ANCIEN TESTAMENT JOUR 439 DE 929

13/03/2020 00:29

ANCIEN TESTAMENT JOUR 439 DE 929

Job 3 de 42

 

Job 3 : 1 À 26

1 ¶  Après cela, Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa naissance.

 

maudit le jour de sa naissance. La douleur et le désespoir de Job étaient immenses. Dieu permettait de telles souffrances que, s’il ne le maudit pas directement (cf. #Job 2:8), il maudit le jour de sa naissance (vv. #Job 3:10-11). Il souhaitait n’avoir jamais été conçu (v. #Job 3:3) ou n’être jamais né, parce que les joies de la vie ne compensaient pas la souffrance. Il pensait qu’il valait mieux n’avoir jamais vécu que de souffrir comme cela, n’avoir jamais connu la richesse que de la perdre, et ne jamais avoir eu d’enfants que de les voir tous morts. Il préférait que le jour de sa naissance soit oublié et regrettait qu’il n’ait pas été effacé du calendrier (vv. #Job 3:4-7).

3:1-42:6 Toute cette partie est poétique. Composée de discours, à l’instar d’une pièce de théâtre, elle relate les tentatives de comprendre les souffrances de Job.

3:1-37:24 Cette section contient les divers cycles d’échanges entre Job et ses amis, tous pleins de bonnes intentions, Elihu inclus.

3:1-14:22 Premier cycle de discours tenus par Job et ses trois amis. Ce fut Job qui, par une lamentation, mit un terme à cette semaine de silence (#Job 3:1-26).

3:1-10 Job ouvrit son discours en maudissant le jour de sa naissance, normalement synonyme de grandes réjouissances, et en appelant de ses vœux le moment où il mourrait enfin. Il affirmait en substance qu’il aurait préféré n’être pas né. Voir ses autres discours en 3; 6-7; 9-10; 12-14; 16-17; 19; 21; 23-24; 26-31; 39:36-38; 42:1-6.

 

2  Il prit la parole et dit:

3  Périsse le jour où je suis né, Et la nuit qui dit : Un enfant mâle est conçu !

4  Ce jour ! qu’il se change en ténèbres, Que Dieu n’en ait point souci dans le ciel, Et que la lumière ne rayonne plus sur lui !

5  Que l’obscurité et l’ombre de la mort s’en emparent, Que des nuées établissent leur demeure au-dessus de lui, Et que de noirs phénomènes l’épouvantent !

6  Cette nuit ! que les ténèbres en fassent leur proie, Qu’elle disparaisse de l’année, Qu’elle ne soit plus comptée parmi les mois !

7  Que cette nuit devienne stérile, Que l’allégresse en soit bannie !

8  Qu’elle soit maudite par ceux qui maudissent les jours, Par ceux qui savent exciter le léviathan !

 

ceux qui maudissent …  léviathan. Allusion aux personnes capables de prononcer les pires malédictions, puissantes au point de réveiller le monstre marin destructeur cf. #Ps 74:14 ; #Ps 104:26 ; #Esa 27:1).

 

9  Que les étoiles de son crépuscule s’obscurcissent, Qu’elle attende en vain la lumière, Et qu’elle ne voie point les paupières de l’aurore !

10  Car elle n’a pas fermé le sein qui me conçut, Ni dérobé la souffrance à mes regards.

11 ¶  Pourquoi ne suis-je pas mort dans le ventre de ma mère ? Pourquoi n’ai-je pas expiré au sortir de ses entrailles ?

 

3:11-26

Job passe du regret d’être né (vv. #Job 3:1-10) à celui de ne pas avoir été un mort-né (vv. #Job 3:11-19), puis au désir de mourir (vv. #Job 3:20-23). On ne peut le soupçonner d’avoir cherché à attenter à sa propre vie, puisqu’il avait tout loisir de le faire. Il faisait encore confiance à Dieu et à sa main souveraine, mais il examina dans quelle mesure la mort pourrait apporter une amélioration à sa situation présente, étant donné la douleur qu’il endurait.

 

 Scénario de Job

1. Job #Job 3 ; #Job 6:1-7:2 ; #Job 9:1-10:2 ; #Job 12:1-14:2 ; #Job 16:1-17:2 ; #Job 19 ; #Job 21 ; #Job 23:1-24:2 ; #Job 26:1-31:2 ; #Job 40:3-5 ; #Job 42:1-6

2. Eliphaz #Job 4:1-5:2 ; #Job 15 ; #Job 22

3. Bildad #Job 8 ; #Job 18 ; #Job 25

4. Tsophar #Job 11 ; #Job 20

5. Elihu #Job 32:1-37:2

6. Dieu #Job 38:1-40:2 ; #Job 40:6-41:34

 

 

12  Pourquoi ai-je trouvé des genoux pour me recevoir, Et des mamelles pour m’allaiter ?

13  Je serais couché maintenant, je serais tranquille, Je dormirais, je reposerais,

14  Avec les rois et les grands de la terre, Qui se bâtirent des mausolées,

15  Avec les princes qui avaient de l’or, Et qui remplirent d’argent leurs demeures.

16  Ou je n’existerais pas, je serais comme un avorton caché, Comme des enfants qui n’ont pas vu la lumière.

17  Là ne s’agitent plus les méchants, Et là se reposent ceux qui sont fatigués et sans force ;

18  Les captifs sont tous en paix, Ils n’entendent pas la voix de l’oppresseur ;

19  Le petit et le grand sont là, Et l’esclave n’est plus soumis à son maître.

20 ¶  Pourquoi donne-t-il la lumière à celui qui souffre, Et la vie à ceux qui ont l’amertume dans l’âme,

21  Qui espèrent en vain la mort, Et qui la convoitent plus qu’un trésor,

22  Qui seraient transportés de joie Et saisis d’allégresse, s’ils trouvaient le tombeau ?

23  A l’homme qui ne sait où aller, Et que Dieu cerne de toutes parts ?

 

cerne. Satan avait parlé de la présence divine comme une haie de protection et de bénédiction (#Job 1:10), alors que Job la percevait plutôt comme une prison pour mort-vivant.

 

24  Mes soupirs sont ma nourriture, Et mes cris se répandent comme l’eau.

 

Mes soupirs …  mes cris. La douleur le privait de tout appétit.

 

25  Ce que je crains, c’est ce qui m’arrive ; Ce que je redoute, c’est ce qui m’atteint.

 

3:25-26

Ce que je crains. Job ne désignait pas ainsi quelque chose de particulier, mais la souffrance de manière générale. Les pires choses que l’on pouvait redouter devenaient réalité dans sa vie, ce qui augmentait son angoisse et ses craintes.

 

26  Je n’ai ni tranquillité, ni paix, ni repos, Et le trouble s’est emparé de moi.

 

REVENIR AU JOUR 438   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-438-de-929/

Allez au jour 440   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-440-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/