LES EPITRES GENERALES. Depuis le quatrième siècle

26/03/2014 16:11
LES EPITRES GENERALES. 
 
Depuis le quatrième siècle, les sept lettres suivantes : 
 
Jacques, I et II Pierre, I, II, III Jean et Jude sont appelées Épîtres catholiques ou Épîtres générales. Elles se distinguent des Épîtres pauliniennes par le fait qu’elles ne s’adressent pas à des Eglises ou à des personnes particulières, mais à un cercle plus étendu, voire même à l’Eglise dans son ensemble. Le terme « catholiques » utilisé primitivement pour désigner ces lettres est employé dans le sens d’« universelles ». Plus tard, ces Épîtres furent nommées « Épîtres générales ». 
 
D’aucuns ont objecté que Jacques, I Pierre, II et III Jean n’étaient pas vraiment des Épîtres « générales » parce que l’objet de leur enseignement était trop limité. L’Épître de Jacques, qui s’adresse aux Juifs dispersés, « aux douze tribus qui sont dans la dispersion », #Ja 1:1 est probablement l’un des plus anciens livres du N. T.; elle a été écrite avant la fin des voyages missionnaires de Paul, et à l’époque où l’Eglise se composait en grande partie de chrétiens hébreux. Elle mérite donc d’être considérée comme l’une des Épîtres générales au même titre que I Pierre, adressée « à ceux qui sont étrangers et dispersés » dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie #1P 1:1. 
 
Les courtes lettres de II et III Jean sont étroitement apparentées par leur forme et leur fond à I Jean ; elles peuvent être considérées comme les prolongements de cette première Épître et méritent donc, bien qu’elles s’adressent à des individus, d’être comptées à leur tour parmi les Épîtres générales. 
 
Du point de vue doctrinal, les Épîtres générales sont aux Épîtres pauliniennes ce que l’Evangile de Jean est aux Evangiles synoptiques ; elles complètent l’enseignement de Paul sans jamais entrer en conflit avec lui. C’est ainsi que l’exposé de Jacques sur la justification par les œuvres, #Ja 2:14-26 complète l’enseignement de Paul sur la justification par la foi ; de même, l’instruction de Pierre sur « les derniers jours » et le retour du Seigneur est le corollaire de ce qu’écrit Paul sur le même sujet. 
 
Le  rôle des Épîtres générales est donc d’apporter des compléments au grand ‘exposé de Paul sur le christianisme et ainsi de s’insérer dans la doctrine du N.T. En d’autres termes, Paul énonce les principes du christianisme pour les païens, alors que Jacques le fait pour les Juifs ; Pierre établit un pont entre Paul et Jacques ; dans ses Épîtres, Jean présente l’aspect universel du christianisme. On peut considérer que Paul est l’apôtre de la foi, Jacques celui des œuvres, Pierre 
celui  de l’espérance, Jean celui de l’amour et Jude celui de la défense de la foi. Enfin, dans leur interdépendance, les Épîtres de Jacques et de I Pierre, celles de II Pierre et de Jude et les trois Épîtres de Jean ont bien des points communs. 
 
 ——  
 
EPITRE DE JACQUES. 
 
Auteur : Jacques. 
 
Thème : la vie chrétienne sous son aspect pratique. 
 
Date de rédaction : environ 45-50. 
 
Jacques, l’auteur de cette Épître, était le frère du Seigneur (au sujet des trois autres hommes du N.T.  prénommés Jacques, ==> "Mt 4:21" Chef de la première Eglise chrétienne, celle de Jérusalem, Jacques était un homme de grande autorité #Ac 15:13-29; Ac 12:17; 21:17-18. 
 
Sans doute fut-il amené à la conversion par le Seigneur ressuscité #1Co 15:7. 
 
Il s’adresse « aux douze tribus qui sont dans la dispersion » #Ja 1:1 c’est-à-dire aux chrétiens d’origine juive dispersés dans l’Empire romain. Cette Épître fut probablement l’un des premiers 
 
écrits du N.T. 
Par son style et ses fréquentes références au sermon sur la montagne, l’Épître de Jacques reflète l’Esprit et les enseignements de Christ en mettant l’accent sur un christianisme pratique. Bien qu’elle n’ait pas une forme théologique, cette Épître est remarquable par ses principes moraux toujours valables pour l’Eglise. Elle mentionne deux fois le retour de Jésus-Christ, #Ja 5:7, 8 et parle clairement de la nouvelle naissance #Ja 1:18, 21. 
 
Certains passages, exemple : #Ja 2:1-13; 4:1-12 révèlent l’existence de problèmes locaux. Le thème central de l’Épître de Jacques est la religion (grec threskeia), dans le sens élevé du service pour autrui, qui doit être l’aboutissement et la preuve de la foi. Ce que dit Jacques de la justification, #Ja 2:14-26 ne contredit pas l’enseignement de Paul sur cette doctrine, mais en est le complément sur le plan pratique. 
 
Cette lettre ne se prête pas à une analyse très stricte. Elle contient des affirmations didactiques groupées autour de certains thèmes, comme les Proverbes et l’Ecclésiaste. Le style de Jacques est énergique et éloquent. Il dépeint de manière frappante, et par plusieurs images, la vie  au  sein  de l’Eglise primitive. Exemple : #Ja 2:1-4; 5:1-6, 14-16 
 
L’Épître peut être divisée comme suit : 
 
1.    Introduction,  1:1. 
 
2.    L’épreuve de la foi, 1:2-2:26. 
 
3.    La réalité de la foi, prouvée par le contrôle de la langue, 3. 
 
4.    Réprobation de la mondanité, 4. 
 
5    Avertissement aux riches, 5:1-6. 
 
6.    Exhortations en vue du retour du Seigneur, 5:7-18. 
 
7.    Conclusion, 5:19-20. 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/