ANCIEN TESTAMENT JOUR 465 DE 929

08/04/2020 00:30

ANCIEN TESTAMENT JOUR 465 DE 929

Job 29 de 42

 

Job 29 : 1 À 25

1 ¶  Job prit de nouveau la parole sous forme sentencieuse et dit:

 

29:1-25

Job ne changea pas d’avis sur son propre péché; il continua de nier qu’une faute de sa part ait pu être à l’origine de sa douleur. Comme il n’avait pas pleinement pris conscience de ce que signifiaient ses propres paroles (ch. #Job 28), il retomba dans le désespoir et se remémora ce qu’était sa vie avant les événements des ch. #Job 1:1-2:2, à l’époque où il était béni et où Dieu était avec lui (v. #Job 29:5). Dieu était toujours avec lui, mais il donnait l’impression d’être absent.

 

2  Oh ! que ne puis-je être comme aux mois du passé, Comme aux jours où Dieu me gardait,

3  Quand sa lampe brillait sur ma tête, Et que sa lumière me guidait dans les ténèbres !

4  Que ne suis-je comme aux jours de ma vigueur, Où Dieu veillait en ami sur ma tente,

5  Quand le Tout-Puissant était encore avec moi, Et que mes enfants m’entouraient ;

 

était encore avec moi. Job se sentait abandonné de Dieu, mais ce dernier lui démontrerait, en lui adressant ses critiques, qu’il était resté avec lui pendant toutes ses épreuves.

 

6  Quand mes pieds se baignaient dans la crème Et que le rocher répandait près de moi des ruisseaux d’huile !

 

crème …  huile. Il possédait en abondance le lait le plus riche et l’huile d’olives la meilleure.

 

7 ¶  Si je sortais pour aller à la porte de la ville, Et si je me faisais préparer un siège dans la place,

 

la porte …  siège. C’était la place réservée aux anciens de la cité. Job en avait été un parce qu’il était très riche et influent.

 

8  Les jeunes gens se retiraient à mon approche, Les vieillards se levaient et se tenaient debout.

9  Les princes arrêtaient leurs discours, Et mettaient la main sur leur bouche ;

10  La voix des chefs se taisait, Et leur langue s’attachait à leur palais.

11  L’oreille qui m’entendait me disait heureux, L’œil qui me voyait me rendait témoignage ;

12  Car je sauvais le pauvre qui implorait du secours, Et l’orphelin qui manquait d’appui.

 

29:12-13

pauvre …  orphelin …  malheureux …  veuve. Dans tout le Proche-Orient antique, la vertu d’un homme se mesurait à sa façon de traiter les membres les plus faibles et les plus vulnérables de la société. S’il les protégeait et subvenait à leurs besoins, il était respecté. Job avait effectivement agi ainsi, mais ses interlocuteurs le niaient parce qu’il subissait de grandes souffrances (voir #Job 22:1-11).

 

 

29:15-16

aveugle …  boiteux …  misérables. Contrairement à ce qu’avaient prétendu ses trois amis, Job avait fait plus que ce qu’exigeait la norme de son temps lorsqu’il s’était agi de prendre soin de la veuve, de l’orphelin, des pauvres, des infirmes et des opprimés.

 

13  La bénédiction du malheureux venait sur moi ; Je remplissais de joie le cœur de la veuve.

14  Je me revêtais de la justice et je lui servais de vêtement, J’avais ma droiture pour manteau et pour turban.

15  J’étais l’œil de l’aveugle Et le pied du boiteux.

16  J’étais le père des misérables, J’examinais la cause de l’inconnu ;

 

j’examinais la cause de l’inconnu. Bien des injustices étaient perpétrées dans des tribunaux corrompus, et Job s’était levé pour prendre la défense des victimes.

 

17  Je brisais la mâchoire de l’injuste, Et j’arrachais de ses dents la proie.

18 ¶  Alors je disais : Je mourrai dans mon nid, Mes jours seront abondants comme le sable ;

 

29:18-20

Job jouissait d’une santé aussi florissante qu’un arbre aux racines profondes baigné d’une rosée fraîche, et c’est pourquoi il s’attendait à jouir d’une longue vie, entouré de sa famille (« nid »).

 

19  L’eau pénétrera dans mes racines, La rosée passera la nuit sur mes branches ;

20  Ma gloire reverdira sans cesse, Et mon arc rajeunira dans ma main.

21  On m’écoutait et l’on restait dans l’attente, On gardait le silence devant mes conseils.

 

29:21-25

Job rappela à ses amis qu’il y avait eu une époque où personne ne rejetait ses idées. C’était au contraire lui que l’on consultait.

 

22  Après mes discours, nul ne répliquait, Et ma parole était pour tous une bienfaisante rosée ;

23  Ils comptaient sur moi comme sur la pluie, Ils ouvraient la bouche comme pour une pluie du printemps.

24  Je leur souriais quand ils perdaient courage, Et l’on ne pouvait chasser la sérénité de mon front.

 

souriais. L’hébreu permet de comprendre que ses auditeurs ne croyaient même pas qu’il plaisantait quand il faisait de l’humour, mais le prenaient toujours au sérieux. Cela souligne à quel point ses paroles étaient respectées.

 

25  J’aimais à aller vers eux, et je m’asseyais à leur tête ; J’étais comme un roi au milieu d’une troupe, Comme un consolateur auprès des affligés.

 

comme un roi. Job n’était pas un roi, mais une sorte de haute autorité civile comparable à un maire. Les maires, appelés « hazannu » à cette époque, avaient toutes les activités revendiquées par Job dans la section précédente.

 

REVENIR AU JOUR 464   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-464-de-929/

Allez au jour 466   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-466-de-929/

BRAVO ! VOUS AVEZ DEPASSÉS LA MOITIÉ DE L’ANCIEN TESTAMENT.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/