JOËL

02/01/2014 13:22
 

 

JOËL

 

835-796 AVANT J.C. JOËL

 

Le livre du prophète

       À l’instar du texte hébreu (texte massorétique), les versions grecque (LXX) et latine (Vulgate) intitulent ce livre d’après le prophète destinataire du message divin (#Joe 1:1). Signifiant « l’Éternel est Dieu », son nom fut porté par une douzaine de personnages de l’A.T. Le texte de Joël n’est cité qu’une seule fois dans le N.T. (#Ac 2:16-21).

 

Auteur et date

       L’auteur se présente simplement: « Joël, fils de Pethuel » (#Joe 1:1) et se montre très discret sur lui-même dans sa prophétie. Le nom de son père n’est pas mentionné ailleurs dans l’A.T. Même si son message révèle un intérêt certain pour les sacrifices (#Joe 1:9 ; #Joe 2:13-16), il n’était probablement pas lévite, car il se distingue des sacrificateurs (#Joe 1:13-14 ; #Joe 2:17) et démontre une bonne connaissance de la vie agricole et pastorale. Une tradition extrabiblique le rattache à la tribu de Ruben, à la ville de Béthom ou Beth-Haram, située au nord-est de la mer Morte, à la frontière entre Ruben et Gad. Cependant, le contexte de sa prophétie suggère plutôt qu’il venait de Juda, non loin de Jérusalem, car il ne laisse transparaître aucune touche étrangère.

      La datation du livre repose uniquement sur sa place dans le canon, sur des allusions historiques et sur des considérations linguistiques. La fin du IXe siècle, et plus précisément le règne de Joas (vers 835-796 av. J.-C.), semble l’époque la plus probable pour diverses raisons:

1° l’absence d’allusion à toutes les puissances mondiales plus tardives (l’Assyrie, la Babylonie ou la Perse);

2° le style de vie de Joël, qui rappelle celui d’Osée et d’Amos, et non celui des prophètes postérieurs à l’exil;

3° les parallèles verbaux avec des prophètes de cette période (#Joe 3:16 cf. #Am 1:2 ; #Joe 3:18 cf. #Am 9:13).

Le fait que la date du livre ne peut être établie avec certitude a toutefois peu d’impact sur son interprétation: Joël transmet un message intemporel et fondamental qui peut être enseigné et appliqué à toutes les époques.

 

Contexte et arrière-plan

       Tyr, Sidon et les Philistins faisaient régulièrement des raids militaires sur le territoire d’Israël (#Joe 3:2). Une sécheresse majeure et une invasion massive de sauterelles avaient détruit toute végétation dans le pays, entraînant une dévastation particulièrement importante sur le plan économique (#Joe 1:7-20) et un affaiblissement terrible pour le royaume du sud. Cette catastrophe naturelle fournit une illustration du jugement de Dieu à Joël: les sauterelles correspondaient certes à un jugement contre le péché, mais les jugements à venir, ceux du jour de l’Éternel, le dépasseraient de loin. Ce jour-là, Dieu jugerait ses ennemis et bénirait ses fidèles. Aucun péché spécifique n’est mentionné, et aucune pratique idolâtrique ne fait l’objet de reproches. Le prophète appelle néanmoins le peuple à une authentique repentance (#Joe 2:13), peut-être à cause de son indifférence.

 

Thèmes historiques et théologiques

       Le thème du livre est le jour de l’Éternel, que Joël développe plus qu’aucun autre texte de l’A.T. (#Joe 1:15 ; #Joe 2:1 ; #Joe 2:11 ; #Joe 2:31 ; #Joe 3:14), alors même que l’expression est employée à 19 reprises par 8 auteurs différents (#Esa 2:12 ; #Esa 13: 6, #Esa 13: 9 ; #Ez 13: 5 ; #Ez 30:3 ; #Joe 1:15 ; #Joe 2:1, #Joe 2:11, #Joe 2:31 ; #Joe 3:14 ; #Am 5:18 [2x], 20; #Ab 15 ; #Sop 1:7, #Sop 1:14 [2x]; #Za 14: 1 ; #Mal 4:5). Elle ne désigne pas une époque précise, mais plutôt une période de colère et de jugement qui appartient spécifiquement au Seigneur. Il s’agit du jour où il dévoile sa personne  sa puissance, sa force, sa sainteté - et terrifie ainsi ses adversaires. L’expression ne renvoie pas nécessairement à une réalité eschatologique; il peut s’agir d’un événement proche (par exemple. en #Ez 13: 5 où il est question de la conquête babylonienne et de la destruction de Jérusalem). Comme cela arrive fréquemment dans la prophétie, l’accomplissement immédiat consiste dans un événement historique qui fournit une base de compréhension pour l’accomplissement eschatologique, plus lointain.

       Le jour de l’Éternel est fréquemment associé à des secousses sismiques (par exemple 2:1-11; 2:31; 3:16), à des tempêtes (#Ez 13:5), à des nuages et d’épaisses ténèbres ( 2:2; #Sop 1:7), ou encore à des bouleversements cosmiques (#Joe 2:3, #Joe 2:30), et il est décrit comme un jour « grand » et « terrible » (#Joe 2:11), qui vient « comme un ravage du Tout-Puissant » (#Joe 1:15). La seconde moitié de Joël dépeint la période qui précède immédiatement le jour de l’Éternel et celle qui le suit en termes de promesses et d’espérance: il y aura un déversement de l’Esprit sur toute chair, qui sera accompagné de paroles prophétiques, de songes et de visions (#Joe 2:28-29), ainsi que de la venue d’Elie, une apparition synonyme de restauration et d’espoir (#Mal 4:5-6). Ce jour de l’Éternel débouchera sur des bénédictions matérielles, sur la prospérité et l’abondance (#Joe 2:21; #Joe 3:16-21). Ce jour de jugement des pécheurs sera porteur de bénédictions pour ceux qui se repentent et permettra de réaffirmer l’alliance de Dieu avec son peuple.  

 

Questions d’interprétation

       Il est préférable de considérer que le chapitre 1 décrit une invasion de sauterelles qui dévasta réellement le pays. Avec le chapitre suivant, l’interprète est confronté à un autre niveau de description: le prophète dépasse cette catastrophe, tout en s’appuyant sur elle, pour souligner avec une intensité croissante la nécessité d’une repentance immédiate et authentique. L’utilisation de comparaisons «  comme des cavaliers » (#Joe 2:4), « comme des guerriers » (#Joe 2:7) - suggère que Joël part de cette invasion réelle de sauterelles pour illustrer une invasion qui ne peut correspondre qu’à l’attaque massive de l’ultime jour de l’Éternel.

     Une autre question que doit résoudre le commentateur concerne la citation que Pierre fait de #Joe 2:28-32 en #Ac 2:16-21. Certains ont vu les phénomènes décrits dans les Actes et la destruction de Jérusalem en 70 apr. J.-C. comme accomplissant ce passage de Joël, tandis que d’autres ne discernent aucun accomplissement avant le dernier jour de l’Éternel. Il ne fait aucun doute pour moi que Joël évoquait le terrible jour de l’Éternel ultime. La venue du Saint-Esprit à la Pentecôte n’était pas un accomplissement de cette prophétie; elle ne donnait qu’un aperçu, un avant-goût de la puissance et de l’œuvre de l’Esprit qui sera pleinement déversé dans le royaume du Messie, après le jour de l’Éternel final.  

 

Plan

       Après #Joe 1:1, le contenu du livre peut être réparti en trois catégories essentielles.

       Dans la première section (#Joe 1:2-20), le prophète décrit le jour de l’Éternel de son époque. La terre souffre d’une dévastation catastrophique provoquée par les sauterelles et la sécheresse. La description du désastre (#Joe 1:2-12) est suivie d’exhortations à une repentance et une réforme collectives (#Joe 1:13-20).

       La deuxième section (#Joe 2:1-17) fait la transition entre l’invasion de sauterelles du temps de Joël (décrite au ch. #Joe 1) et le jour de l’Éternel eschatologique (décrit en #Joe 2:18-3:21). Sur le décor fourni par cette catastrophe naturelle, le prophète dépeint avec une intensité grandissante et saisissante l’intervention imminente du Seigneur (#Joe 2:1-11). En des termes explicites et forts, il renouvelle ensuite son appel à la repentance (#Joe 2:12-17).

       Dans la troisième section (#Joe 2:18-3:21), l’Éternel s’exprime à la première personne pour assurer son peuple de sa présence (#Joe 2:27 ; #Joe 3:17, #Joe 3:21). Cette section du livre présuppose que l’appel à la repentance (#Joe 2:12-17) a été entendu et décrit la réaction de l’Éternel (#Joe 2:18-19). Les premiers versets (#Joe 2:18-20) font passer des lamentations et malédictions aux attestations de la présence divine et d’un renversement de situation (dont 2:19b-20 précise la nature). Le Seigneur fait ensuite trois promesses pour assurer les Israélites repentants de sa présence: une restauration matérielle à travers la guérison du pays (#Joe 2:21-27), une restauration spirituelle à travers l’effusion du Saint-Esprit (#Joe 2:28-32) et une restauration nationale à travers le jugement des impies (#Joe 3:1-21).

 

Plan

I. Le jour de l’Éternel expérimenté: historique (1:1-20)

A. Source du message (1:1)

B. Ordre de contempler la dévastation (1:2-4)

C. Caractère total de la dévastation (1:5-12)

D. Appel à la repentance (1:13-20)

 

II. Le jour de l’Éternel illustré: transition (2:1-17)

A. Alarme donnée (2:1)

B. Invasion armée (2:2-11)

C. Invitation à la repentance (2:12-17)

 

III. Le jour de l’Éternel décrit: eschatologique (2:18-3:21)

A. Introduction (2:18-20)

B. Restauration matérielle (2:21-27)

C. Restauration spirituelle (2:28-32)

 

D. Restauration nationale (3:1-21)

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/