part un vol.

34  Laban dit : Eh bien ! qu’il en soit selon ta parole.

35  Ce même jour, il mit à part les boucs rayés et marquetés, toutes les chèvres tachetées et marquetées, toutes celles où il y avait du blanc, et tout ce qui était noir parmi les brebis. Il les remit entre les mains de ses fils.

36  Puis il mit l’espace de trois journées de chemin entre lui et Jacob ; et Jacob fit paître le reste du troupeau de Laban.

37 ¶  Jacob prit des branches vertes de peuplier, d’amandier et de platane ; il y pela des bandes blanches, mettant à nu le blanc qui était sur les branches.

30:37-42

branches. Jacob s’y connaissait en agneaux, chèvres et bestiaux, ayant gardé les animaux de son père la majeure partie de sa vie et ceux de Laban pendant 14 ans. Il savait que, lorsqu’un animal singulièrement tacheté naissait (avec un gène récessif), il pouvait alors commencer à reproduire ce gène sélectivement pour obtenir des troupeaux d’animaux anormalement tachetés, qui n’étaient en aucun cas inférieurs physiquement aux normalement tachetés. Une fois le processus de procréation lancé, il chercha à le stimuler par des méthodes qui peuvent nous paraître superstitieuses et stupides (comme les mandragores du v. 14). Mais il avait probablement appris que les branches écorcées dégageaient un genre de stimulant dans l’eau qui excitait l’activité sexuelle des animaux. Son plan réussit (v. #Ge 30:39), et il garda son propre troupeau séparé des animaux anormalement colorés de Laban. Son système fonctionna à son propre avantage, et non à celui de Laban (v. #Ge 30:42) qui avait profité de lui pendant des années. Jacob rendit gloire à Dieu pour le succès de son entreprise (#Ge 31:7, #Ge 31:9).

38  Puis il plaça les branches, qu’il avait pelées, dans les auges, dans les abreuvoirs, sous les yeux des brebis qui venaient boire, pour qu’elles entrassent en chaleur en venant boire.

39  Les brebis entraient en chaleur près des branches, et elles faisaient des petits rayés, tachetés et marquetés.

40  Jacob séparait les agneaux, et il mettait ensemble ce qui était rayé et tout ce qui était noir dans le troupeau de Laban. Il se fit ainsi des troupeaux à part, qu’il ne réunit point au troupeau de Laban.

41  Toutes les fois que les brebis vigoureuses entraient en chaleur, Jacob plaçait les branches dans les auges, sous les yeux des brebis, pour qu’elles entrassent en chaleur près des branches.

42  Quand les brebis étaient chétives, il ne les plaçait point ; de sorte que les chétives étaient pour Laban, et les vigoureuses pour Jacob.

43  Cet homme devint de plus en plus riche ; il eut du menu bétail en abondance, des servantes et des serviteurs, des chameaux et des ânes.

 

REVENIR AU JOUR 29  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-29-de-929/

Allez au jour 31

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/