JOUR 8 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

20/08/2018 00:05

JOUR 8 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

MATTHIEU 15 ET 16

 

MATTHIEU 15

1 ¶  Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent:

2  Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas.

 

tradition des anciens. Il s’agit d’un corpus de lois extrabibliques qui n’existait que sous forme orale et seulement depuis l’exil à Babylone. Plus tard, vers la fin du IIe siècle, il fut mis par écrit dans la Mishna. La loi de Moïse ne comprenait aucun commandement relatif au lavement des mains avant le repas, sauf pour les sacrificateurs qui devaient se laver avant de consommer les choses saintes (#Lé 22:6-7).

 

3  Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?{*}

 

transgressez-vous. La nature de ce péché est précisée aux vv. #Mt 15:4-6. Il consistait à déshonorer ses parents d’une manière subtile. Les commandements de Dieu étaient clairs (cités d’après #Ex 20:12 ; #Ex 21:17 ; #De 5:16), mais, pour les contourner, certains affirmaient ne pas pouvoir assister leurs parents financièrement parce qu’ils avaient consacré une certaine somme d’argent à Dieu, qui était plus grand que leurs parents. Les rabbins avaient approuvé cette exception aux commandements de Moïse et ainsi rendu nulle la loi de Dieu (v. #Mt 15:6).

 

4  Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.{*}

5  Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu,{*}

6  (15-5) n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. (15-6) Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.{*}

 

Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. « Annuler » signifie « priver d’autorité » ou « rendre caduque ». La « tradition » en question autorisait tout individu à déclarer que tous ses biens étaient « corban ». Si un fils ressentait de la colère envers ses parents, il lui suffisait de déclarer que son argent et ses propriétés étaient « corban ». Comme les Ecritures enseignent qu’on ne peut revenir sur un vœu fait à Dieu (#No 30:3), ses biens ne pouvaient servir à rien d’autre qu’au service de Dieu et ne pouvaient donc pas être employés pour le soutien financier de ses parents. Or, Jésus condamna cette pratique en montrant que les scribes et les pharisiens se rendaient coupables d’annuler la Parole de Dieu (et le commandement d’honorer les parents) au moyen de leur tradition.

 

7  Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit:{*}

8  Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi.{*}

9  C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.{*}

 

15:8-9

Citation d’#Esa 29:13.

10 ¶  Ayant appelé à lui la foule, il lui dit : Ecoutez, et comprenez.{*}

11  Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.{*}

 

ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. On pouvait contracter une souillure rituelle (sous l’ancienne alliance) par la consommation d’un aliment interdit, mais on se souille moralement en commettant un péché par la parole (cf. #Ja 3:6). Dans ce passage, Jésus différencie clairement les exigences cérémonielles de la loi de sa norme morale inviolable. Les souillures rituelles pouvaient être réparées par des rituels. Les souillures morales corrompent l’âme de la personne.

 

12  Alors ses disciples s’approchèrent, et lui dirent : Sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues ?

13  Il répondit : Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste sera déracinée.{*}

14  Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.{*}

 

Laissez-les. Ce jugement sévère est une forme de la colère de Dieu : il les abandonne. #Ro 1:18-32 exprime ce même jugement en disant: « Dieu les a livrés » (voir les notes sur ces vv.). Cf. #Os 4:17.

 

15  Pierre, prenant la parole, lui dit : Explique-nous cette parabole.

 

cette parabole. Celle du v. 11. Elle n’est absolument pas difficile à comprendre, mais les disciples eux-mêmes avaient du mal à l’accepter. Des années plus tard, Pierre éprouverait encore de la difficulté à accepter le fait que toute nourriture est pure (#Ac 10:14).

 

16  Et Jésus dit : Vous aussi, êtes-vous encore sans intelligence ?{*}

17  Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets ?{*}

18  Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme.{*}

19  Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.{*}

20  Voilà les choses qui souillent l’homme ; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.{*}

21 ¶  Jésus, étant parti de là, se retira dans le territoire de Tyr et de Sidon.

22  Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria : Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon.

23  Il ne lui répondit pas un mot, et ses disciples s’approchèrent, et lui dirent avec instance : Renvoie-la, car elle crie derrière nous.

24  Il répondit : Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.{*}

 

brebis perdues de la maison d’Israël. #Jér 50:6. Jésus précisa encore davantage cette priorité lorsqu’il dit que l’Evangile était destiné à ceux qui reconnaissaient avoir besoin d’un médecin (#Lu 5:31-32) parce qu’ils se savaient spirituellement malades (#Mt 9:13).

 

25  Mais elle vint se prosterner devant lui, disant : Seigneur, secours-moi !

26  Il répondit : Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.{*}

 

le pain des enfants. Les Israélites devaient être nourris avant les « petits chiens ». Christ employa un mot qui désignait un animal familier. Les paroles qu’il adressa à cette femme ne doivent pas être considérées comme dures ou insensibles. En réalité, il était en train de l’amener en douceur à exprimer sa foi au v. 27.

 

27  Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.

28  Alors Jésus lui dit : Femme, ta foi est grande ; qu’il te soit fait comme tu veux. Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.{*}

29 ¶  Jésus quitta ces lieux, et vint près de la mer de Galilée. Etant monté sur la montagne, il s’y assit.

 

vint près de la mer de Galilée. Il voyagea vers le nord depuis Tyr jusqu’à Sidon, puis fit un large tour le long de la partie est de la Galilée jusqu’à la Décapole (#Mr 7:31), une région peuplée surtout de non-Juifs. Il est possible qu’il ait emprunté cette voie afin d’éviter le territoire gouverné par Hérode Antipas (cf. #Mt 14:1-2). Les événements qui suivent ont dû se dérouler dans la Décapole.

 

30  Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit ;

31  en sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient ; et elle glorifiait le Dieu d’Israël.

32  Jésus, ayant appelé ses disciples, dit : Je suis ému de compassion pour cette foule ; car voilà trois jours qu’ils sont près de moi, et ils n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin.{*}

33  Les disciples lui dirent : Comment nous procurer dans ce lieu désert assez de pains pour rassasier une si grande foule ?

 

Comment nous procurer …  assez de pains. Pas étonnant que notre Seigneur les ait appelés « gens de peu de foi » (#Mt 8:26 ; #Mt 14:31 ; #Mt 16:8 ; #Mt 17:20), puisqu’ils posèrent cette question peu après qu’une foule de plus de 5000 personnes avait été nourrie (#Mt 14:13-21)!

 

34  Jésus leur demanda : Combien avez-vous de pains ? Sept, répondirent-ils, et quelques petits poissons. {*}

 

Une fois de plus, le Seigneur leur fit reconnaître l’insuffisance de nourriture par rapport au nombre de personnes. Ainsi, il était clair que la foule put être nourrie seulement grâce à un miracle, preuve de la divinité de Jésus.

 

35  Alors il fit asseoir la foule par terre,

36  prit les sept pains et les poissons, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna à ses disciples, qui les distribuèrent à la foule.

37  Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient.

38  Ceux qui avaient mangé étaient quatre mille hommes, sans les femmes et les enfants.

 

quatre mille. Christ avait mis fin à son ministère en Galilée en nourrissant une foule de 5000 personnes (#Mt 14:13-21). Il termine son ministère dans les régions non juives en nourrissant 4000 personnes. Plus tard, il achèvera son ministère à Jérusalem lors d’un repas dans la chambre haute avec ses disciples.

 

39  Ensuite, il renvoya la foule, monta dans la barque, et se rendit dans la contrée de Magadan.

 

MATTHIEU 16

1 ¶  Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus et, pour l’éprouver, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.

2  Jésus leur répondit : Le soir, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge ;{*}

 

un signe venant du ciel. Cette fois-ci, Jésus leur reprocha de se préoccuper tellement des signes célestes qu’ils n’étaient plus en mesure d’interpréter les signes des temps où ils vivaient. Il les renvoya donc au même signe que celui qu’il leur avait donné auparavant, le signe du prophète Jonas (v. #Mt 16:4 ; cf. #Mt 12:39). Ils s’attendaient à un signe (sens littéral du mot grec) spectaculaire aux proportions astronomiques (#Lu 11:16). Au lieu de cela, Jésus leur donna un signe tiré de l’Ecriture.

 

3  (16-2) et le matin : (16-3) Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps.{*}

 

16:2-3

Si imparfaite que soit leur méthode de prévoir le temps, leur capacité de discernement des choses spirituelles était pire encore. Le Messie promis et tant attendu était au milieu d’eux, et ils refusaient de le reconnaître.

 

4  Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui de Jonas. Puis il les quitta, et s’en alla. {*}

5 ¶  Les disciples, en passant à l’autre bord, avaient oublié de prendre des pains.

6  Jésus leur dit : Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens.{*}

 

levain des pharisiens et des sadducéens. Lorsque Jésus les mit en garde contre cette influence néfaste, les disciples pensaient qu’il parlait du pain. Une fois de plus, il leur rappela que le Seigneur pourvoyait en nourriture, de sorte qu’ils n’avaient pas besoin du pain proposé par les pharisiens. Qu’ils étaient prompts à oublier les miracles!

 

7  Les disciples raisonnaient en eux-mêmes, et disaient : C’est parce que nous n’avons pas pris de pains.

8  Jésus, l’ayant connu, dit: Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de peu de foi, sur ce que vous n’avez pas pris de pains ?{*}

9  Etes-vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez-vous plus les cinq pains des cinq mille hommes et combien de paniers vous avez emportés,{*}

10  ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées ?{*}

11  Comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé ? Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens.{*}

12  Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens.

 

l’enseignement des pharisiens et des sadducéens. Dans ce passage, le levain des pharisiens représente leur « enseignement ». En #Lu 12:1, il symbolise leur hypocrisie. Ces deux éléments sont intimement liés. Les chefs religieux juifs exerçaient une influence très néfaste au moyen d’une doctrine pragmatique qui laissait une large place à l’hypocrisie. Ils exagéraient l’importance des aspects extérieurs et rituels et soignaient l’apparence, mais ne se préoccupaient pas assez de l’attitude du cœur. A plusieurs reprises, Jésus les critiqua sévèrement pour leur hypocrisie.

 

13 ¶  Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ? {*}

 

Césarée de Philippe. Ville située à environ 40 km au nord de la Galilée, au pied du mont Hermon. Il ne s’agit pas ici de la ville de Césarée bâtie par Hérode le Grand sur la côte méditerranéenne.

 

14  Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes.

15  Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ?{*}

16  Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

 

Dieu vivant. L’un des noms de l’Eternel dans l’A.T. (p. ex. #De 5:26 ; #Jos 3:10 ; #1S 17:26, #1S 17:36 ; #2R 19:4, #2R 19:16 ; #Ps 42:3 ; #Ps 84:3 ; #Da 6:26 ; #Os 2:1), par opposition aux idoles sans intelligence et sans vie (#Jér 10:8 ; #Jér 18:15 ; #1Co 12:2).

 

17  Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.{*}

 

ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela. Les affirmations messianiques de Christ furent toujours des allusions subtiles à des prophéties de l’A.T., combinées à des manifestations miraculeuses qui appuyaient ses paroles. Jamais auparavant, Pierre et les autres apôtres n’avaient reçu d’enseignement explicite au sujet de son identité. Dieu le Père avait ouvert les yeux de Pierre pour qu’il comprenne pleinement la portée des déclarations de son Fils. Il lui révéla qui était vraiment Jésus. En d’autres termes, Dieu avait ouvert le cœur de Pierre à cette connaissance approfondie de Christ par la foi. La déclaration de Pierre ne fut pas une affirmation purement intellectuelle au sujet de l’identité de Christ, mais une confession personnelle de sa foi, née dans un cœur régénéré par Dieu.

 

18  Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.{*}

 

sur ce roc. Le prénom français « Pierre » rend exactement la signification du nom grec Petros (#Jn 1:42). Jésus fait ici un jeu de mots avec petra, qui signifie « rocher » (cf. #Mt 7:24-25). Etant donné que le N.T. enseigne explicitement que Christ est aussi bien le fondement (#Ac 4:11-12 ; #1Co 3:11) que la tête (#Ep 5:23) de l’Eglise, il serait erroné de supposer que, dans ce passage, il attribue à Pierre l’un de ces rôles. Dans un sens, les apôtres jouèrent un rôle fondateur dans la construction de l’Eglise (#Ep 2:20), mais la primauté est tout de même réservée à Christ seul; elle n’est nullement déléguée à Pierre. Les paroles de Jésus dans ce passage peuvent donc être interprétées comme un simple jeu de mots dans la mesure où une vérité fondatrice était énoncée par celui qui avait été comparé à une simple pierre. Pierre lui-même explique cette image dans sa première épître: l’Eglise est constituée de « pierres vivantes » (#1Pi 2:5) qui, comme lui, confessent que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. Christ lui-même est la « pierre angulaire » (#1Pi 2:6-7).

 

Eglise. Ce terme est employé uniquement dans l’Evangile de Matthieu (voir aussi 18:17). En disant « mon Eglise », Christ insistait sur le fait que lui seul en est l’architecte, le bâtisseur, le propriétaire et le Seigneur. Le mot grec pour Eglise signifie « ceux qui sont appelés en dehors de ». Depuis le début de l’histoire de la rédemption, Dieu rassemble ceux qui sont élus par grâce. Cependant, l’Eglise unique qu’il avait promis de construire commença à la Pentecôte avec la venue du Saint-Esprit, par lequel le Seigneur baptisa les croyants pour qu’ils forment son corps, qui est l’Eglise.

 

les portes du séjour des morts. Le séjour des morts est le lieu de châtiment pour les esprits des non-croyants décédés, qui y entrent au moment de la mort. Ainsi, cette expression est un hébraïsme qui désigne la mort. Même la mort, l’arme suprême de Satan (cf. #Hé 2:14-15), n’a pas le pouvoir d’arrêter l’Eglise. Au contraire, le sang des martyrs a favorisé l’expansion de l’Eglise et accru sa puissance spirituelle.

 

19  Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.{*}

 

les clés du royaume des cieux. Elles représentent l’autorité. Christ confie à Pierre (et, par extension, à tous les autres croyants) l’autorité de déclarer ce qui est lié et délié dans le ciel. Cette délégation va de pair avec la promesse de #Jn 20:23, où Christ donna à ses disciples l’autorité de pardonner ou de retenir les péchés des gens. Les deux passages doivent être compris dans le contexte de 18:15-17, qui contient les instructions précises de Christ sur les mesures à prendre face au péché au sein de l’Eglise. Interprétés ensemble, ces textes signifient que tout corps constitué de croyants qui agissent en accord avec la Parole de Dieu possède l’autorité de déclarer si une personne est pardonnée ou non. L’Eglise n’a pas autorité de décider de la culpabilité, mais seulement celle de prononcer le jugement du ciel en se basant sur les principes de la Parole. Lorsque les croyants s’appuient sur la Parole de Dieu pour porter de tels jugements, ils ont l’assurance que le ciel est d’accord. En d’autres termes, tout ce qu’ils pourraient « lier » ou « délier » sur la terre est déjà « lié » ou « délié » dans le ciel. Lorsque l’Eglise affirme qu’une personne qui refuse de se repentir est liée par le péché, elle exprime l’opinion de Dieu sur cette personne. Lorsque l’Eglise reconnaît qu’une personne s’est repentie de son péché et qu’elle est donc déliée ou libérée, Dieu approuve.

 

20  Alors il recommanda aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Christ.

 

ne dire à personne. Répandre la nouvelle de ces miracles pouvait entraver la mission de Christ et détourner l’attention du public de son message. Marc note que c’est précisément ce qui se passa. Débordant de joie à cause du miracle, l’homme désobéit. En conséquence, Christ dut déplacer son ministère de cette ville vers le désert (#Mr 1:45).

Cette recommandation semble être une précaution prise contre le zèle excessif de ceux qui voudraient faire entrer Jésus dans le moule du héros conquérant, fabriqué par les experts rabbiniques sur la base des prophéties messianiques

 

21 ¶  Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il allât à Jérusalem, qu’il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour.

 

Dès lors. Cet instant marque un tournant dans le récit de Matthieu. Il ne porte plus l’attention sur le ministère public de Jésus, mais sur ses instructions aux disciples, qu’il donna en privé et qui se caractérisent par un ton différent, plus sombre qu’auparavant. Les disciples avaient confessé leur foi en lui en tant que Messie. A partir de ce moment-là, il commença à les préparer à sa mort.

 

22  Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas.

23  Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.{*}

 

Arrière de moi, Satan! La dureté de cette parole contraste vivement avec les paroles d’approbation aux vv. #Mt 16:17-19. Jésus fit comprendre que Pierre se faisait le porte-parole de Satan. La mort de Jésus faisait partie du plan souverain de Dieu (#Ac 2:23 ; #Ac 4:27-28). « Il a plu à l’Eternel de le briser » (#Esa 53:10). Christ était venu dans le but précis de mourir pour expier les péchés des hommes (#Jn 12:27). Ainsi, tous ceux qui se mettaient en travers de cette mission accomplissaient l’œuvre de Satan.

 

24 ¶  Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.{*}

 

se charge de sa croix. Pour la première fois, Jésus parlait de la « croix » à ses disciples. Cette mention évoquait pour eux une mort violente et dégradante. Jésus exigeait d’eux un engagement total, y compris jusqu’à la mort physique. Cet appel à la soumission inconditionnelle ferait désormais partie du message qu’ils auraient à annoncer aux autres. Le même appel à la consécration pour Christ, à la vie et à la mort, est repris en #Mt 16:24 ; #Mr 8:34 ; #Lu 9:23 ; #Lu 14:27. Ceux qui viennent à Christ avec une foi faite de renoncement à soi-même obtiendront la vie éternelle et véritable (v. #Mt 10:39).

 

25  Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.{*}

26  Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme ?{*}

 

en échange. Au jour du jugement, lorsqu’il devra affronter le remords et la souffrance de l’enfer pour son âme perdue, que pourra-t-il offrir pour la racheter de la perdition ? Rien.

 

27  Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges ; et alors il rendra à chacun selon ses œuvres.{*}

 

doit venir …  il rendra. Il y aura un temps de récompense, dans l’avenir, pour les croyants (#1Co 4:5 ; #2Co 5:8-10 ; #Ap 22:12). Dans ce passage, cependant, le Seigneur parle de la récompense des non-croyants : le jugement final et éternel (#Ro 2:5-11 ; #2Th 1:6-10).

 

28  Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu’ils n’aient vu le Fils de l’homme venir dans son règne.{*}

 

quelques-uns …  ne mourront point. Dans les trois Evangiles synoptiques, cette promesse précède immédiatement la transfiguration (#Mr 9:1-8 ; #Lu 9:27-36). De plus, le mot « règne » peut être traduit par « splendeur royale ». Par conséquent, il semble plus naturel d’interpréter cette promesse comme une allusion à la transfiguration, à laquelle « quelques-uns » des disciples Pierre, Jacques et Jean - allaient assister 6 jours plus tard

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/