JOUR 85 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

05/11/2018 00:42

JOUR 85 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

ÉPHÉSIENS 1 ET 2

 

ÉPHÉSIENS 1 * 1 à 23

 

1 ¶  Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, aux saints qui sont à Éphèse et aux fidèles en Jésus-Christ:

apôtre. Le mot signifie « messager » et servait de titre officiel à Paul et aux 12 disciples (Matthias inclus, #Ac 1:26). Ils avaient été les témoins oculaires de la résurrection de Jésus et avaient été choisis par Dieu pour poser les fondements de l’Église par la prédication, l’enseignement et la rédaction des Écritures, tout cela accompagné de miracles (cf. #2Co 12:12).

saints …  fidèles. Désigne ceux que Dieu a placés hors d’atteinte du péché et qu’il s’est réservés; ils sont saints du fait de leur foi en Jésus-Christ.

 

2  Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ !

la grâce et la paix vous soient données. Salutation courante dans l’Église primitive, que Paul employait systématiquement dans ses lettres.

Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ. C’est d’eux que venait l’autorité dont parlait Paul (v. #Ep 1:1), de même que les bénédictions de grâce et de paix offertes à tous les croyants. La conjonction « et » indique qu’il existe une équivalence, c’est-à-dire que la divinité du Seigneur Jésus-Christ égale celle du Père.

 

3 ¶  Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !

Béni. Littéralement « dont on dit du bien ». Le devoir suprême de toutes les créatures est la louange ;  cf. #Ap 5:13).

Dieu …  qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle. Dans sa grâce providentielle, Dieu a déjà accordé aux croyants une bénédiction totale (#Ro 8:28 ; #Col 2:10 ; #Ja 1:17 ; #2P 1:3). « Spirituelle » ne renvoie pas à des bénédictions immatérielles, par opposition aux matérielles, mais plutôt à l’œuvre de Dieu, la source divine et spirituelle de toute bénédiction.

dans les lieux célestes en Christ. Littéralement « dans les célestes ». Cela renvoie au royaume de Dieu, le domaine céleste tout entier, d’où procèdent toutes les bénédictions (cf. v. #Ep 1:20 ; #Ep 2:6 ; #Ep 3:10 ; #Ep 6:12).

en Christ. Les bénédictions surabondantes de Dieu n’appartiennent qu’aux croyants, qui sont ses enfants par la foi en Christ; ainsi, ce qu’il possède leur est aussi acquis, y compris sa justice, ses ressources, ses privilèges, sa position et sa puissance (cf. #Ro 8:16-17).

1:3-14 Ce passage expose le maître-plan du salut élaboré par Dieu par rapport au passé (élection, verset 3-6a), au présent (rédemption, verset 6b-11) et à l’avenir (héritage, verset 12-14). On peut aussi l’étudier comme mettant l’accent sur le Père (verset #Ep 1:3-6), le Fils (verset #Ep 1:7-12) et l’Esprit (verset #Ep 1:13-16).

 

4  En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

nous a élus. La doctrine de l’élection divine parcourt toutes les Écritures (cf. #De 7:6 ; #Esa 45:4 ; #Jn 6:44 ; #Ac 13: 48 ; #Ro 8:29 ; #Ro 9:11 ; #1Th 1:3-4 ; #2Th 2:13 ; #2Ti 2:10). La forme du verbe grec suggère que Dieu a effectué ce choix non seulement par lui-même, mais aussi pour lui-même, à la louange de sa propre gloire (verset #Ep 1:6, #Ep 1:12, #Ep 1:14). L’élection de Dieu, ou prédestination, n’opère pas sans lien avec la responsabilité qu’à l’homme de croire ou non en Jésus comme Seigneur et Sauveur, et elle ne l’annule pas non plus (cf. #Mt 3:1-2 ; #Mt 4:17 ; #Jn 5:40).

avant la fondation du monde. Par la volonté souveraine de Dieu avant la création du monde. Par conséquent bien sûr, indépendamment de toute influence humaine et sans tenir compte des mérites, ceux qui sont sauvés sont devenus éternellement unis à Jésus-Christ. Cf. #1Pi 1:20 ; #Ap 13: 8 ; #Ap 17: 8.

saints et irréprochables devant lui. Décrit à la fois le but et le résultat de l’élection par Dieu de ceux qui sont destinés à être sauvés. Des personnes injustes sont déclarées justes, des pécheurs sans valeur sont déclarés dignes du salut, seulement du fait qu’ils ont été choisis « en lui » (Christ). Cela renvoie à la justice de Christ qui nous est imputée, justice parfaite qui octroie aux croyants le statut de personnes saintes et sans reproche devant Dieu (#Ep 5:27 ; #Col 2:10), bien que leur façon de vivre au quotidien ne corresponde pas toujours, et de loin, à ses saintes normes.

 

5  nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,

il nous a prédestinés …  à être ses enfants d’adoption. Des parents humains peuvent transmettre leur amour, leurs ressources et leur héritage à un enfant adoptif, mais pas leurs propres caractéristiques. Or, miraculeusement, Dieu communique sa propre nature à ceux qu’il a élus et qui ont mis leur confiance en Christ. Il fait d’eux ses enfants, modelés à l’image de son divin Fils, et leur transmet non seulement les richesses et les bénédictions de Christ mais jusqu’à sa propre nature (cf. #Jn 15: 15 ; #Ro 8:15).

dans son amour. Certains rattachent ces mots au verset 4, mais ils cadrent mieux avec le début du verset 5, puisqu’ils présentent le divin motif qui a présidé au plan de Dieu lors de l’élection. Cf. #Ep 2:4 ; #De 7:8.

 

6  à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé.

pour célébrer la gloire de sa grâce. Le but ultime de l’élection au salut est la gloire de Dieu (cf. vv. #Ep 1:12, #Ep 1:14 ; #Ph 2:13 ; #2Th 1:11-12).

dont il nous a favorisés dans le bien-aimé. « Dont » renvoie à la grâce divine (amour et faveur immérités). Par elle, les pécheurs ont la possibilité d’être acceptés de Dieu à travers Christ (« le bien-aimé », cf. #Mt 3:17 ; #Col 1:13): Jésus est mort à leur place (mort substitutive), et sa justice leur a été imputée. Du fait que les croyants sont acceptés en Christ, ils sont, comme lui, les bien-aimés de Dieu.

 

7  En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,

la rédemption par son sang. Le terme utilisé ici évoque le paiement de la rançon requise par Dieu pour la mise en liberté d’une personne tenue dans l’asservissement. Le sacrifice de Christ à la croix a payé le prix en faveur de chacune des personnes élues. Celles-ci étaient soumises à l’esclavage du péché. Il les a donc affranchies du « marché aux esclaves » de l’iniquité. Le prix de la rédemption a été la mort (cf. #Lé 17: 11 ; #Ro 3:24-25 ; #Hé 9:22 ; #1Pi 1:18-19 ; #Ap 5:8-10).

1:7-8

le pardon des péchés …  par toute espèce de sagesse et d’intelligence. La rédemption apporte la grâce illimitée de Dieu (#Ro 5:20) et le pardon des péchés (cf. #Mt 26:28 ; #Ac 13:38-39 ; #Ep 4:32 ; #Col 2:13 ; #1Jn 1:9). Avec elle nous est offert gratuitement par Dieu le discernement spirituel. Cf. #1Co 2:6-7, #1Co 2:12, #1Co 2:16.

 

8  que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence,

9  nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même,

10  pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

réunir toutes choses. Quand viendra la fin de l’histoire de ce monde, Dieu rassemblera les croyants au sein du royaume millénaire. « Lorsque les temps seraient accomplis » renvoie à cet aboutissement de l’histoire (#Ap 20:1-6). Ensuite, Dieu rassemblera tout à lui dans l’éternité à venir, et le nouveau ciel et la nouvelle terre seront créés (#Ap 21: 1). Le nouvel univers sera totalement unifié sous l’égide de Dieu (cf. #1Co 15:27-28 ; #Ph 2:10-11).

 

11  En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté,

En lui nous sommes aussi devenus héritiers. Christ est la source de l’héritage divin du croyant, un héritage si certain qu’on en parle comme si on l’avait déjà reçu. Cf. #1Co 3:22-23 ; #2P 1:3-4.

ayant été prédestinés. Avant que la terre soit formée, Dieu, dans sa souveraineté, a décidé que tout pécheur élu tout vil, inutile et passible de la peine de mort qu’il soit - acquerrait la justice en plaçant sa confiance en Christ.

celui qui opère toutes choses. Le mot traduit par « opère » est le même que celui d’où sont dérivés les mots « énergie » et « énergique ». Lorsque Dieu a créé le monde, il lui a donné suffisamment d’énergie pour commencer à fonctionner de la façon qu’il avait prévue. En fait, il n’était pas seulement prêt à fonctionner, mais déjà en train de fonctionner lorsqu’il a été créé. En réalisant son plan « d’après le conseil de sa volonté », Dieu remplit le croyant de la puissance nécessaire à son plein développement spirituel (cf. #Ph 1:6 ; #Ph 2:13).

 

12  afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ.

à célébrer sa gloire. Le but suprême de la rédemption, c’est la gloire de Dieu (cf. verset #Ep 1:6, #Ep 1:14).

 

13  En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,

après avoir entendu la parole …  vous avez cru. L’Évangile de Jésus-Christ révélé par Dieu doit être entendu (#Ro 10:17), et il faut y croire (#Jn 1:12) pour être sauvé.

scellés du Saint-Esprit. C’est l’Esprit même de Dieu qui vient habiter le croyant pour l’assurer de son salut éternel et le préserver. Le sceau dont parle Paul renvoie à une marque officielle d’identification qui était apposée sur une lettre, un contrat ou tout autre document. Ce document se trouvait dès lors sous l’autorité de la personne dont le timbre figurait sur le sceau. Le sceau évoquait quatre vérités de base:

1° la sécurité (cf. #Da 6:17 ; #Mt 27:62-66),

2° l’authenticité (cf. #1R 21:6-16),

3° la propriété (cf. #Jér 32:10) et

4° l’autorité (cf. #Est 8:8-12).

Le Saint-Esprit est donné par Dieu au croyant comme promesse de l’héritage de la gloire à venir (cf. #2Co 1:21-22).

 

14  lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire.

15 ¶  C’est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre charité pour tous les saints,

votre amour pour tous les saints. L’amour pour les autres croyants est une des preuves de la foi qui sauve (cf. #Jn 13:34-35 ; #1Jn 4:16-18 ; #1Jn 4:20 ; #1Jn 5:1) et c’est une raison de rendre grâces (v. #Ep 1:16).

 

16  je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières,

17  afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,

le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ. Cette façon de désigner Dieu unit le Père et le Fils dans leur nature essentielle: la divinité (cf. v. #Ep 1:3a; #Ro 1:1-4 ; #1Co 1:3 ; #Ph 2:9-11 ; #1Pi 1:3 ; #2Jn 3).

1:17-18

esprit de sagesse …  de votre cœur. Paul priait afin que les croyants, par la prière, puissent jouir de la connaissance et de la révélation divines. Cela est possible à l’esprit sanctifié (v. #Ep 1:8) qui comprend dès lors l’immensité de l’espérance (#Ro 8:29 ; #1Jn 3:2) et de l’héritage qui sont les siens en Christ (verset #Ep 1:3-14).

 

18  et qu’il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints,

qu’il illumine les yeux de votre cœur. Avoir l’esprit éclairé spirituellement est le seul moyen de comprendre et apprécier vraiment l’espérance et l’héritage qui sont les nôtres en Christ, afin de vivre avec lui dans l’obéissance.

 

19  et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.

1:19-20

infinie grandeur de sa puissance. La puissance infinie de Dieu  celle qui ressuscita Jésus des morts et l’éleva par l’ascension pour lui permettre de retrouver la gloire à la droite du Père - est donnée à tout croyant le jour de son salut, et elle lui reste toujours acquise (cf. #Ac 1:8 ; #Col 1:29). Par conséquent, Paul ne priait pas afin que les croyants reçoivent la puissance de Dieu, mais pour qu’ils prennent conscience de la puissance dont ils jouissaient déjà en Christ et y aient recours (cf. #Ep 3:20).

 

20  Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,

21  au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.

Paul désirait que les croyants comprennent la grandeur de Dieu par rapport aux autres êtres célestes. « Domination, autorité, puissance, dignité » étaient les termes juifs traditionnels pour désigner les êtres angéliques de haut rang dans la hiérarchie céleste. Dieu règne au-dessus de tous (cf. #Ap 20:10-15).

 

22  Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église,

pieds …  chef. Cette allusion au #Ps 8:7 indique que Dieu a élevé Christ au-dessus de tout (cf. #Hé 2:8), y compris son Église (cf. #Col 1:18). Christ est sans conteste la tête  pas la « source » - qui a autorité sur tout, car tout a été placé sous ses pieds.

23  qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

son corps. Métaphore du peuple racheté de Dieu, de l’Église, utilisée exclusivement dans le N.T. (cf. #Ep 4:12-16 ; #1Co 12:12-27).



 


ÉPHÉSIENS 2 * 1 à 22

 

1 ¶  Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,

morts par vos offenses et par vos péchés. Rappel dégrisant de l’état radical de péché et de perdition dont les croyants ont été rachetés. « Par » indique le royaume ou la sphère où évoluent les pécheurs non régénérés. Ils ne sont pas morts à cause des actions mauvaises dont ils se sont rendus coupables, mais du fait de leur nature pécheresse (cf. #Mt 12:35 ; #Mt 15:18-19).

 

2  dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

train de ce monde. Cela renvoie à l’ordre du monde, c’est-à-dire aux valeurs et normes de l’humanité en dehors de Dieu et de Christ. En #2Co 10:4-5, Paul évoque ces idéologies qui agissent comme des forteresses à l’intérieur desquelles les gens sont emprisonnés. Ils ont besoin d’en être libérés pour être amenés captifs à Christ et à l’obéissance de la vérité.

le prince de la puissance de l’air. Satan. Cf. #Jn 12:31 ; #Jn 14: 30 ; #Jn 16: 11 ; #2Co 4:4.

 

3  Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres … 

4 ¶  Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,

miséricorde …  amour. Le salut participe à la gloire de Dieu en mettant en évidence sa miséricorde et son amour infinis pour ceux qui sont spirituellement morts à cause de leur péché.

 

5  nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ;

nous qui étions morts …  nous a rendus vivants. Ce dont une personne morte spirituellement a besoin par-dessus tout, c’est de recevoir la vie de Dieu. Le salut apporte la vie spirituelle aux morts. Cette puissance, capable de tirer les croyants de la mort pour leur donner la vie (cf. #Ro 6:1-7), est celle-là même qui donne son énergie à tous les aspects de la vie chrétienne (cf. #Ro 6:11-13).

 

6  il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

ressuscités ensemble …  fait asseoir ensemble. Le temps des verbes indique que ces actes sont les résultats directs et immédiats du salut. Non seulement le croyant est mort au péché et vit par la justice que lui a conférée la résurrection de Christ, mais il jouit aussi de l’exaltation du Seigneur. Il partage sa gloire suprême.

dans les lieux célestes. Le royaume surnaturel où règne Dieu. En #Ep 3:10 et #Ep 6:12, cependant, cela renvoie aussi à la sphère surnaturelle où Satan règne provisoirement. Ce royaume spirituel est l’endroit où se trouvent les bénédictions des croyants (cf. #Ep 1:3), leur héritage (#1Pi 1:4), celui où devraient se trouver leurs affections (#Col 3:1-3), et c’est là qu’ils jouissent de leur communion avec le Seigneur. C’est le royaume d’où provient toute la révélation divine et où sont adressées toute louange et intercession.

 

7  afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.

richesse de sa grâce. Évidemment, le salut sert à la bénédiction du croyant, mais son but premier vise la glorification éternelle de Dieu, lui qui a octroyé aux croyants sa grâce et sa bonté éternelles et sans limite. Tous les lieux célestes le glorifient pour son œuvre salvatrice au bénéfice des pécheurs (cf. #Ep 3:10 ; #Ap 7:10-12).

 

8  Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous. « Cela » renvoie à toute la proclamation antérieure du salut, non seulement du point de vue de la grâce mais aussi de la foi. Certes, il est demandé aux hommes de croire pour être sauvés, mais même cette foi fait partie du don de Dieu. C’est elle qui sauve, et nous ne pouvons pas l’exercer par nos propres forces. La grâce de Dieu domine toutes les facettes du salut (cf. #Ro 3:20 ; #Ga 2:16).

 

9  Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.

10  Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.

créés …  pour de bonnes œuvres. Les bonnes œuvres sont incapables de produire le salut, mais elles constituent le fruit et la preuve de son existence, car elles le suivent et en sont le résultat (cf. #Jn 15: 8 ; #Ph 2:12 ; #2Ti 3:17 ; #Tit 2:14 ; #Ja 2:15-26).

que Dieu a préparées d’avance. Tout comme son salut, la sanctification et les bonnes œuvres du croyant ont été ordonnées de toute éternité.

 

11 ¶  C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, (2-12) souvenez-vous

2:11-12 Les païens (les « incirconcis ») subissaient deux types d’aliénation. La première était sociale, et elle provenait de l’animosité qui prévalait entre Juifs et non-Juifs depuis des milliers d’années. Les Juifs considéraient les non-Juifs comme des exclus, des objets de dérision et de reproche. La deuxième aliénation, la plus significative, était spirituelle. Les non-Juifs étaient coupés de Dieu de 5 façons différentes:

1° ils étaient « sans Christ », le Messie, privés du Sauveur et du libérateur, sans destinée ni objectif divin;

2° ils étaient « privés du droit de cité en Israël »: le peuple élu de Dieu, les Juifs, formait une nation dont le roi et Seigneur suprême était Dieu lui-même, et était seul bénéficiaire de sa bénédiction et de sa protection;

3° ils étaient « étrangers aux alliances de la promesse », incapables de participer aux alliances divines par lesquelles Dieu promettait de donner à son peuple une terre, un sacerdoce, une nation, un royaume et un roi, ainsi que, pour ceux qui croiraient en lui, la vie éternelle au paradis;

4° ils étaient « sans espérance » parce qu’ils n’avaient reçu aucune promesse de la part de Dieu;

5° ils étaient « sans Dieu dans le monde »: ils avaient certes de nombreux dieux, mais ils ne pouvaient reconnaître le vrai Dieu parce qu’ils le rejetaient.

 

12  que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

13  Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

éloignés. Terme courant dans les écrits rabbiniques pour désigner les païens, ceux qui étaient loin du vrai Dieu (cf. #Esa 57:19 ; #Ac 2:39).

rapprochés. Toute personne, qu’elle soit juive ou païenne, qui met en Christ seul sa confiance en son salut, bénéficie de l’intimité et de l’union spirituelle avec Dieu. C’est cette réconciliation à laquelle il est fait allusion en #2Co 5:18-21. L’œuvre de rémission des péchés accomplie par la mort de Christ sur la croix nous épargne le châtiment mérité par notre péché, et en exclut même la présence.

 

14 ¶  Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation,

il …  lui qui …  Cela insiste sans ambiguïté sur le fait que Jésus seul représente pour le croyant la source de la paix (cf. #Esa 9:5).

a renversé le mur de séparation. Allusion au mur qui, dans le temple, séparait le parvis des païens de l’espace réservé aux seuls Juifs. Paul considérait ce mur comme le symbole de la séparation sociale, religieuse et spirituelle entre les Juifs et les païens.

 

15  (2-14) l’inimitié, (2-15) ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,

ayant anéanti par sa chair. Par sa mort, Christ a aboli les lois cérémonielles de l’A.T., avec leurs fêtes et sacrifices, qui séparaient spécifiquement les Juifs des païens. La loi morale de Dieu (telle que les dix commandements la résument et telle qu’elle est inscrite au cœur de tout homme, #Ro 2:15) n’a pas été abolie, mais au contraire demeure implicitement dans la nouvelle alliance, car elle reflète la nature et la sainteté même de Dieu (#Mt 5:17-19).

un seul homme nouveau. Christ n’exclut aucun de ceux qui viennent à lui, et il n’existe aucune séparation spirituelle entre ceux qui sont à lui. Le mot grec pour « nouveau » renvoie à quelque chose qui a été changé de fond en comble. Il implique donc une différence du point de vue du genre et de la qualité. Spirituellement, si quelqu’un est né de nouveau en Christ, il n’est plus juif ou païen, mais simplement chrétien (cf. #Ro 10:12-13 ; #Ga 3:28).

 

16  et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié.

les réconcilier avec Dieu l’un et l’autre. Tout comme ils ont été rapprochés de Dieu au travers de Jésus-Christ, les païens et les Juifs ont aussi été rapprochés les uns des autres. Cela a été accompli à la croix, où Jésus est devenu objet de malédiction (#Ga 3:10-13): il a essuyé la colère de Dieu pour que la justice divine soit satisfaite et qu’ainsi la réconciliation avec Dieu devienne réalité. Sur la réconciliation, voir aussi #Ro 5:8-10 ; #Col 1:19-23.

 

17  Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ;

annoncer la paix. Le mot grec pour « annoncer » signifie littéralement « apporter ou annoncer la bonne nouvelle » et renvoie presque toujours dans le N.T. à la proclamation de l’Évangile: les pécheurs peuvent se réconcilier avec Dieu au moyen du salut, qu’ils obtiennent grâce à Jésus-Christ. Dans ce contexte, Christ, qui est « notre paix » (v. #Ep 2:14), a lui-même annoncé la bonne nouvelle de la paix.

la paix à vous qui étiez loin, et …  à ceux qui étaient près. C’est-à-dire autant aux païens qu’aux Juifs.

 

18  car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit.

nous avons accès auprès du Père. Aucun pécheur n’a en lui-même le moindre droit, ou mérite, qui lui permette d’avoir accès à Dieu, mais les croyants ont reçu ce droit grâce à leur foi en la mort sacrificielle de Christ (cf. #Ep 3:12 ; #Ro 5:2). Les ressources de la Trinité sont dès lors disponibles aux croyants, du moment qu’ils ont reçu Christ. Par ailleurs, le Saint-Esprit les introduit devant le trône céleste de Dieu le Père, où ils peuvent se présenter à tout moment et en toute assurance.

 

19  Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

concitoyens des saints. Le royaume de Dieu se compose de tous ceux qui, en leur temps, ont mis leur confiance en lui. C’est un royaume où les mots « étranger », « anonyme », ou « citoyen de seconde zone » n’ont aucun sens (cf. #Ph 3:20).

gens de la maison de Dieu. Les pécheurs rachetés ne deviennent pas seulement des citoyens du ciel, mais aussi des membres de la famille même de Dieu. Le Père témoigne aux croyants le même amour que celui qu’il a pour son Fils.

20  Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

le fondement des apôtres et des prophètes. Tous importants qu’ils aient été, ce n’est pas eux-mêmes qui ont servi de fondement, mais la révélation divine dont ils se sont faits les témoins en dispensant avec autorité la parole de Dieu à l’Église, avant la fin de la rédaction du N.T.

la pierre angulaire. Cf. #Ps 118:22 ; #Esa 28:16 ; #Mt 21: 42 ; #Ac 4:11 ; #1Pi 2:6-7. Cette pierre était le fondement de l’édifice, en ce sens qu’elle en assurait la solidité.

 

21  En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

un temple saint dans le Seigneur. Tout nouveau croyant devient une nouvelle pierre du temple de Christ, l’Église, qui est aussi le corps de Christ et a les croyants pour membres. L’édification de l’Église de Christ ne s’achèvera que lorsque tous ceux qui croient en lui auront trouvé leur place dans l’édifice (#2P 3:9).

 

22  En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

une habitation de Dieu en Esprit. Ce terme d’« habitation » implique une demeure permanente. Dieu, dans la personne du Saint-Esprit, s’installe pour y résider en permanence dans son sanctuaire terrestre, l’Église, le vaste corps spirituel de tous les rachetés (cf. #1Co 6:19-20 ; #2Co 6:16).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/