ANCIEN TESTAMENT JOUR 496 DE 929

09/05/2020 00:40

ANCIEN TESTAMENT JOUR 496 DE 929

Psaumes 18 de 150

 

Psaumes 18 : 1 À 50

1 ¶  (18-1) Au chef des chantres. Du serviteur de l’Eternel, de David, qui adressa à l’Eternel les paroles de ce cantique, lorsque l’Eternel l’eut délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül. Il dit : (18-2) Je t’aime, ô Eternel, ma force !

 

Ce grand psaume comporte un long titre. Bien que ce dernier semble faire allusion à une seule occasion particulière (« lorsque »), il déclare aussi que Dieu l’a « délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül ». Par conséquent, il est préférable de comprendre qu’il s’agit d’un témoignage apporté de façon rétrospective par David sur sa vie tout entière.

18:1-51

Il est évident qu’il faut classer le #Ps 18 dans les psaumes de reconnaissance individuels, mais il présente aussi les caractéristiques de psaumes royaux. Sa forme et ses thèmes ressemblent à d’autres témoignages anciens de grandes délivrances historiques accordées par Dieu (p. ex. #Ex 15 ; #Jug 5). Entre les louanges de l’introduction (vv. #Ps 18:2-4) et celles de la conclusion (vv. #Ps 18:47-50), la vie de David avec le Seigneur est décrite en trois étapes.

I. Prélude: louange (18:2-4)

II. Etapes de la vie de David (18:5-46)

A. Dans la fosse du péril (18:5-20)

1. Son désespoir (18:5-6)

2. Son défenseur (18:7-16)

3. Sa délivrance (18:17-20)

B. Sur le chemin de l’intégrité éthique (18:21-29)

1. Principes de la direction du Seigneur (18:21-27)

2. Privilèges offerts par la direction du Seigneur (18:28-29)

C. Dans les turbulences du pouvoir (18:30-46)

1. Direction militaire (18:30-43)

2. Direction théocratique (18:44-46)

III. Post-scriptum: louange (18:47-51)

 

2  (18-3) Eternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur ! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri ! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite !

 

Ce v. multiplie les métaphores militaires pour le guerrier divin. Le Seigneur était tout ce dont David avait besoin pour faire face aux batailles difficiles de la vie, autant pour attaquer que pour se défendre. Sur la « force », littéralement « corne » (symbole de puissance), du salut de David, cf. le témoignage de Marie en #Lu 1:47.

 

3  (18-4) Je m’écrie : Loué soit l’Eternel ! Et je suis délivré de mes ennemis.

4  (18-5) Les liens de la mort m’avaient environné, Et les torrents de la destruction m’avaient épouvanté ;

 

liens. Cf. #Jon 2:3-10.

 

5  (18-6) Les liens du sépulcre m’avaient entouré, Les filets de la mort m’avaient surpris.

6  (18-7) Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Eternel, J’ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.

7  (18-8) La terre fut ébranlée et trembla, Les fondements des montagnes frémirent, Et ils furent ébranlés, parce qu’il était irrité.

 

18:8-16

Cette théophanie description poétique vivante de la présence divine - rivalise de beauté avec d’autres présentations bibliques (cf. #Ex 19:16ss; #De 33:2ss; #Jug 4:1-5:2 ; #Ps 68:8-9 ; #Mi 1:3-4 ; #Ha 3 ; #Ap 19). La présence de Dieu est largement illustrée par diverses réactions synonymes de catastrophes de la part de toute la création.

 

8  (18-9) Il s’élevait de la fumée dans ses narines, Et un feu dévorant sortait de sa bouche : Il en jaillissait des charbons embrasés.

9  (18-10) Il abaissa les cieux, et il descendit : Il y avait une épaisse nuée sous ses pieds.

10  (18-11) Il était monté sur un chérubin, et il volait, Il planait sur les ailes du vent.

11  (18-12) Il faisait des ténèbres sa retraite, sa tente autour de lui, Il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages.

12  (18-13) De la splendeur qui le précédait s’échappaient les nuées, Lançant de la grêle et des charbons de feu.

13  (18-14) L’Eternel tonna dans les cieux, Le Très-Haut fit retentir sa voix, Avec la grêle et les charbons de feu.

14  (18-15) Il lança ses flèches et dispersa mes ennemis, Il multiplia les coups de la foudre et les mit en déroute.

15  (18-16) Le lit des eaux apparut, Les fondements du monde furent découverts, Par ta menace, ô Eternel ! Par le bruit du souffle de tes narines.

16  (18-17) Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux ;

 

18:17-20

David témoigne que la puissance extraordinaire de Dieu, décrite de façon spectaculaire aux vv. #Ps 18:8-16, vint le sauver personnellement.

 

17  (18-18) Il me délivra de mon adversaire puissant, De mes ennemis qui étaient plus forts que moi.

18  (18-19) Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse ; Mais l’Eternel fut mon appui.

19  (18-20) Il m’a mis au large, Il m’a sauvé, parce qu’il m’aime.

20 ¶  (18-21) L’Eternel m’a traité selon ma droiture, Il m’a rendu selon la pureté de mes mains ;

 

18:21-25, 38-39

Ces vv. ne devraient pas être pris hors contexte, car cela fait passer David pour un homme vantard et arrogant. D’après les vv. #Ps 18:26-37 et #Ps 18:40-50, la responsabilité de vivre de façon intègre dans le cadre de l’alliance revenait autant à David qu’à la communauté, mais tous dépendaient entièrement, pour y parvenir, des ressources divines. Par conséquent, cette apparente vantardise est biblique, puisque tout mérite revient, finalement, au Seigneur (#Jér 9:23-24).

 

21  (18-22) Car j’ai observé les voies de l’Eternel, Et je n’ai point été coupable envers mon Dieu.

22  (18-23) Toutes ses ordonnances ont été devant moi, Et je ne me suis point écarté de ses lois.

23  (18-24) J’ai été sans reproche envers lui, Et je me suis tenu en garde contre mon iniquité.

24  (18-25) Aussi l’Eternel m’a rendu selon ma droiture, Selon la pureté de mes mains devant ses yeux.

25  (18-26) Avec celui qui est bon tu te montres bon, Avec l’homme droit tu agis selon la droiture,

26  (18-27) Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité.

27  (18-28) Tu sauves le peuple qui s’humilie, Et tu abaisses les regards hautains.

28  (18-29) Oui, tu fais briller ma lumière ; L’Eternel, mon Dieu, éclaire mes ténèbres.

29 ¶  (18-30) Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, Avec mon Dieu je franchis une muraille.

30  (18-31) Les voies de Dieu sont parfaites, La parole de l’Eternel est éprouvée ; Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui.

31  (18-32) Car qui est Dieu, si ce n’est l’Eternel ; Et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu ?

 

un rocher. Cf. vv. #Ps 18:3, #Ps 18:47. Au début de son grand cantique en #De 32:4, Moïse désignait Dieu comme un « rocher ». Le Seigneur est effectivement à la fois la source inaltérable et le fondement inébranlable de toute protection.

 

32  (18-33) C’est Dieu qui me ceint de force, Et qui me conduit dans la voie droite.

33  (18-34) Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me place sur mes lieux élevés.

34  (18-35) Il exerce mes mains au combat, Et mes bras tendent l’arc d’airain.

35  (18-36) Tu me donnes le bouclier de ton salut, Ta droite me soutient, Et je deviens grand par ta bonté.

36  (18-37) Tu élargis le chemin sous mes pas, Et mes pieds ne chancellent point.

37  (18-38) Je poursuis mes ennemis, je les atteins, Et je ne reviens pas avant de les avoir anéantis.

38  (18-39) Je les brise, et ils ne peuvent se relever ; Ils tombent sous mes pieds.

39  (18-40) Tu me ceins de force pour le combat, Tu fais plier sous moi mes adversaires.

40  (18-41) Tu fais tourner le dos à mes ennemis devant moi, Et j’extermine ceux qui me haïssent.

41  (18-42) Ils crient, et personne pour les sauver ! Ils crient à l’Eternel, et il ne leur répond pas !

42  (18-43) Je les broie comme la poussière qu’emporte le vent, Je les foule comme la boue des rues.

43  (18-44) Tu me délivres des dissensions du peuple ; Tu me mets à la tête des nations ; Un peuple que je ne connaissais pas m’est asservi.

44  (18-45) Ils m’obéissent au premier ordre, Les fils de l’étranger me flattent ;

45  (18-46) Les fils de l’étranger sont en défaillance, Ils tremblent hors de leurs forteresses.

46  (18-47) Vive l’Eternel, et béni soit mon rocher ! Que le Dieu de mon salut soit exalté,

47  (18-48) Le Dieu qui est mon vengeur, Qui m’assujettit les peuples,

48  (18-49) Qui me délivre de mes ennemis ! Tu m’élèves au-dessus de mes adversaires, Tu me sauves de l’homme violent.

49  (18-50) C’est pourquoi je te louerai parmi les nations, ô Eternel ! Et je chanterai à la gloire de ton nom.

50  (18-51) Il accorde de grandes délivrances à son roi, Et il fait miséricorde à son oint, A David, et à sa postérité, pour toujours.

 

Ce v. conclusif affirme la portée messianique de l’alliance davidique conclue en #2S 7.

 

REVENIR AU JOUR 495   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-495-de-929/

Allez au jour 497   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-497-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/