ANCIEN TESTAMENT JOUR 317 DE 929

12/11/2019 00:01

ANCIEN TESTAMENT JOUR 317 DE 929

2 Rois 4 de 25

 

2 Rois 4 : 1 À 44

1 ¶  Une femme d’entre les femmes des fils des prophètes cria à Elisée, en disant : Ton serviteur mon mari est mort, et tu sais que ton serviteur craignait l’Eternel ; or le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves.

 

mes deux enfants et en faire ses esclaves. Selon la loi mosaïque, les créanciers pouvaient asservir leurs débiteurs et exiger que leurs enfants remboursent la dette à leur place (#Ex 21:2-4 ; #De 15:12-18). La période de servitude pouvait durer jusqu’à l’année du jubilé (#Lé 25:39-40). Les riches et les créanciers n’avaient cependant pas le droit de profiter des indigents (voir #De 15:1-18).

 

2  Elisée lui dit : Que puis-je faire pour toi ? Dis-moi, qu’as-tu à la maison ? Elle répondit : Ta servante n’a rien du tout à la maison qu’un vase d’huile.

 

un vase d’huile. Un flacon d’huile que l’on utilisait pour s’enduire le corps.

 

3  Et il dit : Va demander au dehors des vases chez tous tes voisins, des vases vides, et n’en demande pas un petit nombre.

4  Quand tu seras rentrée, tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants ; tu verseras dans tous ces vases, et tu mettras de côté ceux qui seront pleins.

 

fermeras la porte sur toi. Comme le besoin de la veuve était privé, l’approvisionnement devait l’être aussi. De plus, l’absence d’Elisée prouverait que le miracle ne dépendait que de la puissance de Dieu. Il multiplia le peu dont disposait la femme, remplissant tous les vases pour subvenir à ses besoins (cf. #1R 17:7-16).

 

5  Alors elle le quitta. Elle ferma la porte sur elle et sur ses enfants ; ils lui présentaient les vases, et elle versait.

6  Lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils : Présente-moi encore un vase. Mais il lui répondit : Il n’y a plus de vase. Et l’huile s’arrêta.

7  Elle alla le rapporter à l’homme de Dieu, et il dit : Va vendre l’huile, et paie ta dette ; et tu vivras, toi et tes fils, de ce qui restera.

8 ¶  Un jour Elisée passait par Sunem. Il y avait là une femme de distinction, qui le pressa d’accepter à manger. Et toutes les fois qu’il passait, il se rendait chez elle pour manger.

 

Sunem. Ville située sur le territoire d’Issacar, près de Jizreel (#Jos 19:18), sur les pentes de la montagne de Moré. Elle surplombait l’est de la vallée de Jizreel.

une femme de distinction. Cette femme possédait certaines richesses et occupait une position sociale élevée.

 

9  Elle dit à son mari : Voici, je sais que cet homme qui passe toujours chez nous est un saint homme de Dieu.

 

saint homme de Dieu. La femme avait reconnu en Elisée un prophète particulièrement consacré à Dieu. Cette « sainteté » d’Elisée la poussa à proposer à son mari de mettre une pièce séparée à disposition du prophète (v. #2R 4:10). Elle craignait peut-être que le « saint » prophète n’entre en contact avec leurs pièces profanes (cf. #Lé 10:10).

 

10  Faisons une petite chambre haute avec des murs, et mettons-y pour lui un lit, une table, un siège et un chandelier, afin qu’il s’y retire quand il viendra chez nous.

11  Elisée, étant revenu à Sunem, se retira dans la chambre haute et y coucha.

12  Il dit à Guéhazi, son serviteur : Appelle cette Sunamite. Guéhazi l’appela, et elle se présenta devant lui.

 

Guéhazi. Serviteur personnel d’Elisée, dont il est beaucoup question ici et en #2R 5:20-27, et probablement aussi au v. 43; le terme employé désignait aussi la relation entre Elisée et Elie (#1R 19:21). Dans cet épisode, Elisée prit contact avec la Sunamite par l’intermédiaire de Guéhazi (vv. #2R 4:11-13, #2R 4:15, #2R 4:25, #2R 4:29), de sorte que ce dernier eut l’occasion de progresser en maturité dans son service pour l’Eternel.

 

13  Et Elisée dit à Guéhazi : Dis-lui : Voici, tu nous as montré tout cet empressement ; que peut-on faire pour toi ? Faut-il parler pour toi au roi ou au chef de l’armée ? Elle répondit : J’habite au milieu de mon peuple.

 

J’habite au milieu de mon peuple. Cette réponse exprimait une totale satisfaction, une absence de désir particulier.

 

14  Et il dit : Que faire pour elle ? Guéhazi répondit : Mais, elle n’a point de fils, et son mari est vieux.

 

point de fils, et son mari est vieux. Cette remarque avait deux implications:

1° cette femme devait endurer la souffrance et le déshonneur attachés à la stérilité (cf. #Ge 16:1 ; #Ge 18:10-15 ; #Ge 25:21 ; #Ge 30:1-2 ; #1S 1:6);

2° son mari pouvait mourir sans laisser d’héritier apte à perpétuer son nom (#De 25:5-10).

 

15  Et il dit : Appelle-la. Guéhazi l’appela, et elle se présenta à la porte.

16  Elisée lui dit : A cette même époque, l’année prochaine, tu embrasseras un fils. Et elle dit : Non ! mon seigneur, homme de Dieu, ne trompe pas ta servante !

 

Non! mon seigneur. Face à la promesse d’Elisée, la femme réagit en le priant de ne pas lui donner de faux espoirs. Sa réplique indique qu’elle considérait comme impossible d’avoir un enfant.

 

17  Cette femme devint enceinte, et elle enfanta un fils à la même époque, l’année suivante, comme Elisée lui avait dit.

 

enfanta. Comme Abraham et Sara (#Ge 21:1-2).

 

18 ¶  L’enfant grandit. Et un jour qu’il était allé trouver son père vers les moissonneurs,

19  il dit à son père : Ma tête ! ma tête ! Le père dit à son serviteur : Porte-le à sa mère.

 

Ma tête! ma tête! L’enfant avait sans doute attrapé une insolation. Ses plaintes, la localisation de la douleur et la saison (période des moissons) permettent de poser un tel diagnostic. L’insolation pouvait être fatale, et ce fut effectivement le cas (v. #2R 4:20).

 

20  Le serviteur l’emporta et l’amena à sa mère. Et l’enfant resta sur les genoux de sa mère jusqu’à midi, puis il mourut.

21  Elle monta, le coucha sur le lit de l’homme de Dieu, ferma la porte sur lui, et sortit.

22  Elle appela son mari, et dit : Envoie-moi, je te prie, un des serviteurs et une des ânesses ; je veux aller en hâte vers l’homme de Dieu, et je reviendrai.

23  Et il dit : Pourquoi veux-tu aller aujourd’hui vers lui ? Ce n’est ni nouvelle lune ni sabbat. Elle répondit : Tout va bien.

 

ni nouvelle lune ni sabbat. Le premier jour du mois et le septième jour de la semaine étaient tous deux caractérisés par des cérémonies religieuses particulières et une cessation de toute activité (cf. #No 28:9-15). Pour le mari, ce n’était qu’en de telles journées qu’on pouvait rendre visite à un prophète. Sa femme lui cacha apparemment la mort de leur enfant (« tout va bien ») pour lui épargner une souffrance inutile: connaissant la puissance dont disposait l’homme de Dieu, elle croyait qu’il pouvait accomplir un miracle pour son fils.

 

24  Puis elle fit seller l’ânesse, et dit à son serviteur : Mène et pars ; ne m’arrête pas en route sans que je te le dise.

25  Elle partit donc et se rendit vers l’homme de Dieu sur la montagne du Carmel. L’homme de Dieu, l’ayant aperçue de loin, dit à Guéhazi, son serviteur : Voici cette Sunamite !

 

montagne du Carmel. La distance de Sunem au Carmel était d’une trentaine de km.

 

26  Maintenant, cours donc à sa rencontre, et dis-lui : Te portes-tu bien ? Ton mari et ton enfant se portent-ils bien ? Elle répondit : Bien.

 

Bien. Elle ne laissa rien transparaître de la souffrance qu’elle éprouvait en raison de la mort de son fils, car elle voulait l’annoncer directement au prophète Elisée.

 

27  Et dès qu’elle fut arrivée auprès de l’homme de Dieu sur la montagne, elle embrassa ses pieds. Guéhazi s’approcha pour la repousser. Mais l’homme de Dieu dit: Laisse-la, car son âme est dans l’amertume, et l’Eternel me l’a caché et ne me l’a point fait connaître.

 

embrassa ses pieds. C’était un signe d’humiliation et de vénération.

 

28  Alors elle dit : Ai-je demandé un fils à mon seigneur ? N’ai-je pas dit : Ne me trompe pas ?

29  Et Elisée dit à Guéhazi : Ceins tes reins, prends mon bâton dans ta main, et pars. Si tu rencontres quelqu’un, ne le salue pas ; et si quelqu’un te salue, ne lui réponds pas. Tu mettras mon bâton sur le visage de l’enfant.

 

mettras mon bâton sur le visage de l’enfant. Elisée envoya Guéhazi devant lui car il était plus jeune, et donc plus rapide. Peut-être, espérait-il que Dieu guérirait l’enfant par l’intermédiaire du bâton, en considérant celui-ci comme représentant sa propre présence et comme symbolisant la puissance divine (cf. #2R 2:8).

 

30  La mère de l’enfant dit : L’Eternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et il se leva et la suivit.

31  Guéhazi les avait devancés, et il avait mis le bâton sur le visage de l’enfant ; mais il n’y eut ni voix ni signe d’attention. Il s’en retourna à la rencontre d’Elisée, et lui rapporta la chose, en disant : L’enfant ne s’est pas réveillé.

32  Lorsque Elisée arriva dans la maison, voici, l’enfant était mort, couché sur son lit.

33  Elisée entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l’Eternel.

34  Il monta, et se coucha sur l’enfant ; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains, et il s’étendit sur lui. Et la chair de l’enfant se réchauffa.

 

se coucha sur l’enfant. Comme Elie (voir #1R 17:17-24), Elisée démontra la puissance de l’Eternel sur la mort en ressuscitant un enfant. Comme pour Elie, une partie du processus de guérison nécessita qu’il se couche sur le corps du garçon.

35  Elisée s’éloigna, alla çà et là par la maison, puis remonta et s’étendit sur l’enfant. Et l’enfant éternua sept fois, et il ouvrit les yeux.

36  Elisée appela Guéhazi, et dit: Appelle cette Sunamite. Guéhazi l’appela, et elle vint vers Elisée, qui dit: Prends ton fils !

37  Elle alla se jeter à ses pieds, et se prosterna contre terre. Et elle prit son fils, et sortit.

38 ¶  Elisée revint à Guilgal, et il y avait une famine dans le pays. Comme les fils des prophètes étaient assis devant lui, il dit à son serviteur : Mets le grand pot, et fais cuire un potage pour les fils des prophètes.

 

Guilgal. Ville située à environ 65 km au sud de Sunem.

 

39  L’un d’eux sortit dans les champs pour cueillir des herbes ; il trouva de la vigne sauvage et il y cueillit des coloquintes sauvages, plein son vêtement. Quand il rentra, il les coupa en morceaux dans le pot où était le potage, car on ne les connaissait pas.

 

coloquintes sauvages. Probablement une sorte de concombres sauvages qui pouvaient être mortels si l’on en mangeait une grande quantité.

 

40  On servit à manger à ces hommes ; mais dès qu’ils eurent mangé du potage, ils s’écrièrent : La mort est dans le pot, homme de Dieu ! Et ils ne purent manger.

41  Elisée dit : Prenez de la farine. Il en jeta dans le pot, et dit : Sers à ces gens, et qu’ils mangent. Et il n’y avait plus rien de mauvais dans le pot.

 

farine. Ce n’était pas la farine en elle-même qui pouvait rendre comestible un plat nocif, mais elle fut l’instrument d’un miracle. Comme Elie (cf. #1R 17:14-16), Elisée utilisa la farine pour montrer à quel point Dieu se soucie des hommes.

 

42  Un homme arriva de Baal-Schalischa. Il apporta du pain des prémices à l’homme de Dieu, vingt pains d’orge, et des épis nouveaux dans son sac. Elisée dit: Donne à ces gens, et qu’ils mangent.

 

Baal-Schalischa. Localisation incertaine.

pain des prémices. Normalement, les prémices étaient réservées à Dieu (#Lé 23:20) et aux Lévites (#No 18:13 ; #De 18:4-5). Même si la religion, dans le royaume du nord, était caractérisée par l’apostasie, l’homme qui apporta ce pain à Elisée était un représentant de la véritable piété qui subsistait en Israël.

 

43  Son serviteur répondit : Comment pourrais-je en donner à cent personnes ? Mais Elisée dit : Donne à ces gens, et qu’ils mangent ; car ainsi parle l’Eternel : On mangera, et on en aura de reste.

 

4:43-44

Cette multiplication des pains, accomplie conformément au message de l’Eternel transmis par son prophète, préfigurait le ministère messianique de Jésus (cf. #Mt 14:16-20 ; #Mt 15:36-37 ; #Jn 6:11-13).

 

44  Il mit alors les pains devant eux ; et ils mangèrent et en eurent de reste, selon la parole de l’Eternel.

 

REVENIR AU JOUR 316   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-316-de-929/

Allez au jour 318     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-318-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/