HÉBREUX 2 : 01 À 18 *** + HEBREWS 2 : 01 to 18 + NOTES : JOHN MACARTHUR

22/04/2016 17:27

HÉBREUX 2 : 01 À 18 *** +
 

1 ¶  C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles.

nous attacher …  nous ne soyons emportés. Il s’agit de deux expressions liées au domaine maritime. La première désigne l’amarrage d’un navire à quai, la seconde un navire qui, par manque de surveillance, se retrouve au-delà du port. C’est un avertissement: nous devons nous accrocher aux vérités de l’Évangile et veiller à ne pas ignorer ce havre de salut, car c’est le seul disponible. La foi chrétienne doit être examinée avec le plus grand sérieux, car on touche là au domaine le plus important qui soit pour nous. Par leur tendance à l’apathie, les lecteurs oublieux mettent leur vie en danger de naufrage (cf. #Hé 6:19 ).

2:1-4 Pour bien faire admettre l’importance de la souveraineté du Fils de Dieu sur les anges, le rédacteur exhorte ses lecteurs à réagir. Le « nous » comprend tous les Hébreux. Certains n’avaient accordé qu’un assentiment intellectuel à la doctrine de la supériorité du Messie sur les anges, ils ne s’étaient jamais engagés envers lui en sa qualité de Dieu et de Seigneur. Il mérite leur adoration autant qu’il mérite celle des anges.

 

2  Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution,

si. Le grec présume que la condition a déjà été remplie et peut donc être traduit « étant donné que ».

anges. Au mont Sinaï, Dieu a utilisé ses anges pour transmettre sa loi aux hommes (cf. #De 33:1-2 ; #Ps 68:18 ; #Ac 7:38, #Ac 7:53 ; #Ga 3:19).

transgression …  désobéissance. Transgresser, c’est franchir volontairement la ligne par un péché évident de commission. Désobéir, c’est ne pas écouter les commandements de Dieu et pécher ainsi par omission. Ces deux péchés sont volontaires et graves, et ils méritent donc « une juste rétribution ».

 

3  comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut, qui, annoncé d’abord par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’ont entendu,

comment échapperons-nous. Puisque toute désobéissance à l’ancienne alliance, l’alliance de la loi, entraînait immédiatement un châtiment, une désobéissance à la nouvelle alliance, celle de l’Évangile du salut, dont le médiateur est le Fils, qui est supérieur aux anges (cf. #Mt 10:14-15 ; #Mt 11:20-24), mérite un jugement d’autant plus sévère. Le messager de la nouvelle alliance et son message sont plus grands que les messagers et le message de l’ancienne alliance. Plus grand est le privilège, plus sévère est le châtiment de la négligence ou de la désobéissance (cf. #Hé 10:29 ; #Lu 12:47).

par ceux qui l’ont entendu. Cette expression atteste du caractère successif de l’évangélisation. La génération des Hébreux d’alors n’aurait pas pu entendre l’Évangile si la génération précédente n’avait pas fait passer le message (cf. #1Ti 2:5-7).

 

4  Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté.

des signes, des prodiges, et divers miracles, et par les dons. Les pouvoirs surnaturels démontrés par Jésus et les apôtres correspondaient à une confirmation par Dieu le Père de l’authenticité de l’Évangile de Christ, son Fils (cf. #Jn 10:38 ; #Ac 2:22 ; #Ro 15: 19 ; #1Co 14: 22 ). L’intérêt de tels miracles consistait avant tout dans le fait qu’ils démontraient l’authenticité du message.

Saint-Esprit. C’est la première allusion de cette épître au Saint-Esprit, et elle mentionne comme en passant qu’il a confirmé par le surnaturel le message du salut. Ailleurs elle précise les aspects de son ministère liés à la révélation des Écritures (#Hé 3:7 ; #Hé 10:15), à son enseignement (#Hé 9:8), aux opérations qui précèdent le salut (#Hé 6:4, peut-être la conviction de péché; 10:29, la grâce commune) et au ministère de Christ (#Hé 9:14).

 

5 ¶  En effet, ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir dont nous parlons.

le monde. Littéralement « la terre habitée ». C’est une allusion au grand royaume millénaire (cf. #Za 14: 9 ; #Ap 20:1-5). Ce ne sont pas les anges qui régneront sur le royaume messianique.

 

6  Or quelqu’un a rendu quelque part ce témoignage : Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui, Ou le fils de l’homme, pour que tu prennes soin de lui ?

quelque part. Cela ne signifie pas que le rédacteur ignorait l’origine de la citation qui suit, mais que son emplacement comptait bien moins que son autorité divine. Il est aussi significatif que l’auteur de l’épître ne se soit pas identifié lui non plus: il voulait peut-être faire réaliser à ses lecteurs que c’est le Saint-Esprit qui est le véritable auteur de toute l’Écriture (cf. #2Ti 3:16 ; #2P 1:21).

l’homme …  le fils de l’homme. Deux allusions à l’humanité en général, et non à Christ. Ce passage demande pourquoi Dieu s’est embarrassé de l’homme. Comme le démontrent les versets suivants (versets  #Hé 2:9-10), l’incarnation de Christ constitue la meilleure preuve de l’amour et de l’intérêt de Dieu pour l’humanité. Christ n’a pas été envoyé sous la forme d’un ange, mais d’un homme.

2:6-8 Citation de #Ps 8:5-7 (cf. #1Co 15:27-28 ; #Ep 1:22).

 

7  Tu l’as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur,

anges. Les anges ont reçu de Dieu des pouvoirs surnaturels. Ils ont un accès permanent au trône du Créateur (cf. #Job 1:6 ; #Job 2:1 ; #Ap 5:11) et ne sont pas soumis à la mort.

 

8  Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises.

soumettant. Malgré la supériorité des anges sur les hommes, c’est à l’humanité que Dieu avait confié l’administration de la terre (#Ge 1:26-28). À cause de la chute (#Ge 3), cependant, l’humanité s’est révélée incapable d’assumer cette position instituée par Dieu.

 

9  Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.

de gloire et d’honneur. Cf. #Ph 2:8-9. Par son œuvre rédemptrice, Christ a accompli tout ce qui était exigé de la part du représentant suprême de l’humanité. Par son incarnation, son sacrifice substitutif et sa victoire sur le péché et sur la mort (cf. #Ro 6:23 ; #1Jn 4:10), il a accompli le projet original de Dieu pour l’humanité. En tant que second Adam (#1Co 15: 47), il a été placé pour un temps en dessous des anges. Désormais, à lui sont la gloire et l’honneur, et toutes choses (les anges inclus) lui sont soumises.

il a souffert la mort pour tous. Le terme « tous » désigne tous ceux qui croient. La mort de Christ ne peut s’appliquer avec efficacité qu’à ceux qui sont venus à Dieu par la foi, avec un cœur repentant, pour demander sa grâce et le pardon de leurs péchés.

 

10 ¶  Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.

convenait. Ce que Dieu a accompli à travers l’humiliation de Jésus-Christ était parfaitement cohérent avec sa justice et sa sainteté souveraines. Sans l’humiliation et les souffrances endurées par Christ, la rédemption aurait été impossible, et sans rédemption, il ne pouvait y avoir de glorification (cf. #Ro 8:18, #Ro 8:29-30).

perfection. Par sa nature divine, Christ était déjà parfait. Cela n’empêche pas que sa nature humaine a été perfectionnée par son obéissance, y compris par les souffrances qu’il a endurées, pour qu’il devienne un souverain sacrificateur compatissant, un exemple pour les croyants (cf. #Hé 5:8-9 ; #Hé 7:25-28 ; #Ph 2:8 ; #1Pi 2:21) et puisse établir sa parfaite justice (#Mt 3:15), qui peut désormais être imputée aux croyants (#2Co 5:21 ; #Ph 3:8, #Ph 3:19).

Prince. Le terme grec est utilisé aussi en #Hé 12:2 (« qui suscite ») et en #Ac 5:31. On peut aussi traduire par « pionnier » « chef », « initiateur ». Christ est la source du salut (cf. « auteur » en #Hé 5:9, qui a le sens de cause), son initiateur et son chef. Il nous a précédés sur la route qui mène au ciel (#Hé 6:20).

 

11  Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères,

sanctifie. La sanctification met une personne à part pour le service de Dieu, au travers de la purification du péché et de la conformité à la sainteté de Dieu (cf. #Hé 10:10).

 

12  lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée.

mes frères. Citation du #Ps 22: 23. Jésus avait enseigné que ceux qui faisaient la volonté du Père en obéissant à sa Parole étaient ses frères et sa mère (#Mt 12:50 ; #Lu 8:21). Il a toutefois attendu sa résurrection pour appeler ses disciples « frères » (#Mt 28:10 ; #Jn 20: 17). Il fallait qu’il paye le prix de leur salut pour qu’ils deviennent vraiment ses frères et sœurs spirituels. L’utilisation de ce terme démontre qu’il s’est pleinement identifié à l’humanité afin de lui offrir une complète rédemption (#Ph 2:7-9).

 

13  Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés.

La citation d’#Esa 8:17-18 (cf. #2S 22: 3) souligne l’argument présenté aux versets  #Hé 2:9-11: Christ s’est totalement identifié à l’humanité en endossant la nature humaine. Sa totale dépendance de Dieu pendant son séjour sur la terre démontre la réalité de sa nature humaine.

 

14 ¶  Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable,

participent …  également participé. En grec, le premier « participer » suggère la communion ou l’association. Le second exprime l’acte d’endosser quelque chose qui n’a rien de commun avec votre propre nature. Par nature, le Fils de Dieu n’était pas de « sang » et de « chair », mais il a pris sur lui cette nature dans le but d’apporter la rédemption à l’humanité.

la mort …  la puissance de la mort. C’est l’objectif suprême de l’incarnation: Jésus est venu sur la terre dans l’intention expresse de mourir. Il est parvenu à vaincre la mort par sa résurrection (#Jn 14: 19), et par cette victoire, il a réduit Satan à l’impuissance dans ses efforts contre ceux qui sont sauvés. L’utilisation par Satan de la puissance de la mort est soumise à la volonté de Dieu (cf. #Job 2:6).

 

15  et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.

crainte de la mort. Pour le croyant, « la mort a été engloutie dans la victoire » (#1Co 15: 54). L’œuvre de Christ a mis fin à la peur de la mort et à l’esclavage spirituel qu’elle exerçait sur les hommes.

 

16  Car assurément ce n’est pas à des anges qu’il vient en aide, mais c’est à la postérité d’Abraham.

vient en aide. Littéralement « se saisit de ». Le sens de « venir en aide » vient de l’image qui voit quelqu’un saisir une autre personne pour la pousser ou la tirer loin du danger, la mettre en sécurité. Cependant, on ne trouve pas, dans le judaïsme, l’idée que l’entrée dans le monde du Messie servirait à venir en aide aux anges. Cette traduction ne crée qu’un contraste bien faible en comparaison avec tout ce qui a été dit précédemment à propos de la supériorité de Christ sur les anges. Comme le contexte présente l’identification de Christ avec l’humanité par son incarnation (il a pris sur lui la nature humaine, versets  9-14, 17) et que l’auteur utilise au verset 18 un autre mot grec pour la notion de venir en aide (comme en #Hé 4:16), il paraît préférable de privilégier la traduction « prendre la nature de ».

la postérité d’Abraham. Le Christ est cette descendance (littéralement « semence ») promise. L’épître étant destinée à des Hébreux, on pouvait supposer qu’ils s’identifieraient à cette description. Le Messie est né au sein de la descendance d’Abraham, en accomplissement des prophéties de l’A.T. (#Mt 1:1). L’un des objectifs premiers de l’incarnation était le salut d’Israël (#Mt 1:21). Un autre était l’accomplissement de l’alliance conclue avec Abraham avec la promesse d’une descendance. De tous les peuples, les Hébreux auraient dû être les premiers à reconnaître la signification et l’importance de l’incarnation.

 

17  En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple ;

faire l’expiation. Mot qui signifie « se concilier » ou « satisfaire ». L’œuvre expiatoire de Christ est liée à son office de souverain sacrificateur. En partageant la nature humaine, il a démontré sa miséricorde envers les hommes et sa fidélité à Dieu. Il a satisfait aux exigences divines par rapport au péché et a ainsi obtenu un plein pardon pour son peuple. Cf. #1Jn 2:2 ; #1Jn 4:10.

 

18  car, ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.

tenté. Le fait que Christ a connu la tentation prouve qu’il était vraiment un homme. Cette expérience l’a rendu capable de comprendre ses frères et de compatir à leurs difficultés (cf. #Hé 4:15). Les tentations auxquelles il a été soumis n’avaient rien d’édulcoré. Il arrive souvent que nous cédions à la tentation avant même d’avoir pris conscience de son existence, alors que Jésus a su lui résister tout en discernant la puissance de séduction déployée pour le faire chuter (cf. #Lu 4:1-13).

 

HEBREWS 2 : 01 to 18 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

 

1 ¶ Therefore we ought to give the more earnest heed to the things which we have heard, lest we drift away from them.

 

attach ourselves ... we drift. These two expressions linked to the maritime domain. The first refers to the mooring of a docked ship, the second ship which, for lack of supervision, is found beyond the port. This is a warning: we must cling to the truths of the gospel and be careful not to ignore this haven of salvation, because it is the only one available. The Christian faith must be examined with the utmost seriousness, because we touch the most important area that is for us. By their tendency to apathy, forgetful readers put their lives in danger of shipwreck (cf. Heb 6:19 #).

 

2: 1-4 To do recognize the importance of the sovereignty of the Son of God on angels, the writer exhorts his readers to respond. The "we" includes all the Hebrews. Some had given an intellectual assent to the doctrine of the superiority of the Messiah over the angels, they had never committed to him in his capacity as God and Lord. He deserves their worship as he deserves the angels.

 

2 For if the word spoken by angels was steadfast, and every transgression and disobedience received a just retribution,

 

 

if. Greek presume that the condition has already been completed and can be translated "since".

 

angels. At Mount Sinai, God used angels to transmit his law to men (see # of 33: 1-2; 68:18 #PS; #AC 7:38, 7:53 #AC; #Ga 3:19) .

 

... transgression disobedience. Transgressing is intentionally cross the line by an obvious sin of commission. Disobedience is not to listen to the commandments of God and thus sin of omission. Both sins are voluntary and serious, and therefore they deserve a "fair return".

 

3 How shall we escape neglect so great salvation; which at the first began by the Lord, was confirmed to us by those who heard,

 

How shall we escape. Since disobedience to the old covenant, the covenant of law, immediately drew a punishment, disobedience to the new covenant, that of the Gospel of salvation, whose mediator is the Son, who is superior to angels (cf. . #Mt 10: 14-15; #Mt 11: 20-24), deserves a more severe judgment. The messenger of the new covenant and its message are larger than the messengers and the message of the old covenant. The greater the privilege, the more severe the punishment of negligence or disobedience (cf. Heb 10:29 #; #Lu 12:47).

by those who heard. This expression confirms the sequential nature of evangelization. The generation of Hebrews then could not hear the Gospel if the previous generation did not get the message (see # 1 Tim 2: 5-7).

 

4 God also bearing them witness, both with signs and wonders and various miracles, and gifts of the Holy Spirit distributed according to his will.

 

signs, wonders and various miracles, and gifts. Supernatural powers demonstrated by Jesus and the apostles were consistent with confirmation by God the Father to the authenticity of the gospel of Christ, his Son (cf. #Jn 10:38; #AC 2:22; #Ro 15: 19 ; # 1 Cor 14: 22). The interest of such miracles consisted primarily in the fact that they demonstrate the authenticity of the message.

 

Holy Spirit. This is the first hint of this epistle to the Holy Spirit, and she mentions in passing that confirmed by the supernatural message of salvation. Elsewhere it specifies aspects of his ministry related to the revelation of the Scriptures (# Heb 3: 7; # Heb 10:15), in education (Hey # 9: 8), operations that precede salvation (# Heb 6: 4, perhaps the conviction of sin; 10:29, common grace) and the Ministry of Christ (# Heb 9:14).

 

5 ¶ For it is not to angels that God subjected the world to come, whereof we speak.

 

the world. Literally "the inhabited earth." This alludes to the great millennial kingdom (cf. #Za 14: 9; #Ap 20: 1-5). These are not the angels who rule over the Messianic kingdom.

 

6 But one in a certain place testified: What is man, that thou art mindful of him, Or the son of man, for you to take care of him?

 

somewhere. This does not mean that the writer did not know the origin of the quote which follows, but its location had less than divine authority. It is also significant that the author of the Epistle does not identify him or not: he wanted perhaps to realize his readers that it is the Holy Spirit who is the real author of all Scripture ( # cf. 2 Timothy 3:16 # 2P 1:21).

 

man ... the man's son. Two allusions to humanity in general, not Christ. This passage asks why God was embarrassed man. As demonstrated in the following verses (verses Hey # 2: 9-10), the incarnation of Christ is the best proof of love and interest of God for humanity. Christ was not sent in the form of an angel, but a man.

 

2: 6-8 Quote #PS 8: 5-7 (see # 1 Corinthians 15: 27-28; #EP 1:22).

 

7 You've lowered for some time below the angels, crowned him with glory and honor,

 

angels. The angels of God received supernatural powers. They have permanent access to the Creator's throne (cf. #Job 1: 6; #Job 2: 1; 5:11 #Ap) and are not subject to death.

 

8 Thou hast put all things under his feet. Indeed, subjecting all things to him, He left nothing not subject to him. However, we do not yet see all things put under him.

 

submitting. Despite the superiority of the angels on men, it is humanity that God had entrusted the administration of the earth (#Ge 1: 26-28). Because of the fall (#Ge 3), however, mankind has been unable to assume this position established by God.

 

9 But he that was lowered for some time below the angels, Jesus, we see crowned with glory and honor because he suffered death, so that by the grace of God, should taste death for everyone.

 

with glory and honor. #Ph Cf. 2: 8-9. By his redemptive work, Christ fulfilled all that was required of the supreme representative of humanity. By his incarnation, his substitutionary sacrifice and victory over sin and death (cf. #Ro 6:23; 1 Jn 4:10 #), it completed the original plan of God for humanity. As the second Adam (# 1 Cor 15: 47), he was placed for a time below the angels. Now to him is the glory and honor, and all things (the angels included) before it.

He suffered death for all. The term "all" means all who believe. The death of Christ can not be applied effectively to those who come to God by faith, with a repentant heart, asking his pardon and forgiveness of their sins.

 

¶ 10 It was fitting, in fact, that one for whom and by whom are all things, and wanted to bring many of son glory, to make perfect through suffering the captain of their salvation.

 

appropriate. What God has accomplished through the humiliation of Jesus Christ was perfectly consistent with his justice and holiness sovereign. Without the humiliation and suffering of Christ, redemption would have been impossible, and without redemption, he could not be a glorification (cf. 8:18 #Ro, #Ro 8: 29-30).

 

perfection. By His divine nature, Christ was already perfect. This does not mean that his human nature was perfected by his obedience, including by the suffering he endured to become a compassionate high priest, an example for the believers (cf. Heb # 5: 8 -9; # Heb 7: 25-28; #Ph 2: 8; 1 Peter 2:21 #) and can establish his perfect righteousness (#Mt 3:15), which can now be attributed to the believers (# 2Co 5:21 ; #Ph 3: 8, #Ph 3:19).

 

Prince. The Greek term is also used in # Heb 12: 2 ( "that raises") and #AC 5:31. It can also be translated as "pioneer" "chief," "initiator." Christ is the source of salvation (cf. "author" in # Heb 5: 9, with a sense of cause), its founder and its chief. He preceded us on the road to Heaven (# Heb 6:20).

 

11 For he who sanctifies and those who are sanctified are all of one. That is why he is not ashamed to call them brethren,

 

sanctifies. Sanctification makes a person apart for the service of God, through the purification of sin and conformity to God's holiness (cf. Heb 10:10 #).

 

12 saying, I will declare thy name to my brothers, I will praise you in the middle of the meeting.

 

my brothers. Quote of #PS 22: 23. Jesus taught that those who were doing the Father's will by obeying his word were his brothers and his mother (#Mt 12:50; #Lu 8:21). However, he expected his resurrection to call his disciples "brothers" (28:10 #Mt; #Jn 20: 17). He had to pay the price of their salvation that they really become his spiritual brothers and sisters. The use of this term shows that he has fully identified with humanity to offer a complete redemption (#Ph 2: 7-9).

 

13 And again, I will trust in thee. And again, Behold I and the children God has given me.

 

The quote of Esa # 8: 17-18 (see # 2S 22: 3) underlines the point made in verses Hey # 2: 9-11: Christ is totally identified with humanity by taking on human nature . His total dependence on God during his stay on earth demonstrates the reality of his human nature.

 

14 ¶ Therefore, since the children share in blood and flesh, he also participated himself, that through death he might destroy him that had the power of death, that is to say, the devil,

 

participate ... also participated. In Greek, the first "participate" suggests communion or association. The second expresses the act of endorsing something that has nothing in common with your own nature. By nature, the Son of God was not "blood" and "flesh", but he took on him this nature in order to bring redemption to mankind.

 

death ... the power of death. It is the supreme goal of the incarnation: Jesus came to earth for the express purpose of dying. He managed to conquer death by his resurrection (#Jn 14: 19), and by this victory, he reduced Satan powerless in its efforts against those who are saved. Satan's use of the power of death is subject to the will of God (cf. #Job 2: 6).

 

15 And deliver them who through fear of death were all their lifetime subject to bondage.

 

fear of death. For the believer, "Death is swallowed up in victory" (# 1 Cor 15: 54). The work of Christ has ended the fear of death and spiritual bondage she exercised over men.

 

16 For surely it is not angels he helps, but it is the seed of Abraham.

 

helps. Literally "grabbed". The meaning of "help" from the picture that sees someone enter another person to push or pull away from danger, to safety. However, one does not find in Judaism, the idea that the debut of the Messiah would be used to help the angels. This translation does not create a contrast although small compared with all that has been said about the superiority of Christ over the angels. As this context the identification of Christ with humanity in his incarnation (he took upon himself human nature, verses 9-14, 17) and that the author uses in verse 18 another Greek word for the notion of help (as in # Heb 4:16), it seems preferable to favor translating "take nature".

 

Abraham's seed. Christ is the progeny (literally "seed") promised. The book is intended for the Hebrews, it could be assumed that they would identify with this description. The Messiah is born among the descendants of Abraham, in fulfillment of the prophecies of A.T. (#Mt 1: 1). One of the first goals of the incarnation was the salvation of Israel (#Mt 1:21). Another was the fulfillment of the Abrahamic covenant with the promise of offspring. Of all people, the Hebrews should have been the first to recognize the significance and importance of the incarnation.

 

17 Consequently, it has to be made like in all things to his brethren, that he might become a merciful and faithful high priest in service to God, to make propitiation for the sins of the people;

 

make atonement. Word for "reconciled" or "satisfied". The atoning work of Christ is related to its high priest from office. By sharing human nature, he showed mercy to men and faithfulness to God. It meets the requirements of God from sin and thus obtained a full pardon for his people. See # 1 Jn 2: 2; # 1 John 4:10.

 

18 For having been tempted himself in what he suffered, he is able to succor them that are tempted.

 

attempted. The fact that Christ experienced the temptation proves that he was truly a man. This experience enabled him to understand his brothers and empathize with their difficulties (cf. Heb 4:15 #). The temptations to which he was subjected had nothing watered down. Often we yield to temptation before even aware of its existence, while Jesus has stood him in discerning the power of seduction deployed for the way down (see #Lu 4: 1-13) .

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/