ANCIEN TESTAMENT JOUR 915 DE 929

30/06/2021 00:50

ANCIEN TESTAMENT JOUR 915 DE 929

ZACHARIE 4 de 14

 

 

Zacharie 4 : 1 à 14

     1 ¶  L’ange qui parlait avec moi revint, et il me réveilla comme un homme que l’on réveille de son sommeil.

 

comme un homme que l’on réveille. Une fois de plus, l’ange chargé d’interpréter la vision revient, et il réveille le prophète de l’épuisement spirituel dans lequel l’a plongé la vision précédente. Cf. #Da 10:9.

4:1-14

La quatrième vision avait pour thème principal le souverain sacrificateur Josué et, par extension, la purification et la restauration d’Israël dans le rôle sacerdotal que Dieu lui avait confié. Cette cinquième vision est centrée sur le responsable civil des Juifs, Zorobabel, un descendant de David, pour l’encourager dans la tâche de reconstruction du temple. Le fidèle achèvement de cette œuvre permettrait à Israël de recommencer à porter la lumière de la grâce de Dieu (sous forme de témoignage) aux yeux du monde.

 

2  Il me dit : Que vois-tu ? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier ;

 

avec sept conduits pour les lampes. Ce chandelier est similaire à celui à sept branches utilisé dans le tabernacle. Il comporte en outre un « vase », placé à son sommet pour assurer une alimentation permanente en huile, qui coule le long de tuyaux reliés aux sept lampes. C’est une image qui suggère une grande abondance.

 

3  et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche.

 

deux oliviers. L’huile d’olives était utilisée à cette époque pour alimenter les lampes. Les deux oliviers fournissent l’huile nécessaire pour le vase. C’est l’image frappante de ressources illimitées qui ne nécessitent pas le concours de l’homme, puisque l’huile coule automatiquement des arbres pour tomber dans le vase, puis dans les lampes.

 

4  Et reprenant la parole, je dis à l’ange qui parlait avec moi : Que signifient ces choses, mon seigneur ?

 

Que signifient ces choses. Zacharie désirait connaître la signification des deux oliviers. Comme il était sacrificateur, sa question étonna l’ange (v. #Za 4:5). Il n’y répondit pas avant le v. 14.

 

5  L’ange qui parlait avec moi me répondit : Ne sais-tu pas ce que signifient ces choses ? Je dis : Non, mon seigneur.

6  Alors il reprit et me dit: C’est ici la parole que l’Eternel adresse à Zorobabel : Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées.

 

la parole que l’Eternel adresse à Zorobabel. Le but de cette vision était d’encourager Zorobabel à achever la reconstruction du temple en l’assurant que Dieu lui donnerait les capacités nécessaires et des ressources illimitées, en prévision de la gloire du royaume et du temple messianiques. Le chandelier symbolisait Israël; Dieu allait lui donner la capacité de briller de sa lumière, à ce moment-là et dans l’avenir. L’Eglise assume ce rôle actuellement (cf. #Ep 5:8-9 ; #Ap 1:12-13, #Ap 1:20), jusqu’à ce qu’Israël soit sauvé et restauré et puisse, ainsi, jouir des bénédictions de l’alliance tout en recouvrant son utilité. Cf. #Ro 11:11-24.

ni par la puissance ni par la force …  par mon Esprit. Aucune force, aucune richesse, aucune énergie purement humaine ne pouvait suffire à mener cette tâche à terme. Seule la puissance du Saint-Esprit, symbolisée par le « vase » (v. #Za 4:2), permettrait à Zorobabel d’aller jusqu’au bout et à Israël, dans le royaume messianique, de rejouer son rôle de lumière pour le monde (cf. #Ez 36:24).

 

7  Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel ? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations : Grâce, grâce pour elle !

 

Qui es-tu, grande montagne. Puisque la réussite était garantie (vv. #Za 4:6, #Za 4:9), toute opposition serait anéantie par Dieu, nivelée comme une montagne réduite à un terrain plat. Aucun obstacle ne pourrait empêcher l’achèvement du temple pendant la vie de Zorobabel, ni pendant le règne ultime du Messie (cf. #Ez 40:1-48:2).

la pierre principale. La dernière pierre, dont la mise en place signale l’achèvement de l’édifice.

Grâce, grâce pour elle! Des cris de joie et de reconnaissance furent effectivement poussés lors de l’achèvement du temple (cf. #Esd 3:11-13). Cette attitude est à mettre en contraste avec celle du peuple devant le temple inachevé (#Ag 2:3).

 

8  La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots:

9  Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront ; et tu sauras que l’Eternel des armées m’a envoyé vers vous.

 

m’a envoyé. C’est l’ange de l’Eternel qui parle, le protecteur, le libérateur et le défenseur d’Israël, envoyé pour que ces prédictions s’accomplissent. Il viendra, en tant que Messie, pour instaurer le culte rendu dans le temple dans son royaume.

 

10  Car ceux qui méprisaient le jour des faibles commencements se réjouiront en voyant le niveau dans la main de Zorobabel. Ces sept sont les yeux de l’Eternel, qui parcourent toute la terre.

 

le jour des faibles commencements. Le fait de construire un temple qui n’avait pas les dimensions remarquables de celui de Salomon pouvait être une source de découragement pour certains (cf. #Esd 3:12 ; #Ag 2:3). Le Seigneur annonça donc que cette œuvre lui était agréable et que, dans son amour omniscient (les « sept yeux »), il veillait sur elle. Il disait en substance: « Ne méprisez pas ce qui est agréable à Dieu. » Ce n’était toutefois qu’une image de la restauration glorieuse qui interviendra lorsque le Messie viendra pour régner: aucun temple ne pourra soutenir la comparaison avec cet ouvrage-là (cf. #Ez 40:1-48:2).

 

11 ¶  Je pris la parole et je lui dis : Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche ?

12  Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis : Que signifient les deux rameaux d’olivier, qui sont près des deux conduits d’or d’où découle l’or ?

13  Il me répondit : Ne sais-tu pas ce qu’ils signifient ? Je dis : Non, mon seigneur.

14  Et il dit : Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre.

 

les deux oints. Les deux oliviers (vv. #Za 4:3, #Za 4:11) représentaient les fonctions royale et sacerdotale en Israël. C’était à travers elles que les bénédictions divines devaient être déversées sur la nation. Les deux « rameaux d’olivier » (v. #Za 4:12) représentaient les deux hommes qui occupaient la position suprême dans ces deux offices à l’époque: Zorobabel, en tant que descendant de David, et Josué, le souverain sacrificateur issu d’Eléazar. Ensemble, ils préfiguraient le Messie qui, lui, combine ces deux fonctions (cf. #Za 6:13 ; #Ps 110) et qui est la source véritable de toute bénédiction. C’est lui qui pourra rendre à Israël son rôle de lumière parmi les nations (cf. #Esa 60:1-3). L’expression « le Seigneur de toute la terre » est liée au millénium et oriente donc les regards vers le royaume ultime (cf. #Mi 5:3).

 

REVENIR AU JOUR 914  dieu-avant-tout-com.webnode.fr/news/ancien-testament-jour-914-de-929/

Allez au jour 916   dieu-avant-tout-com.webnode.fr/news/ancien-testament-jour-916-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/