HÉBREUX 4 : 01 À 16 *** + HEBREWS 4 : 01 to 16 + NOTES : JOHN MACARTHUR

26/04/2016 20:18

HÉBREUX 4 : 01 À 16 *** +
 

1 ¶  Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard.

promesse. C’est la première fois que ce mot important est mentionné dans Hébreux. Le contenu de cette promesse est défini par l’expression « entrer dans son repos ».

 

son repos. C’est un repos que Dieu donne, c’est pourquoi il est appelé « mon repos » (#Ps 95:11) et « son repos ». Pour les croyants, le repos de Dieu inclut sa paix, l’assurance du salut, la confiance en sa force et la certitude d’un foyer céleste à venir (cf. #Mt 11:29).

 

être venu trop tard. La proposition pourrait être traduite « de crainte que l’un de vous ne pense être arrivé trop tard pour entrer dans le repos de Dieu » (cf. #Hé 12:15). Avec une crainte mêlée de respect, chacun doit examiner sa propre condition spirituelle (cf. #1Co 10:12 ; #2Co 13: 5) et encourager activement les autres à s’engager aussi (cf. #Jude 23).

 

4:1-10 Cette deuxième partie de l’exposé sur le #Ps 95:7-11 va plus loin que la description de l’incrédulité et de ses conséquences dramatiques (#Hé 3:12-19): elle définit la nature du « repos » que les désobéissants ont perdu. La première section traitait en priorité des versets 7-8 du #Ps 95, la deuxième s’intéresse surtout au verset 11.

 

2  Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.

foi. Il ne suffit pas de connaître le message, il faut se l’approprier par la foi qui sauve. L’épître reprendra plus en détail le thème de la foi (#Hé 10:19-12:29). Ce que veut souligner l’auteur par cette comparaison, c’est que, tout comme les Juifs lors de leur sortie d’Égypte (#Hé 3:16-19), les membres de sa génération avaient reçu le message de Dieu grâce à la prédication de l’Évangile: ils avaient été évangélisés.

 

3  Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu’il dit: Je jurai dans ma colère : Ils n’entreront pas dans mon repos ! Il dit cela, quoique ses œuvres eussent été achevées depuis la création du monde.

nous entrons. Ceux qui ont foi dans le message de Dieu entreront dans son repos spirituel. Tel est le corollaire du #Ps 95:11 qui adopte la formulation opposée: l’incroyant n’entrera pas dans le repos offert par Dieu.

 

achevées depuis la création du monde. Le repos spirituel accordé par Dieu n’est pas incomplet ou inachevé. Il repose sur une œuvre achevée et décidée par Dieu de toute éternité, tout comme le repos qu’il a lui-même pris après avoir terminé son œuvre de création (verset #Hé 4:4).

 

4  Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour.

4:4-5 Pour expliciter la déclaration du verset 3, l’auteur illustre son propos par le septième jour de la création et cite #Ge 2:2. Il répète ensuite la dernière partie du #Ps 95:11.

 

5  Et ici encore : Ils n’entreront pas dans mon repos !

6  Or, puisqu’il est encore réservé à quelques-uns d’y entrer, et que ceux à qui d’abord la promesse a été faite n’y sont pas entrés à cause de leur désobéissance,

4:6-7 Il est encore possible d’entrer dans le repos de Dieu (cf. « la promesse …  subsiste » au verset 1). Il n’est pas encore trop tard. Dieu avait offert le repos à son peuple au temps de Moïse, et il en est allé de même à l’époque de David. Il invite toujours patiemment son peuple à entrer dans son repos (cf. #Ro 10:21). En citant de nouveau le #Ps 95:7-8 (voir #Hé 3:7, #Hé 3:15), l’auteur appelle à donner de toute urgence une réponse, positive bien sûr. Les thèmes de l’urgence et de l’obéissance sont ainsi combinés pour constituer une invitation directe aux lecteurs.

7  Dieu fixe de nouveau un jour aujourd’hui en disant dans David si longtemps après, comme il est dit plus haut : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, N’endurcissez pas vos cœurs.

8  Car, si Josué leur eût donné le repos, il ne parlerait pas après cela d’un autre jour.

4:8-10 Le vrai repos de Dieu ne nous a pas été offert au travers de Moïse et de Josué, mais par Jésus-Christ, qui est plus grand qu’eux. Josué conduisit la nation d’Israël vers la terre qui leur était promise. Cependant, ce n’était qu’un repos terrestre, l’ombre seulement de ce qu’implique le repos céleste. Du fait même que, selon le #Ps 95, Dieu a continué d’offrir son repos du temps de David (bien après l’entrée d’Israël dans la terre promise), on comprend que le repos ainsi offert était spirituel, supérieur à celui que Josué avait obtenu. Le repos terrestre d’Israël était troublé par les attaques innombrables d’ennemis et le travail quotidien. Le repos céleste se caractérise par la plénitude des promesses célestes (#Ep 1:3) et par l’absence de tout effort pour l’obtenir.

 

9  Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.

repos de sabbat. Un autre mot grec, lié au sabbat, est introduit ici, et c’est la seule fois qu’il apparaît dans le N.T. L’auteur choisit ce mot pour attirer l’attention du lecteur vers le « septième jour » mentionné au verset 4 et pour préparer l’explication du verset 10.

 

10  Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes.

11 ¶  Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance.

4:11-13 La troisième et dernière partie de l’exposé sur le #Ps 95:7-11 souligne la responsabilité qui incombe à ceux qui ont entendu la Parole de Dieu. L’Écriture rapporte l’exemple de ceux qui étaient dans le désert avec Moïse, de ceux qui entrèrent en Canaan avec Josué et de ceux qui bénéficièrent de la même opportunité à l’époque de David. C’est à la Parole qu’il faut croire et obéir, et c’est encore la Parole qui jugera les désobéissants (cf. #1Co 10:5-13).

 

12  Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.

épée …  à deux tranchants. La Parole de Dieu réconforte et nourrit ceux qui y croient, mais c’est un outil de jugement et de mise à mort pour ceux qui ne se sont pas engagés envers Jésus-Christ. Certains des Hébreux ne s’engageaient que du bout des lèvres envers Christ. Ils étaient au moins partiellement convaincus d’un point de vue intellectuel, mais ils n’étaient pas engagés dans leur cœur. La Parole de Dieu dévoilerait leurs croyances superficielles et même leurs mauvaises intentions (cf. #1S 16: 7 ; #1Pi 4:5).

 

âme et esprit. Ces deux termes ne décrivent pas deux entités distinctes (pas plus que jointures et moelles) mais sont utilisés, comme on emploie l’expression « corps et âme », pour exprimer la plénitude (cf. #Lu 10:27 ; #Ac 4:32). Ils sont utilisés ailleurs de façon interchangeable pour décrire l’identité immatérielle de l’homme, son être intérieur éternel.

 

13  Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.

découvert aux yeux de celui. « Découvert » est un terme technique utilisé uniquement ici dans le N.T. Il s’appliquait aux victimes dont on renversait la tête afin de l’exposer aux coups, soit en vue d’un sacrifice soit en vue d’une décapitation. C’est peut-être l’utilisation du mot « épée » au verset précédent qui inspira ce terme. Chaque individu est jugé, non seulement par la Parole de Dieu (cf. #Jn 12:48), mais aussi par Dieu lui-même. Nous avons des comptes à rendre devant la Parole écrite, vivante (cf. #Jn 6:63, #Jn 6:68 ; #Ac 7:38), et devant le Dieu vivant qui en est l’auteur.

 

14  Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.

a traversé les cieux. De même que le souverain sacrificateur, du temps de l’ancienne alliance, traversait trois zones dans le temple (le parvis extérieur, le lieu saint et le lieu très saint) pour effectuer le sacrifice pour les péchés, Jésus a traversé trois zones célestes (le ciel atmosphérique, l’univers stellaire et la demeure de Dieu; cf. #2Co 12:2-4) après avoir réalisé l’ultime et parfait sacrifice. Une fois par an, le jour des expiations, le souverain sacrificateur d’Israël devait entrer dans le lieu très saint pour effectuer le rachat des péchés du peuple (#Lé 16). Ce tabernacle, limité, n’était que la copie de la réalité céleste (cf. #Hé 8:1-5). Quand Jésus est entré dans le sanctuaire céleste après nous avoir acquis la rédemption, le fac-similé terrestre a été remplacé par la réalité du ciel elle-même. Libérée de ce qui est terrestre, la foi chrétienne se caractérise par ce qui est céleste (#Hé 3:1 ; #Ep 1:3 ; #Ep 2:6 ; #Ph 3:20 ; #Col 1:5 ; #1Pi 1:4).

 

Jésus, le Fils de Dieu. L’utilisation de deux titres, humain (Jésus) et divin (Fils de Dieu), de Jésus est significative. L’un des rares autres cas d’une telle juxtaposition est #1Jn 1:7, qui insiste sur le fait qu’il s’est sacrifié pour nos péchés (cf. #1Th 1:10 ; #1Jn 4:15 ; #1Jn 5:5).

 

fermes dans la foi que nous professons. Christ est au centre de notre confession de foi dans l’Évangile: c’est en lui que nous croyons et de lui que nous rendons témoignage. Le terme grec est de nouveau utilisé en #Hé 4:14 et en #Hé 10:23 (cf. #2Co 9:13 ; #1Ti 6:12). De ces trois occurrences se dégage une impression d’urgence. S’ils comprenaient la supériorité de la personne et de l’œuvre de Jésus, les lecteurs ne pourraient pas renoncer à leur foi en lui ni tenir pour rien son œuvre en leur faveur.

 

4:14-7:28 Le rédacteur de l’épître passe ensuite à l’explication du #Ps 110:4, cité en #Hé 5:6. Christ est non seulement l’apôtre par excellence, supérieur à Moïse et Josué, mais aussi le souverain sacrificateur suprême, et il est par conséquent supérieur à Aaron (#Hé 4:14-5:10 ; cf. #Hé 3:1). Au milieu de son exposé, l’auteur lance une exhortation en rapport avec la condition spirituelle de ses lecteurs (#Hé 5:11-6:20), avant de revenir au thème du sacerdoce de Christ (#Hé 7:1-28).

 

15  Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.

a été tenté. L’auteur ajoute ici à sa déclaration de 2:18 que Jésus était sans péché. Il a été capable d’endurer la tentation (#Mt 4:1-11), mais il a été incapable de pécher.

 

16  Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce. La plupart des rois de l’Antiquité ne pouvaient être approchés que par leurs conseillers les plus importants (cf. #Est 4:11). Au contraire, le Saint-Esprit appelle chacun à s’approcher avec assurance du trône de Dieu pour recevoir sa miséricorde et sa grâce par Jésus-Christ (cf. #Hé 7:25 ; #Hé 10:22 ; #Mt 27:51). L’arche de l’alliance était considérée comme l’endroit sur terre où Dieu siégeait, sur son trône entre les chérubins (cf. #2R 19: 15 ; #Jér 3:16-17). Les trônes orientaux étaient accompagnés d’un marchepied, une autre métaphore pour l’arche (cf. #Ps 132:7). C’est au trône de Dieu que Christ a payé pour le rachat des péchés, et c’est là que la grâce est dispensée aux croyants, pour tous les aspects de leur vie (cf. #2Co 4:15 ; #2Co 9:8 ; #2Co 12:9 ; #Ep 1:7 ; #Ep 2:7). « Que la grâce soit avec vous » était devenu une salutation habituelle parmi les croyants pour célébrer la faveur qu’ils avaient reçue (#Ro 1:7 ; #Ro 16: 20, #Ro 16: 24 ; #1Co 1:3 ; #1Co 16: 23 ; #2Co 1:2 ; #2Co 13: 14 ; #Ga 1:3 ; #Ga 6:18 ; #Ep 1:2 ; #Ep 6:24 ; #Ph 1:2 ; #Ph 4:18 ; #Col 1:2 ; #Col 4:18 ; #1Th 1:1 ; #1Th 5:28 ; #2Th 1:2 ; #2Th 3:18 ; #1Ti 1:2 ; #1Ti 6:21 ; #2Ti 1:2 ; #2Ti 4:22 ; #Tit 1:4 ; #Tit 3:15 ; #Phm 3, #Phm 25).

 

 

HEBREWS 4 : 01 to 16 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

 

1 ¶ Let us therefore fear, while the promise of entering his rest, any of you should seem to come short.

 

promise. This is the first time that this important word is mentioned in Hebrews. The content of this promise is defined by "entering into his rest."

 

his rest. It is a rest that God gives, so it is called "my rest" (#PS 95:11) and "the rest". For believers, God's rest includes its peace, assurance of salvation, confidence in the strength and certainty of a heavenly home to come (cf. #Mt 11:29).

 

to come short. The proposal could be translated "lest any of you think is too late to enter God's rest" (cf. # Heb 12:15). With a fear mixed with respect, everyone should examine his own spiritual condition (cf. 1 Cor 10:12 #; # 2 Corinthians 13: 5) and actively encourage others to get involved too (cf. #Jude 23).

 

4: 1-10 This second part of the presentation on the #PS 95: 7-11 goes beyond the description of unbelief and its dramatic consequences (# Heb 3: 12-19): it defines the nature the "rest" that the disobedient lost. The first section dealt primarily verses 7-8 of #PS 95, the second focuses mainly in verse 11.

 

2 For indeed the gospel was preached to us as well as unto them: but the word preached did not profit them to them, because they had no faith in those who heard it.

 

faith. It is not enough to know the message, must be appropriated by faith that saves. The letter will resume in more detail the topic of faith (# Heb 10: 19-12: 29). That wants to emphasize the author of this comparison is that, like the Jews during their Exodus from Egypt (# Heb 3: 16-19), members of his generation had received God's message through preaching the gospel they had been evangelized.

 

3 For we which have believed do enter into rest, as he said, I have sworn in my wrath, if they shall enter into my rest He said that, although his works were finished from the foundation of the world.

 

we enter. Those who have faith in the message of God will enter his spiritual rest. This is the corollary of 95:11 #PS which adopts the opposite formulation: the unbeliever will not enter into rest offered by God.

 

finished from the foundation of the world. Spiritual rest granted by God is not incomplete or unfinished. It is based on a finished work and decided by God from all eternity, like the rest he himself took after completing his work of creation (verse Hey # 4: 4).

 

4 For he has said somewhere so the seventh day God rested from all his works on the seventh day.

 

4: 4-5 To clarify the statement in verse 3, the author illustrates with the seventh day of creation and quotes #Ge 2: 2. It then repeats the last part of #ps 95:11.

 

5 And again: They shall not enter into my rest

6 Seeing therefore it remains for some to enter it, and those first that the promise was made did not enter because of disobedience,

 

4: 6-7 It is still possible to enter into God's rest (see "promise ... subsists" in verse 1). It is not yet too late. God had given rest to his people in the time of Moses, and he went even to the time of David. He always patiently invites his people to enter into his rest (see #Ro 10:21). Citing again the #PS 95: 7-8 (see Hey # 3: 7, # Heb 3:15), the author calls to give an urgent answer, of course positive. The themes of emergency and obedience are thus combined to form a direct invitation to readers.

 

7 Again, he one day today, saying in David so long after, as stated above: Today, if you hear his voice, harden not your hearts.

8 For if Joshua had given them rest, he would not afterward have spoken of another day.

 

4: 8-10 The true rest of God has not been offered to us through Moses and Joshua, but by Jesus Christ, which is greater than themselves. Joshua led the nation of Israel to the land that was promised. However, it was only a land rest, the only shadow of the implications of heavenly rest. The fact that according to the #PS 95, God continued to offer his rest time of David (well after the entry of Israel into the promised land), we understand that the rest was offered and spiritual, than that Joshua had obtained. The rest land of Israel was troubled by the attacks of innumerable enemies and daily work. The heavenly rest is characterized by the fullness of the heavenly promises (#EP 1: 3) and the absence of any effort to get it.

 

9 There is therefore a rest to the people of God.

 

Sabbath rest. Another Greek word related to the Sabbath is introduced here, and that's the only time it appears in the NT The author chose this word to attract the reader's attention to the "seventh day" mentioned in verse 4 and to prepare the explanation of verse 10.

 

10 For whoever enters God's rest rests from his works as God did from his.

11 ¶ Let us labor therefore to enter into that rest, lest anyone fall after the same example of unbelief.

 

4: 11-13 The third and final part of the presentation on the #PS 95: 7-11 emphasizes the responsibility of those who heard the Word of God. Scripture relates the example of those who were in the desert with Moses, of those who entered Canaan with Joshua and those who benefited from the same opportunity at the time of David. This is the Word to be believed and obeyed, and that's still the Word will judge the disobedient (see # 1 Cor 10: 5-13).

 

12 For the word of God is living and active, sharper than any two edged sword, piercing even to dividing soul and spirit, joints and marrow; it judges the thoughts and intents of the heart.

 

... two-edged sword. The Word of God nourishes and comforts those who believe, but it is a tool of judgment and killing those who were not committed to Jesus Christ. Some of the Hebrews pledged that lip service to Christ. They were at least partially convinced of an intellectual standpoint, but they were not engaged in their heart. The Word of God unveil their superficial beliefs and even their evil intentions (see # 1S 16: 7; 1 Peter # 4: 5).

 

mind and spirit. These two words do not describe two separate entities (not more than the joints and marrow) but are used as we use the term "body and soul" to express the fullness (cf. #Lu 10:27; #AC 4: 32). They are also used interchangeably to describe the immaterial identity of the man, his eternal home.

 

13 there is no creature hidden before Him, but all things are naked and opened unto the eyes of him to whom we must give account.

 

discovered the eyes of him. "Discovered" is a technical term used only here in the N.T. It applies to victims that we threw back his head to expose the blows, or for a sacrifice to be for a decapitation. That may be the use of the word "sword" in the previous verse that inspired this term. Each individual is judged not only by the Word of God (cf. #Jn 24:48), but also by God himself. We are accountable to the written Word, the living (cf. 6:63 #Jn, #Jn 6:68; #AC 7:38), and before the living God who is the author.

 

14 Therefore, since we have a great high priest who has passed through the heavens, Jesus the Son of God, hold fast our confession.

 

has passed through the heavens. Just as the high priest of the time of the old covenant, crossed three areas in the temple (the outer court, the holy place and the most holy place) to make the sacrifice for sins, Jesus went through three celestial regions ( atmospheric sky, the stellar universe and God's dwelling; see # 2 Cor 12: 2-4) after realizing the ultimate and perfect sacrifice. Once a year, the Day of Atonement, the high priest of Israel was to enter the most holy place to perform the redemption of the sins of the people (Lev # 16). This tabernacle, limited, was only a copy of the heavenly reality (cf. Hey # 8: 1-5). When Jesus entered the heavenly sanctuary after we have gained redemption, earthly facsimile has been replaced by the reality of heaven itself. Freed from the earthly, the Christian faith is characterized by what is heavenly (# Heb 3: 1; #EP 1: 3; #EP 2: 6; 3:20 #Ph; #Col 1: 5; 1 Peter # 1: 4).

 

Jesus, the Son of God. The use of two titles, human (Jesus) and God (Son of God), Jesus is significant. One of the few other cases of such juxtaposition is # 1 John 1: 7, which insists he sacrificed himself for our sins (see # 1 Thessalonians 1:10; 1 Jn 4:15 #; # 1 John 5: 5).

 

firm in the faith we profess. Christ is the center of our confession of faith in the Gospel: it is in him that we believe in him and that we bear witness. The Greek word is used again in # # Hey Hey 4:14 ET in 10:23 (cf. 2 Cor 9:13 #; # 1 Tim 6:12). Of these three occurrences exudes a sense of urgency. If they understood the superiority of the person and work of Jesus, readers would not renounce their faith in him nor take anything for his work in their favor.

 

4: 14-7: 28 The writer of the letter then proceeds to explain the #PS 110: 4, quoted in # Heb 5: 6. Christ is not only the apostle par excellence, superior to Moses and Joshua, but also the supreme sovereign priest, and is therefore greater than Aaron (Hey # 4: 14-5: 10; cf. # Heb 3: 1) . In the middle of his presentation, the author launches an exhortation in connection with the spiritual condition of his readers (# Heb 5: 11-6: 20), before returning to the theme of the priesthood of Christ (# Heb 7: 1-28 ).

 

15 For we have not an high priest who can not sympathize with our weaknesses instead he was tempted like us in all things, without sin.

 

was attempted. The author here at 2:18 his statement that Jesus was sinless. He was able to endure the temptation (#Mt 4: 1-11), but he was unable to sin.

 

16 Let us then approach the throne with the assurance of grace to obtain mercy and find grace to help in time of need.

 

Let us therefore come boldly unto the throne of grace. Most of the ancient kings could be approached only by their most important advisors (cf. #Est 4:11). Rather, the Holy Spirit calls each one to approach with confidence to the throne of God to receive His mercy and grace through Jesus Christ (cf. Heb 7:25 #; # Heb 10:22; 27:51 #Mt ). The ark of the covenant was considered the place on earth where God sat on his throne between the cherubim (cf. 2R # 19: 15; # Jer 3: 16-17). Oriental thrones were accompanied by a step, another metaphor for the ark (see #PS 132: 7). This is the throne of God that Christ paid for the redemption of sins, and this is where grace is given to believers in all aspects of their lives (cf. 2 Cor 4:15 #; # 2 Corinthians 9: 8, # 2 Cor 12: 9; #EP 1: 7; #EP 2: 7). "Grace be with you" had become a customary greeting among believers to celebrate the favor they received (#Ro 1: 7; #Ro 16: 20 #Ro 16: 24; # 1 Cor 1: 3; # 1 Cor 16: 23; # 2 Cor 1: 2; # 2 Cor 13: 14; #Ga 1: 3; #Ga 6:18; #EP 1: 2; 6:24 #EP; #Ph 1: 2; #Ph 4:18; #Col 1: 2; 4:18 #Col; # 1 Thessalonians 1: 1; 1 Thessalonians 5:28 #; # 2 Thessalonians 1: 2; # 2 Thessalonians 3:18; 1 Tim 1 # 2, # 1 Tim 6: 21; # 2Ti 1: 2; # 2Ti 4:22; #Tit 1: 4; #Tit 3:15; #Phm 3 #Phm 25).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/