ANCIEN TESTAMENT JOUR 327 DE 929

22/11/2019 00:21

ANCIEN TESTAMENT JOUR 327 DE 929

2 Rois 14 de 25

 

2 Rois 14 : 1 À 29

1 ¶  La seconde année de Joas, fils de Joachaz, roi d’Israël, Amatsia, fils de Joas, roi de Juda, régna.

 

seconde année. En 796 av. J.-C.

14:1-15:38

Cette partie brosse un rapide tableau des rois et de certains événements des royaumes du nord et du sud de 796 à 735 av. J.-C. Le rythme de la narration change: alors que les 19 ch. précédents (#1R 17:1-2R 13:25) retraçaient 90 ans d’histoire (av. J.-C.) en insistant sur les ministères d’Elie et d’Elisée pendant les 65 dernières années de cette période (av. J.-C.), 62 ans sont couverts par les ch. #2R 14 et 15. La tonalité aussi change: alors que le ch. précédent se terminait sur une lueur d’espoir  le terme mis à l’approbation officielle du culte de Baal en Israël (#2R 10:18-28) et en Juda (#2R 11:17-18), les réparations du temple de l’Eternel à Jérusalem (#2R 12:9-15) et les victoires remportées contre la menace syrienne (#2R 13:25) - ces deux ch. insistent sur les problèmes fondamentaux qui subsistaient encore: la persistance de la fausse religion mise en place par Jéroboam Ier en Israël, malgré le changement des familles royales (#2R 14:24-15:9, #2R 14:18, #2R 14:24, #2R 14:28), et la non-suppression des hauts lieux en Juda, en dépit des bons rois placés à la tête du pays pendant ces années (#2R 14:4 ; #2R 15:4, #2R 15:35).

 

2  Il avait vingt-cinq ans lorsqu’il devint roi, et il régna vingt-neuf ans à Jérusalem. Sa mère s’appelait Joaddan, de Jérusalem.

 

vingt-neuf ans. De 796 à 767 av. J.-C.

 

3  Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel, non pas toutefois comme David, son père ; il agit entièrement comme avait agi Joas, son père.

 

non pas …  comme David. La norme fixée par le comportement de David exigeait que ses descendants et successeurs à la tête de Juda fassent preuve d’une consécration indéfectible à l’Eternel (cf. #1R 11:4, #1R 11:6 ; #1R 15:3). A l’instar de son père Joas, Amatsia n’atteignit pas cette norme, puisqu’il ne supprima pas les hauts lieux (v. #2R 14:4) où, dans une opposition totale à la loi mosaïque, le peuple adorait l’Eternel (#De 12:2-7, #De 12:13-14). De plus, selon #2Ch 25:14-16, il adopta les faux dieux des Edomites.

 

4  Seulement, les hauts lieux ne disparurent point ; le peuple offrait encore des sacrifices et des parfums sur les hauts lieux.

5  Lorsque la royauté fut affermie entre ses mains, il frappa ses serviteurs qui avaient tué le roi, son père.

 

14:5-6

Après avoir pris de l’assurance à la tête du royaume, Amatsia se vengea de Jozacar et Jozabad, les fonctionnaires qui avaient assassiné son père Joas (#2R 12:20-21). Cependant, il épargna la vie de leurs fils, respectant ainsi la loi mosaïque: elle stipulait que les enfants ne devaient pas mourir pour les péchés de leurs pères (#De 24:16 ; cf. #Ez 18:1-20).

 

6  Mais il ne fit pas mourir les fils des meurtriers, selon ce qui est écrit dans le livre de la loi de Moïse, où l’Eternel donne ce commandement : On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; mais on fera mourir chacun pour son péché.

7  Il battit dix mille Edomites dans la vallée du sel ; et durant la guerre, il prit Séla, et l’appela Joktheel, nom qu’elle a conservé jusqu’à ce jour.

 

À propos de la guerre d’Amatsia contre Edom, Amatsia rassembla une armée de petite taille, comparée à celle de Josaphat, qui était composée de plus d’un million d’hommes (cf. #2Ch 17:14-19). Cela montrait à quel point le royaume du sud avait décliné en seulement 80 ans.

Les Edomites s’étaient révoltés sous le règne de Joram (voir #2R 8:20), et le roi voulait les soumettre à nouveau.

la vallée du sel. Peut-être, une plaine marécageuse au sud de la mer Morte.

Séla …  Joktheel. Séla (littéralement « rocher » en hébreu) peut être identifiée à Pétra (littéralement « rocher » en grec), ville creusée au pied d’une montagne rocheuse escarpée et située à environ 80 km au sud de la mer Morte. Certains préfèrent cependant la situer au nord d’Edom, près de Botsra, sur la voie royale (#Jug 1:36). Le fait de renommer une ville, comme Amatsia le fit, signifiait qu’on en exerçait le contrôle.

 

8 ¶  Alors Amatsia envoya des messagers à Joas, fils de Joachaz, fils de Jéhu, roi d’Israël, pour lui dire : Viens, voyons-nous en face !

 

Joas …  d’Israël, ce roi d’Israël portait le même nom que le roi de Juda qui était son contemporain.

 

9  Et Joas, roi d’Israël, fit dire à Amatsia, roi de Juda : L’épine du Liban envoya dire au cèdre du Liban : Donne ta fille pour femme à mon fils ! Et les bêtes sauvages qui sont au Liban passèrent et foulèrent l’épine.

 

épine …  cèdre. Dans cette parabole (cf. #Jug 9:8-15), le buisson d’épines ou chardon (Amatsia), plante irritante et inutile, cherche à devenir semblable au majestueux cèdre (Joas), mais les animaux sauvages l’écrasent. Joas avertissait Amatsia qu’il surestimait sa puissance et son importance, et qu’il ne devait pas déclarer la guerre à Israël, sous peine de connaître une cinglante défaite (v. #2R 14:10).

 

10  Tu as battu les Edomites, et ton cœur s’élève. Jouis de ta gloire, et reste chez toi. Pourquoi t’engager dans une malheureuse entreprise, qui amènerait ta ruine et celle de Juda ?

11  Mais Amatsia ne l’écouta pas. Et Joas, roi d’Israël, monta ; et ils se virent en face, lui et Amatsia, roi de Juda, à Beth-Schémesch, qui est à Juda.

 

Beth-Schémesch. Ville située à environ 24 km à l’ouest de Jérusalem. C’est là que les armées d’Israël et de Juda s’affrontèrent.

 

12  Juda fut battu par Israël, et chacun s’enfuit dans sa tente.

13  Joas, roi d’Israël, prit à Beth-Schémesch Amatsia, roi de Juda, fils de Joas, fils d’Achazia. Il vint à Jérusalem, et fit une brèche de quatre cents coudées dans la muraille de Jérusalem, depuis la porte d’Ephraïm jusqu’à la porte de l’angle.

 

Joas …  prit …  Amatsia. Au cours de la bataille qui tourna à l’avantage d’Israël, Joas captura Amatsia. Il l’emmena comme otage à Samarie (v. #2R 14:14). Le roi de Juda fut obligé de rester là jusqu’à la mort de Joas, en 782 av. J.-C. (v. #2R 14:17).

porte d’Ephraïm …  porte de l’angle. La « porte de l’angle » (cf. #Jér 31:38 ; #Za 14:10) se trouvait à l’angle nord-ouest de la muraille de Jérusalem. La « porte d’Ephraïm » se trouvait à 200 m, du côté nord, face au territoire d’Ephraïm. La partie de la muraille démolie par Joas était l’endroit le plus vulnérable de Jérusalem.

 

14  Il prit tout l’or et l’argent et tous les vases qui se trouvaient dans la maison de l’Eternel et dans les trésors de la maison du roi ; il prit aussi des otages, et il retourna à Samarie.

 

Il prit. Joas pilla le temple de Jérusalem et le palais, mais il en retira probablement un maigre butin, puisque son homonyme roi de Juda avait fait parvenir les trésors contenus dans ces bâtiments à Hazaël, roi de Syrie, en guise de tribut (#2R 12:17-18). S’il emmena des otages avec lui, c’était sans doute pour s’assurer que des tributs supplémentaires lui seraient versés, compte tenu de la maigreur du butin de guerre.

 

15 ¶  Le reste des actions de Joas, ce qu’il a fait, ses exploits, et la guerre qu’il eut avec Amatsia, roi de Juda, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d’Israël ?

16  Joas se coucha avec ses pères, et il fut enterré à Samarie avec les rois d’Israël. Et Jéroboam, son fils, régna à sa place.

17  Amatsia, fils de Joas, roi de Juda, vécut quinze ans après la mort de Joas, fils de Joachaz, roi d’Israël.

 

quinze ans. De 782 à 767 av. J.-C.

 

18  Le reste des actions d’Amatsia, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois de Juda ?

 

actions d’Amatsia. Son apostasie (#2Ch 25:27), sa guerre désastreuse contre Israël, la ruine de Jérusalem, le pillage du temple et la perte des otages lui firent perdre le respect de son peuple qui se révolta et le tua.

 

19  On forma contre lui une conspiration à Jérusalem, et il s’enfuit à Lakis ; mais on le poursuivit à Lakis, où on le fit mourir.

 

Lakis. Ville située à environ 40 km au sud-ouest de Jérusalem. Amatsia s’y réfugia, espérant échapper ainsi à la mort.

 

20  On le transporta sur des chevaux, et il fut enterré à Jérusalem avec ses pères, dans la ville de David.

21  Et tout le peuple de Juda prit Azaria, âgé de seize ans, et l’établit roi à la place de son père Amatsia.

 

âgé de seize ans. Azaria, aussi appelé Ozias, commença à régner à l’âge de 16 ans, en 790 av. J.-C., lorsque son père fut fait prisonnier à Samarie (vv. #2R 14:13-14). Au retour d’Amatsia en Juda, il exerça la corégence avec lui, de 782 à 767 av. J.-C. (v. #2R 14:17). A la mort de son père, en 767 av. J.-C. (v. #2R 14:19), il commença à régner seul (#2R 15:1).

 

22  Azaria rebâtit Elath et la fit rentrer sous la puissance de Juda, après que le roi fut couché avec ses pères.

 

Elath. La ville d’Elath se trouvait sur la côte septentrionale du golfe d’Akaba et était étroitement liée à Etsjon-Guéber, un port maritime de Salomon (#1R 9:26). Azaria la rattacha à Juda, ce qui fut le premier acte important de son règne; ses autres hauts faits sont résumés en #2Ch 26:6-15.

 

23 ¶  La quinzième année d’Amatsia, fils de Joas, roi de Juda, Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël, régna à Samarie. Il régna quarante et un ans.

 

quinzième année. Vers 782 av. J.-C. Il s’agit de l’année où Jéroboam II commença à régner seul. Puisque son fils Zacharie lui succéda en 753 av. J.-C. (voir #2R 15:8), il faut supposer qu’il fut corégent avec son père Joas pendant 11 ans, pour arriver au total de 41 ans mentionné ici (av. J.-C.). Ce fut le règne le plus long de tous dans le royaume du nord.

Jéroboam. Il s’agit de Jéroboam II qui, comme les autres rois d’Israël, suivit la fausse religion instaurée par Jéroboam Ier. C’est durant son règne que les prophètes Osée (#Os 1:1) et Amos (#Am 1:1) exercèrent leur ministère, adressé aux Israélites du royaume du nord. Ils décrivirent cette époque comme un temps de grande prospérité, mais aussi de très grande apostasie spirituelle.

 

24  Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel ; il ne se détourna d’aucun des péchés de Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël.

25  Il rétablit les limites d’Israël depuis l’entrée de Hamath jusqu’à la mer de la plaine, selon la parole que l’Eternel, le Dieu d’Israël, avait prononcée par son serviteur Jonas, le prophète, fils d’Amitthaï, de Gath-Hépher.

 

rétablit les limites d’Israël. Le plus grand succès de Jéroboam II fut l’extension du territoire d’Israël à la surface qui était la sienne à l’époque de Salomon, Juda mis à part. La frontière nord correspondait à l’entrée de Hamath (cf. #1R 8:65), et la limite sud à la « mer de la plaine », c’est-à-dire la mer Morte (#Jos 3:16 ; #Jos 12:3). Jéroboam II prit Hamath, une ville importante située sur l’Oronte, à environ 250 km au nord du lac de Galilée. Le fait qu’il contrôlait Damas indique que le territoire de la Transjordanie situé au sud de Moab devait aussi être sous son autorité. Jéroboam II put remporter ces victoires parce que les Syriens avaient perdu de leur puissance suite aux attaques de l’Assyrie, elle-même affaiblie, à cette époque, par les menaces venues du nord de son territoire, les dissensions internes et une sucession de rois sans envergure.

Jonas. L’expansion territoriale de Jéroboam II était conforme à la volonté divine; c’est ce que confirma le prophète Jonas, celui-là même qui fut chargé par Dieu de se rendre à Ninive avec un message de repentance pour les Assyriens.

Gath-Hépher. Ville située sur le territoire de Zabulon, à environ 23 km à l’ouest du lac de Galilée (#Jos 19:13).

 

14:25-27

La prophétie de Jonas reçoit une explication: l’Eternel avait personnellement été témoin des grandes souffrances endurées par tous (v. #2R 14:26), et il n’avait pas décrété la disparition définitive d’Israël (v. #2R 14:27). L’expression « effacer le nom …  de dessous les cieux » était synonyme d’une élimination totale, qui ne laissait ni traces ni souvenir (#De 9:14 ; #De 29:20). Ainsi, c’est par compassion que Dieu utilisa le règne de Jéroboam II pour délivrer son peuple affligé. Ce dernier ne manifesta toutefois aucune repentance, comme le montrent les livres d’Osée et d’Amos, en réponse à cette grâce.

 

26  Car l’Eternel vit l’affliction d’Israël à son comble et l’extrémité à laquelle se trouvaient réduits esclaves et hommes libres, sans qu’il y eût personne pour venir au secours d’Israël.

27  Or l’Eternel n’avait point résolu d’effacer le nom d’Israël de dessous les cieux, et il les délivra par Jéroboam, fils de Joas.

28  Le reste des actions de Jéroboam, tout ce qu’il a fait, ses exploits à la guerre, et comment il fit rentrer sous la puissance d’Israël Damas et Hamath qui avaient appartenu à Juda, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d’Israël ?

 

Sans faire preuve d’aucune consécration envers l’Eternel, Jéroboam parvint à pousser Israël au sommet de sa prospérité, grâce à sa puissance et à son habileté. C’était une prospérité telle que le pays n’en avait plus connu de pareille depuis le temps de Salomon, et le peuple s’appuya sur elle au lieu de compter sur Dieu. La bénédiction matérielle n’était pas un signe de la bénédiction divine, puisque les Israélites ne faisaient preuve d’aucun engagement envers l’Eternel.

 

29  Jéroboam se coucha avec ses pères, avec les rois d’Israël. Et Zacharie, son fils, régna à sa place.

 

REVENIR AU JOUR 326   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-326-de-929/

Allez au jour 328    www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-328-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/