ANCIEN TESTAMENT JOUR 463 DE 929

06/04/2020 00:11

ANCIEN TESTAMENT JOUR 463 DE 929

Job 27 de 42

 

Job 27 : 1 À 23

1 ¶  Job prit de nouveau la parole sous forme sentencieuse et dit:

 

27:1-12

Job passa de son évocation de Dieu (#Job 26:5-14) à la défense de sa propre justice.

 

2  Dieu qui me refuse justice est vivant ! Le Tout-Puissant qui remplit mon âme d’amertume est vivant !

 

qui me refuse justice. Dieu n’avait pas pris la défense de Job pour proclamer son innocence. Cf. le traitement de Christ en #Esa 53:8 et #Ac 8:33.

 

3  Aussi longtemps que j’aurai ma respiration, Et que le souffle de Dieu sera dans mes narines,

 

27:3-6

Job affirma sa consécration authentique et persévérante à une vie de justice, quoi qu’il puisse lui arriver. Il refusait de vivre avec une mauvaise conscience (v. #Job 27:6b). Cette affirmation n’avait rien d’outrancier, puisque Dieu avait lui-même reconnu la justice de son serviteur (#Job 1:8 ; #Job 2:3).

 

4  Mes lèvres ne prononceront rien d’injuste, Ma langue ne dira rien de faux.

5  Loin de moi la pensée de vous donner raison ! Jusqu’à mon dernier soupir je défendrai mon innocence ;

6  Je tiens à me justifier, et je ne faiblirai pas ; Mon cœur ne me fait de reproche sur aucun de mes jours.

7 ¶  Que mon ennemi soit comme le méchant, Et mon adversaire comme l’impie !

 

Job aurait pu appeler Dieu à juger ses accusateurs, comme il le fait des méchants.

 

8  Quelle espérance reste-t-il à l’impie, Quand Dieu coupe le fil de sa vie, Quand il lui retire son âme ?

 

27:8-10

Job rappela à ses amis qu’il ne se permettrait jamais d’être un hypocrite (traduction possible d’« impie » au v. 9), car il était pleinement conscient des conséquences d’une telle attitude.

 

9  Est-ce que Dieu écoute ses cris, Quand l’angoisse vient l’assaillir ?

10  Fait-il du Tout-Puissant ses délices ? Adresse-t-il en tout temps ses prières à Dieu ?

11 ¶  Je vous enseignerai les voies de Dieu, Je ne vous cacherai pas les desseins du Tout-Puissant.

 

Je vous enseignerai les voies de Dieu. Job avait défini le point de rupture entre lui et ses amis: ils étaient en désaccord quant à la façon dont Dieu exerçait la rétribution. Certes, ils s’accordaient tous, à reconnaître la puissance, la sagesse et la souveraineté divine, mais lui savait qu’il n’existait dans sa vie aucun péché caché susceptible d’entraîner une telle épreuve; il ne pouvait que conclure à l’inexactitude de l’idée simpliste qui voulait que la souffrance soit nécessairement due à un péché et que toute justice trouve immanquablement sa récompense. Au début, Job avait probablement la même conception des choses que ses consolateurs, mais il avait compris que la façon dont ses amis limitaient l’action divine avait besoin d’être révisée et correspondait même à un non-sens. Les commentaires qu’il fait ici introduisent son exposé sur la sagesse (ch. #Job 28).

 

12  Mais vous les connaissez, et vous êtes d’accord ; Pourquoi donc vous laisser aller à de vaines pensées ?

13  Voici la part que Dieu réserve au méchant, L’héritage que le Tout-Puissant destine à l’impie.

 

27:13-23

Job désirait qu’il soit bien clair qu’il croyait lui aussi à la rétribution des méchants. Il admettait qu’ils souffraient atrocement, et il l’affirma encore dans cette partie.

 

14  S’il a des fils en grand nombre, c’est pour le glaive, Et ses rejetons manquent de pain ;

15  Ceux qui échappent sont enterrés par la peste, Et leurs veuves ne les pleurent pas.

16  S’il amasse l’argent comme la poussière, S’il entasse les vêtements comme la boue,

17  C’est lui qui entasse, mais c’est le juste qui se revêt, C’est l’homme intègre qui a l’argent en partage.

18  Sa maison est comme celle que bâtit la teigne, Comme la cabane que fait un gardien.

 

comme celle que bâtit la teigne, comme la cabane. Habitations temporaires qui illustrent l’idée que les méchants ne jouissent pas d’une longue vie.

 

19  Il se couche riche, et il meurt dépouillé ; Il ouvre les yeux, et tout a disparu.

20  Les terreurs le surprennent comme des eaux ; Un tourbillon l’enlève au milieu de la nuit.

21  Le vent d’orient l’emporte, et il s’en va ; Il l’arrache violemment de sa demeure.

22  Dieu lance sans pitié des traits contre lui, Et le méchant voudrait fuir pour les éviter.

23  On bat des mains à sa chute, Et on le siffle à son départ.

 

bat des mains. Geste exprimant la dérision.

 

REVENIR AU JOUR 462   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-462-de-929/

Allez au jour 464   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-464-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/