JÉRÉMIE 20 : 1 à 18 *** + JEREMIAH 20 : 1 to 18 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

02/12/2016 10:35

JÉRÉMIE 20 : 1 à 18 *** +
 

1 ¶  Paschhur, fils d’Immer, sacrificateur et inspecteur en chef dans la maison de l’Éternel, entendit Jérémie qui prophétisait ces choses.

 

20.1-6 Jérémie jeté aux fers

1,2 Paschhur …  sacrificateur et inspecteur en chef dans la maison de l’Éternel réagit brutalement en giflant Jérémie et en le jetant aux fers dans la prison. Le prophète était une réfutation vivante de l’affirmation courante dans ce milieu ecclésiastique qu’en cas d’attaque babylonienne, l’Égypte forcerait l’envahisseur à lever le siège.

 

2  Et Paschhur frappa Jérémie, le prophète, et le mit dans la prison qui était à la porte supérieure de Benjamin, dans la maison de l’Éternel.

3  Mais le lendemain, Paschhur fit sortir Jérémie de prison. Et Jérémie lui dit : Ce n’est pas le nom de Paschhur que l’Éternel te donne, c’est celui de Magor-Missabib.

 

Cependant, les hommes de la trempe de Jérémie ne modifient pas leur message selon les circonstances. En changeant le nom de Paschhur en Magor-Missabib (Terreur tout autour), il fait comprendre que la victoire babylonienne prouvera toute la fausseté de sa promesse de paix. Le faux prophète apparaîtra comme le responsable de ce désastre incroyable, non seulement à ses propres yeux mais à ceux de tous ses amis (verset 4).

 

4  Car ainsi parle l’Éternel : Voici, je te livrerai à la terreur, toi et tous tes amis ; ils tomberont par l’épée de leurs ennemis, et tes yeux le verront. Je livrerai aussi tout Juda entre les mains du roi de Babylone, qui les emmènera captifs à Babylone et les frappera de l’épée.

5  Je livrerai toutes les richesses de cette ville, tout le produit de son travail, tout ce qu’elle a de précieux, je livrerai tous les trésors des rois de Juda entre les mains de leurs ennemis, qui les pilleront, les enlèveront et les transporteront à Babylone.

6  Et toi, Paschhur, et tous ceux qui demeurent dans ta maison, vous irez en captivité ; tu iras à Babylone, et là tu mourras, et là tu seras enterré, toi et tous tes amis auxquels tu as prophétisé le mensonge.

7 ¶  Tu m’as persuadé, Éternel, et je me suis laissé persuader ; Tu m’as saisi, tu m’as vaincu. Et je suis chaque jour un objet de raillerie, Tout le monde se moque de moi.

 

20.7-18 Complainte de Jérémie

   Du point de vue psychologique, ce passage est sans égal chez les prophètes canoniques. Les sentiments s’y expriment avec une vérité bouleversante, l’âme y est mise à nu. L’Éternel a attiré le jeune Jérémie pour qu’il soit prophète ; mais s’il renonce à proclamer la parole de destruction, son message devient en lui une flamme, une tension insupportable. Ses amis se moquent de lui et parodient son expression même : « Terreur tout autour ». Cependant, l’Éternel est avec lui comme un héros puissant qui l’encourage constamment. En fin de compte, ce sont ses adversaires qui seront vaincus.

Tu m’as persuadé. Le sens de l’hébreu serait mieux rendu ici et au verset 10 par : « Tu m’as séduit, trompé. » L’explication de cette accusation audacieuse se trouve au chapitre 1 versets 6-10. Là, Jérémie proteste qu’il n’a aucune autorité personnelle pour assumer la mission prophétique. Mais la réponse du Seigneur est un ordre de marche péremptoire et la promesse d’une parole d’autorité. Jérémie estime à juste titre que jusqu’à présent, le message qu’il transmet de la part de Dieu ne s’est pas imposé. Les gens sont intrigués, mais non convaincus. Les grandes promesses lui semblent un leurre, dont le but avait été de l’amener à accepter un rôle qu’il n’avait jamais désiré.

 

8  Car toutes les fois que je parle, il faut que je crie, Que je crie à la violence et à l’oppression ! Et la parole de l’Éternel est pour moi Un sujet d’opprobre et de risée chaque jour.

9  Si je dis : Je ne ferai plus mention de lui, Je ne parlerai plus en son nom, Il y a dans mon cœur comme un feu dévorant Qui est renfermé dans mes os. Je m’efforce de le contenir, et je ne le puis.

10  Car j’apprends les mauvais propos de plusieurs, L’épouvante qui règne à l’entour : Accusez-le, et nous l’accuserons ! Tous ceux qui étaient en paix avec moi Observent si je chancelle : Peut-être se laissera-t-il surprendre, Et nous serons maîtres de lui, Nous tirerons vengeance de lui !

 

Ceux qui étaient en paix avec moi, c’est-à-dire « ceux en qui j’avais confiance », cf. #Ps 41:9 ; #Jn 13: 18.

 

11  Mais l’Éternel est avec moi comme un héros puissant ; C’est pourquoi mes persécuteurs chancellent et n’auront pas le dessus ; Ils seront remplis de confusion pour n’avoir pas réussi : Ce sera une honte éternelle qui ne s’oubliera pas.

12  L’Éternel des armées éprouve le juste, Il pénètre les reins et les cœurs. Je verrai ta vengeance s’exercer contre eux, Car c’est à toi que je confie ma cause.

13  Chantez à l’Éternel, louez l’Éternel ! Car il délivre l’âme du malheureux de la main des méchants.

 

Le prophète tourmenté trouve une assurance passagère (cf. 16.14 note). Peut-être est-ce le moment où il sort de prison (verset 3) ?

 

14 ¶  Maudit soit le jour où je suis né ! Que le jour où ma mère m’a enfanté Ne soit pas béni !

 

14-18 Ces versets marquent le point où la résistance de Jérémie cède. Ils anticipent sur une période encore plus douloureuse où le prophète, traité comme un véritable paria social, sera pourtant forcé de voir le malheur envelopper son peuple de toutes parts. Quelle confiance profonde Dieu a dû avoir en cet homme pour lui faire tracer un sillon aussi solitaire et aussi désespéré ! Ces lignes révèlent avant tout un serviteur de Dieu aux prises avec sa destinée, qui reste néanmoins soumis et loyal.

Maudit soit le jour : cf. #Job 3. Les analogies entre les deux passages ne s’expliquent pas forcément par une dépendance littéraire.

 

15  Maudit soit l’homme qui porta cette nouvelle à mon père : Il t’est né un enfant mâle, Et qui le combla de joie !

16  Que cet homme soit comme les villes Que l’Éternel a détruites sans miséricorde ! Qu’il entende des gémissements le matin, Et des cris de guerre à midi !

17  Que ne m’a-t-on fait mourir dans le sein de ma mère ! Que ne m’a-t-elle servi de tombeau ! Que n’est-elle restée éternellement enceinte !

18  Pourquoi suis-je sorti du sein maternel Pour voir la souffrance et la douleur, Et pour consumer mes jours dans la honte ?

 

JEREMIAH 20 : 1 to 18 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ Paschhur the son of Immer, the priest and chief inspector in the house of the LORD, heard Jeremiah, who prophesied these things.

 

20.1-6 Jeremiah thrown into irons

1,2 Paschhur ... the priest and chief inspector in the house of the Lord suddenly reacted by slapping Jeremiah and throwing him in irons in the prison. The prophet was a living refutation of the common assertion in this ecclesiastical milieu that in case of a Babylonian attack, Egypt would force the invader to lift the siege.

 

2 And Paschhur smote Jeremiah the prophet, and put him in the prison which was in the upper gate of Benjamin, in the house of the LORD.

3 But the next day, Paschur brought Jeremiah out of prison. And Jeremiah said unto him, It is not the name of Paschur which the Lord giveth thee, it is that of Magor-missabib.

 

However, men of Jeremiah's temper do not change their message according to the circumstances. By changing the name of Paschhur into Magor-Missabib (Terror all around), he makes it clear that the Babylonian victory will prove all the falsity of his promise of peace. The false prophet will appear to be responsible for this incredible disaster, not only to his own eyes but to those of all his friends (verse 4).

 

4 For thus saith the LORD, Behold, I will give thee to terror, thou and all thy friends; They will fall by the sword of their enemies, and your eyes will see it. I will also deliver all Judah into the hands of the king of Babylon, who will take them captive to Babylon and strike them with the sword.

5 I will give all the riches of this city, all the produce of its labor, all that it has of precious, I will deliver all the treasures of the kings of Judah into the hands of their enemies, who will plunder them, Will transport to Babylon.

6 And thou, Paschhur, and all that dwell in thy house, ye shall go into captivity; Thou shalt go to Babylon, and there thou shalt die, and there thou shalt be buried, thou and all thy friends to whom thou hast prophesied lies.

7 ¶ Thou hast persuaded me, O LORD, and I have let myself be persuaded; You seized me, you defeated me. And I am every day an object of raillery, Everyone laughs at me.

 

20.7-18 Complaint of Jeremiah

   From the psychological point of view, this passage is unequaled in the canonical prophets. The feelings are expressed with a shattering truth, the soul is laid bare. The LORD drew the young Jeremiah to be a prophet; But if he renounces proclaiming the word of destruction, his message becomes in him a flame, an insupportable tension. His friends laugh at him and parody his very expression: "Terror all around". However, the Lord is with him as a mighty hero who constantly encourages him. In the end, his opponents will be defeated.

You persuaded me. The meaning of Hebrew would be better rendered here and in verse 10 by: "You have seduced me, deceived me. The explanation of this audacious accusation is found in Chapter 1 verse 6-10. There, Jeremiah protests that he has no personal authority to assume the prophetic mission. But the Lord's answer is a peremptory order of march and the promise of a word of authority. Jeremiah rightly believes that until now the message he has conveyed from God has not been imposed. People are intrigued, but not convinced. The great promises seemed to him a lure, the aim of which was to induce him to accept a role he had never desired.

 

8 For every time I speak, I must cry, that I cry out to violence and to oppression! And the word of the LORD is for me a reproach and a laughing matter every day.

9 If I say, I will no more mention him; I will no more speak in his name; there is in my heart like a devouring fire, which is shut up in my bones. I endeavor to restrain it, and I can not.

10 For I learn the evil deeds of many, the terror that reigneth about: Accuse him, and we will accuse him. All who were at peace with me Observe if I stagger: Perhaps he will be surprised, And we will be masters of him, We will take vengeance on him!

 

Those who were at peace with me, that is, those whom I trusted, cf. #Ps 41: 9; #Jn 13:18.

 

11 But the LORD is with me as a mighty hero; That is why my persecutors are staggering and will not have the upper hand; They will be filled with confusion for not having succeeded: It will be an eternal shame that will not be forgotten.

12 The Lord of hosts feels the righteous, and penetrates the loins and hearts. I will see your vengeance against them, for I entrust my cause to you.

13 Sing unto the LORD, praise the LORD. For he delivers the soul of the unfortunate from the hand of the wicked.

 

The tormented prophet finds passing assurance (cf. 16.14 note). Perhaps this is the moment when he comes out of prison (verse 3)?

14 Cursed be the day that I was born! May the day my mother bore me be not blessed!

 

14-18 These verses mark the point where the resistance of Jeremiah yields. They anticipate a still more painful period when the prophet, treated like a true social pariah, will nevertheless be forced to see misfortune envelop his people on all sides. What profound confidence God must have had in this man to make him trace such a solitary and desperate furrow! These lines reveal above all a servant of God struggling with his destiny, which nevertheless remains submissive and loyal.

Cursed be the day: cf. The analogies between the two passages are not necessarily explained by a literary dependence.

 

15 Cursed be the man that brought this news unto my father: a male child was born unto thee, and he overwhelmed him with joy.

16 Let this man be like the cities which the Lord has destroyed without mercy. Let him hear moans in the morning, And cries of war at noon!

17 What shall I die in my mother's womb? What has it served to me as a tomb? That she has remained eternally pregnant!

18 Why have I come out of the mother's womb to see suffering and pain, and to consume my days in shame?

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/