ANCIEN TESTAMENT JOUR 451 DE 929

25/03/2020 00:57

ANCIEN TESTAMENT JOUR 451 DE 929

Job 15 de 42

 

Job 15 : 1 À 35

1 ¶  Eliphaz de Théman prit la parole et dit:

 

15:1-6

Eliphaz commença par accuser Job d’avoir péché en adressant ses plaintes à Dieu. Il considérait que son ami s’était rendu coupable de paroles oiseuses au lieu de démontrer une saine crainte de Dieu et de faire de justes prières (v. #Job 15:4). Il considérait même ses prières comme marquées par le péché (vv. #Job 15:5-6).

15:1-35

Retour d’Eliphaz, pour une deuxième intervention (voir les ch. #Job 4:1-5:2).

15:1-21:34

Deuxième cycle de discours. La résistance que Job opposait à leur point de vue et ses divers appels fournirent à ses amis un regain d’énergie pour le contredire.

 

2  Le sage répond-il par un vain savoir ? Se gonfle-t-il la poitrine du vent d’orient ?

3  Est-ce par d’inutiles propos qu’il se défend ? Est-ce par des discours qui ne servent à rien ?

4  Toi, tu détruis même la crainte de Dieu, Tu anéantis tout mouvement de piété devant Dieu.

5  Ton iniquité dirige ta bouche, Et tu prends le langage des hommes rusés.

6  Ce n’est pas moi, c’est ta bouche qui te condamne. Ce sont tes lèvres qui déposent contre toi.

7  Es-tu né le premier des hommes ? As-tu été enfanté avant les collines ?

15:7-13

Eliphaz condamna Job pour avoir rejeté la sagesse conventionnelle, donnant ainsi l’impression qu’il se croyait plus perspicace que tout le monde (vv. #Job 15:7-9) et qu’il se sentait autorisé à faire fi de la sagesse des anciens (v. #Job 15:10) et de la bonté de Dieu (v. #Job 15:11).

 

8  As-tu reçu les confidences de Dieu ? As-tu dérobé la sagesse à ton profit ?

9  Que sais-tu que nous ne sachions pas ? Quelle connaissance as-tu que nous n’ayons pas ?

10  Il y a parmi nous des cheveux blancs, des vieillards, Plus riches de jours que ton père.

11  Tiens-tu pour peu de chose les consolations de Dieu, Et les paroles qui doucement se font entendre à toi ? … 

12  Où ton cœur t’entraîne-t-il, Et que signifie ce roulement de tes yeux ?

13  Quoi ! c’est contre Dieu que tu tournes ta colère Et que ta bouche exhale de pareils discours !

14  Qu’est-ce que l’homme, pour qu’il soit pur ? Celui qui est né de la femme peut-il être juste ?

 

15:14-16

Affirmation vigoureuse de la nature pécheresse de l’homme (cf. #Ro 3:23), qui visait à contredire les prétentions de Job à la justice. Le v. 15 fait allusion aux anges déchus (« saints ») qui avaient communiqué leur impureté au monde spirituel (cf. #Ap 12:1-4). Il est exact que tous les hommes sont pécheurs, mais cet argument n’avait aucun sens dans le cas de Job, puisque ses souffrances n’avaient rien à voir avec le péché.

 

15  Si Dieu n’a pas confiance en ses saints, Si les cieux ne sont pas purs devant lui,

16  Combien moins l’être abominable et pervers, L’homme qui boit l’iniquité comme l’eau !

17 ¶  Je vais te parler, écoute-moi ! Je raconterai ce que j’ai vu,

 

15:17-35

Toujours dans la même perspective, Eliphaz accusa Job d’avoir péché, pour la simple et bonne raison qu’il souffrait. Pour appuyer son argumentation, il se lança dans un monologue interminable au sujet des méchants et de leur destin final, traçant de nombreux parallèles avec la pénible situation où se trouvait Job: il souffrait et ne savait pas quand sa vie se terminerait (v. #Job 15:20); il vivait dans la peur, sursautait à chaque bruit et pensait sa destruction imminente (vv. #Job 15:21-22); il ne savait pas ce qu’il mangerait le lendemain (v. #Job 15:23); ses souffrances le conduisaient à douter de Dieu (vv. #Job 15:24-26); jouissant autrefois de richesses, d’une bonne alimentation et d’un foyer confortable (vv. #Job 15:27-29), il avait tout perdu (vv. #Job 15:30-33). Eliphaz en concluait que Job n’était qu’un hypocrite (sens possible d’« impie », vv. 34-35), et il affirma que c’était la raison pour laquelle sa vie avait pris un tour si funeste.

 

18  Ce que les sages ont fait connaître, Ce qu’ils ont révélé, l’ayant appris de leurs pères.

19  A eux seuls appartenait le pays, Et parmi eux nul étranger n’était encore venu.

20  Le méchant passe dans l’angoisse tous les jours de sa vie, Toutes les années qui sont le partage de l’impie.

21  La voix de la terreur retentit à ses oreilles ; Au sein de la paix, le dévastateur va fondre sur lui ;

22  Il n’espère pas échapper aux ténèbres, Il voit l’épée qui le menace ;

23  Il court çà et là pour chercher du pain, Il sait que le jour des ténèbres l’attend.

24  La détresse et l’angoisse l’épouvantent, Elles l’assaillent comme un roi prêt à combattre ;

25  Car il a levé la main contre Dieu, Il a bravé le Tout-Puissant,

26  Il a eu l’audace de courir à lui Sous le dos épais de ses boucliers.

27  Il avait le visage couvert de graisse, Les flancs chargés d’embonpoint ;

28  Et il habite des villes détruites, Des maisons abandonnées, Sur le point de tomber en ruines.

29  Il ne s’enrichira plus, sa fortune ne se relèvera pas, Sa prospérité ne s’étendra plus sur la terre.

30  Il ne pourra se dérober aux ténèbres, La flamme consumera ses rejetons, Et Dieu le fera périr par le souffle de sa bouche.

31  S’il a confiance dans le mal, il se trompe, Car le mal sera sa récompense.

32  Elle arrivera avant le terme de ses jours, Et son rameau ne verdira plus.

33  Il sera comme une vigne dépouillée de ses fruits encore verts, Comme un olivier dont on a fait tomber les fleurs.

34  La maison de l’impie deviendra stérile, Et le feu dévorera la tente de l’homme corrompu.

35  Il conçoit le mal et il enfante le mal, Il mûrit dans son sein des fruits qui le trompent.

 

REVENIR AU JOUR 450   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-450-de-929/

Allez au jour 452   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-452-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/