EXODUS 8 : 1 à 32 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

24/06/2015 08:56

EXODE 8 : 1 À 32 + ***

1 ¶  (7-26) L’Éternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et tu lui diras : Ainsi parle l’Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.

Va vers Pharaon. Le Pharaon était vraisemblablement dans son palais lorsqu’il reçut l’annonce de la deuxième plaie, ainsi que des cinquième (#Ex 9:1) et huitième (#Ex 10:1).

2  (7-27) Si tu refuses de le laisser aller, je vais frapper par des grenouilles toute l’étendue de ton pays.

frapper. Ce verbe signifiait aussi « heurter ». L’emploi de différents termes (en hébreu)  « plaies » (#Ex 9:14), « frapper » (#Ex 12:13) et « mortalité » (#Ex 9:3, #Ex 9:15) - visait à faire prendre conscience de la gravité de ce qui se passait en Égypte.

grenouilles. Les Égyptiens adulaient les grenouilles: ils portaient des amulettes en forme de grenouille et interdisaient de tuer ces bêtes, considérées comme sacrées. Leurs coassements en provenance du fleuve et des étangs signalaient aux paysans que les dieux qui contrôlaient les flux et reflux du Nil avaient une fois de plus rendu la terre fertile. Le dieu Hapi était vénéré en cette occasion pour avoir fait descendre les alluvions. De plus, la grenouille était la représentation de la déesse Heqt, l’épouse du dieu Khum et le symbole de la résurrection et de la fertilité. La présence de grenouilles en si grand nombre, partout à l’intérieur et à l’extérieur des maisons (vv. #Ex 7:3, #Ex 7:13), n’apporta cependant que frustration, consternation et désagréments, et elle ne constitua pas, comme en temps normal, le signal que les champs étaient prêts à être moissonnés.

3  (7-28) Le fleuve fourmillera de grenouilles ; elles monteront, et elles entreront dans ta maison, dans ta chambre à coucher et dans ton lit, dans la maison de tes serviteurs et dans celles de ton peuple, dans tes fours et dans tes pétrins.

4  (7-29) Les grenouilles monteront sur toi, sur ton peuple, et sur tous tes serviteurs.

5  (8-1) L’Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Étends ta main avec ta verge sur les rivières, sur les ruisseaux et sur les étangs, et fais monter les grenouilles sur le pays d’Égypte.

6  (8-2) Aaron étendit sa main sur les eaux de l’Égypte ; et les grenouilles montèrent et couvrirent le pays d’Égypte.

7  (8-3) Mais les magiciens en firent autant par leurs enchantements. Ils firent monter les grenouilles sur le pays d’Égypte.

les magiciens en firent autant. Une fois de plus, au lieu de renverser la situation, les magiciens ne purent démontrer le pouvoir de leur art magique qu’en augmentant le nombre de grenouilles et, de ce fait, les désagréments de la population. Le fait qu’ils ne pouvaient que copier le fléau, sans même parvenir à l’éradiquer, fut cependant suffisant pour renforcer l’entêtement royal.

8  (8-4) Pharaon appela Moïse et Aaron, et dit : Priez l’Éternel, afin qu’il éloigne les grenouilles de moi et de mon peuple ; et je laisserai aller le peuple, pour qu’il offre des sacrifices à l’Éternel.

Priez l’Éternel. Cet emploi du nom de l’Éternel et cette demande de délivrance correspondent plus à une démarche de négociation qu’à une reconnaissance personnelle ou officielle du Dieu d’Israël.

9  (8-5) Moïse dit à Pharaon : Glorifie-toi sur moi ! Pour quand prierai-je l’Éternel en ta faveur, en faveur de tes serviteurs et de ton peuple, afin qu’il retire les grenouilles loin de toi et de tes maisons ? Il n’en restera que dans le fleuve.

que dans le fleuve. Une telle précision signale que le Nil et ses eaux étaient revenus à la normale et que la vie pouvait de nouveau s’y développer.

10  (8-6) Il répondit : Pour demain. Et Moïse dit : Il en sera ainsi, afin que tu saches que nul n’est semblable à l’Éternel, notre Dieu.

Demain. Ayant reçu le privilège de fixer le moment où Dieu répondrait à la prière, le Pharaon ne demanda la fin de la plaie que pour le lendemain. Peut-être espérait-il que, dans l’intervalle, il se passerait quelque chose qui lui éviterait de devoir reconnaître la puissance de l’Éternel et se sentir redevable envers Moïse et son Dieu. Malgré la réponse divine, il persévéra du reste dans son endurcissement (v. #Ex 8:11).

11  (8-7) Les grenouilles s’éloigneront de toi et de tes maisons, de tes serviteurs et de ton peuple ; il n’en restera que dans le fleuve.

12  (8-8) Moïse et Aaron sortirent de chez Pharaon. Et Moïse cria à l’Éternel au sujet des grenouilles dont il avait frappé Pharaon.

13  (8-9) L’Éternel fit ce que demandait Moïse ; et les grenouilles périrent dans les maisons, dans les cours et dans les champs.

14  (8-10) On les entassa par monceaux, et le pays fut infecté.

15  (8-11) Pharaon, voyant qu’il y avait du relâche, endurcit son cœur, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.

16 ¶  (8-12) L’Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Étends ta verge, et frappe la poussière de la terre. Elle se changera en poux, dans tout le pays d’Égypte.

Toute la poussière de la terre …  tout le pays. La formulation insiste bien sur l’étendue et la gravité de ce fléau.

La troisième plaie fut envoyée sur le pays sans avertissement préalable, tout comme les sixième (#Ex 9:8-9) et neuvième (#Ex 10:21). Un mode de fonctionnement en trois étapes apparaît donc: avertissement près du fleuve, puis au palais, puis absence totale d’avertissement.

poux. Le terme hébreu désigne des moucherons très petits, à peine visibles à l’œil nu. Les prêtres, qui veillaient à rester purs en se lavant fréquemment et en se rasant, furent affectés et donc rendus impurs pour l’exercice de leurs fonctions.

17  (8-13) Ils firent ainsi. Aaron étendit sa main, avec sa verge, et il frappa la poussière de la terre ; et elle fut changée en poux sur les hommes et sur les animaux. Toute la poussière de la terre fut changée en poux, dans tout le pays d’Égypte.

mouches. La LXX parle de « mouches à chien », des insectes suceurs de sang. L’ichneumon, ou mouche vibrante, qui dépose ses œufs sur d’autres êtres vivants pour permettre aux larves de se nourrir, était considéré comme la manifestation d’Uatchit (forme d’Hathor). Le constat de dévastation du v. 20 n’est guère favorable à un dieu insecte! Quelle qu’ait été l’espèce de mouche concernée, les conséquences de cette plaie furent terribles et désastreuses.

18  (8-14) Les magiciens employèrent leurs enchantements pour produire les poux ; mais ils ne purent pas. Les poux étaient sur les hommes et sur les animaux.

distinguerai le pays de Gosen. Pour la première fois dans cette succession de fléaux, Dieu annonce une distinction: Israël ne sera pas touché! Le terme de « signe » (v. #Ex 8:19) renvoie à cette discrimination établie et bien précisée pour les cinquième, septième, neuvième et dixième plaies. En plus de l’accent mis sur « mon peuple » dans les énoncés divins, la différence faite entre Israël dans le pays de Gosen et l’Égypte elle-même témoignait de l’attention personnelle et puissante de l’Éternel envers les siens.

19  (8-15) Et les magiciens dirent à Pharaon: C’est le doigt de Dieu ! Le cœur de Pharaon s’endurcit, et il n’écouta point Moïse et Aaron, selon ce que l’Éternel avait dit.

C’est le doigt de Dieu! L’échec des magiciens dans leur tentative de reproduire le fléau les obligea à ce constat, étonnant de leur part. Ils ne se contentèrent pas de le faire entre eux, mais le posèrent publiquement devant le Pharaon. Celui-ci persévéra néanmoins dans son attitude, dans son refus de reconnaître la puissance de Dieu.

20 ¶  (8-16) L’Éternel dit à Moïse : Lève-toi de bon matin, et présente-toi devant Pharaon ; il sortira pour aller près de l’eau. Tu lui diras : Ainsi parle l’Éternel : Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve.

21  (8-17) Si tu ne laisses pas aller mon peuple, je vais envoyer les mouches venimeuses contre toi, contre tes serviteurs, contre ton peuple et contre tes maisons ; les maisons des Égyptiens seront remplies de mouches, et le sol en sera couvert.

22  (8-18) Mais, en ce jour-là, je distinguerai le pays de Gosen où habite mon peuple, et là il n’y aura point de mouches, afin que tu saches que moi, l’Éternel, je suis au milieu de ce pays.

23  (8-19) J’établirai une distinction entre mon peuple et ton peuple. Ce signe sera pour demain.

demain. A cette occasion, le moment exact où la plaie frapperait fut inclus dans l’avertissement, ce qui donnait au Pharaon et à son peuple la possibilité de se repentir ou de céder. Le lendemain fut aussi le temps fixé pour les cinquième, septième et huitième plaies (#Ex 9:5, #Ex 9:18 ; #Ex 10:4) et « vers le milieu de la nuit » fut indiqué pour le début de la dixième plaie (#Ex 11:4). Voir la note sur 11:4 {==> "Ex 11:4"}.

24  (8-20) L’Éternel fit ainsi. Il vint une quantité de mouches venimeuses dans la maison de Pharaon et de ses serviteurs, et tout le pays d’Égypte fut dévasté par les mouches.

25  (8-21) Pharaon appela Moïse et Aaron et dit : Allez, offrez des sacrifices à votre Dieu dans le pays.

26  (8-22) Moïse répondit : Il n’est point convenable de faire ainsi ; car nous offririons à l’Éternel, notre Dieu, des sacrifices qui sont en abomination aux Égyptiens. Et si nous offrons, sous leurs yeux, des sacrifices qui sont en abomination aux Égyptiens, ne nous lapideront-ils pas ?

des sacrifices qui sont en abomination aux Égyptiens. Le Pharaon proposa dans une tentative d’apaisement un compromis  offrir des sacrifices dans le pays - auquel Moïse rétorqua que les sacrifices des Israélites ne plairaient pas aux Égyptiens et que ces derniers pourraient même réagir violemment. Le Pharaon comprit immédiatement sa remarque: l’aversion des Égyptiens pour les sacrifices d’Israël pouvait être provoquée par leur mépris des bergers et de leurs troupeaux (#Ge 46:34) ou par les animaux sacrifiés qu’ils considéraient eux-mêmes comme sacrés.

27  (8-23) Nous ferons trois journées de marche dans le désert, et nous offrirons des sacrifices à l’Éternel, notre Dieu, selon ce qu’il nous dira.

8:23-25

Nous ferons …  Je vous laisserai aller. La première déclaration montrait que la décision de voyager trois jours au-delà des frontières égyptiennes n’était pas négociable. La seconde déclaration montra que le Pharaon essayait de garder cette décision sous son contrôle et qu’il ne la considérait pas comme une réponse à la demande de l’Éternel pour son peuple.

28  (8-24) Pharaon dit : Je vous laisserai aller, pour offrir à l’Éternel, votre Dieu, des sacrifices dans le désert : seulement, vous ne vous éloignerez pas, en y allant. Priez pour moi.

Priez pour moi. Une brève requête pour lui-même, mais aussi pour le départ des mouches, tout comme il avait demandé le départ des grenouilles (#Ex 8:4).

29  (8-25) Moïse répondit : Je vais sortir de chez toi, et je prierai l’Éternel. Demain, les mouches s’éloigneront de Pharaon, de ses serviteurs et de son peuple. Mais, que Pharaon ne trompe plus, en refusant de laisser aller le peuple, pour offrir des sacrifices à l’Éternel.

que Pharaon ne trompe plus. L’exhortation finale de Moïse soulignait le caractère mensonger des paroles du roi.

30  (8-26) Moïse sortit de chez Pharaon, et il pria l’Éternel.

31  (8-27) L’Éternel fit ce que demandait Moïse ; et les mouches s’éloignèrent de Pharaon, de ses serviteurs et de son peuple. Il n’en resta pas une.

Il n’en resta pas une. Cette disparition totale et miraculeuse des mouches  réponse de Dieu à la supplication de Moïse - ne persuada pas du tout le Pharaon. Une fois les effets humiliants de la plaie passés, il s’entêta encore plus (v. #Ex 8:28).

32  (8-28) Mais Pharaon, cette fois encore, endurcit son cœur, et il ne laissa point aller le peuple.

 

EXODUS 8 : 1 à 32 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

¶ 1 (7-26) The Lord said to Moses: Go to Pharaoh and tell him, Thus saith the LORD, Let my people go, that they may serve me.

Go to Pharaoh. Pharaoh was probably in his palace when he received the news of the second wound, and the fifth (#Ex 9: 1) and eighth (#Ex 10: 1).

2 (7-27) If you refuse to let them go, I will strike with frogs all thy borders.

hit. This word also meant "hit". The use of different terms (in Hebrew) "wounds" (#Ex 9:14) "hit" (#Ex 24:13) and "mortality" (#Ex 9: 3, #Ex 9:15) - was to raise awareness of the seriousness of what was happening in Egypt.

frogs. The Egyptians lionized frogs: they wore frog-shaped amulets and prohibited to kill these beasts, considered sacred. Their croaking from the river and ponds farmers reported that the gods who controlled the flux and reflux of the Nile had once again made the land fertile. The Hapi god was worshiped on this occasion to have revealed the alluvium. In addition, the frog was the representation of the Heqt goddess, wife of Khum god and symbol of resurrection and fertility. The presence of so many frogs, everywhere inside and outside of homes (vv #Ex. 7: 3, #Ex 7:13), however, brought only frustration, dismay and discomfort, and did not constitute, as normal, the signal that the fields were ready to be harvested.

3 (7-28) The river swarm with frogs; which shall go up and come into your house, into your bedroom and on your bed, in the house of thy servants, and upon thy people, and into your ovens, and into thy kneading troughs.

4 (7-29) The frogs shall come upon thee, and upon thy people, and upon all your servants.

5 (8-1) The LORD said to Moses, Say unto Aaron, Stretch forth thine hand with thy rod over the rivers, over the streams and over the pools, and bring forth frogs upon the land of Egypt.

6 (8-2) Aaron stretched out his hand over the waters of Egypt; and the frogs came up and covered the land of Egypt.

7 (8-3) And the magicians did so with their enchantments. They brought up frogs upon the land of Egypt.

the magicians did so. Once again, instead of reversing the situation, the magicians could not demonstrate the power of their magic art that increasing the number of frogs and, therefore, the inconvenience of the population. The fact that they could not copy the scourge without even reaching eradicate it, however, was enough to strengthen the royal stubbornness.

8 (8-4) called for Moses and Aaron, saying: Pray to the Lord to take away the frogs from me and from my people; and I will let the people go, that they may sacrifice to the LORD.

Pray the Lord. This use of the name of Jehovah and the application for the grant longer correspond to a negotiation process to a personal or official recognition of Israel's God.

9 (8-5) Moses said to Pharaoh, Glory over me! For when I pray the Lord for thee, and for thy servants, and of thy people, to destroy the frogs from you and your houses? It will remain only in the river.

in the river. Such precision signals that the Nile and its waters had returned to normal and that life could again develop.

10 (8-6) he said, To morrow. And Moses said: It will be, that thou mayest know that there is none like unto the LORD our God.

Tomorrow. Having received the privilege of setting the time when God would answer prayer, Pharaoh demanded the end of the wound for the next day. Perhaps he hoped that in the meantime, something would happen that would prevent him from having to recognize the power of the Lord and feel indebted to Moses and his God. Despite the divine answer, he persevered in his obduracy of the rest (v. #Ex 8:11).

11 (8-7) The frogs shall depart from you and your houses, your servants and your people; it may remain in the river.

12 (8-8) Moses and Aaron went out from Pharaoh. And Moses cried to the Lord about the frogs which he had brought against Pharaoh.

13 (8-9) The LORD did as Moses; and the frogs died in the houses, in the courtyards and in the fields.

14 (8-10) they gathered them together in heaps, and the land stank.

15 (8-11) Pharaoh saw that there was respite, he hardened his heart, and he hearkened not unto them; as the LORD had said.

¶ 16 (8-12) And the LORD said unto Moses, Say unto Aaron, Stretch out thy rod, and smite the dust of the earth. It may become lice throughout all the land of Egypt.

All the dust of the earth ... the whole country. The formulation well emphasizes the extent and seriousness of this scourge.

The third plague was sent to the country without warning, just as the sixth (#Ex 9: 8-9) and ninth (#Ex 10:21). A mode of operation in three stages therefore appears: Warning near the river, then the palace and total lack of warning.

lice. The Hebrew term refers to very small flies, barely visible to the naked eye. The priests, who were watching to stay clean by washing and shaving frequently, were affected and thus rendered impure for the exercise of their functions.

17 (8-13) And they did so. Aaron stretched out his hand with his rod, and smote the dust of the earth; and it became lice on man and beast. All the dust of the earth became lice throughout all the land of Egypt.

flies. The LXX says "dog flies" of blood-sucking insects. The ichneumon or vibrating fly, which lays its eggs on other living beings to allow larvae to feed, was considered a manifestation of Uatchit (form of Hathor). The devastation of finding v. 20 is hardly favorable to an insect god! Whatever the species of fly, the consequences of this wound were terrible and disastrous.

18 (8-14) And the magicians with their enchantments to bring forth lice, but they could not. The lice were on men and animals.

distinguish the land of Goshen. For the first time in this series of plagues, God announces a distinction: Israel will not be affected! The term "signs" (v. #Ex 8:19) refers to the discrimination established and well specified for fifth, seventh, ninth and tenth wounds. In addition to the emphasis on "my people" in the divine utterances, the difference made between Israel in the land of Goshen and Egypt itself reflected the personal and powerful attention of the Lord towards his.

19 (8-15) And the magicians said unto Pharaoh, This is the finger of God! Pharaoh's heart was hardened, and he hearkened not unto them; as the LORD had said.

This is the finger of God! The failure of magicians in their attempt to reproduce the plague forced them to this, surprising them. They were not content to do them, but rested it publicly before Pharaoh. It nonetheless persevered in his attitude, his refusal to recognize the power of God.

¶ 20 (8-16) And the Lord said to Moses: Arise early, and stand before Pharaoh; he goes out to the water. Say unto him, Thus saith the LORD, Let my people go, that they may serve me.

21 (8-17) If you do not let my people go, I will send swarms of flies against you, against your servants against your people and against thy houses; Egyptians houses shall be full of flies, and the ground will be covered.

22 (8-18) But that day, I will distinguish the land of Goshen where my people dwell, and there shall be no swarms of flies, that you may know that I the Lord, I am middle of the country.

23 (8-19) I will put a division between my people and your people. This sign will be tomorrow.

tomorrow. On this occasion, the exact moment when the strike wound was included in the warning, which gave the Pharaoh and his people the opportunity to repent or yield. The next day was also the time set for the fifth, seventh and eighth plagues (#Ex 9: 5, 9:18 #Ex; #Ex 10: 4) and "the middle of the night" was indicated for the start of the tenth plague (#Ex 11: 4). See note on 11: 4 {==> "Ex 11: 4"}.

24 (8-20) And the Lord did so. There came a grievous swarm of flies into the house of Pharaoh and his servants, and all the land of Egypt was devastated by flies.

25 (8-21) called for Moses and Aaron and said, Go, sacrifice to your God in the land.

26 (8-22) Moses said, It is appropriate to do so; because we would offer to the Lord our God, sacrifices that are an abomination to the Egyptians. And if we offer, in their eyes, sacrifice the abomination of the Egyptians, do not they will stone us?

sacrifices which are an abomination to the Egyptians. Pharaoh offered in an attempt to calm a compromise offer sacrifices in the country - to which Moses replied that the sacrifices of the Israelites would not please the Egyptians and that they could even react violently. Pharaoh immediately understood his remark: the aversion of the Egyptians for Israel's sacrifices could be caused by their contempt of the shepherds and their herds (#Ge 46:34) or the sacrificed animals they considered themselves as sacred.

27 (8-23) We will go three days in the wilderness, and sacrifice to the LORD our God, as he shall command us.

8: 23-25

We will ... I will let you go. The first statement showed that the decision to travel three days beyond the Egyptian borders was not negotiable. The second statement showed that Pharaoh was trying to keep this decision under his control and that he did not regard it as a response to the request of the Lord for his people.

28 (8-24) Pharaoh said, I will let you go to offer to the Lord your God, sacrifices in the wilderness; only you do not get very far away, going there. Pray for me.

Pray for me. A brief petition for himself, but also for the departure of flies, just as he had requested the departure of frogs (#Ex 8: 4).

29 (8-25) Moses said, I go out from thee, and I will pray to the Lord. Tomorrow, flies may depart from Pharaoh, from his servants and his people. But let Pharaoh not mistaken, in not letting the people go to offer sacrifices to the Lord.

Pharaoh no longer fools. The final exhortation of Moses pointed out the falsity of the king's words.

30 (8-26) Moses left Pharaoh and prayed to the LORD.

31 (8-27) And the Lord did as Moses; and flies departed from Pharaoh, from his servants and his people. There remained not one.

There remained not one. This total disappearance and miraculous flies God's answer to the prayer of Moses - not at all persuaded Pharaoh. After the humiliating effects of past wound, he more obstinate (v. #Ex 8:28).

32 (8-28) Pharaoh, once again, he hardened his heart, and he did not let the people go.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/