L'assurance tous risques

02/01/2018 00:06

L'assurance tous risques

UN MESSAGE D'AMOUR·

 "Nahum chapitre 1" (verset 7 "L'Éternel est bon; Il est une forteresse au jour de la détresse, et Il connaît ceux qui se confient en Lui").

A l'évidence, l'homme est atteint d'une insatiable faim: celle de sécurité. Aussi, se donne-t-il toutes sortes d'assurances pour se consoler et se mettre à l'abri du besoin: assurance civile, assurance maladie, assurance vie, assurance vieillesse, et tant d'autres..! Après tout, qui pourrait l'en blâmer? Qui aime vivre dans la peur et l'inquiétude?

Néanmoins, tous ces efforts sont-ils réellement payants? Toutes ces garanties que l'homme réunit pour se protéger sont-elles vraiment efficaces? Ne mesure-t-on pas la valeur d'un placement à son rendement? Or, la réalité est cruelle. Au jour du malheur (Proverbes 1.26), tout l'édifice s'évanouit comme un vulgaire château de cartes. L'homme qui a bâti sa maison sur de telles fondations est ruiné (Matthieu 7.27). Soudain, il ne reste plus rien, son attente a péri (Proverbes 11.7). L'espérance qui le nourrissait s'est révélée trompeuse (Job 8.14).

Le fait est qu'en ceci, l'homme a fait une erreur tragique: il s'est confié en lui-même, en sa propre capacité à tenir ferme, à rebondir par ses propres moyens. "Malheur à l'homme qui se confie en l'homme" avertit solennellement la Parole de Dieu (Jérémie 17.5). Or, voici précisément le sentier que le monde s'entête à emprunter (Matthieu 7.13). Sans s'en apercevoir, ceux-là se dirigent droit dans le mur.

En définitive, le problème n'est pas que l'homme soit abandonné à son sort, sans secours. Nullement! Bien au contraire, le Dieu Sauveur (Osée 13.4) est là. Il dispose de toute Sa puissance, de toutes Ses ressources, pour le salut humain (Psaumes 3.9). Sa main gracieuse est tendue, prête à soutenir quiconque s'appuie sur elle (Tite 2.11). Seulement voilà, l'homme orgueilleux (Proverbes 29.23) met un point d'honneur à défendre sa prétendue liberté. Il défend, bec et ongle, sa précieuse indépendance quitte à faire la perte de son âme (Marc 8.36) en cherchant à la sauver (Luc 17.33).

Des mises en garde d'en haut, il n'en a cure! On lui explique que sa vie ne dépend pas de ses biens (Luc 12.15). Qu'à cela ne tienne, il s'évertue vainement à amasser dans son grenier (Luc 12.18). On lui annonce que le salaire du péché, c'est la mort (Romains 3.23). Tel un insensé (Luc 12.20), il persiste pourtant à pratiquer ses mauvaises œuvres (Jean 3.19). On lui indique le Chemin, la Vérité et la Vie (Jean 14.6). Il se donne alors une foule de docteurs pour satisfaire ses propres convoitises (2 Timothée 4.3). Non, rien n'y fait, la plaie est saillante, sans remède (Proverbes 29.1).

Malgré tout, quant à ceux qui ont des oreilles pour entendre (Marc 7.16), il est encore temps de bien faire (Esaïe 1.17). Ceux qui cherchent un réel repos (Hébreux 4.9), une vraie assurance (Hébreux 3.14), n'ont qu'à répondre à l'Appel du Sauveur (Matthieu 11.28) avec simplicité de cœur (Colossiens 3.22). Jésus-Christ accueille les malheureux qui viennent à Lui (Jean 6.37). Oui, Il accueille les repentants (Marc 1.15), ceux qui viennent à Lui humblement (Michée 6.8) pour avoir la vie (Jean 5.40).

Ensuite, tout devient simple? Non, naturellement. La route n'est pas sans embûche (Jean 16.33), les justes connaissent bien des douleurs (Psaumes 34.19). Cependant, bien que souvent éprouvés et mis en difficulté, leur sécurité n'en demeure pas moins réelle. nul ne saurait ravir ne serait-ce qu'une brebis de la main du Berger (Jean 10.14). C'est sûr, il n'est rien de meilleur, rien qui soit plus propice à la paix de l'âme, que d'appartenir au petit troupeau (Luc 12.32)! Oui, c'est bien vrai, l'Éternel est bon; Il est une forteresse au jour de la détresse, et Il connaît ceux qui se confient en Lui (Nahum 1.7). Faisons-Lui confiance!

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/