ANCIEN TESTAMENT JOUR 447 DE 929

21/03/2020 00:29

ANCIEN TESTAMENT JOUR 447 DE 929

Job 11 de 42

 

Job 11 : 1 À 20

1 ¶  Tsophar de Naama prit la parole et dit:

 

11:1-20

Ce fut ensuite au tour de Tsophar le Naamite d’adresser à Job une autre série de questions. Elles étaient de la même veine que celles de ses amis, et il choisit de lui opposer la même conception de la rétribution. Il lui répéta donc, dans son ignorance de la réalité, qu’il devait se repentir, et il lui exprima sa propre indignation devant son obstination à protester de son innocence. Voir le ch. #Job 20 pour son autre discours.

 

2  Cette multitude de paroles ne trouvera-t-elle point de réponse, Et suffira-t-il d’être un discoureur pour avoir raison ? 

 

11:2-3

suffira-t-il d’être un discoureur pour avoir raison. Les accusations passèrent, avec Tsophar, à un niveau supérieur: Job n’était plus seulement un coupable non repentant, mais aussi un vain discoureur. Sa longue tentative de prouver son innocence et l’apparente injustice de Dieu était perçue comme un péché condamnable.

 

3  Tes vains propos feront-ils taire les gens ? Te moqueras-tu, sans que personne te confonde ?

4  Tu dis : Ma manière de voir est juste, Et je suis pur à tes yeux.

 

suis pur à tes yeux. Job n’avait jamais prétendu être sans péché; il reconnaissait au contraire ses torts (#Job 7:21 ; #Job 13:26). En revanche, il persistait à s’affirmer innocent d’une transgression grave ou d’un refus de se repentir, clamant son intégrité et sa sincérité d’homme de foi obéissant à Dieu. Cette prétention rendit Tsophar furieux, et il souhaita que Dieu lui-même confirme les accusations portées contre Job par ses amis (v. #Job 11:5).

 

5  Oh ! si Dieu voulait parler, S’il ouvrait les lèvres pour te répondre,

6  Et s’il te révélait les secrets de sa sagesse, De son immense sagesse, Tu verrais alors qu’il ne te traite pas selon ton iniquité.

 

secrets de sa sagesse. Job aurait fait preuve d’une bien plus grande sagesse s’il avait connu les secrets de Dieu. La scène qui s’était déroulée dans le ciel entre Dieu et Satan aurait clarifié toute la situation, mais il ne pouvait être au courant de la sagesse secrète de Dieu (vv. #Job 11:7-9). Tsophar aurait pu appliquer cette vérité à lui-même: si la sagesse de Dieu était profonde, haute, longue et large, comment un homme tel que lui pouvait-il prétendre la comprendre parfaitement et avoir réponse à tout? A l’instar de ses amis, Tsophar s’imaginait comprendre Dieu. Il recourut au même principe qu’eux  celui selon lequel on récolte ce que l’on sème - pour lancer contre Job de nouvelles accusations. Il le présenta comme un homme méchant (vv. #Job 11:10-11) qui se croyait sage, alors qu’en fait il ne maîtrisait rien du tout, comme le « petit d’un âne sauvage » (v. #Job 11:12).

 

7 ¶  Prétends-tu sonder les pensées de Dieu, Parvenir à la connaissance parfaite du Tout-Puissant ?

8  Elle est aussi haute que les cieux : que feras-tu ? Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu ?

9  La mesure en est plus longue que la terre, Elle est plus large que la mer.

10  S’il passe, s’il saisit, S’il traîne à son tribunal, qui s’y opposera ?

11  Car il connaît les vicieux, Il voit facilement les coupables.

 

11:13-14

Tsophar fixa pour Job un processus de repentance en quatre étapes:

1° attacher son cœur à Dieu;

2° prier pour implorer le pardon divin;

3° rejeter le péché;

4° n’autoriser aucun péché chez lui.

Si Job consentait à faire cela, il serait béni (vv. #Job 11:15-19); si, en revanche, il ne se repentait pas, il mourrait (v. #Job 11:20). Tsophar avait raison de rappeler qu’une vie de foi a pour fondements la repentance et l’obéissance. Il est aussi vrai que Dieu bénit son peuple en lui apportant l’espérance, la sécurité et la paix. Mais, comme ses amis, il avait le tort de ne pas comprendre que Dieu peut permettre des souffrances imprévisibles et apparemment injustes pour des raisons qui nous restent inconnues. Il se trompait en supposant que la solution au problème de Job résidait dans la repentance.

11:13-20

Tsophar commença cette section en s’adressant directement à Job (« Pour toi ») et la conclut en recourant à une expression proverbiale (« les yeux des méchants … »). Il évitait ainsi de traiter en face son ami de méchant, mais son accusation indirecte n’en avait que plus de force. Il conclut en affirmant à Job que son péché lui vaudrait la mort.

 

12  L’homme, au contraire, a l’intelligence d’un fou, Il est né comme le petit d’un âne sauvage.

13 ¶  Pour toi, dirige ton cœur vers Dieu, Etends vers lui tes mains,

14  Eloigne-toi de l’iniquité, Et ne laisse pas habiter l’injustice sous ta tente.

15  Alors tu lèveras ton front sans tache, Tu seras ferme et sans crainte ;

16  Tu oublieras tes souffrances, Tu t’en souviendras comme des eaux écoulées.

17  Tes jours auront plus d’éclat que le soleil à son midi, Tes ténèbres seront comme la lumière du matin,

18  Tu seras plein de confiance, et ton attente ne sera plus vaine ; Tu regarderas autour de toi, et tu reposeras en sûreté.

19  Tu te coucheras sans que personne ne te trouble, Et plusieurs caresseront ton visage.

20  Mais les yeux des méchants seront consumés ; Pour eux point de refuge ; La mort, voilà leur espérance !

 

REVENIR AU JOUR 446   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-446-de-929/

Allez au jour 448   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-448-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/