JOUR 143

22/01/2018 12:29

PSAUMES 37 - 38 - 39

 

PSAUMES 37

Ps 73; 49. Pr 24:19, 20. Ec 8:11-13.
1De David.
 
Ne t’irrite pas contre les méchants,
N’envie pas ceux qui font le mal.
2Car ils sont fauchés aussi vite que l’herbe,
Et ils se flétrissent comme le gazon vert.
3Confie-toi en l’Éternel, et pratique le bien;
Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture.
4Fais de l’Éternel tes délices,
Et il te donnera ce que ton cœur désire.
5 Recommande ton sort à l’Éternel,
Mets en lui ta confiance, et il agira.
6Il fera paraître ta justice comme la lumière,
Et ton droit comme le soleil à son midi.
7Garde le silence devant l’Éternel, et espère en lui;
Ne t’irrite pas contre celui qui réussit dans ses voies,
Contre l’homme qui vient à bout de ses mauvais desseins.
8Laisse la colère, abandonne la fureur;
Ne t’irrite pas, ce serait mal faire.
9Car les méchants seront retranchés,
Et ceux qui espèrent en l’Éternel posséderont le pays.
10Encore un peu de temps, et le méchant n’est plus;
Tu regardes le lieu où il était, et il a disparu.
11 Les misérables possèdent le pays,
Et ils jouissent abondamment de la paix.
12Le méchant forme des projets contre le juste,
Et il grince des dents contre lui.
13Le Seigneur se rit du méchant,
Car il voit que son jour arrive.
14Les méchants tirent le glaive,
Ils bandent leur arc,
Pour faire tomber le malheureux et l’indigent,
Pour égorger ceux dont la voie est droite.
15Leur glaive entre dans leur propre cœur,
Et leurs arcs se brisent.
16Mieux vaut le peu du juste
Que l’abondance de beaucoup de méchants;
17Car les bras des méchants seront brisés,
Mais l’Éternel soutient les justes.
18L’Éternel connaît les jours des hommes intègres,
Et leur héritage dure à jamais.
19Ils ne sont pas confondus au temps du malheur,
Et ils sont rassasiés aux jours de la famine.
20Mais les méchants périssent,
Et les ennemis de l’Éternel, comme les plus beaux pâturages;
Ils s’évanouissent, ils s’évanouissent en fumée.
21Le méchant emprunte, et il ne rend pas;
Le juste est compatissant, et il donne.
22Car ceux que bénit l’Éternel possèdent le pays,
Et ceux qu’il maudit sont retranchés.
23L’Éternel affermit les pas de l’homme,
Et il prend plaisir à sa voie;
24S’il tombe, il n’est pas terrassé,
Car l’Éternel lui prend la main.
25J’ai été jeune, j’ai vieilli;
Et je n’ai point vu le juste abandonné,
Ni sa postérité mendiant son pain.
26Toujours il est compatissant, et il prête;
Et sa postérité est bénie.
27Détourne-toi du mal, fais le bien,
Et possède à jamais ta demeure.
28Car l’Éternel aime la justice,
Et il n’abandonne pas ses fidèles;
Ils sont toujours sous sa garde,
Mais la postérité des méchants est retranchée.
29Les justes posséderont le pays,
Et ils y demeureront à jamais.
30La bouche du juste annonce la sagesse,
Et sa langue proclame la justice.
31 La loi de son Dieu est dans son cœur;
Ses pas ne chancellent point.
32Le méchant épie le juste,
Et il cherche à le faire mourir.
33L’Éternel ne le laisse pas entre ses mains,
Et il ne le condamne pas quand il est en jugement.
34Espère en l’Éternel, garde sa voie,
Et il t’élèvera pour que tu possèdes le pays;
Tu verras les méchants retranchés.
35J’ai vu le méchant dans toute sa puissance;
Il s’étendait comme un arbre verdoyant.
36Il a passé, et voici, il n’est plus;
Je le cherche, et il ne se trouve plus.
37Observe celui qui est intègre, et regarde celui qui est droit;
Car il y a une postérité pour l’homme de paix.
38Mais les rebelles sont tous anéantis,
La postérité des méchants est retranchée.
39Le salut des justes vient de l’Éternel;
Il est leur protecteur au temps de la détresse.
40L’Éternel les secourt et les délivre;
Il les délivre des méchants et les sauve,
Parce qu’ils cherchent en lui leur refuge.
 
Psaumes 38
Ps 6; 39; 70.
1Psaume de David. Pour souvenir.
 
2 Éternel! Ne me punis pas dans ta colère,
Et ne me châtie pas dans ta fureur.
3Car tes flèches m’ont atteint,
Et ta main s’est appesantie sur moi.
4Il n’y a rien de sain dans ma chair à cause de ta colère,
Il n’y a plus de vigueur dans mes os à cause de mon péché.
5Car mes iniquités s’élèvent au-dessus de ma tête;
Comme un lourd fardeau, elles sont trop pesantes pour moi.
6Mes plaies sont infectes et purulentes,
Par l’effet de ma folie.
7Je suis courbé, abattu au dernier point;
Tout le jour je marche dans la tristesse.
8Car un mal brûlant dévore mes entrailles,
Et il n’y a rien de sain dans ma chair.
9Je suis sans force, entièrement brisé;
Le trouble de mon cœur m’arrache des gémissements.
10Seigneur! Tous mes désirs sont devant toi,
Et mes soupirs ne te sont point cachés.
11Mon cœur est agité, ma force m’abandonne,
Et la lumière de mes yeux n’est plus même avec moi.
12Mes amis et mes connaissances s’éloignent de ma plaie,
Et mes proches se tiennent à l’écart.
13Ceux qui en veulent à ma vie tendent leurs pièges;
Ceux qui cherchent mon malheur disent des méchancetés,
Et méditent tout le jour des tromperies.
14Et moi, je suis comme un sourd, je n’entends pas;
Je suis comme un muet, qui n’ouvre pas la bouche.
15Je suis comme un homme qui n’entend pas,
Et dans la bouche duquel il n’y a point de réplique.
16Éternel! C’est en toi que j’espère;
Tu répondras, Seigneur, mon Dieu!
17Car je dis: Ne permets pas qu’ils se réjouissent à mon sujet,
Qu’ils s’élèvent contre moi, si mon pied chancelle!
18Car je suis près de tomber,
Et ma douleur est toujours devant moi.
19 Car je reconnais mon iniquité,
Je suis dans la crainte à cause de mon péché.
20Et mes ennemis sont pleins de vie, pleins de force;
Ceux qui me haïssent sans cause sont nombreux.
21Ils me rendent le mal pour le bien;
Ils sont mes adversaires, parce que je recherche le bien.
22Ne m’abandonne pas, Éternel!
Mon Dieu, ne t’éloigne pas de moi!
23Viens en hâte à mon secours,
Seigneur, mon salut!
 
Psaumes 39
Ps 38. (Job 14. Ps 90.)
1Au chef des chantres. A Jeduthun, Psaume de David.
 
2Je disais: Je veillerai sur mes voies,
De peur de pécher par ma langue;
Je mettrai un frein à ma bouche,
Tant que le méchant sera devant moi.
3Je suis resté muet, dans le silence;
Je me suis tu, quoique malheureux;
Et ma douleur n’était pas moins vive.
4Mon cœur brûlait au-dedans de moi,
Un feu intérieur me consumait,
Et la parole est venue sur ma langue.
5Éternel! Dis-moi quel est le terme de ma vie,
Quelle est la mesure de mes jours;
Que je sache combien je suis fragile.
6Voici, tu as donné à mes jours la largeur de la main,
Et ma vie est comme un rien devant toi.
Oui, tout homme debout n’est qu’un souffle.— Pause.
7Oui, l’homme se promène comme une ombre,
Il s’agite vainement;
Il amasse, et il ne sait qui recueillera.
8Maintenant, Seigneur, que puis-je espérer?
En toi est mon espérance.
9Délivre-moi de toutes mes transgressions!
Ne me rends pas l’opprobre de l’insensé!
10Je reste muet, je n’ouvre pas la bouche,
Car c’est toi qui agis.
11Détourne de moi tes coups!
Je succombe sous les attaques de ta main.
12Tu châties l’homme en le punissant de son iniquité,
Tu détruis comme la teigne ce qu’il a de plus cher.
Oui, tout homme est un souffle.— Pause.
13Écoute ma prière, Éternel, et prête l’oreille à mes cris!
Ne sois pas insensible à mes larmes!
Car je suis un étranger chez toi,
Un habitant, comme tous mes pères.
14Détourne de moi le regard, et laisse-moi respirer,
Avant que je m’en aille et que ne sois plus!
 

 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/