Christ est mort; bien plus, Il est ressuscité...

03/01/2018 00:07

Christ est mort; bien plus, Il est ressuscité...

UN MESSAGE D'AMOUR·

 "Évangile selon Luc chapitre 24" (verset 5 "Et comme elles étaient effrayées, et qu'elles baissaient le visage contre terre, ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?")!

Nous le proclamons, nous l'affirmons vigoureusement: "Christ est vivant!" Seulement, après tout, en sommes-nous pleinement conscients? Quelle conséquence en tirons-nous dans notre vie quotidienne? Quelle différence cela fait-il concrètement? De toute évidence, le dire et le réaliser sont deux choses tout à fait distinctes.

Face à l'adversité, Christ est vivant! Face à la maladie, Christ est vivant! Face aux soucis, Christ est vivant! Face au tumulte de la vie, Christ est vivant! Face aux frayeurs de la mort, Christ est vivant! Oui, c'est bien vrai, Christ est bel et bien vivant! Manifestement, l'homme qui espère en Son Nom (Matthieu 12.21) a tout pleinement en Lui (Colossiens 2.10). Mais alors, pourquoi tant d'inquiétudes (1 Corinthiens 7.32)? Pourquoi tant de peine et de regards désespérés (Esaïe 41.10)?

Ne serait-ce pas simplement parce que bien souvent, trop souvent, devant une situation critique, l'incrédulité gagne nos cœurs craintifs (Jean 14.1)? Alors, nous devenons comme l'illustre apôtre Pierre qui, bien qu'ayant marché un instant sur les eaux du lac, finit par s'enfoncer. Comme lui, effrayés et tétanisés par nos doutes, nous baissons le visage contre terre et nous flanchons. Pris de panique, nous n'entendons plus raison, et n'apercevons plus que Christ est vivant. Désormais, il n'est plus de paix (Jean 14.27), de sérénité, ni de repos (Matthieu 11.29). Ne reste à présent que les vagues menaçantes et les vents violents.

"Pourquoi as-tu douté?" (Matthieu 14.31) et "Où est votre foi?" (Luc 8.25) sont les reproches que le Seigneur adresse à Ses disciples après les avoir secouru. Était-ce pour les accabler de culpabilité? Non, naturellement. Le Sauveur (1 Jean 4.14) est doux (Matthieu 11.29). S'Il reprend (Apocalypse 3.19), s'Il blesse (Job 5.18), ce n'est jamais pour détruire, toujours pour édifier (2 Corinthiens 13.10). Après tout, que sont ces réprimandes sinon de généreuses invitations à davantage de confiance? Les disciples ont connu que Jésus est le Christ (Jean 20.31), le Fils de Dieu (Marc 1.1). Maintenant, Il leur est demandé de se fier totalement à Lui, de se livrer pleinement sans aucune réserve. Tel est le prix à payer (1 Pierre 1.9), le prix à payer pour vivre en paix, pour goûter aux délices d'une vie d'homme libre (Galates 5.1).

Les choses seraient-elles devenues différentes de nos jours? Dieu ne change pas, en aucun cas. Dieu honore toujours la foi. Sans elle, impossible de Lui plaire (Hébreux 11.6). Ce qui était vrai hier, l'est aussi aujourd'hui, et le sera encore demain. Les problèmes des uns et des autres sont évidemment réels, tout comme le sont les douleurs et les difficultés. Personne ne cherche à les minimiser, encore moins à les nier. Néanmoins, il appartient au croyant moderne de se souvenir de ses aînés, des exemples de foi qu'ils ont laissé, pour leur emboîter le pas. Oui, il leur appartient de se souvenir des héros de la foi, de cette innombrable nuée de témoins (Hébreux 12.1) qui les ont précédés.

Non, il n'est rien de magique dans cette affaire. Il n'est pas de formule magique à prononcer pour que, comme par enchantement, disparaissent peines et chagrins. Non, la vérité est si éloignée de ces vaines chimères. Il s'agit plutôt d'une relation d'amour et de confiance à bâtir avec le Christ vivant. Oui, bien sûr, Jésus est vivant! L'homme victorieux (1 Jean 5.4) est l'homme qui Le connaît (Esaïe 53.11), qui croit en Lui (Actes 10.43). Cette intimité ne va pas de soi. Elle demande du temps, elle implique de la persévérance (Luc 8.15), de la fidélité aussi. Par contre, dans le mauvais jour (Psaumes 27.5), au milieu de la vallée de l'ombre de la mort (Psaumes 23.4), elle se révèle d'un prix inestimable. Et pour cause, elle autorise celui qui la possède à invoquer le Nom qui sauve (Romains 10.13), elle l'autorise à faire appel au Christ ressuscité (2 Timothée 2.8)! Quel grand bonheur! Alors, avec allégresse, celui-ci s'aperçoit qu'il ne s'agit pas uniquement d'une vue de l'esprit. Non, pas du tout! Ce dont il était déjà persuadé par la foi (Romains 8.24) prend corps sous ses yeux: Christ est vivant! Par conséquent, puisque Christ vit, lui aussi vivra (Jean 14.19).

C'est une évidence, la foi éprouvée est plus précieuse que l'or périssable (1 Pierre 1.7). Tout à coup, les montagnes sont aplanies et les vallées comblées (Luc 3.5). Tout à coup, les déserts sont transformées en plaines luxuriantes (Psaumes 107.35) et les anciennes ruines sont rebâties. Si le Fils affranchit quelqu'un, celui-ci est véritablement libre (Jean 8.36).

Il est vivant. Pourquoi alors chercherions-nous parmi les morts Celui qui est vivant ? (Luc 24.5).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/