ANCIEN TESTAMENT JOUR 58 DE 929

27/02/2019 00:39

ANCIEN TESTAMENT JOUR 58 DE 929

Exode 8 de 40

 

EXODE 8 : 1 À 32

1 ¶  (7-26) L’Eternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et tu lui diras : Ainsi parle l’Eternel, Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.

Va vers Pharaon. Le Pharaon était vraisemblablement dans son palais lorsqu’il reçut l’annonce de la deuxième plaie, ainsi que des cinquième (#Ex 9:1) et huitième (#Ex 10:1).

2  (7-27) Si tu refuses de le laisser aller, je vais frapper par des grenouilles toute l’étendue de ton pays.

frapper. Ce verbe signifiait aussi « heurter ». L’emploi de différents termes (en hébreu)  « plaies » (#Ex 9:14), « frapper » (#Ex 12:13) et « mortalité » (#Ex 9:3, #Ex 9:15) - visait à faire prendre conscience de la gravité de ce qui se passait en Egypte.

grenouilles. Les Egyptiens adulaient les grenouilles: ils portaient des amulettes en forme de grenouille et interdisaient de tuer ces bêtes, considérées comme sacrées. Leurs coassements en provenance du fleuve et des étangs signalaient aux paysans que les dieux qui contrôlaient les flux et reflux du Nil avaient une fois de plus rendu la terre fertile. Le dieu Hapi était vénéré en cette occasion pour avoir fait descendre les alluvions. De plus, la grenouille était la représentation de la déesse Heqt, l’épouse du dieu Khum et le symbole de la résurrection et de la fertilité. La présence de grenouilles en si grand nombre, partout à l’intérieur et à l’extérieur des maisons (vv. #Ex 7:3, #Ex 7:13), n’apporta cependant que frustration, consternation et désagréments, et elle ne constitua pas, comme en temps normal, le signal que les champs étaient prêts à être moissonnés.

3  (7-28) Le fleuve fourmillera de grenouilles ; elles monteront, et elles entreront dans ta maison, dans ta chambre à coucher et dans ton lit, dans la maison de tes serviteurs et dans celles de ton peuple, dans tes fours et dans tes pétrins.

4  (7-29) Les grenouilles monteront sur toi, sur ton peuple, et sur tous tes serviteurs.

5  (8-1) L’Eternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Etends ta main avec ta verge sur les rivières, sur les ruisseaux et sur les étangs, et fais monter les grenouilles sur le pays d’Egypte.

6  (8-2) Aaron étendit sa main sur les eaux de l’Egypte ; et les grenouilles montèrent et couvrirent le pays d’Egypte.

7  (8-3) Mais les magiciens en firent autant par leurs enchantements. Ils firent monter les grenouilles sur le pays d’Egypte.

les magiciens en firent autant. Une fois de plus, au lieu de renverser la situation, les magiciens ne purent démontrer le pouvoir de leur art magique qu’en augmentant le nombre de grenouilles et, de ce fait, les désagréments de la population. Le fait qu’ils ne pouvaient que copier le fléau, sans même parvenir à l’éradiquer, fut cependant suffisant pour renforcer l’entêtement royal.

8  (8-4) Pharaon appela Moïse et Aaron, et dit : Priez l’Eternel, afin qu’il éloigne les grenouilles de moi et de mon peuple ; et je laisserai aller le peuple, pour qu’il offre des sacrifices à l’Eternel.

Priez l’Eternel. Cet emploi du nom de l’Eternel et cette demande de délivrance correspondent plus à une démarche de négociation qu’à une reconnaissance personnelle ou officielle du Dieu d’Israël.

9  (8-5) Moïse dit à Pharaon : A toi l’honneur de me fixer le moment où je dois intercéder pour toi, pour tes serviteurs et pour ton peuple, afin que le Seigneur retire les grenouilles loin de toi et de mon peuple ; et je laisserai aller le peuple, pour qu’il offre des sacrifices à l’Eternel.

que dans le fleuve. Une telle précision signale que le Nil et ses eaux étaient revenus à la normale et que la vie pouvait de nouveau s’y développer.

10  (8-6) Il répondit : Pour demain. Et Moïse dit : Il en sera ainsi, afin que tu saches que nul n’est semblable à l’Eternel, notre Dieu.

Demain. Ayant reçu le privilège de fixer le moment où Dieu répondrait à la prière, le Pharaon ne demanda la fin de la plaie que pour le lendemain. Peut-être, espérait-il que, dans l’intervalle, il se passerait quelque chose qui lui éviterait de devoir reconnaître la puissance de l’Eternel et se sentir redevable envers Moïse et son Dieu. Malgré la réponse divine, il persévéra du reste dans son endurcissement (v. #Ex 8:11).

11  (8-7) Les grenouilles s’éloigneront de toi et de tes maisons, de tes serviteurs et de ton peuple ; il n’en restera que dans le fleuve.

12  (8-8) Moïse et Aaron sortirent de chez Pharaon. Et Moïse cria à l’Eternel au sujet des grenouilles dont il avait frappé Pharaon.

13  (8-9) L’Eternel fit ce que demandait Moïse ; et les grenouilles périrent dans les maisons, dans les cours et dans les champs.

14  (8-10) On les entassa par monceaux, et le pays fut infecté.

15  (8-11) Pharaon, voyant qu’il y avait du relâche, endurcit son cœur, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Eternel avait dit.

16 ¶  (8-12) L’Eternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Etends ta verge, et frappe la poussière de la terre. Elle se changera en poux, dans tout le pays d’Egypte.

La troisième plaie fut envoyée sur le pays sans avertissement préalable, tout comme les sixième (#Ex 9:8-9) et neuvième (#Ex 10:21). Un mode de fonctionnement en trois étapes apparaît donc: avertissement près du fleuve, puis au palais, puis absence totale d’avertissement.

poux. Le terme hébreu désigne des moucherons très petits, à peine visibles à l’œil nu. Les prêtres, qui veillaient à rester purs en se lavant fréquemment et en se rasant, furent affectés et donc rendus impurs pour l’exercice de leurs fonctions.

17  (8-13) Ils firent ainsi. Aaron étendit sa main, avec sa verge, et il frappa la poussière de la terre ; et elle fut changée en poux sur les hommes et sur les animaux. Toute la poussière de la terre fut changée en poux, dans tout le pays d’Egypte.

Toute la poussière de la terre …  tout le pays. La formulation insiste bien sur l’étendue et la gravité de ce fléau.

18  (8-14) Les magiciens employèrent leurs enchantements pour produire les poux ; mais ils ne purent pas. Les poux étaient sur les hommes et sur les animaux.

19  (8-15) Et les magiciens dirent à Pharaon : C’est le doigt de Dieu ! Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Eternel avait dit.

C’est le doigt de Dieu! L’échec des magiciens dans leur tentative de reproduire le fléau les obligea à ce constat, étonnant de leur part. Ils ne se contentèrent pas de le faire entre eux, mais le posèrent publiquement devant le Pharaon. Celui-ci persévéra néanmoins dans son attitude, dans son refus de reconnaître la puissance de Dieu.

20 ¶  (8-16) L’Eternel dit à Moïse : Lève-toi de bon matin, et présente-toi devant Pharaon ; il sortira pour aller près de l’eau. Tu lui diras : Ainsi parle l’Eternel, Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.

21  (8-17) Si tu ne laisses pas aller mon peuple, je vais envoyer les mouches venimeuses contre toi, contre tes serviteurs, contre ton peuple et contre tes maisons ; les maisons des Egyptiens seront remplies de mouches, et le sol en sera couvert.

mouches. La LXX parle de « mouches à chien », des insectes suceurs de sang. L’ichneumon, ou mouche vibrante, qui dépose ses œufs sur d’autres êtres vivants pour permettre aux larves de se nourrir, était considéré comme la manifestation d’Uatchit (forme d’Hathor). Le constat de dévastation du v. 20 n’est guère favorable à un dieu insecte! Quelle qu’ait été l’espèce de mouche concernée, les conséquences de cette plaie furent terribles et désastreuses.

22  (8-18) Mais, en ce jour-là, je distinguerai le pays de Gosen où habite mon peuple, et là il n’y aura point de mouches, afin que tu saches que moi, l’Eternel, je suis au milieu de ce pays.

distinguerai le pays de Gosen. Pour la première fois dans cette succession de fléaux, Dieu annonce une distinction: Israël ne sera pas touché! Le terme de « signe » (v. #Ex 8:19) renvoie à cette discrimination établie et bien précisée pour les cinquième, septième, neuvième et dixième plaies. En plus de l’accent mis sur « mon peuple » dans les énoncés divins, la différence faite entre Israël dans le pays de Gosen et l’Egypte elle-même témoignait de l’attention personnelle et puissante de l’Eternel envers les siens.

23  (8-19) J’établirai une distinction entre mon peuple et ton peuple. Ce signe sera pour demain.

demain. A cette occasion, le moment exact où la plaie frapperait fut inclus dans l’avertissement, ce qui donnait au Pharaon et à son peuple la possibilité de se repentir ou de céder. Le lendemain fut aussi le temps fixé pour les cinquième, septième et huitième plaies (#Ex 9:5, #Ex 9:18 ; #Ex 10:4) et « vers le milieu de la nuit » fut indiqué pour le début de la dixième plaie (#Ex 11:4).

24  (8-20) L’Eternel fit ainsi. Il vint une quantité de mouches venimeuses dans la maison de Pharaon et de ses serviteurs, et tout le pays d’Egypte fut dévasté par les mouches.

25  (8-21) Pharaon appela Moïse et Aaron et dit : Allez, offrez des sacrifices à votre Dieu dans le pays.

26  (8-22) Moïse répondit : Il n’est point convenable de faire ainsi ; car nous offririons à l’Eternel, notre Dieu, des sacrifices qui sont en abomination aux Egyptiens. Et si nous offrons, sous leurs yeux, des sacrifices qui sont en abomination aux Egyptiens, ne nous lapideront-ils pas ?

des sacrifices qui sont en abomination aux Egyptiens. Le Pharaon proposa dans une tentative d’apaisement un compromis  offrir des sacrifices dans le pays - auquel Moïse rétorqua que les sacrifices des Israélites ne plairaient pas aux Egyptiens et que ces derniers pourraient même réagir violemment. Le Pharaon comprit immédiatement sa remarque: l’aversion des Egyptiens pour les sacrifices d’Israël pouvait être provoquée par leur mépris des bergers et de leurs troupeaux (#Ge 46:34) ou par les animaux sacrifiés qu’ils considéraient eux-mêmes comme sacrés.

27  (8-23) Nous ferons trois journées de marche dans le désert, et nous offrirons des sacrifices à l’Eternel, notre Dieu, selon ce qu’il nous dira.

8:23-25

Nous ferons …  Je vous laisserai aller. La première déclaration montrait que la décision de voyager trois jours au-delà des frontières égyptiennes n’était pas négociable. La seconde déclaration montra que le Pharaon essayait de garder cette décision sous son contrôle et qu’il ne la considérait pas comme une réponse à la demande de l’Eternel pour son peuple.

28  (8-24) Pharaon dit : Je vous laisserai aller, pour offrir à l’Eternel, votre Dieu, des sacrifices dans le désert ; seulement, vous ne vous éloignerez pas, en y allant. Priez pour moi.

Priez pour moi. Une brève requête pour lui-même, mais aussi pour le départ des mouches, tout comme il avait demandé le départ des grenouilles (#Ex 8:4).

29  (8-25) Moïse répondit : Je vais sortir de chez toi, et je prierai l’Eternel. Demain, les mouches s’éloigneront de Pharaon, de ses serviteurs et de son peuple. Mais, que Pharaon ne trompe plus, en refusant de laisser aller le peuple, pour offrir des sacrifices à l’Eternel.

que Pharaon ne trompe plus. L’exhortation finale de Moïse soulignait le caractère mensonger des paroles du roi.

30  (8-26) Moïse sortit de chez Pharaon, et il pria l’Eternel.

31  (8-27) L’Eternel fit ce que demandait Moïse ; et les mouches s’éloignèrent de Pharaon, de ses serviteurs et de son peuple. Il n’en resta pas une.

Il n’en resta pas une. Cette disparition totale et miraculeuse des mouches  réponse de Dieu à la supplication de Moïse - ne persuada pas du tout le Pharaon. Une fois les effets humiliants de la plaie passés, il s’entêta encore plus (v. #Ex 8:28).

32  (8-28) Mais Pharaon, cette fois encore, endurcit son cœur, et il ne laissa point aller le peuple.

 

REVENIR AU JOUR 57  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-57-de-929/

Allez au jour 59  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-59-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/