ANCIEN TESTAMENT JOUR 330 DE 929

25/11/2019 00:31

ANCIEN TESTAMENT JOUR 330 DE 929

2 Rois 17 de 25

 

2 Rois 17 : 1 À 41

1 ¶  La douzième année d’Achaz, roi de Juda, Osée, fils d’Ela, régna sur Israël à Samarie. Il régna neuf ans.

 

douzième année. En 732 av. J.-C. Cette datation de l’accession au trône d’Osée repose sur des informations bibliques et extrabibliques. Elle implique qu’Achaz devint corégent de son père Jotham, qui était lui-même corégent de son père Azaria à cette époque, en 744 av. J.-C.

neuf ans. De 732 à 722 av. J.-C., en comptant l’année d’accession au trône. Osée fut fait prisonnier (v. #2R 17:4) durant le siège de Samarie par l’Assyrie, qui dura de 724 à 722 av. J.-C. (v. #2R 17:5).

 

2  Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, non pas toutefois comme les rois d’Israël qui avaient été avant lui.

 

Il fit ce qui est mal. Bien qu’Osée soit décrit comme un mauvais roi, il n’est pas dit qu’il ait encouragé les pratiques religieuses de Jéroboam Ier. Il y avait ainsi une légère amélioration par rapport aux rois d’Israël qui l’avaient précédé. Cependant, cette légère amélioration ne compensa pas les siècles de péchés commis par les rois d’Israël et ne lui permit pas d’échapper à un sort inéluctable.

 

3  Salmanasar, roi d’Assyrie, monta contre lui ; et Osée lui fut assujetti, et lui paya un tribut.

 

Salmanasar. Salmanasar V succéda à son père Tiglath-Piléser III à la tête de l’Assyrie, et il régna de 727 à 722 av. J.-C. Pendant le siège de Samarie, alors que les Assyriens commençaient à détruire et déporter le royaume du nord, Salmanasar V mourut, et il fut remplacé par Sargon II (voir #Esa 20:1) qui acheva le siège, s’empara de la ville, détruisit la nation d’Israël et exila ses habitants (v. #2R 17:6). Sargon II régna de 722 à 705 av. J.-C.

 

4  Mais le roi d’Assyrie découvrit une conspiration chez Osée, qui avait envoyé des messagers à So, roi d’Egypte, et qui ne payait plus annuellement le tribut au roi d’Assyrie. Le roi d’Assyrie le fit enfermer et enchaîner dans une prison.

 

So, roi d’Egypte. Au lieu de payer le tribut annuel qu’il devait, en tant que vassal, à l’Assyrie, Osée essaya de conclure un traité avec Osorkon IV (727 à 716 environ av. J.-C.), roi d’Egypte. L’idée était stupide, car l’Assyrie était puissante. Elle était aussi contraire à la volonté de Dieu, puisqu’il avait interdit toute alliance avec des chefs païens (cf. #De 7:2). Cette rébellion entraîna la destruction d’Israël (vv. #2R 17:5-6).

 

5  Et le roi d’Assyrie parcourut tout le pays, et monta contre Samarie, qu’il assiégea pendant trois ans.

 

Samarie, qu’il assiégea. Salmanasar V envahit Israël et conquit rapidement le pays en 724 av. J.-C. Il captura Osée, mais la capitale résista aux envahisseurs jusqu’en 722 av. J.-C. Comme toutes les villes importantes, elle avait un approvisionnement interne en eau et une bonne réserve de nourriture, ce qui lui permit de supporter trois ans de siège.

 

6  La neuvième année d’Osée, le roi d’Assyrie prit Samarie, et emmena Israël captif en Assyrie. Il les fit habiter à Chalach, et sur le Chabor, fleuve de Gozan, et dans les villes des Mèdes.

 

emmena Israël. La prise de Samarie marqua la fin du royaume du nord. D’après leurs propres textes, les Assyriens déportèrent 27 290 habitants d’Israël en des lieux éloignés. Le déplacement de populations était caractéristique de la politique assyrienne de cette époque. Les Israélites furent installés dans la région du Tigre et de l’Euphrate et ne retournèrent jamais dans le pays promis. « Chalach » était une ville située au nord-est de Ninive. Le « Chabor » était un affluent de l’Euphrate. Les « villes des Mèdes » se trouvaient au nord-est de Ninive. Quant à Samarie, elle fut repeuplée grâce à l’apport d’étrangers (v. #2R 17:24). Dieu accomplit ce qu’il avait annoncé en #De 28. Des Israélites furent emmenés plus à l’est encore, jusqu’à Suse, cadre de l’histoire d’Esther.

 

7 ¶  Cela arriva parce que les enfants d’Israël péchèrent contre l’Eternel, leur Dieu, qui les avait fait monter du pays d’Egypte, de dessous la main de Pharaon, roi d’Egypte, et parce qu’ils craignirent d’autres dieux.

 

craignirent d’autres dieux. L’adoration d’autres dieux était la principale raison de l’exil d’Israël. La crainte de l’Eternel amenait le peuple à écouter sa parole et à obéir à ses prescriptions et lois (#De 4:10 ; #De 5:29 ; #De 6:24), tandis que la crainte des divinités de Canaan l’amenait à obéir à leurs règles (v. #2R 17:8). La conséquence de cette obéissance aux faux dieux est rapportée aux vv. #2R 17:9-12, #2R 17:16-17.

 

17:7-23

Dans ces vv., l’auteur s’écarte de ses sources écrites pour livrer sa propre explication de l’exil d’Israël, explication qui concerne aussi le royaume de Juda, même s’il ne connut la déportation qu’entre 605/604 et 586 av. J.-C., et ce par l’intermédiaire des Babyloniens. Ses péchés étaient en effet les mêmes. Ce passage justifie en détail et de façon magistrale le traitement punitif infligé par Dieu à son peuple, certes aimé, mais rebelle et apostat. Au v. 7, il commence par déclarer que les Israélites avaient péché contre l’Eternel, celui-là même qui les avait délivrés de l’Egypte. Une grave perversion de son culte et une propension nationale à l’idolâtrie étaient finalement venues à bout de la patience divine. L’idolâtrie d’Israël est décrite aux vv. #2R 17:7-12. En réponse à ce comportement, l’Eternel avait envoyé ses prophètes dans les deux royaumes, avec un message appelant à la repentance (v. #2R 17:13). Cependant, le peuple n’avait pas réagi de façon appropriée parce que, comme ses ancêtres, il n’avait pas foi en l’Eternel (v. #2R 17:14). Le manque de foi avait entraîné la désobéissance aux commandements divins et une quête toujours plus intense de l’idolâtrie (vv. #2R 17:15-17). L’idolâtrie d’Israël (et de Juda) avait provoqué la colère de l’Eternel et, finalement, l’exil (v. #2R 17:18). La grande faute d’Israël et de Juda était d’avoir suivi les mauvaises voies de Jéroboam Ier en s’éloignant de l’Eternel et en pratiquant l’idolâtrie, ce qui avait amené, en guise de jugement, la captivité prédite par les prophètes (vv. #2R 17:19-23).

 

8  Ils suivirent les coutumes des nations que l’Eternel avait chassées devant les enfants d’Israël, et celles que les rois d’Israël avaient établies.

 

suivirent les coutumes des Nations.#Lé 18:3 ; #Lé 20:23 l’avait expressément interdit.

 

9  Les enfants d’Israël firent en secret contre l’Eternel, leur Dieu, des choses qui ne sont pas bien. Ils se bâtirent des hauts lieux dans toutes leurs villes, depuis les tours des gardes jusqu’aux villes fortes.

 

bâtirent des hauts lieux. En plus des péchés commis en privé (« en secret »), l’impiété et l’idolâtrie publiques des Israélites provoquèrent, elles aussi, le jugement divin. Ils n’utilisaient plus les hauts lieux pour adorer l’Eternel, comme c’était le cas avant la construction du temple; désobéissant de façon flagrante à #De 12:1-4, ils avaient même bâti de nouveaux autels, selon les modèles cananéens. Ces hauts lieux étaient présents partout, depuis les petites fortifications (les « tours des gardes »), jusqu’aux villes de garnison plus importantes ainsi que sur les collines boisées, accompagnés d’idoles représentant les faux dieux (v. #2R 17:10 ; cf. #De 16:21-22).

 

10  Ils se dressèrent des statues et des idoles sur toute colline élevée et sous tout arbre vert.

11  Et là ils brûlèrent des parfums sur tous les hauts lieux, comme les nations que l’Eternel avait chassées devant eux, et ils firent des choses mauvaises, par lesquelles ils irritèrent l’Eternel.

12  Ils servirent les idoles dont l’Eternel leur avait dit : Vous ne ferez pas cela.

13  L’Eternel fit avertir Israël et Juda par tous ses prophètes, par tous les voyants, et leur dit : Revenez de vos mauvaises voies, et observez mes commandements et mes ordonnances, en suivant entièrement la loi que j’ai prescrite à vos pères et que je vous ai envoyée par mes serviteurs les prophètes.

 

Revenez de vos mauvaises voies. Les prophètes avaient constamment appelé le peuple à la repentance (cf. #Jér 7:3, #Jér 7:5 ; #Jér 18:11 ; #Ez 33:11).

 

14  Mais ils n’écoutèrent point, et ils roidirent leur cou, comme leurs pères, qui n’avaient pas cru en l’Eternel, leur Dieu.

 

raidirent leur cou. La réponse avait été obstinément négative;  cf. #Ex 32:9 ; #Ex 33:3, #Ex 33:5 ; #Ex 34:9 ; #Ac 7:51).

 

15  Ils rejetèrent ses lois, l’alliance qu’il avait faite avec leurs pères, et les avertissements qu’il leur avait adressés. Ils allèrent après des choses de néant et ne furent eux-mêmes que néant, et après les nations qui les entouraient et que l’Eternel leur avait défendu d’imiter.

16  Ils abandonnèrent tous les commandements de l’Eternel, leur Dieu, ils se firent deux veaux en fonte, ils fabriquèrent des idoles d’Astarté, ils se prosternèrent devant toute l’armée des cieux, et ils servirent Baal.

 

deux veaux. Introduits par Jéroboam Ier (voir #1R 12:25-33).

idoles. Construites par Roboam (voir #1R 14:15, #1R 14:23).

l’armée des cieux. Dans le Proche-Orient ancien, le soleil, la lune et les étoiles étaient déifiés et adorés. Israël et Juda s’étaient mis à adorer les astres (#2R 21:5 ; #2R 23:4-5 ; #Ez 8:15-16 ; #Am 5:26), alors que la loi mosaïque l’interdisait (#De 4:19 ; #De 17:3).

 

17  Ils firent passer par le feu leurs fils et leurs filles, ils se livrèrent à la divination et aux enchantements, et ils se vendirent pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, afin de l’irriter.

 

passer par le feu. Le sacrifice des enfants faisait partie du culte rendu à Moloc, le dieu des Moabites (cf. #2R 3:27). Cette pratique abominable était condamnée dans l’A.T. (#Lé 18:21 ; #Lé 20:2-5 ; #De 18:10 ; #Jér 7:31 ; #Jér 19:5 ; #Jér 32:35).

divination …  enchantements. Esaïe avait annoncé le malheur que ces pratiques provoqueraient (#Esa 8:19-22).

 

18  Aussi l’Eternel s’est-il fortement irrité contre Israël, et les a-t-il éloignés de sa face. — Il n’est resté que la seule tribu de Juda.

19  Juda même n’avait pas gardé les commandements de l’Eternel, son Dieu, et ils avaient suivi les coutumes établies par Israël. — 

 

Juda avait suivi Israël dans le péché et la condamnation.

 

20  L’Eternel a rejeté toute la race d’Israël ; il les a humiliés, il les a livrés entre les mains des pillards, et il a fini par les chasser loin de sa face.

21  Car Israël s’était détaché de la maison de David, et ils avaient fait roi Jéroboam, fils de Nebath, qui les avait détournés de l’Eternel, et avait fait commettre à Israël un grand péché.

22  Les enfants d’Israël s’étaient livrés à tous les péchés que Jéroboam avait commis ; ils ne s’en détournèrent point,

 

péchés que Jéroboam. Les péchés de ce roi avaient amorcé un processus ininterrompu d’idolâtrie et d’injustice.

 

23  jusqu’à ce que l’Eternel eût chassé Israël loin de sa face, comme il l’avait annoncé par tous ses serviteurs les prophètes. Et Israël a été emmené captif loin de son pays en Assyrie, où il est resté jusqu’à ce jour.

 

où il est resté jusqu’à ce jour. Seuls quelques-uns des déportés israélites purent revenir dans le pays promis, contrairement à ceux de Juda qui revinrent en grand nombre.

 

24 ¶  Le roi d’Assyrie fit venir des gens de Babylone, de Cutha, d’Avva, de Hamath et de Sepharvaïm, et les établit dans les villes de Samarie à la place des enfants d’Israël. Ils prirent possession de Samarie, et ils habitèrent dans ses villes.

 

Samarie. Après avoir été conquises par les Assyriens, la région montagneuse centrale et la plaine côtière de l’ancien royaume du nord devinrent une province assyrienne. Celle-ci fut appelée « la Samarie », d’après le nom de la capitale (cf. vv. #2R 17:28-29). Le roi assyrien Sargon II installa, dans les villes israélites abandonnées, des populations étrangères en provenance de régions diverses et éloignées, aussi conquises par l’Assyrie. « Babylone » et « Cutha » se trouvaient au sud de la Mésopotamie, et « Hamath » le long de l’Oronte, en Syrie. L’emplacement d’« Avva » et de « Sepharvaïm » est incertain. Issus de mariages entre ces populations païennes et les Israélites qui avaient échappé à l’exil, les Samaritains allaient être détestés des Juifs du N.T. en raison de leur caractère mixte (cf. #Mt 10:5 ; #Jn 4:9.

 

25  Lorsqu’ils commencèrent à y habiter, ils ne craignaient pas l’Eternel, et l’Eternel envoya contre eux des lions qui les tuaient.

 

contre eux des lions. Les lions étaient parfois utilisés par Dieu comme instrument de punition (cf. #1R 13:24 ; #1R 20:36).

 

26  On dit au roi d’Assyrie : Les nations que tu as transportées et établies dans les villes de Samarie ne connaissent pas la manière de servir le dieu du pays, et il a envoyé contre elles des lions qui les font mourir, parce qu’elles ne connaissent pas la manière de servir le dieu du pays.

 

la manière de servir le dieu. Les nouveaux habitants interprétèrent la venue des lions comme une punition infligée par le Dieu d’Israël, et ils pensèrent devoir l’apaiser, comme ils le feraient pour d’autres divinités. Ignorant comment faire, ils demandèrent conseil à Sargon II.

 

27  Le roi d’Assyrie donna cet ordre : Faites-y aller l’un des prêtres que vous avez emmenés de là en captivité ; qu’il parte pour s’y établir, et qu’il leur enseigne la manière de servir le dieu du pays.

 

17:27-28

l’un des prêtres. En réponse à la demande des Samaritains, le roi assyrien ordonna à un sacrificateur israélite de retourner dans la région pour enseigner à ses nouveaux habitants quelles étaient les exigences du Dieu local en matière d’adoration.

 

28  Un des prêtres qui avaient été emmenés captifs de Samarie vint s’établir à Béthel, et leur enseigna comment ils devaient craindre l’Eternel.

29  Mais les nations firent chacune leurs dieux dans les villes qu’elles habitaient, et les placèrent dans les maisons des hauts lieux bâties par les Samaritains.

 

17:29-32

Quoiqu’elles aient appris à adorer l’Eternel de la bonne manière, ces populations le placèrent au même niveau que les autres dieux, dans une forme de syncrétisme qui était insultante pour le seul vrai Dieu vivant.

 

30  Les gens de Babylone firent Succoth-Benoth, les gens de Cuth firent Nergal, les gens de Hamath firent Aschima,

 

Succoth-Benoth. Littéralement « tentes des filles », terme qui désignait probablement une divinité adorée lors d’orgies sexuelles.

Nergal. Peut-être, le dieu assyrien de la guerre.

Aschima. Idole en forme de bouc chauve.

 

31  ceux d’Avva firent Nibchaz et Tharthak ; ceux de Sepharvaïm brûlaient leurs enfants par le feu en l’honneur d’Adrammélec et d’Anammélec, dieux de Sepharvaïm.

 

Nibchaz. Idole ressemblant à un chien.

Tharthak. Ane ou corps céleste (Saturne).

Adrammélec. Peut-être, Moloc, adoré sous la forme du soleil, d’un mulet ou d’un paon.

Anammélec. Idole ressemblant à un lapin ou à une chèvre.

 

32  Ils craignaient aussi l’Eternel, et ils se créèrent des prêtres des hauts lieux pris parmi tout le peuple : ces prêtres offraient pour eux des sacrifices dans les maisons des hauts lieux.

33  Ainsi ils craignaient l’Eternel, et ils servaient en même temps leurs dieux d’après la coutume des nations d’où on les avait transportés.

 

servaient en même temps leurs dieux. La religion des Samaritains était caractérisée par le syncrétisme; elle alliait les éléments du culte de l’Eternel aux pratiques païennes de ces nouveaux habitants.

 

34  Ils suivent encore aujourd’hui leurs premiers usages : ils ne craignent point l’Eternel, et ils ne se conforment ni à leurs lois et à leurs ordonnances, ni à la loi et aux commandements prescrits par l’Eternel aux enfants de Jacob qu’il appela du nom d’Israël.

 

17:34-41

Après avoir expliqué la naissance des Samaritains et de leur religion (vv. #2R 17:24-33), l’auteur des Rois montre comment ce syncrétisme s’était transmis de génération en génération, jusqu’à son époque (cf. v. #2R 17:41 ; pendant l’exil babylonien). Fondamentalement, la religion des Samaritains ne différait pas de celle instaurée par Jéroboam Ier.

 

35  L’Eternel avait fait alliance avec eux, et leur avait donné cet ordre : Vous ne craindrez point d’autres dieux ; vous ne vous prosternerez point devant eux, vous ne les servirez point, et vous ne leur offrirez point de sacrifices.

36  Mais vous craindrez l’Eternel, qui vous a fait monter du pays d’Egypte avec une grande puissance et à bras étendu ; c’est devant lui que vous vous prosternerez, et c’est à lui que vous offrirez des sacrifices.

37  Vous observerez et mettrez toujours en pratique les préceptes, les ordonnances, la loi et les commandements, qu’il a écrits pour vous, et vous ne craindrez point d’autres dieux.

38  Vous n’oublierez pas l’alliance que j’ai faite avec vous, et vous ne craindrez point d’autres dieux.

39  Mais vous craindrez l’Eternel, votre Dieu ; et il vous délivrera de la main de tous vos ennemis.

40  Et ils n’ont point obéi, et ils ont suivi leurs premiers usages.

41  Ces nations craignaient l’Eternel et servaient leurs images ; et leurs enfants et les enfants de leurs enfants font jusqu’à ce jour ce que leurs pères ont fait.

 

REVENIR AU JOUR 329   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-329-de-929/

Allez au jour 331    www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-331-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/