La bonne terre

10/03/2018 05:43

La bonne terre

"Dans une bonne terre" (Matthieu 13.23 "Mais celui qui a reçu la semence dans une bonne terre, c'est celui qui entend la parole, et qui la comprend, et qui porte du fruit; en sorte qu'un grain en produit cent, un autre soixante, et un autre trente.")!

 

Dans ce monde où tout n'est qu'incertitudes, langueurs et angoisses, il est pourtant un Roc insubmersible sur lequel fonder sa vie (Matthieu 7.25): la Parole de Dieu. Elle est la vérité (Jean 17.17). Lorsque cette semence est plantée en quelqu'un (Luc 8.12) et qu'elle y produit son fruit (Romains 6.22), ni le mensonge (1 Jean 2.21) ni le malin (1 Jean 5.18) n'ont plus guère de prise. En effet, le Seigneur Jésus l'a affirmé: "Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres" (Jean 8.32)!

Le Livre enseigne que l'homme est pécheur (Romains 5.12) et, par conséquent, séparé de Dieu (Esaïe 59.2). Toutefois, Dieu est Amour (1 Jean 4.8) et n'a pas abandonné Sa créature. C'est sûr, ceux qui le prétendent mentent ou ignorent tout simplement cette heureuse parole: Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle (Jean 3.16)! C'est ici l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ (2 Thessaloniciens 1.8). Il s'est livré Lui-même pour des hommes coupables (Galates 1.4). Pour eux, Il a donné Sa vie sur le mont du Calvaire (Luc 23.33). Pour eux, Il a souffert la mort de la croix (Philippiens 2.8) et a supporté le châtiment qui leur était réservé (Esaïe 53.5).

Maintenant, pour être efficace, cette parole doit être reçue avec douceur (Jacques 1.21) par la foi (Philippiens 3.9). Autrement, elle ne portera aucun fruit en celui qui l'a entendue. Oui, la parole de grâce est près (Romains 10.8) mais il est absolument indispensable qu'elle soit mêlée de foi (Hébreux 4.2) pour être profitable. Non seulement l'homme doit-il la saisir mais faut-il encore ensuite qu'il persévère en elle (Jean 8.31) faute de quoi celui-là aura cru en vain (1 Corinthiens 15.2).

Or, le moins que l'on puisse dire est que garder la foi (2 Timothée 4.7) est tout sauf un long fleuve tranquille. Le fidèle doit s'armer de courage (2 Corinthiens 4.16), il doit s'attendre à faire face à de multiples épreuves (1 Thessaloniciens 1.6). Du moment que son espérance se trouve dans le Christ Jésus (Romains 15.12), bien qu'étant encore physiquement dans le monde, le bien-aimé n'en fait pourtant déjà plus partie (Jean 15.19). Désormais, ses affections ne se portent plus sur les choses de la terre (Colossiens 3.2). Non, toutes ses pensées se focalisent maintenant sur la patrie céleste, la seule qu'il reconnaisse pour sienne (Hébreux 11.16).

Le Maître a été persécuté et rejeté en ce monde (Hébreux 12.3), il n'est pas étonnant que le même traitement soit réservé à Ses fidèles (Matthieu 10.25). En territoire hostile, le croyant doit être prudent (Matthieu 10.16) et constamment sur ses gardes (1 Pierre 5.8). Et pour cause, le prince de ce monde cherche, par toutes sortes de ruses (Éphésiens 6.11), à les déstabiliser. Que cherche-t-il sinon à éloigner les rachetés de leur précieux Sauveur (Jean 4.42)? Que cherche-t-il sinon à les priver de l'espérance qui s'attache à l’Évangile de Jésus-Christ (Colossiens 1.23)?

La patience est donc de mise (Hébreux 10.36). Après avoir pris part à la course (Hébreux 12.1), il serait regrettable de s'en laisser ravir le prix (Colossiens 2.18). Les soucis de la vie étouffent la semence incorruptible de la Parole de Dieu (1 Pierre 1.23). Les séductions de ce monde (1 Jean 2.15) aussi suggèrent aux fidèles de s'écarter de la voie resserrée (Matthieu 7.14). L'adversité, l'abandon, le rejet, la calomnie, les outrages et tant d'autres douleurs tendent à faire reculer les enfants de Dieu (Galates 3.26). Toutefois, envers et contre tout, les pèlerins gardent courage (Jean 16.33). Certes, ils ne peuvent échapper à la persécution (2 Timothée 3.12) mais leur espérance est vivante (1 Pierre 1.3), ils savent bien que le meilleur est devant eux (2 Corinthiens 4.17). Oui, le malheur atteint souvent le juste mais l'Éternel l'en délivre toujours (Psaume 34.19)!

Finalement, quelle est cette bonne terre qui doit recevoir la semence (Matthieu 13.23)? "Un cœur honnête et bon" répond le Seigneur (Luc 8.15). Or, dans ce contexte de grandes difficultés, d'obstacles et d'embûches, qu'est-ce que l'honnêteté sinon reconnaître son incapacité (2 Corinthiens 3.5)? Qu'est-ce que l'honnêteté sinon reconnaître humblement sa faiblesse et son besoin urgent d'être secouru (Hébreux 4.16)? Sans aucun doute, le voici le sentier victorieux. Vide d'elle-même et cherchant une assurance ferme (Hébreux 11.1), telle personne est alors toute disposée à entendre le Berger (Jean 10.14) lui adresser ces tendres paroles: "Ma grâce te suffit [...]" (2 Corinthiens 12.9).

C'est une évidence, nous n'avons besoin de rien sinon de la grâce de Dieu (Tite 2.11)! #triviaUMDA

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/