JOUR 94 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

14/11/2018 00:11

JOUR 94 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

1 THESSALONICIENS 5 ET 2 THESSALONICIENS 1

 

1 THESSALONICIENS 5 * 1 à 28

 

1 ¶  Pour ce qui est des temps et des moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive.

Pour ce qui est. Paul fait usage ici de mots grecs courants (littéralement « mais au sujet de ») pour marquer un changement de sujet à l’intérieur du thème général de la prophétie (cf. #1Th 4:9, #1Th 4:13 ; #1Co 7:1, #1Co 7:25 ; #1Co 8:1 ; #1Co 12:1 ; #1Co 16: 1). Cette expression indique que dans le même contexte général  le retour du Seigneur Jésus à la fin des temps - le propos bascule de l’examen des bénédictions pour les croyants (à travers l’enlèvement) à celui du jugement des non-croyants.

des temps et des moments. Ces deux termes renvoient respectivement à la mesure temporelle et à la nature de cette période de l’histoire (cf. #Da 2:21 ; #Ac 1:7). De nombreux croyants, qui s’attendaient au retour du Seigneur de leur vivant, étaient profondément attristés et troublés lorsqu’ils voyaient leurs frères mourir avant ce grand jour. Ils étaient troublés par ce retard. Apparemment, les Thessaloniciens savaient tout ce que Dieu avait prévu de faire savoir sur le jugement à venir, et Paul leur avait enseigné ce qu’ils ignoraient concernant l’enlèvement (#1Th 4:13-18). C’est pourquoi l’apôtre les exhorte à vivre de manière sainte, à cause du jugement à venir sur le monde, plutôt que de se perdre en conjectures sur les questions du calendrier prophétique. Ils ne pouvaient connaître le moment du jugement final de Dieu, mais ils savaient qu’il viendrait de manière tout à fait inattendue (verset  #1Th 5:2).

 

2  Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit.

le jour du Seigneur. L’expression « jour du Seigneur », présente 4 fois dans le N.T. (cf. #Ac 2:20 ; #2Th 2:2 ; #2P 3:10), correspond au « jour de l’Éternel » de l’A.T. (19 occurrences indiscutables). Les prophètes de l’A.T. l’utilisèrent pour parler des jugements historiques proches dans le temps (voir #Esa 13:6-22 ; #Ez 30:2-19 ; #Joe 1:15 ; #Am 5:18-20 ; #Sop 1:14-18), aussi bien que des jugements divins de portée eschatologique (voir #Joe 2:30-32 ; #Joe 3:14 ; #Za 14: 1 ; #Mal 4:1, #Mal 4:5). Il est présenté 6 fois comme un jour de malheur, et 4 fois comme un jour de vengeance. Le N.T. l’appelle « jour de la colère », « jour du jugement », ou « grand jour du Dieu tout-puissant » (#Ap 16: 14). Il y est question de jugements de Dieu terribles (cf. #Joe 2:30-31 ; #2Th 1:7-10) contre l’énorme péché du monde. Le « jour du Seigneur » à venir, qui révèle la colère de Dieu, correspond à deux étapes distinctes:

1° la fin de la période de tribulation de sept ans (cf. #Ap 19:11-21) et

2° la fin du millénium.

Ces deux événements sont séparés par une période de mille ans. Pierre fait allusion à la fin de cette période de mille ans et la met en relation avec le « jour du Seigneur » final (cf. #2P 3:10 ; #Ap 20:7-15). Ici, Paul applique le terme « jour du Seigneur » à la fin de la période de tribulation.

un voleur dans la nuit. Cette expression n’est jamais utilisée en relation avec l’enlèvement de l’Église. Elle est employée à propos du retour de Christ pour le jugement, au jour du Seigneur, à la fin de la tribulation de sept ans, événement distinct de l’enlèvement de l’Église. Elle sert aussi de comparaison pour le jugement qui termine la période du millénium (#2P 3:10). Dans ses deux phases finales, le jour du Seigneur viendra sans crier gare, tel un voleur.

 

3  Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.

Paix et sûreté! Les faux prophètes d’antan mentaient en annonçant un avenir radieux, et ce en dépit de l’imminence du jugement de Dieu (#Jér 6:14 ; #Jér 8:11 ; #Jér 14:13-14 ; #La 2:14 ; #Ez 13: 10, #Ez 13: 16 ; #Mi 3:5); les prophètes des temps de la fin feront de même, juste avant la destruction finale qui surviendra au jour du Seigneur.

les douleurs de l’enfantement. Le Seigneur employa la même image lors de son discours sur le mont des Oliviers. Elle évoque le caractère certain, inévitable, soudain et douloureux du jour du Seigneur.

 

4  Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ;

Mais vous, frères. Paul passe brusquement de la troisième personne du pluriel (à 3 reprises au verset 3) à la deuxième. Puisque l’Église est enlevée avant le jugement, les croyants n’assisteront pas aux destructions et ne connaîtront pas les terreurs qui l’accompagneront (verset #1Th 5:3).

pas dans les ténèbres. Les croyants n’ont aucune part au jour du Seigneur, car ils ont été délivrés du monde des ténèbres et transportés dans le royaume de la lumière (#Col 1:12-13). Jésus a enseigné que la personne qui croit en lui sort de l’obscurité spirituelle (#Jn 8:12 ; #Jn 12:46). Le contraste entre les croyants et ceux qui sont perdus est évident; son effet se prolonge dans tout le verset 7. Les croyants n’auront pas à vivre la colère de Dieu parce qu’ils sont différents par nature. Les non-croyants sont dans les ténèbres (cf. verset #1Th 5:2, « dans la nuit »), plongés dans une obscurité mentale, morale et spirituelle en raison du péché et de leur manque de foi (cf. #Jn 1:5 ; #Jn 3:19 ; #Jn 8:12 ; #2Co 4:6 ; #Ep 4:17-18 ; #Ep 5:8, #Ep 5:11). Toutes ces personnes sont des enfants de Satan (cf. #Jn 8:44) qui est appelé « la puissance des ténèbres » (#Lu 22: 53). Le jour du Seigneur les prendra par surprise avec des conséquences terribles.

 

5  vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres.

enfants de la lumière. Cet hébraïsme caractérise les croyants en tant qu’enfants de Dieu, leur Père céleste, qui est lumière et en qui il n’y a pas de ténèbres (#1Jn 1:5-7). Cf. #Lu 16: 8 ; #Jn 8:12 ; #Jn 12:36. Les croyants vivent dans une dimension de vie totalement différente de ceux qui passeront par le jour du Seigneur.

 

6 ¶  Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres.

Ne dormons donc point. Puisqu’ils ont été arrachés au royaume des ténèbres, les croyants sont retirés de la nuit du péché et de l’ignorance et introduits dans la lumière de Dieu. Étant dans la lumière, ils ne doivent pas s’assoupir dans l’indifférence spirituelle et le confort, mais être sensibles aux questions spirituelles de leur temps. Ils ne doivent pas se comporter comme ceux qui sont endormis dans les ténèbres et qui seront tirés de leur coma par le jour du Seigneur (verset  #1Th 5:7), mais vivre de manière vigilante, équilibrée et sainte sous le regard de la vérité.

 

7  Car ceux qui dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent la nuit.

8  Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l’espérance du salut.

la cuirasse. Paul dépeint la vie chrétienne en termes militaires comme étant une vie de sobriété (un état de vigilance), où l’on fait usage de l’équipement approprié. La cuirasse recouvre les organes vitaux du corps. La « foi » est une protection essentielle contre les tentations, car elle représente la confiance dans les promesses, le plan et la vérité de Dieu. Elle est la manifestation d’une confiance sans faille dans la Parole de Dieu, qui nous protège des flèches de la tentation. Inversement, le manque de foi caractérise le péché. Lorsqu’un croyant pèche, c’est qu’il a cédé devant les mensonges du diable. L’amour de Dieu est essentiel, car l’amour parfait conduit à l’obéissance parfaite de Dieu. Dans d’autres passages, l’image de l’armure est employée pour représenter la justice (#Esa 59:17 ; #Ep 6:14), alors que la foi est figurée par le bouclier d’un soldat (#Ep 6:16). Le « casque » est toujours associé au salut dans ses aspects futurs (cf. #Esa 59:17 ; #Ep 6:17). Notre salut à venir est garanti, et rien ne pourra nous l’enlever (#Ro 13: 11). Une fois de plus, Paul associe la foi, l’amour et l’espérance (cf. 13).

 

9  Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ,

colère. Il s’agit de la même colère qu’en #1Th 1:10. Dans ce contexte (notez particulièrement le contraste), il paraît évident d’y voir la colère éternelle de Dieu, et non sa colère temporelle qui se manifestera à l’époque de la tribulation (cf. #Ro 5:9).

 

10  qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui.

veillions …  dormions. Cette analogie est en rapport avec #1Th 4:13-15 et signifie être physiquement vivant ou mort. Elle contient la promesse que, dans tous les cas, nous vivrons un jour ensemble (cf. #1Th 4:17 ; #Jn 14:1-3) et pour toujours avec le Sauveur qui est mort à notre place à cause de nos péchés. Cf. #Ro 4:9 ; #Ga 1:4 ; #2Co 5:15, #2Co 5:21.

 

11 ¶  C’est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites.

12  Nous vous prions, frères, d’avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur, et qui vous exhortent.

considération. Les croyants devraient connaître suffisamment bien leurs responsables pour les apprécier personnellement et les respecter en raison de leur valeur. L’œuvre des pasteurs est résumée en trois points:

1° travailler intensément;

2° diriger le troupeau dans la justice;

3° avertir et instruire dans les vérités de la Parole de Dieu. Cf. #Hé 13: 7, #Hé 13: 17.

 

13  Ayez pour eux beaucoup d’affection, à cause de leur œuvre. Soyez en paix entre vous.

affection. Les assemblées doivent avoir des dispositions d’esprit justes et pleines d’amour envers leur pasteur, non en raison de son charisme personnel ou de son caractère, mais parce qu’il travaille tout particulièrement au service du Berger (cf. #1Pi 5:2-4). Elles doivent aussi se soumettre à son autorité afin que la « paix » règne au sein de l’Église.

 

14  Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous.

5:14-15

Nous vous en prions. Paul a décrit les rapports entre le pasteur et le troupeau, le travail consacré de l’un et la reconnaissance de l’autre (versets  #1Th 5:12-13). Ici, il parle de la relation entre les croyants dans la communion de l’Église. Ceux qui vivent dans le désordre doivent être avertis et invités à revenir dans le rang. Les personnes abattues, accablées par la crainte et le doute, ont besoin d’un encouragement qui fortifiera leur foi. Un soutien ferme sera nécessaire pour les faibles qui manquent de force spirituelle ou morale. La patience, le pardon et les actes de bonté doivent prédominer au sein de l’assemblée des croyants.

 

15  Prenez garde que personne ne rende à autrui le mal pour le mal ; mais poursuivez toujours le bien, soit entre vous, soit envers tous.

16 ¶  Soyez toujours joyeux.

Soyez toujours joyeux. La joie convient en tout temps. Cf. #Ph 2:17-18 ; #Ph 3:1 ; #Ph 4:4.

5:16-22 Paul donne ici un résumé des vertus chrétiennes. En quelques mots, il formule les principes fondamentaux pour une vie spirituelle saine. Malgré leur brièveté, ces phrases indiquent aux croyants les priorités nécessaires pour mener une vie chrétienne victorieuse.

 

17  Priez sans cesse.

Priez. Il ne s’agit pas de prier sans arrêt ni de répéter constamment la même chose (cf. #Mt 6:7-8), mais plutôt de prier avec persévérance (cf. #Lu 11:1-13 ; #Lu 18:1-8) et régularité (cf. #Ep 6:18 ; #Ph 4:6 ; #Col 4:2, #Col 4:12).

 

18  Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ.

Rendez grâces. Le manque de reconnaissance caractérise les non-croyants (cf. #Ro 1:21 ; #2Ti 3:1-5). « C’est à votre égard la volonté de Dieu » inclut les versets #1Th 5:16-17.

 

19  N’éteignez pas l’Esprit.

N’éteignez pas. Le feu de l’Esprit de Dieu ne doit pas être étouffé par le péché. Les croyants ont aussi reçu l’ordre de ne pas attrister le Saint-Esprit (#Ep 4:30), mais d’en être au contraire remplis (#Ep 5:18) et de marcher selon lui (#Ga 5:16).

 

20  Ne méprisez pas les prophéties.

les prophéties. Ce mot peut s’appliquer à une révélation verbale de Dieu (cf. #Ac 11:27-28 ; #1Ti 1:18 ; #1Ti 4:14), mais il désigne le plus souvent sa Parole écrite (cf. #Mt 13: 14 ; #2P 1:19-21 ; #Ap 1:3 ; #Ap 22: 7, #Ap 22: 10, #Ap 22:18-19). Ces « prophéties » sont des messages de Dieu, empreints d’autorité et délivrés par un messager de Dieu reconnu. Leur origine divine exige que l’on ne les prenne pas à la légère. Lorsque la Parole de Dieu est lue ou prêchée, elle doit être reçue avec le sérieux qu’elle mérite.

 

21  Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon ;

5:21-22

examinez toutes choses. Cet appel au discernement et à un examen rigoureux est la contrepartie du commandement du verset 20: il ne faut jamais déprécier une proclamation de la Parole de Dieu, mais la parole prêchée doit être examinée avec soin (cf. #Ac 17:10-11). Ce qu’il peut y avoir de « bon » mérite une adhésion sans réserve. Les éléments « mauvais », ou non bibliques, sont à rejeter sans hésitation.

 

22  abstenez-vous de toute espèce de mal.

23 ¶  Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !

Dieu …  vous sanctifie. Dans sa bénédiction finale, qui conclut toutes les exhortations données à partir de 4:1 et plus particulièrement celles des versets 16-22, Paul nomme la source d’où viennent l’obéissance et la force pour accomplir les commandements: il est hors de portée de l’homme d’être saint dans toutes ses voies (cf. #Za 4:6 ; #1Co 2:4-5 ; #Ep 3:20-21 ; #Col 1:29); seul Dieu lui-même (cf. #Ro 15: 33 ; #Ro 16: 20 ; #Ph 4:9 ; #Hé 13: 20 pour les allusions à Dieu comme « Dieu de paix ») peut nous séparer « tout entiers » du péché et nous faire atteindre la sainteté parfaite.

l’esprit, l’âme et le corps. Cette énumération complète accentue davantage encore l’expression « tout entiers ». La mention de l’esprit et de l’âme ne signifie pas que la dimension immatérielle de l’homme puisse être divisée en deux substances distinctes (cf. #Hé 4:12): les deux termes sont interchangeables dans toute l’Écriture (cf. #Hé 6:19 ; #Hé 10:39 ; #1Pi 2:11 ; #2P 2:8). Il ne peut y avoir aucune division entre ces réalités; leur emploi simultané a une valeur emphatique, à l’instar des synonymes utilisés dans d’autres textes (cf. #De 6:5 ; #Mt 22: 37 ; #Mr 12:30 ; #Lu 10:27). Paul ne croyait pas non plus que l’homme soit composé de trois parties (cf. #Ro 8:10 ; #1Co 2:11 ; #1Co 5:3-5 ; #1Co 7:34 ; #2Co 7:1 ; #Ga 6:18 ; #Col 2:5 ; #2Ti 4:22), mais il reconnaissait l’existence de deux parties: l’une matérielle, l’autre immatérielle.

lors de l’avènement. Cette quatrième mention de la parousie de Christ renvoie à l’enlèvement de l’Église, de même qu’en #1Th 2:19 ; #1Th 3:13 ; #1Th 4:15.

 

24  Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

vous a appelés. Comme pour toutes les autres mentions de l’appel divin dans le N.T., il s’agit ici d’un appel efficace de Dieu envers ceux qu’il a choisis pour le salut (cf. #1Th 2:12 ; #1Th 4:7 ; #Ro 1:6-7 ; #Ro 8:28 ; #1Co 1:9 ; #Ep 4:1, #Ep 4:4 ; #2Ti 1:9 ; #1Pi 2:9 ; #1Pi 5:10 ; #2P 1:10). Le Dieu qui appelle conduira aussi ceux qu’il appelle jusqu’à la gloire, sans qu’aucun ne soit perdu (cf. #Jn 6:37-44 ; #Jn 10:28-29 ; #Ro 8:28-39 ; #Ph 1:6 ; #Jude 24).

 

25  Frères, priez pour nous.

26  Saluez tous les frères par un saint baiser.

saint baiser. Ce geste d’affection est un commandement qui revient à 5 reprises dans le N.T. (#Ro 16: 16 ; #1Co 16: 20 ; #2Co 13: 12 ; #1Pi 5:14). Il décrit la salutation par accolade et baiser qui faisait partie de la culture du Ier siècle; les chrétiens devaient accomplir cet acte en toute honnêteté, en reconnaissant les autres croyants comme leurs frères et sœurs dans la famille de Dieu.

 

27  Je vous en conjure par le Seigneur, que cette lettre soit lue à tous les frères.

La lecture publique était le fondement de la responsabilité spirituelle (cf. #Ga 4:16 ; #2Th 3:14).

 

28  Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous !

Cf. #Ro 16: 20, #Ro 16: 24 ; #2Th 3: 18.


 


2 THESSALONICIENS 1 * 1 à 12

 

1 ¶  Paul, et Silvain, et Timothée, à l’Église des Thessaloniciens, qui est en Dieu notre Père et en Jésus-Christ le Seigneur:

2  que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ !

3  Nous devons à votre sujet, frères, rendre continuellement grâces à Dieu, comme cela est juste, parce que votre foi fait de grands progrès, et que la charité de chacun de vous tous à l’égard des autres augmente de plus en plus.

devons …  rendre …  grâces. Prier pour remercier Dieu lorsqu’il accomplit de grandes œuvres dans la vie des croyants est un devoir spirituel. L’obéissance exemplaire des Thessaloniciens fournissait bien des raisons d’exprimer de la reconnaissance à Dieu: depuis la première lettre, la foi et l’amour de ces chrétiens avaient encore grandi. Leurs progrès constituaient une réponse directe aux prières de Paul (cf. #1Th 1:3 ; #1Th 3:12).

 

4  Aussi nous glorifions-nous de vous dans les Églises de Dieu, à cause de votre persévérance et de votre foi au milieu de toutes vos persécutions et des tribulations que vous avez à supporter.

votre persévérance …  foi. Leur croissance dans la foi et dans l’amour (verset #2Th 1:3) ne se faisait remarquer nulle part autant que dans la patience et la fidélité dont ils avaient fait preuve en endurant les souffrances et l’hostilité de la part des ennemis de Christ. Un éloge supplémentaire n’était pas nécessaire, puisque la vie des Thessaloniciens parlait d’elle-même (#1Th 1:8); cependant Paul ne pouvait contenir sa joie devant Dieu face à leur persévérance.

 

5 ¶  C’est une preuve du juste jugement de Dieu, pour que vous soyez jugés dignes du royaume de Dieu, pour lequel vous souffrez.

souffrez. Une attitude juste à l’égard de la souffrance est essentielle, et elle doit être caractérisée par le souci du royaume de Dieu. Les Thessaloniciens n’étaient pas centrés sur eux-mêmes, mais portaient leurs regards sur le royaume de Dieu. Ils ne se préoccupaient pas du confort, de l’épanouissement et du bonheur personnels, mais plutôt de la gloire de Dieu et de l’accomplissement de son plan. Ils ne se répandaient pas en gémissements sur le caractère immérité de leur persécution, mais ils l’enduraient patiemment (verset  #2Th 1:4). Cette attitude-là était la « preuve » que Dieu menait en eux un processus de nettoyage, de purification et de perfectionnement afin de façonner son peuple bien-aimé par la souffrance et le rendre digne du royaume (cf. #2Th 2:12) par le moyen de la perfection (cf. #Ja 1:2-4 ; #1Pi 5:10). Les croyants doivent s’attendre à des difficultés (#1Th 3:3), puisqu’ils vivent et développent leur caractère chrétien dans un monde placé sous la domination de Satan. Ils ne doivent pas voir cette souffrance comme le signe que Dieu les a abandonnés, mais plutôt comme la preuve qu’il est avec eux et qu’il accomplit une œuvre de perfectionnement en eux (cf. #Mt 5:10 ; #Ro 8:18 ; #2Co 12:10). Les Thessaloniciens démontraient par leur vie que leur salut, fruit de la foi seule dans le Seigneur Jésus-Christ, était authentique. En effet, ils étaient prêts, comme Christ, à souffrir pour Dieu et pour son royaume. Ils souffraient injustement en raison de la colère des hommes contre Christ et contre son royaume (#Ac 5:41 ; #Ph 3:10 ; #Col 1:24). L’expression « royaume de Dieu » est employée ici dans son sens spirituel de salut.

 

6  Car il est de la justice de Dieu de rendre l’affliction à ceux qui vous affligent,

il est de la justice de Dieu de rendre. De même que le juste jugement de Dieu travaille à perfectionner les croyants (v. #2Th 1:5), de même il permet de rétribuer les méchants (cf. v. #2Th 1:8). Dans le domaine de la persécution spirituelle, la vengeance et la rétribution sont du ressort de Dieu, et non de l’homme (cf. #De 32:35 ; #Pr 25:21-22 ; #Ro 12:19-21 ; #1Th 5:15 ; #Ap 19: 2). Le moment et la manière choisis par Dieu pour cela n’appartiennent qu’à lui seul.

 

7  et de vous donner, à vous qui êtes affligés, du repos avec nous, lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance,

repos avec nous. Paul vivait les mêmes souffrances que les Thessaloniciens pour la juste cause de Christ. Comme eux, il espérait en un repos éternel et une récompense finale pour les souffrances endurées à cause du royaume qui serait inauguré lorsque Christ reviendrait pour juger les impies. Le Seigneur Jésus a promis que son retour apporterait à la fois le repos et la rétribution (cf. #Mt 13:40-43 ; #Mt 24:39-41 ; #Mt 25:31-33 ; #Lu 21:27-28, #Lu 21:34-36 ; #Jn 5:24-29).

 

lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra. Ce passage renvoie certainement à la révélation de Christ en tant que juge lors de son retour. La première étape de cette révélation aura lieu à la fin de la période de tribulation de sept ans (cf. #Mt 13:24-30, #Mt 13:36-43 ; #Mt 24:29-51 ; #Mt 25:31-46 ; #Ap 19:11-15). La révélation finale et universelle de Christ en tant que juge aura lieu devant le grand trône blanc du jugement, après son règne de mille ans sur la terre (#Ap 20:11-15). Des anges accompagnent toujours Christ lors de son retour pour le jugement (cf. #Mt 13: 41, #Mt 13: 49 ; #Mt 24:30-31 ; #Mt 25:31 ; #Ap 14:14-15).

 

8  au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de notre Seigneur Jésus.

au milieu d’une flamme de feu. Le feu symbolise le jugement (cf. #Ex 3:2 ; #Ex 19:16-20 ; #De 5:4 ; #Ps 104:4 ; #Esa 66:15-16 ; #Mt 3:11-12 ; #Ap 19: 12).

punir. C’est-à-dire appliquer une punition complète (cf. #De 32:35 ; #Esa 59:17 ; #Esa 66:15 ; #Ez 25:14 ; #Ro 12:19).

ne connaissent pas Dieu. Cf. #1Th 4:5. Le texte vise ceux qui n’ont pas de relation personnelle avec Dieu par Jésus-Christ (cf. #Jn 17: 3 ; #Ga 4:8 ; #Ep 2:12 ; #Ep 4:17-18 ; #Tit 1:16). Ils recevront leur rétribution, non pour avoir persécuté des chrétiens, mais pour avoir désobéi au commandement de Dieu qui leur ordonne de croire (cf. #Ac 17:30-31 ; #Ro 1:5 ; #Ro 10:16 ; #Ro 15: 18 ; #Ro 16: 19). Ils n’ont pas invoqué son nom pour obtenir le salut (#Ro 10:9-13 ; #1Co 16: 22 ; #Hé 10:26-31). Le salut n’est jamais acquis par les œuvres, mais toujours par la seule foi dans le Seigneur Jésus-Christ (#Ep 2:8-10).

 

9  Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force,

ruine éternelle. Paul parle ici de la durée et de l’étendue de ce qui est appelé « la géhenne » dans d’autres passages de l’Écriture: d’abord, cet enfer est éternel et n’est donc en aucun cas une expérience réversible; ensuite, le terme de « ruine » n’implique pas une disparition ni un anéantissement définitif, mais plutôt un état de conscience qui est de loin pire (cf. #Ap 20:14-15). L’enfer est décrit comme une existence sans la présence de Dieu ni de sa gloire (cf. #Mt 8:12 ; #Mt 22: 13 ; #Mt 25:30 ; #Lu 16:24-26).

 

10  lorsqu’il viendra pour être, en ce jour-là, glorifié dans ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru, car notre témoignage auprès de vous a été cru.

lorsqu’il viendra. C’est-à-dire au jour du Seigneur, qui apportera la rétribution et la ruine pour les non-croyants. Lorsque la gloire de Christ resplendira, elle apportera la paix et le soulagement pour les croyants. Ils auront aussi le privilège de prendre part à cette gloire (cf. #Ph 3:21 ; #1Jn 3:2). C’est « la gloire à venir », qui réjouissait le cœur de Paul (#Ro 8:18-19). À ce moment-là, tous les croyants adoreront Christ, y compris ceux de l’Église de Thessalonique, car ils ont cru au témoignage de l’Évangile apporté par Paul.

 

11 ¶  C’est pourquoi aussi nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous juge dignes de la vocation, et qu’il accomplisse par sa puissance tous les desseins bienveillants de sa bonté, et l’œuvre de votre foi,

nous prions. La vie de prière de Paul est mise en avant à quatre reprises dans cette lettre (cf. verset  #2Th 1:12 ; #2Th 2:16-17 ; #2Th 3:1-5, #2Th 3:16). Comme au verset  #2Th 1:5, l’apôtre désire que le comportement des croyants soit conforme à leur identité de chrétiens (cf. #1Th 2:19 ; #Ep 4:1 ; #Col 1:10), qu’ils vivent d’une manière digne de leur « appel au salut » (cf. #Ro 8:30 ; #Ro 11:29 ; #Ga 4:13-15 ; #1Co 1:26 ; #Col 1:3-5 ; #1Th 2:12) et que leur vie soit caractérisée par la bonté et par de grandes œuvres, fruits de leur foi.

 

12  pour que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et que vous soyez glorifiés en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus-Christ.

ainsi. Grâce à la marche intègre décrite au verset  11, Dieu peut être glorifié en nous. La recherche de la gloire de Dieu devrait motiver tous nos actes (cf. #2Th 2:14 ; #1Co 10:31 ; #1Pi 4:11).

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/