ANCIEN TESTAMENT JOUR 438 DE 929

12/03/2020 00:07

ANCIEN TESTAMENT JOUR 438 DE 929

Job 2 de 42

 

Job 2 : 1 À 13

1 ¶  Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux se présenter devant l’Eternel.

 

2:1-3a

La scène a de nouveau pour cadre la cour céleste. Les anges se présentèrent devant Dieu, en compagnie de Satan qui venait de chercher de nouvelles cibles sur la terre.

 

2  L’Eternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Eternel : De parcourir la terre et de m’y promener.

3  L’Eternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m’excites à le perdre sans motif.

 

Il demeure ferme. L’Eternel déclarait ainsi que Job venait de remporter le premier round.

sans motif. Dieu employa la même expression (en hébreu) que celle utilisée par Satan en #Job 1:9 (traduite « d’une manière désintéressée »). Il déclarait ainsi que le coupable était l’adversaire, non Job, qui avait enduré toutes ces catastrophes sans aucun motif; il n’avait rien fait pour mériter un tel chagrin ni de telles pertes. Toute cette affaire n’était due qu’à un conflit entre Dieu et Satan. L’affirmation est d’une importance cruciale, car lorsque les amis de Job se mettront en demeure de lui expliquer les raisons de son malheur, ils lui en attribueront toujours la responsabilité. Il est essentiel, pour comprendre son histoire, de prendre conscience que son malheur ne correspondait pas à un châtiment et qu’il souffrait pour une raison qui n’avait rien à voir avec lui personnellement. La souffrance peut servir des objectifs divins qui nous échappent.

 

4  Et Satan répondit à l’Eternel: Peau pour peau ! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie.

 

Peau pour peau! Satan soutint qu’il n’avait pu infliger à Job que des écorchures superficielles. Certes, il avait perdu tout ce qu’il possédait, y compris ses enfants, mais il ne supporterait pas de perdre son propre bien-être. L’adversaire prétendit que, s’il pouvait l’atteindre dans sa personne, dans son corps, sa foi n’y résisterait pas.

 

5  Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu’il te maudit en face.

6  L’Eternel dit à Satan : Voici, je te le livre : seulement, épargne sa vie.

 

épargne sa vie. Dans sa souveraineté, l’Eternel assigna cette limite à l’action de l’adversaire, alors même que la mort serait préférable aux yeux de Job (cf. #Job 7:15) et de son épouse (v. #Job 2:9).

 

7 ¶  Et Satan se retira de devant la face de l’Eternel. Puis il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante du pied jusqu’au sommet de la tête.

 

Puis il frappa Job. Ce cas de figure semble exceptionnel, sans réel parallèle dans le reste de l’Ecriture. En effet, dans les Evangiles, les démons provoquent des problèmes physiques lorsqu’ils s’emparent d’une personne (cf. #Lu 13:11, #Lu 13:16), mais ce n’est pas ce qui se passe ici. La volonté permissive de Dieu visait des objectifs que Job ne pouvait connaître; de plus, il lui resta lui-même caché, autant que les raisons de ses souffrances.

d’un ulcère malin. Il est impossible de diagnostiquer précisément le mal qui affligea Job, mais le fait est qu’il lui provoqua des douleurs physiques abominables (cf. v. #Job 2:13 ; #Job 3:24 ; #Job 7:5, #Job 7:14 ; #Job 13:28 ; #Job 16:8 ; #Job 19:17 ; #Job 30:17, #Job 30:30 ; #Job 33:21). Pour comprendre la manière dont il s’exprime à travers tout le livre, il faut considérer la souffrance physique extraordinaire qui s’abattit soudainement sur lui, sans médicaments ni autres possibilités de soulager la douleur. Ses ulcères devaient ressembler à ceux dont furent affligés les Egyptiens (#Ex 9:8-11) et Ezéchias (#2R 20:7).

 

8  Et Job prit un tesson pour se gratter et s’assit sur la cendre.

 

tesson …  cendre. Dans de terribles souffrances, Job se rendit à l’endroit réservé aux lépreux: le tas de cendres qui se trouvait en dehors de la ville, où il gratta ses plaies avec un bout de faïence cassée, peut-être dans le but de les ouvrir pour en libérer le pus.

 

9  Sa femme lui dit : Tu demeures ferme dans ton intégrité ! Maudis Dieu, et meurs !

 

ton intégrité. La foi de Job restait forte malgré la confusion, si bien que son épouse (à l’inverse de Satan) ne pouvait l’accuser d’un manque de sincérité. Son argument était en substance le suivant: en renonçant à sa piété et en maudissant Dieu, Job recevrait la punition divine contre le blasphème, c’est-à-dire la mort, ce qui valait de toute façon mieux que de continuer à vivre dans de telles conditions. En lui conseillant ainsi de pécher, elle ajoutait la tentation à la souffrance.

 

10  Mais Job lui répondit : Tu parles comme une femme insensée. Quoi ! nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal ! En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres.

 

insensée. Le terme ne désignait pas une personne stupide ou ridicule, mais quelqu’un qui rejetait Dieu ou sa volonté révélée. Le terme est employé dans les Psaumes (#Ps 14:1 ; #Ps 53:2) et dans les Proverbes (#Pr 30:22). L’épouse de Job n’est plus mentionnée et n’apparaît plus dans le livre, excepté indirectement en #Job 42:13-15.

ne recevrions pas aussi. Job vivait dans sa chair le texte de #De 29:29. Ses paroles et ses actes démontrèrent sa confiance en Dieu, confirmant ainsi que Dieu avait eu raison d’affirmer sa confiance en lui.

 

11 ¶  Trois amis de Job, Eliphaz de Théman, Bildad de Schuach, et Tsophar de Naama, apprirent tous les malheurs qui lui étaient arrivés. Ils se concertèrent et partirent de chez eux pour aller le plaindre et le consoler !

 

Théman. Probablement une ville édomite (cf. #Ge 36:4, #Ge 36:11 ; #Jér 49:7, #Jér 49:20 ; #Ez 25:13 ; #Am 1:12 ; #Ab 8-9).

Schuach. Les Schuachites descendaient d’Abraham par Ketura (#Ge 25:2, #Ge 25:6).

Naama. Localité inconnue, probablement en Edom ou en Arabie, même si certains l’assimilent à la ville qui se trouvait près de la frontière édomite (cf. #Jos 15:41).

2:11-13

Ces vv. relatent l’une des scènes les plus touchantes du récit: l’arrivée des amis de Job, venus le consoler et compatir à sa douleur. Ils lui manifestèrent toutes les marques traditionnelles de chagrin.

 

12  Ayant de loin porté les regards sur lui, ils ne le reconnurent pas, et ils élevèrent la voix et pleurèrent. Ils déchirèrent leurs manteaux, et ils jetèrent de la poussière en l’air au-dessus de leur tête.

13  Et ils se tinrent assis à terre auprès de lui sept jours et sept nuits, sans lui dire une parole, car ils voyaient combien sa douleur était grande.

 

sa douleur était grande. L’hébreu peut signifier que la maladie de Job provoquait des douleurs grandissantes. Le spectacle était tel qu’il laissa ses amis sans voix pendant toute une semaine.

 

 

REVENIR AU JOUR 437   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-437-de-929/

Allez au jour 439   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-439-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/