ANCIEN TESTAMENT JOUR 412 DE 929

15/02/2020 00:33

ANCIEN TESTAMENT JOUR 412 DE 929

Esdras 9 de 10

 

Esdras 9 : 1 À 15

1 ¶  Après que cela fut terminé, les chefs s’approchèrent de moi, en disant : Le peuple d’Israël, les sacrificateurs et les Lévites ne se sont point séparés des peuples de ces pays, et ils imitent leurs abominations, celles des Cananéens, des Héthiens, des Phéréziens, des Jébusiens, des Ammonites, des Moabites, des Egyptiens et des Amoréens.

 

Après que cela fut terminé. Allusion à l’achèvement des différentes responsabilités et tâches qui avaient été confiées à Esdras.

sacrificateurs …  Lévites. Comme c’était déjà le cas avant les déportations assyrienne et babylonienne, les chefs spirituels avaient autant péché que le peuple (cf. #Esa 24:2 ; #Jér 5:30-31 ; #Jér 6:13-15 ; #Os 4:9 ; #Mal 2:1-9 ; #2Ti 4:2-4).

abominations. La séparation d’avec les autres nations visait à garder le peuple de Dieu pur. A son arrivée en Canaan, Israël avait été averti qu’il ne devait pas conclure d’alliances avec les autres nations, car elles déboucheraient sur des mariages mixtes et, inévitablement, sur l’adoration de dieux étrangers (#Ex 34:10-17 ; #De 7:1-5). C’était la violation continuelle de ce commandement qui avait, en grande partie, été la cause de l’exil. Esdras découvrit que, à peine de retour de captivité, le peuple désobéissait à nouveau, et il exigea une repentance immédiate. Néhémie (#Né 13:23-27) et Malachie (#Mal 2:14-16) furent aussi confrontés à ce péché. Il paraît incompréhensible que les Israélites aient pu si rapidement s’engager de nouveau sur la voie désastreuse de l’idolâtrie. Ni la colère de Dieu durant l’exil à Babylone ni la grâce dont il avait fait preuve en permettant leur retour n’avaient suffi pour les empêcher de faillir à nouveau.

Cananéens …  Amoréens. Les peuples cananéens qui devaient être tués ou vaincus commettaient les pires des péchés (cf. #Ge 15:16 ; #Lé 18:24-25). En tant que juge, Dieu est en droit de traiter le cas de tous les hommes, que ce soit à la fin des temps (#Ap 20:11-15) ou à un autre moment, selon ce qu’il juge nécessaire pour parvenir à ses objectifs. En fait, la véritable question n’est pas de savoir pourquoi il a choisi de détruire ces peuples, mais pourquoi il les a laissés vivre si longtemps et pourquoi tous les pécheurs ne sont pas exterminés plus tôt. Si les hommes pécheurs peuvent subsister, c’est seulement du fait de la grâce divine (cf. #Ge 2:17 ; #Ez 18:20 ; #Ro 6:23).

2  Car ils ont pris de leurs filles pour eux et pour leurs fils, et ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ; et les chefs et les magistrats ont été les premiers à commettre ce péché.

 

race sainte. C’est-à-dire la descendance d’Abraham, que Dieu avait mise à part (cf. #Ge 13:15-16 ; #Ge 17:4-14). Elle ne devait pas se mélanger à d’autres nations, pour ne pas violer l’alliance de Dieu (cf. #De 7:2-3). Les mariages avec des femmes païennes introduiraient à coup sûr l’idolâtrie dans la génération suivante, et c’est ce qui explique la vive réaction d’Esdras.

 

3  Lorsque j’entendis cela, je déchirai mes vêtements et mon manteau, je m’arrachai les cheveux de la tête et les poils de la barbe, et je m’assis désolé.

 

déchirai …  arrachai …  assis. Esdras exprima sa douleur et son trouble en découvrant ce péché (cf. #2Ch 34:27). Il souffrait de voir le peuple retourner à ses anciennes voies et risquer de provoquer un nouveau jugement.

 

4  Auprès de moi s’assemblèrent tous ceux que faisaient trembler les paroles du Dieu d’Israël, à cause du péché des fils de la captivité ; et moi, je restai assis et désolé, jusqu’à l’offrande du soir.

 

trembler les paroles. Contrairement à ceux qui avaient épousé des femmes païennes, ceux-ci considéraient les mariages mixtes comme une abomination. Dans la crainte du jugement de Dieu (cf. #Esa 66:2, #Esa 66:5), ils s’assirent avec Esdras jusqu’à ce que le peuple soit rassemblé pour l’offrande du soir. Il y eut sûrement un moment de prière et de confession publiques, puisque Esdras jeûna, pleura et pria (v. #Esd 9:5) afin d’amener les chefs et le peuple à la repentance.

 

5 ¶  Puis, au moment de l’offrande du soir, je me levai du sein de mon humiliation, avec mes vêtements et mon manteau déchirés, je tombai à genoux, j’étendis les mains vers l’Eternel, mon Dieu,

 

9:5-15

La prière sacerdotale d’Esdras, prière d’intercession et de confession, ressemble à celle de Daniel (#Da 9:1-20) et de Néhémie (#Né 1:4-11) en ce qu’il s’identifie au péché du peuple sans y avoir activement participé. L’emploi de « nous » et « nos » prouve qu’il avait compris que le péché de quelques-uns suffisait pour contaminer le reste.

 

6  et je dis : Mon Dieu, je suis dans la confusion, et j’ai honte, ô mon Dieu, de lever ma face vers toi ; car nos iniquités se sont multipliées par-dessus nos têtes, et nos fautes ont atteint jusqu’aux cieux.

7  Depuis les jours de nos pères nous avons été grandement coupables jusqu’à ce jour, et c’est à cause de nos iniquités que nous avons été livrés, nous, nos rois et nos sacrificateurs, aux mains des rois étrangers, à l’épée, à la captivité, au pillage, et à la honte qui couvre aujourd’hui notre visage.

8  Et cependant l’Eternel, notre Dieu, vient de nous faire grâce en nous laissant quelques réchappés et en nous accordant un abri dans son saint lieu, afin d’éclaircir nos yeux et de nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude.

 

un abri dans son saint lieu. Figure de rhétorique pour indiquer la permanence et l’éminence.

9:8-9

grâce …  bienveillance. Dieu était resté fidèle à son caractère et à son alliance (cf. #La 3:22-23) en restaurant Israël, Jérusalem et le temple.

 

9  Car nous sommes esclaves, mais Dieu ne nous a pas abandonnés dans notre servitude. Il nous a rendus les objets de la bienveillance des rois de Perse, pour nous conserver la vie afin que nous puissions bâtir la maison de notre Dieu et en relever les ruines, et pour nous donner une retraite en Juda et à Jérusalem.

 

une retraite. Quand les Juifs étaient dispersés dans tout le Croissant fertile, ils étaient vulnérables. Rassemblés en Juda, avec Dieu comme protecteur, ils se sentaient en sécurité. Le terme de « retraite » peut renvoyer à la reconstruction à venir des murailles de Jérusalem, mais il désigne plus largement la protection assurée par Dieu.

 

10  Maintenant, que dirons-nous après cela, ô notre Dieu ? Car nous avons abandonné tes commandements,

 

9:10-12

tes commandements. Il ne s’agit pas d’une citation d’un texte particulier de l’Ecriture, mais plutôt d’un résumé des commandements de Dieu sur le sujet (cf. #Ex 34:15-17 ; #De 7:1-6).

 

11  que tu nous avais prescrits par tes serviteurs les prophètes, en disant : Le pays dans lequel vous entrez pour le posséder est un pays souillé par les impuretés des peuples de ces contrées, par les abominations dont ils l’ont rempli d’un bout à l’autre avec leurs impuretés ;

12  ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne prenez point leurs filles pour vos fils, et n’ayez jamais souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, et ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils.

13  Après tout ce qui nous est arrivé à cause des mauvaises actions et des grandes fautes que nous avons commises, quoique tu ne nous aies pas, ô notre Dieu, punis en proportion de nos iniquités, et maintenant que tu nous as conservé ces réchappés,

 

9:13-14

Comparer avec une situation identique, au cours de l’exode, où les Israélites s’étaient adonnés à l’idolâtrie et à l’immoralité sous la conduite d’Aaron, qui dut ensuite affronter Moïse (#Ex 32:1-35).

 

14  recommencerions-nous à violer tes commandements et à nous allier avec ces peuples abominables ? Ta colère n’éclaterait-elle pas encore contre nous jusqu’à nous détruire, sans laisser ni reste ni réchappés ?

 

ni reste. Esdras craignait que ce péché ne provoque le jugement final de Dieu et l’abrogation de ses alliances inconditionnelles. Dieu jugera effectivement le péché, mais la venue du Messie et l’enseignement de Paul sur la fidélité de Dieu à ses promesses (#Ro 9:1-11:2 certifient qu’Israël est le peuple élu, la nation bien-aimée de Dieu, et que son appel est irrévocable (#Ro 11:25-29).

 

15  Eternel, Dieu d’Israël, tu es juste, car nous sommes aujourd’hui un reste de réchappés. Nous voici devant toi comme des coupables, et nous ne saurions ainsi subsister devant ta face.

 

subsister devant ta face. Tous reconnus coupables, ils n’avaient pas le droit de se tenir dans la présence de Dieu. Ils vinrent pourtant, dans un esprit de repentance, chercher la grâce du pardon.

 

 

REVENIR AU JOUR 411  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-411-de-929/ 

Allez au jour 413   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-413-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/