JÉRÉMIE 45 : 1 à 5 *** + JEREMIAH 45 : 1 to 5 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

27/12/2016 09:30

JÉRÉMIE 45 : 1 à 5 *** +
 

1 ¶  La parole que Jérémie, le prophète, adressa à Baruc, fils de Nérija, lorsqu’il écrivit dans un livre ces paroles, sous la dictée de Jérémie, la quatrième année de Jojakim, fils de Josias, roi de Juda. Il dit:

 

la quatrième année de Jojakim. C`est à dire, en 605 av. J.-C. (ch. #Jér 36), au moment de la mise par écrit des messages prophétiques de Jérémie.

 

2  Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël, sur toi, Baruc:

3  Tu dis : Malheur à moi ! car l’Éternel ajoute le chagrin à ma douleur ; je m’épuise en soupirant, et je ne trouve point de repos.

 

Malheur à moi! Baruc fut plongé dans l’angoisse lorsque les projets d’avenir radieux qu’il caressait semblèrent s’écrouler: même la mort était devenu un péril probable (cf. v. #Jér 45:5). Il était peut-être, aussi, de façon tout humaine, perplexe face à l’objectif poursuivi par Dieu à travers les calamités présentes (cf. v. #Jér 45:4). Jérémie chercha à l’encourager (v. #Jér 45:2).

 

4  Dis-lui : Ainsi parle l’Éternel : Voici, ce que j’ai bâti, je le détruirai ; ce que j’ai planté, je l’arracherai, savoir tout ce pays.

 

Dis-lui. Dieu jugerait la nation tout entière (les Judéens).

 

5  Et toi, rechercherais-tu de grandes choses ? Ne les recherche pas ! Car voici, je vais faire venir le malheur sur toute chair, dit l’Éternel ; et je te donnerai ta vie pour butin, dans tous les lieux où tu iras.

 

rechercherais-tu de grandes Choses? Baruc semblait avoir des ambitions élevées, ce qui rendait le désastre encore plus difficile à supporter. Il devait déjà se montrer content d’être en vie. Jérémie, qui s’était, lui aussi, parfois laissé aller à se plaindre, avait appris au travers de sa propre souffrance à réconforter autrui.

 

 

JEREMIAH 45 : 1 to 5 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ The word which Jeremiah the prophet spoke to Baruch the son of Neriah, when he wrote these words in Jeremiah's dictation in the fourth year of Jehoiakim the son of Josiah king of Judah. He says:

 

The fourth year of Jojakim. That is to say, in 605 BC. J.-C. (ch. # Jer 36), at the time of the writing of the prophetic messages of Jeremiah.

 

2 Thus saith the LORD God of Israel unto thee, Baruch,

3 Thou sayest, Woe to me! For the LORD addeth grief to my sorrow; I exhausted myself with a sigh, and found no repose.

 

Woe to me! Baruc was plunged into anguish when the plans for the radiant future he caressed seemed to collapse: even death had become a probable peril (cf. Jer. 45: 5). Perhaps, too, he was perplexed in the face of the goal pursued by God through the present calamities (cf. Jer. 45: 4). Jeremiah sought to encourage him (vv. Jer. 45: 2).

 

4 Say to him, Thus saith the LORD, Behold, what I have built I will destroy; What I have planted, I will tear out, know all this country.

 

Tell him. God would judge the whole nation (the Judaeans).

 

5 And you, would you seek great things? Do not search them! For behold, I will bring evil upon all flesh, saith the LORD; And I will give you your life for booty, in all the places where you go.

 

Would you seek great things? Baruc seemed to have high ambitions, which made the disaster even more difficult to bear. He was already content to be alive. Jeremiah, who had also sometimes allowed himself to complain, had learned through his own suffering to comfort others.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/