JEAN 8 : 1 À 29 + ***JOHN 8 : 1 à 59 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

13/07/2015 08:46

JEAN 8 : 1 À 29 + ***

1 ¶  Jésus se rendit à la montagne des oliviers.

2  Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S’étant assis, il les enseignait.

3  Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère ; (8-4) et, la plaçant au milieu du peuple,

4  ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.

5  Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ?

6  Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre.

l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Si Jésus rejetait la loi mosaïque (#Lé 20: 10 ; #De 22: 22), sa crédibilité en serait entachée. S’il montrait son approbation de la loi mosaïque, sa réputation de compassion et de pardon serait mise en question.

7  Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.

celui de vous qui est sans péché. Renvoie directement à #De 13: 9 ; #De 17: 7, où les témoins d’un crime doivent lancer l’exécution. Seuls ceux qui ne s’étaient jamais rendus coupables du même péché pouvaient le faire.

8  Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre.

Cf. v. #Jn 8:6. Jésus semble avoir voulu gagner du temps, de façon à leur laisser un délai de réflexion.

9  Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.

10  Alors s’étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a-t-il condamnée ?

11  Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus.

ne pèche plus. Cf. #Jn 3:17 ; #Jn 12:47 ; #Mt 9:1-8 ; #Mr 2:13-17.

12 ¶  Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.

Je suis la lumière du monde. C’est la deuxième fois que Jésus déclare: « Je suis » (voir #Jn 6:35). Jean a déjà utilisé, à son sujet, la métaphore de la « lumière » (#Jn 1:4). La métaphore de Jésus est enracinée dans l’A.T. (#Ex 13:21-22 ; #Ex 14:19-25 ; #Ps 27:1 ; #Ps 119:105 ; #Pr 6:23 ; #Ez 1:4, #Ez 1:13, #Ez 1:26-28 ; #Ha 3:3-4). Cette déclaration souligne le rôle de Jésus en tant que Messie et Fils de Dieu (#Ps 27:1 ; #Mal 4:2). L’A.T. présentait l’ère messianique à venir comme un temps où le Seigneur serait une lumière pour son peuple (#Esa 60:19-22 ; cf. #Ap 21:23-24) et pour toute la terre (#Esa 42:6 ; #Esa 49:6). #Za 14:5b-8 met l’accent sur Dieu en tant que lumière du monde, celui qui donne de l’eau vive à son peuple. Ce dernier passage faisait probablement partie des lectures faites pendant la fête des tabernacles.

Celui qui me suit. Le verbe « suivre » contient l’idée d’une consécration complète à la personne que l’on suit. Aux yeux de Jésus, un disciple digne de ce nom ne saurait être tiède (cf. #Mt 8:18-22 ; #Mt 10:38-39). Il y a ici une allusion voilée aux Israélites et au fait qu’ils suivaient une colonne de nuée et de feu pendant la sortie d’Égypte (#Ex 13: 21).

8:12-21 Si l’on exclut l’histoire de la femme adultère en #Jn 7:53-8:11, ce v. se rattache bien à 7:52. L’expression « de nouveau » indique que Jésus s’adressait une fois de plus aux gens qui participaient à la fête des tabernacles (voir #Jn 7:2, #Jn 7:10). Après avoir utilisé le rite de l’eau (#Jn 7:37-39) comme une métaphore décrivant la vérité spirituelle à son propos  le Messie accomplissant tout ce que cette fête annonçait - il passe ensuite à un autre rite pratiqué traditionnellement à cette occasion: la cérémonie de l’allumage des lampes. Pendant la fête des tabernacles, quatre grosses lampes, placées dans la cour des femmes, étaient allumées, et une célébration nocturne exubérante commençait  à leur lumière - avec des danses qui duraient toute la nuit. Les danseurs tenaient dans leurs mains des torches enflammées et psalmodiaient chants et louanges. Les orchestres de Lévites jouaient aussi. Ainsi, Jésus présente au peuple une autre métaphore spirituelle: « Je suis la lumière du monde. »

13  Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même ; ton témoignage n’est pas vrai.

Tu rends témoignage de toi-même. Les Juifs, pour se moquer de Jésus, ressortaient ici ses propres paroles, que l’on peut lire en #Jn 5:31. Cependant il y a cohérence entre ces paroles-là de Jésus et celles rapportées ici, du fait que la loi de l’A.T. exigeait, pour établir la véracité d’un fait, la présence de plusieurs témoins et non d’un seul (#De 17: 6). Jésus n’était pas le seul à témoigner qu’il était le Messie, car de nombreuses personnes avaient rendu témoignage à cette vérité.

14  Jésus leur répondit: Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu et où je vais ; mais vous, vous ne savez d’où je viens ni où je vais.

8:14-18 Ces vv. donnent trois raisons pour lesquelles le témoignage de Jésus était vrai:

1° Jésus savait tout de son origine et de son destin, alors que les Juifs ignoraient jusqu’aux vérités spirituelles les plus élémentaires, ce qui rendait leur jugement limité et superficiel (vv. #Jn 8:14-15);

2° l’union intime du Fils et du Père garantissait la vérité du témoignage du Fils (v. #Jn 8:16);

3° le Père et le Fils rendaient un témoignage concordant sur l’identité du Fils (vv. #Jn 8:17-18).

15  Vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne.

16  Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul ; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi.

17  Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai ;

il est écrit dans votre loi. Cf. #De 17: 6 ; #De 19: 15.

18  je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m’a envoyé rend témoignage de moi.

19  Ils lui dirent donc : Où est ton Père ? Jésus répondit : Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

Où est ton Père? Les Juifs, comme d’habitude (p. ex. en #Jn 3:4 ; #Jn 4:11 ; #Jn 6:52), pensaient seulement en termes humains lorsqu’ils demandaient l’identité du père de Jésus.

20  Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor ; et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

21 ¶  Jésus leur dit encore : Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché ; vous ne pouvez venir où je vais.

Jésus répète son message de #Jn 7:33-34, mais en annonçant des conséquences plus graves de son rejet.

Je m’en vais. Parce qu’il allait bientôt mourir, ressusciter et effectuer son ascension vers le Père.

8:21-30 Jésus révèle les conséquences qu’entraîne son rejet en tant que Messie et Fils de Dieu: la mort spirituelle (v. #Jn 8:24 ; cf. #Hé 10:26-31). Ces vv. dévoilent quatre façons d’être sûr que l’on mourra dans ses péchés et que, par conséquent, on connaîtra la mort spirituelle:

1° se trouver juste (vv. #Jn 8:20-22);

2° être attaché au monde (vv. #Jn 8:23-24);

3° être incrédule (v. #Jn 8:24);

4° être volontairement ignorant (vv. #Jn 8:25-29).

Les Juifs qui rejetaient Jésus avaient ces quatre caractéristiques.

22  Sur quoi les Juifs dirent : Se tuera-t-il lui-même, puisqu’il dit: Vous ne pouvez venir où je vais ?

Se tuera-t-il lui-même. Les Juifs parlaient ainsi soit parce qu’ils se méprenaient, soit, probablement, pour se moquer de Christ. La tradition juive condamnait le suicide comme un péché particulièrement odieux, synonyme de bannissement permanent dans les pires endroits de l’enfer (Flavius Josèphe, Guerres des Juifs, 3.8.5 [3.375]). Dieu l’a effectivement livré afin qu’il soit tué (#Ac 2:23); ainsi, en tant que Dieu, il a offert sa propre vie en sacrifice (#Jn 10:18).

23  Et il leur dit : Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.

Vous êtes d’en bas. L’opposition est ainsi faite entre le royaume de Dieu et celui du monde pécheur, déchu (c’est-à-dire « d’en bas »). Dans ce contexte, le monde désigne le système spirituel mauvais dominé par Satan, et tout ce qu’il propose pour s’opposer à Dieu, à sa Parole et à son peuple. Jésus déclarait ainsi que ses adversaires étaient associés à Satan et à son royaume. Ils étaient aveuglés spirituellement, du fait de cette emprise démoniaque (voir #2Co 4:4 ; #Ep 2:1-3).

24  C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés.

Si vous ne croyez pas. Jésus soulignait que le péché irrémissible, impardonnable et éternel, c’est le refus de croire en lui en tant que Messie et Fils de Dieu. En vérité, tous les autres péchés peuvent être pardonnés si l’on se repent de celui-là.

Je suis. Cette parole de Jésus ne correspond pas à une construction syntaxique normale, mais est influencée par les constructions de l’A.T. C’est un usage absolu qui a une portée théologique immense: il y a une allusion aussi bien à #Ex 3:14, où le Seigneur déclare que son nom est « Je suis », qu’à #Esa 40:1-55:2, où cette expression apparaît de façon répétée (surtout #Esa 43:10,13,25 ; #Esa 46:4 ; #Esa 48:12). Jésus se définit ainsi lui-même comme le Dieu (Yahvé - l’Éternel) de l’A.T. et prétend explicitement être totalement Dieu. Cela pousse les Juifs à poser leur question du v. 25.

25  Qui es-tu ? lui dirent-ils. Jésus leur répondit : Ce que je vous dis dès le commencement.

Qui es-tu? Les Juifs affichent une ignorance volontaire. En effet, les ch. #Jn 1:1-8:2 démontrent que de nombreux témoins attestaient de l’identité de Jésus. En outre, lui-même, par ses actes et paroles au cours de son ministère terrestre, prouva de façon persistante qu’il était le Fils de Dieu et le Messie.

le commencement. Le début du ministère de Jésus parmi les Juifs.

26  J’ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous ; mais celui qui m’a envoyé est vrai, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis au monde.

27  Ils ne comprirent point qu’il leur parlait du Père.

28  Jésus donc leur dit : Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné.

Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme. Allusion à la crucifixion imminente de Jésus.

vous connaîtrez ce que je suis. Après avoir refusé de l’accepter par la foi et l’avoir cloué à la croix, ils prendraient un jour conscience de leur terrible erreur: celui qu’ils méprisaient était celui qu’ils auraient dû adorer (cf. #Ph 2:9-11 ; #Ap 1:7). Beaucoup de Juifs crurent en Christ après sa mort et son ascension, se rendant compte qu’ils avaient rejeté celui qui était vraiment le Messie (#Ac 2:36-37, #Ac 2:41).

29  Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

30  Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.

 

JOHN 8 : 1 à 59 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

1 ¶ Jesus went to the Mount of Olives.

2 And early in the morning he came again into the temple, and all the people came to him. He sat down, and taught them.

3 Then the scribes and the Pharisees brought a woman taken in adultery; (8-4) and placing it among the people,

4 they said to Jesus, Master, this woman was caught in adultery.

5 Now Moses in the law commanded us to stone such women: Now what do you say?

6 They said this to test him, to accuse him. But Jesus stooped down, and with his finger wrote on the ground.

tempting him, that they might accuse him. If Jesus rejected the Mosaic law (Lev 20 # 10; # of 22: 22), its credibility would be damaged. If he showed his approval of the Mosaic law, its reputation for compassion and forgiveness would be questioned.

7 When they kept on questioning him, he straightened up and said: Let him who is without sin cast the first stone against her.

one of you is without sin. Refers directly to # of 13: 9; # Of 17: 7, where witnesses to a crime should start running. Only those who had never been guilty of the same sin could.

8 And again stooping down, he wrote on the ground.

Cf. v. #Jn 8: 6. Jesus seems to have wanted to gain time, so as to allow them a period of reflection.

9 And they which heard it, being convicted by their conscience, went out one by one, the older ones until the last; and Jesus was left alone with the woman standing in the midst.

10 Then lifted up himself, and saw none but the woman, Jesus said to her, Woman, where are those thine accusers? Nobody does it condemned you?

11 She said, No man, Lord. And Jesus said, I do not condemn you; go, and sin no more.

sin no more. See #Jn 3:17; #Jn 12:47; #Mt 9: 1-8; #Mr 2: 13-17.

12 ¶ Jesus again unto them, saying, I am the light of the world; Whoever follows me will never walk in darkness, but shall have the light of life.

I am the light of the world. This is the second time that Jesus says "I am" (see #Jn 6:35). John has already used about him, the metaphor of "light" (#Jn 1: 4). Jesus' metaphor is rooted in the OT (#Ex 13: 21-22; #Ex 14: 19-25; #PS 27: 1; #PS 119: 105; #Pr 6:23; #Ez 1: 4, 1:13 #Ez, #Ez 1 : 26-28; #Ha 3: 3-4). This statement highlights the role of Jesus as Messiah and Son of God (#PS 27: 1; #Mal 4: 2). The A.T. the messianic era had come as a time when the Lord would be a light to his people (#Esa 60: 19-22; cf. #Ap 21: 23-24) and for the whole world (#Esa 42: 6; #Esa 49: 6). #Za 14: 5b-8 focuses on God as the light of the world, the giver of the living water to his people. This last passage was probably part of the readings for the feast of tabernacles.

Whoever follows me. The verb "follow" contains the idea of ​​a complete consecration to the person that we follow. In the eyes of Jesus, a disciple worthy of the name can not be lukewarm (see #Mt 8: 18-22; #Mt 10: 38-39). There is here a veiled allusion to the Israelites and the fact that they followed a pillar of cloud and fire during the Exodus from Egypt (#Ex 13: 21).

8: 12-21 Excluding the story of the adulterous woman in #Jn 7: 53-8: 11, the v. relates well to 7:52. The term "new" indicates that Jesus was speaking again to the people who attended the feast of tabernacles (see #Jn 7: 2, #Jn 7:10). After using the rite of water (#Jn 7: 37-39) as a metaphor describing the spiritual truth about him the Messiah doing everything this festival announced - then passes it to another rite traditionally practiced on this occasion : the lighting of ceremonial lamp. During the feast of tabernacles, four big lamps, placed in the courtyard of the women were on, and an exuberant celebration began their night light - with dances that lasted all night. The dancers had in their hands burning torches and chanting songs and praises. The orchestras also played Levites. Thus Jesus shows the people another spiritual metaphor: "I am the light of the world. "

13 Whereupon the Pharisees said to him: You testify about yourself; your testimony is not true.

You testify about yourself. The Jews, to make fun of Jesus, his words stood out here, which can be read #Jn 5:31. However there is consistency between those words of Jesus and those reported here, the fact that the AT law required to establish the truth of a fact, the presence of several witnesses, not one (# of 17: 6). Jesus was not the only one to testify that he was the Messiah, because many people have borne witness to this truth.

14 Jesus answered them, Though I bear record of myself, my testimony is true: for I know whence I came and whither I go; but ye know not whence I come and whither I go.

8: 14-18 These verses. give three reasons why the testimony of Jesus was true:

1. Jesus knew all about its origin and destiny, while the Jews were ignorant to the most basic spiritual truths, making them limited and superficial judgment (vv #Jn. 8: 14-15);

2. the intimate union of the Son and the Father guaranteed the truth of the testimony of the Son (v #Jn 8:16.);

3. Father and Son made a concurrent testimony about the identity of the Son (vv #Jn. 8: 17-18).

15 You judge after the flesh; I judge no one.

16 And if I judge, my judgment is true, because I am not alone; but the Father who sent me is with me.

17 It is written in your law that the testimony of two men is true;

it is written in your law. See # of 17: 6; # Of 19: 15.

18 I bear witness of myself, and the Father that sent me beareth witness of me.

19 Then said they unto him, Where is thy Father? Jesus answered, You know neither me nor my Father. If you knew me, you would know my Father.

Where is your father? The Jews, as usual (eg in #Jn 3.. 4; #Jn 4:11; #Jn 6:52), in human terms only thought when they asked the identity of the father of Jesus.

20 These words spake Jesus, teaching in the temple, the place where the treasure was; and no one seized him, because his hour had not yet come.

21 ¶ Jesus said to them, I go away, and you will seek me and you will die in your sin; you can not come where I am going.

Jesus repeats his message of #Jn 7: 33-34 but by announcing more serious consequences for its rejection.

I am going. Because he was about to die, resurrect and make his ascension to the Father.

8: 21-30 Jesus reveals the consequences of his rejection as the Messiah and Son of God: spiritual death (v #Jn 8:24; cf. # Hey. 10: 26-31). These vv. reveal four ways to be sure that one will die in his sins and that, therefore, spiritual death will be known:

1 be just (#Jn vv. 8: 20-22);

2. be attached to the world; (8 #Jn vv 23-24).

3. be incredulous (v #Jn 8:24.);

4 ° be deliberately ignorant (vv #Jn. 8: 25-29).

The Jews who rejected Jesus had these four characteristics.

22 The Jews therefore said: Will he kill he himself, that he says, you can not come where I am going?

If he kills himself. The Jews and spoke either because they were mistaken, or, probably, to mock Christ. Jewish tradition condemned suicide as a particularly heinous sin synonymous permanently banned in the worst places in hell (Josephus, Wars of the Jews 3.8.5 [3375]). God has actually delivered to be killed (#AC 2:23); as well as God, he offered his own life in sacrifice (#Jn 10:18).

23 And he said unto them, Ye are from beneath; I am from above. You are of this world; I am not of this world.

You are from below. The opposition is like that between the kingdom of God and the sinful world fallen (that is to say, "from below"). In this context, the world means the wrong spiritual system dominated by Satan, and all it offers in opposition to God, His Word and His people. When Jesus said that his opponents were associated with Satan and his kingdom. They were spiritually blind because of this demonic influence (see # 2 Corinthians 4: 4; #EP 2: 1-3).

24 Therefore I said to you that you will die in your sins; because if you do not believe what I am, you will die in your sins.

If you do not believe. Jesus emphasized that the unpardonable sin, unforgivable and eternal, is the refusal to believe in him as the Messiah and Son of God. In truth, all other sins can be forgiven if one repents of one.

I am. This word of Jesus does not correspond to normal syntactic construction, but is influenced by the construction of the AT It is an absolute use which has immense theological significance: there is an allusion to both #Ex 3:14, where the Lord says that his name is "I am", that #Esa 40: 1-55 2, where the term appears repeatedly (especially #Esa 43: 10,13,25; #Esa 46: 4; 48:12 #Esa). Jesus defines himself as the God (Yahweh - Yahweh) TA and claims to be totally God explicitly. This pushes the Jews to ask their question in v. 25.

25 Who are you? they said. Jesus answered: What I have told you from the beginning.

Who are you? The Jews show a willful blindness. Indeed, c. #Jn 1: 1-8: 2 demonstrate that many witnesses attested to the identity of Jesus. In addition, himself, by his actions and words during his earthly ministry, proved persistently that he was the Son of God and the Messiah.

the beginning. The beginning of Jesus' ministry among the Jews.

26 I have many things to say and to judge concerning you; but he who sent me is true, and what I have heard from him I tell the world.

27 They understood not that he spoke to them of the Father.

28 So Jesus said: When you have lifted up the Son of Man, then you will know what I am and that I do nothing of myself, but that I speak just what the Father taught me.

When you have lifted up the Son of man. Alluding to the impending crucifixion of Jesus.

you will know that I am. After refusing to accept it by faith and be nailed to the cross, they would take one day realize their terrible mistake: that they despised was that they should worship Him (cf. #Ph 2: 9 -11; #Ap 1: 7). Many Jews believed in Christ after his death and ascension, realizing they had rejected the one who was truly the Messiah (#AC 2: 36-37, 2:41 #AC).

29 He who sent me is with me; He has not left me alone, for I always do what pleases him.

30 As he spoke, many believed in him.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/