JOUR 192

12/03/2018 05:57

CANTIQUE 01-02-03-04

 

CANTIQUE  INTRODUCTION ET 1

INTRODUCTION AU LIVRE DU CANTIQUE DES CANTIQUES
(Ro 8:38, 39. 2 Co 11:2, 3. Pr 1:17.)
Ce livre, attribué à Salomon, est un recueil de chants d’amour d’un bien-aimé et d’une bien-aimée qui s’apprécient sans fausse pudeur. Le langage très érotique de ce livre a amené plusieurs savants au cours de l’histoire à proposer de comprendre le Cantique des Cantiques comme un poème symbolique et même typologique, décrivant les relations entre Dieu et son peuple. Cependant rien dans le texte n’exige pareille lecture.
Le recours au vocabulaire de la tendresse physique a souvent choqué. C’est un des livres de la Bible qui a fait couler beaucoup d’encre. Rien que dans la littérature de la synagogue, on a recensé 49 commentaires officiels le concerrant. Toutefois, c’est un précieux poème d’amour humain, véritable don de Dieu, et il doit être pris comme tel. Sept poèmes articulent ce livre du Cantique des Cantiques:
Chapitres 1:2 à 2:7: le dialogue amoureux entre Elle et Lui, thème du poème.
Chapitre 2:8-17: l’arrivée du bien-aimé: le voici, il vient. C’est le chant de la bien-aimée.
Chapitres 3:1 à 5:1: elle rêve qu’elle le cherche et le trouve.
Chapitres 5:2 à 6:3: elle lui ouvre sa porte mais trop tard. C’est le cauchemar de la rencontre manquée.
Chapitres 6:4 à 7:11: le bien-aimé fait le portrait de sa fiancée. C’est le duo amoureux.
Chapitres 7:12 à 8:5: c’est un bonheur que d’être aimé.
Chapitre 8:6-14: l’amour est aussi fort que la mort. C’est aussi le rapport aux frères, aux amis et à Salomon.
En somme, telles sont les grandes articulations de ce poème qui valorise le portrait physique de toute personne aimée. S’aimer et aimer son conjoint, c’est surtout savoir s’apprécier non seulement sur le plan moral mais aussi sur le plan physique.
L’amour est un don de l’Éternel pour tout couple. Ce livre contient les dialogues d’un homme et d’une femme qui se cherchent, se trouvent, se perdent et se recherchent. Des voix étrangères interrompent parfois ces dialogues; ces interférences humaines entravent l’harmonie du couple qui souhaiterait vivre un amour continu. Ces personnages qui interfèrent sont: les frères (1:6; 8:8-9), Salomon, mentionné à six reprises (1:1, 5; 3:7, 11; 8:11, 12), les filles de Jérusalem, évoquées sept fois (1:5; 2:7; 3:5, 11; 5:8, 16; 8:4) et les gardes (3:3; 5:7). En somme, l’amour est une flamme du Seigneur que même les grandes eaux ne peuvent éteindre.
 
CANTIQUE 1
V. 1-4: cf. (Ps 63:2-9. Ap 14:4.)
1Cantique des cantiques, de Salomon.
 
2Qu’il me baise des baisers de sa bouche!
Car ton amour vaut mieux que le vin,
3Tes parfums ont une odeur suave;
Ton nom est un parfum qui se répand;
C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.
4Entraîne-moi après toi!
Nous courrons!
Le roi m’introduit dans ses appartements…
Nous nous égaierons, nous nous réjouirons à cause de toi;
Nous célébrerons ton amour plus que le vin.
C’est avec raison que l’on t’aime.
V. 5-8: cf. (Ca 3:1-4. Ps 73:28.) Jn 10:2-5.
5Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem,
Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.
6Ne prenez pas garde à mon teint noir:
C’est le soleil qui m’a brûlée.
Les fils de ma mère se sont irrités contre moi,
Ils m’ont faite gardienne des vignes.
Ma vigne, à moi, je ne l’ai pas gardée.
7 Dis-moi, ô toi que mon cœur aime,
Où tu fais paître tes brebis,
Où tu les fais reposer à midi;
Car pourquoi serais-je comme une égarée
Près des troupeaux de tes compagnons?
8Si tu ne le sais pas, ô la plus belle des femmes,
Sors sur les traces des brebis,
Et fais paître tes chevreaux
Près des demeures des bergers.
1 v. 9 à 2 v. 7: cf. (Jn 14:21-23. Ép 5:25-27. Ép 3:17-19.)
9A ma jument qu’on attelle aux chars de Pharaon
Je te compare, ô mon amie.
10 Tes joues sont belles au milieu des colliers,
Ton cou est beau au milieu des rangées de perles.
11Nous te ferons des colliers d’or,
Avec des points d’argent.
12Tandis que le roi est dans son entourage,
Mon nard exhale son parfum.
13Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe,
Qui repose entre mes seins.
14Mon bien-aimé est pour moi une grappe de troëne
Des vignes d’En-Guédi.
15Que tu es belle, mon amie, que tu es belle!
Tes yeux sont des colombes.
16 Que tu es beau, mon bien-aimé, que tu es aimable!
Notre lit, c’est la verdure.
17Les solives de nos maisons sont des cèdres,
Nos lambris sont des cyprès.
 
CANTIQUE 2
1Je suis un narcisse de Saron,
Un lis des vallées.
2Comme un lis au milieu des épines,
Telle est mon amie parmi les jeunes filles.
3Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt,
Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes.
J’ai désiré m’asseoir à son ombre,
Et son fruit est doux à mon palais.
4Il m’a fait entrer dans la maison du vin;
Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour.
5Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins,
Fortifiez-moi avec des pommes;
Car je suis malade d’amour.
6 Que sa main gauche soit sous ma tête,
Et que sa droite m’embrasse!
7Je vous en conjure, filles de Jérusalem,
Par les gazelles et les biches des champs,
Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour,
Avant qu’elle le veuille.
V. 8-17: cf. Ca 5:2, etc. Jn 10:4, 5, 27, 28.
8C’est la voix de mon bien-aimé!
Le voici, il vient,
Sautant sur les montagnes,
Bondissant sur les collines.
9Mon bien-aimé est semblable à la gazelle
Ou au faon des biches.
Le voici, il est derrière notre mur,
Il regarde par la fenêtre,
Il regarde par le treillis.
10Mon bien-aimé parle et me dit:
Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!
11Car voici, l’hiver est passé;
La pluie a cessé, elle s’en est allée.
12Les fleurs paraissent sur la terre,
Le temps de chanter est arrivé,
Et la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.
13Le figuier embaume ses fruits,
Et les vignes en fleur exhalent leur parfum.
Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!
14Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher,
Qui te caches dans les parois escarpées,
Fais-moi voir ta figure,
Fais-moi entendre ta voix;
Car ta voix est douce, et ta figure est agréable.
15Prenez-nous les renards,
Les petits renards qui ravagent les vignes;
Car nos vignes sont en fleur.
16Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui;
Il fait paître son troupeau parmi les lis.
17 Avant que le jour se rafraîchisse,
Et que les ombres fuient,
Reviens!… sois semblable, mon bien-aimé,
A la gazelle ou au faon des biches,
Sur les montagnes qui nous séparent.
 
CANTIQUE 3
V. 1-5: cf. Jé 29:12, 13. Ca 5:6-8.
1Sur ma couche, pendant les nuits,
J’ai cherché celui que mon cœur aime;
Je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé…
2Je me lèverai, et je ferai le tour de la ville,
Dans les rues et sur les places;
Je chercherai celui que mon cœur aime…
Je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé.
3Les gardes qui font la ronde dans la ville m’ont rencontrée:
Avez-vous vu celui que mon cœur aime?
4A peine les avais-je passés,
Que j’ai trouvé celui que mon cœur aime;
Je l’ai saisi, et je ne l’ai point lâché
Jusqu’à ce que je l’aie amené dans la maison de ma mère,
Dans la chambre de celle qui m’a conçue.
5Je vous en conjure, filles de Jérusalem,
Par les gazelles et les biches des champs,
Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour,
Avant qu’elle le veuille.
V. 6-11: cf. 2 Co 11:3, 13, 14.
6 Qui est celle qui monte du désert,
Comme des colonnes de fumée,
Au milieu des vapeurs de myrrhe et d’encens
Et de tous les aromates des marchands?
7Voici la litière de Salomon,
Et autour d’elle soixante vaillants hommes,
Des plus vaillants d’Israël.
8Tous sont armés de l’épée,
Sont exercés au combat;
Chacun porte l’épée sur sa hanche,
En vue des alarmes nocturnes.
9Le roi Salomon s’est fait une litière
De bois du Liban.
10Il en a fait les colonnes d’argent,
Le dossier d’or,
Le siège de pourpre;
Au milieu est une broderie, œuvre d’amour
Des filles de Jérusalem.
11Sortez, filles de Sion, regardez
Le roi Salomon,
Avec la couronne dont sa mère l’a couronné
Le jour de ses fiançailles,
Le jour de la joie de son cœur.
 
CANTIQUE 4
4 v. 1 à 5 v. 1: cf. Ca 6:4-10; 7:7-9.
1Que tu es belle, mon amie, que tu es belle!
Tes yeux sont des colombes,
Derrière ton voile.
Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres,
Suspendues aux flancs de la montagne de Galaad.
2Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues,
Qui remontent de l’abreuvoir;
Toutes portent des jumeaux,
Aucune d’elles n’est stérile.
3Tes lèvres sont comme un fil cramoisi,
Et ta bouche est charmante;
Ta joue est comme une moitié de grenade,
Derrière ton voile.
4 Ton cou est comme la tour de David,
Bâtie pour être un arsenal;
Mille boucliers y sont suspendus,
Tous les boucliers des héros.
5 Tes deux seins sont comme deux faons,
Comme les jumeaux d’une gazelle,
Qui paissent au milieu des lis.
6Avant que le jour se rafraîchisse,
Et que les ombres fuient,
J’irai à la montagne de la myrrhe
Et à la colline de l’encens.
7Tu es toute belle, mon amie,
Et il n’y a point en toi de défaut.
8Viens avec moi du Liban, ma fiancée,
Viens avec moi du Liban!
Regarde du sommet de l’Amana,
Du sommet du Senir et de l’Hermon,
Des tanières des lions,
Des montagnes des léopards.
9Tu me ravis le cœur, ma sœur, ma fiancée,
Tu me ravis le cœur par l’un de tes regards,
Par l’un des colliers de ton cou.
10Que de charmes dans ton amour, ma sœur, ma fiancée!
Comme ton amour vaut mieux que le vin,
Et combien tes parfums sont plus suaves que tous les aromates!
11Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée;
Il y a sous ta langue du miel et du lait,
Et l’odeur de tes vêtements est comme l’odeur du Liban.
12Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée,
Une source fermée, une fontaine scellée.
13Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers,
Avec les fruits les plus excellents,
Les troënes avec le nard;
14Le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome,
Avec tous les arbres qui donnent l’encens;
La myrrhe et l’aloès,
Avec tous les principaux aromates;
15Une fontaine des jardins,
Une source d’eaux vives,
Des ruisseaux du Liban.
16Lève-toi, aquilon! Viens, autan!
Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent!
Que mon bien-aimé entre dans son jardin,
Et qu’il mange de ses fruits excellents!
 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/