ANCIEN TESTAMENT JOUR 60 DE 929

01/03/2019 00:11

ANCIEN TESTAMENT JOUR 60 DE 929

Exode 10 de 40

 

EXODE 10 : 1 À 29

1 ¶  L’Eternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, car j’ai endurci son cœur et le cœur de ses serviteurs, pour faire éclater mes signes au milieu d’eux.

2  C’est aussi pour que tu racontes à ton fils et au fils de ton fils comment j’ai traité les Egyptiens, et quels signes j’ai fait éclater au milieu d’eux. Et vous saurez que je suis l’Eternel.

pour que tu racontes …  vous saurez. La délivrance de l’oppression égyptienne, avec les puissantes interventions de Dieu qui l’accompagnaient, était destinée à devenir un élément important et incontournable du récit de l’histoire d’Israël qui serait transmis aux générations suivantes. Elle leur enseignerait qui était leur Dieu et ce qu’il avait fait.

comment j’ai traité. Le verbe hébreu a la nuance de traiter sévèrement ou de se jouer de. Il décrit une action qui amène la honte et le déshonneur sur son objet.

3  Moïse et Aaron allèrent vers Pharaon, et lui dirent : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu des Hébreux : Jusqu’à quand refuseras-tu de t’humilier devant moi ? Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.

Jusqu’à quand refuseras-tu. Cette question contraste avec la déclaration de Dieu à Moïse: « J’ai endurci son cœur » (v. #Ex 10:1). Ce que l’Eternel faisait ne pouvait supprimer la responsabilité personnelle qu’avait le Pharaon d’entendre, de se repentir et de se soumettre. Après l’accumulation des sept plaies, le moment était venu de lancer un défi qui permettrait au roi de reconsidérer la situation et de faire preuve d’obéissance: la grâce de Dieu œuvrait parallèlement à ses buts souverains.

4  Si tu refuses de laisser aller mon peuple, voici, je ferai venir demain des sauterelles dans toute l’étendue de ton pays.

10:4-6

La plaie des sauterelles frappa avec une telle intensité qu’elle fut unique dans l’histoire égyptienne: rien de tel ne s’était produit au cours des deux générations précédentes ni après (v. #Ex 10:14). Les invasions de sauterelles effrayaient tant les Egyptiens que les paysans priaient souvent le dieu sauterelle d’assurer la sécurité de leurs récoltes. L’humiliation de leur dieu fut complète, tout comme les dégâts: « Il ne resta aucune verdure » (v. #Ex 10:15).

5  Elles couvriront la surface de la terre, et l’on ne pourra plus voir la terre ; elles dévoreront le reste de ce qui est échappé, ce que vous a laissé la grêle, elles dévoreront tous les arbres qui croissent dans vos champs ;

6  elles rempliront tes maisons, les maisons de tous tes serviteurs et les maisons de tous les Egyptiens. Tes pères et les pères de tes pères n’auront rien vu de pareil depuis qu’ils existent sur la terre jusqu’à ce jour. Moïse se retira, et sortit de chez Pharaon.

7  Les serviteurs de Pharaon lui dirent : Jusqu’à quand cet homme sera-t-il pour nous un piège ? Laisse aller ces gens, et qu’ils servent l’Eternel, leur Dieu. Ne vois-tu pas encore que l’Egypte périt ?

Jusqu’à quand cet homme. La première question « jusqu’à quand » avait trait à la réponse attendue du Pharaon (v. #Ex 10:3), tandis que celle-ci met en évidence la lassitude des Egyptiens devant son intransigeance. Leur conseil  céder - était le meilleur.

l’Egypte périt. Les conseillers du Pharaon étaient contraints de constater le mauvais état du pays après les sept plaies, et leurs propos suggèrent ici que le roi refusait d’admettre le caractère désespéré de la situation avant même la dévastation complète de l’agriculture. L’entêtement ne les avait pas forcément privés de tout bon sens, et la sagesse exigeait cette fois l’acquiescement à la requête de Moïse.

8  On fit revenir vers Pharaon Moïse et Aaron : Allez, leur dit-il, servez l’Eternel, votre Dieu. Qui sont ceux qui iront ?

Qui sont ceux qui iront? Pour la première fois, le Pharaon essaie de trouver un compromis avant que la plaie annoncée ne frappe. Il suggère habilement que seuls des représentants d’Israël, peut-être uniquement les hommes (v. #Ex 10:11), partent adorer.

9  Moïse répondit : Nous irons avec nos enfants et nos vieillards, avec nos fils et nos filles, avec nos brebis et nos bœufs ; car c’est pour nous une fête en l’honneur de l’Eternel.

10  Pharaon leur dit : Que l’Eternel soit avec vous, tout comme je vais vous laisser aller, vous et vos enfants ! Prenez garde, car le malheur est devant vous !

Que l’Eternel soit avec vous. Ces menaces sarcastiques démontrent l’obstination inébranlable et déraisonnable du Pharaon. Les femmes égyptiennes participaient avec les hommes aux célébrations religieuses, mais dans le cas d’Israël, si les hommes partaient seuls, les femmes et les enfants pouvaient servir d’otages au roi.

11  Non, non ; allez, vous les hommes, et servez l’Eternel, car c’est là ce que vous avez demandé. Et on les chassa de la présence de Pharaon.

on les chassa. Pour la première fois, les porte-parole de Dieu furent méchamment chassés de la salle du trône.

12 ¶  L’Eternel dit à Moïse : Etends ta main sur le pays d’Egypte, et que les sauterelles montent sur le pays d’Egypte ; qu’elles dévorent toute l’herbe de la terre, tout ce que la grêle a laissé.

tout ce que la grêle a laissé. Ce rappel de la précédente plaie au cours de laquelle Dieu, dans sa grâce, avait limité l’étendue du désastre agricole fut aussi mentionné dans l’avertissement donné au Pharaon et à ses conseillers (v. #Ex 10:5) et dans la description des dégâts causés par les sauterelles (v. #Ex 10:15).

13  Moïse étendit sa verge sur le pays d’Egypte ; et l’Eternel fit souffler un vent d’orient sur le pays toute cette journée et toute la nuit. Quand ce fut le matin, le vent d’orient avait apporté les sauterelles.

un vent d’orient. Dieu se servit de moyens naturels, probablement du vent chaud du printemps ou « sirocco », pour amener les sauterelles depuis la péninsule d’Arabie.

14  Les sauterelles montèrent sur le pays d’Egypte, et se posèrent dans toute l’étendue de l’Egypte ; elles étaient en si grande quantité qu’il n’y avait jamais eu et qu’il n’y aura jamais rien de semblable.

15  Elles couvrirent la surface de toute la terre, et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toute l’herbe de la terre et tout le fruit des arbres, tout ce que la grêle avait laissé ; et il ne resta aucune verdure aux arbres ni à l’herbe des champs, dans tout le pays d’Egypte.

16  Aussitôt Pharaon appela Moïse et Aaron, et dit : J’ai péché contre l’Eternel, votre Dieu, et contre vous.

Aussitôt. Le Pharaon reconnut que son pays passait par une crise qui nécessitait une confession rapide à Aaron et Moïse, mais celle-ci se révéla simplement guidée par l’opportunisme.

17  Mais pardonne mon péché pour cette fois seulement ; et priez l’Eternel, votre Dieu, afin qu’il éloigne de moi encore cette plaie mortelle.

pardonne mon péché. Une nouvelle tentative de paraître honnête et une nouvelle supplication pour la fin de la plaie. Sa description comme étant « mortelle » indique bien la gravité de la situation du pays.

18  Moïse sortit de chez Pharaon, et il pria l’Eternel.

19  L’Eternel fit souffler un vent d’occident très fort, qui emporta les sauterelles, et les précipita dans la mer Rouge ; il ne resta pas une seule sauterelle dans toute l’étendue de l’Egypte.

un vent d’occident. En réponse à la prière, un vent contraire souffla. Le récit insiste sur la totale disparition des sauterelles. Il était apparemment inhabituel de n’en voir aucune dans le pays, ce qui constituait une nette différence d’avec les invasions précédentes et un témoignage supplémentaire de la puissance de l’Eternel.

20  L’Eternel endurcit le cœur de Pharaon, et Pharaon ne laissa point aller les enfants d’Israël.

21 ¶  L’Eternel dit à Moïse : Etends ta main vers le ciel, et qu’il y ait des ténèbres sur le pays d’Egypte, et que l’on puisse les toucher.

10:21-22

des ténèbres …  toucher …  d’épaisses ténèbres. La description qui est faite de la neuvième plaie, survenue sans avertissement préalable, indique la nature inhabituelle de ces ténèbres. Le fait que les Hébreux avaient de la lumière chez eux et pouvaient s’adonner à leurs activités quotidiennes souligne leur caractère surnaturel. Il est donc impossible qu’elles aient été provoquées par le khamsin, un simple vent de sable. Le fait que la LXX aligne trois mots grecss, deux désignant les ténèbres et un une tempête, pour rendre l’hébreux, a toutefois donné du crédit à la thèse d’une importante tempête de sable. D’un point de vue théologique, ces ténèbres épaisses lançaient un défi ouvert à la capacité du dieu soleil, Râ, de réchauffer et éclairer jour après jour les Egyptiens. Elles empêchèrent aussi la pratique des rites d’adoration quotidiens.

22  Moïse étendit sa main vers le ciel ; et il y eut d’épaisses ténèbres dans tout le pays d’Egypte, pendant trois jours.

23  On ne se voyait pas les uns les autres, et personne ne se leva de sa place pendant trois jours. Mais il y avait de la lumière dans les lieux où habitaient tous les enfants d’Israël.

24  Pharaon appela Moïse, et dit : Allez, servez l’Eternel. Il n’y aura que vos brebis et vos bœufs qui resteront, et vos enfants pourront aller avec vous.

Allez …  vos enfants pourront aller avec vous. Les talents de négociateur mensonger et manipulateur du Pharaon s’exprimèrent à la hauteur de la situation: il proposa de laisser partir les Israélites, tout en gardant leur bétail en otage pour les obliger à revenir. Il n’avait pas encore compris qu’une obéissance partielle aux directives de l’Eternel était inacceptable.

25  Moïse répondit : Tu mettras toi-même entre nos mains de quoi faire les sacrifices et les holocaustes que nous offrirons à l’Eternel, notre Dieu.

26  Nos troupeaux iront avec nous, et il ne restera pas un ongle ; car c’est là que nous prendrons pour servir l’Eternel, notre Dieu ; et jusqu’à ce que nous soyons arrivés, nous ne savons pas ce que nous choisirons pour offrir à l’Eternel.

27  L’Eternel endurcit le cœur de Pharaon, et Pharaon ne voulut point les laisser aller.

28  Pharaon dit à Moïse : Sors de chez moi ! Garde-toi de paraître encore en ma présence, car le jour où tu paraîtras en ma présence, tu mourras.

Sors de chez moi …  tu mourras. L’entêtement et la résistance du Pharaon atteignirent un nouveau sommet lorsqu’il congédia sommairement Moïse et Aaron en prononçant une menace de mort.

29  Tu l’as dit ! répliqua Moïse, je ne paraîtrai plus en ta présence.

je ne paraîtrai plus en ta présence. Moïse tomba d’accord avec le Pharaon, mais selon une perspective différente. Toutes les négociations et demandes cessèrent immédiatement. Moïse serait prié de se présenter à nouveau devant le roi après la dixième plaie (#Ex 12:31), mais ce serait pour l’entendre enfin accepter la défaite.

 

REVENIR AU JOUR 59  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-59-de-929/

Allez au jour 61   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-61-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/