ANCIEN TESTAMENT JOUR 476 DE 929

19/04/2020 00:35

ANCIEN TESTAMENT JOUR 476 DE 929

Job 40 de 42

 

Job 40 : 1 À 24

1 ¶  (39-34) L’Eternel, s’adressant à Job, dit:

2  (39-35) Celui qui dispute contre le Tout-Puissant est-il convaincu ? Celui qui conteste avec Dieu a-t-il une réplique à faire ?

 

Dieu mit son serviteur au défi de répondre à toutes les questions qu’il lui avait posées. Il n’avait pas besoin d’entendre sa réponse pour la connaître, mais il était indispensable que Job admette sa faiblesse, son infériorité et son incapacité à même entrevoir l’intelligence divine dans toute son infinité. La sagesse de Dieu était si supérieure, le contrôle souverain qu’il exerçait sur l’ensemble de la création si absolu, que c’était tout ce que Job avait besoin d’apprendre.

 

3  (39-36) Job répondit à l’Eternel et dit:

 

39:36-38

Dans sa première réponse à Dieu, Job se contenta de reconnaître qu’il était coupable de tous les chefs d’accusation et qu’il se tiendrait désormais coi. Il savait qu’il n’aurait pas dû accuser le Tout-Puissant de quoi que ce soit. Il n’aurait pas dû mettre en avant sa propre perception des choses. Il n’aurait pas dû attribuer une quelconque injustice à Dieu. Il était finalement réduit au silence.

 

4  (39-37) Voici, je suis trop peu de chose ; que te répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche.

5  (39-38) J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ; Deux fois, je n’ajouterai rien.

6 ¶  (40-1) L’Eternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit:

 

40:1-41:25

Comme si le premier interrogatoire n’était pas suffisant, Dieu poursuivit dans la même veine, avec cette fois-ci deux animaux uniques dans la création divine: l’hippopotame ou béhémoth (#Job 40:10-19) et le crocodile ou léviathan (#Job 40:20-41:25), deux créatures redoutables et effrayantes, incarnant tout ce qui est effarant, incontrôlable et terrifiant dans ce monde. Si l’homme ne peut en avoir la maîtrise, Dieu si.

 

7  (40-2) Ceins tes reins comme un vaillant homme ; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras.

8  (40-3) Anéantiras-tu jusqu’à ma justice ? Me condamneras-tu pour te donner droit ?

 

40:3-9

Dieu déversa sur Job un torrent de nouvelles questions, aussi dévastatrices que les précédentes. Il lui reprocha de l’avoir remis en question, en lui disant que, s’il pensait savoir mieux que lui ce qu’il lui fallait (v. #Job 40:3), il devait prendre sa place (vv. #Job 40:4-9).

 

9  (40-4) As-tu un bras comme celui de Dieu, Une voix tonnante comme la sienne ?

10  (40-5) Orne-toi de magnificence et de grandeur, Revêts-toi de splendeur et de gloire !

11  (40-6) Répands les flots de ta colère, Et d’un regard abaisse les hautains !

12  (40-7) D’un regard humilie les hautains, Ecrase sur place les méchants,

13  (40-8) Cache-les tous ensemble dans la poussière, Enferme leur front dans les ténèbres !

14  (40-9) Alors je rends hommage A la puissance de ta droite.

15 ¶  (40-10) Voici l’hippopotame, à qui j’ai donné la vie comme à toi ! Il mange de l’herbe comme le bœuf.

 

40:10-19

hippopotame. Le terme hébreu est employé comme un terme générique dans l’A.T., où il désigne souvent le gros bétail ou des mammifères terrestres, mais la description qui en est faite suggère une créature inhabituelle. Plusieurs détails de ce passage (vv. #Job 40:14-19) font penser qu’il s’agit de l’hippopotame, mais la petite taille de sa queue correspond mal au v. 12. On pourrait aussi penser qu’il s’agit de l’éléphant, considéré comme « la première » des créatures de Dieu, dont lui seul peut avoir la maîtrise (v. #Job 40:14). Plusieurs commentateurs pensent que Dieu brosse ici le tableau de la créature la plus impressionnante que la terre n’ait jamais connue, le dinosaure, qui correspondrait à tous les détails cités.

 

16  (40-11) Le voici ! Sa force est dans ses reins, Et sa vigueur dans les muscles de son ventre ;

17  (40-12) Il plie sa queue aussi ferme qu’un cèdre ; Les nerfs de ses cuisses sont entrelacés ;

18  (40-13) Ses os sont des tubes d’airain, Ses membres sont comme des barres de fer.

19  (40-14) Il est la première des œuvres de Dieu ; Celui qui l’a fait l’a pourvu d’un glaive.

20  (40-15) Il trouve sa pâture dans les montagnes, Où se jouent toutes les bêtes des champs.

21  (40-16) Il se couche sous les lotus, Au milieu des roseaux et des marécages ;

22  (40-17) Les lotus le couvrent de leur ombre, Les saules du torrent l’environnent.

23  (40-18) Que le fleuve vienne à déborder, il ne s’enfuit pas : Que le Jourdain se précipite dans sa gueule, il reste calme.

 

Dieu n’affirmait pas que cet animal vivait dans le Jourdain, mais il choisit ce fleuve parce qu’il était familier à Job et convenait donc pour illustrer la grande quantité d’eau que cet animal était capable d’ingurgiter. Il pourrait avaler tout le Jourdain! Il s’agissait donc d’un être d’une taille énorme et d’une puissance démesurée.

 

24  (40-19) Est-ce à force ouverte qu’on pourra le saisir ? Est-ce au moyen de filets qu’on lui percera le nez ?

 

REVENIR AU JOUR 475   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-475-de-929/

Allez au jour 477   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-477-de-929/

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/