LES MIRACLES DE JÉSUS GUÉRISON D`UNE FEMME COURBÉE 28 DE 37

29/09/2015 17:13

28 DE 37 LES MIRACLES DE JÉSUS

GUÉRISON D`UNE FEMME COURBÉE



LUC 13 : 11 Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser.

un esprit qui la rendait infirme. Ce passage suggère que l’infirmité physique de cette femme, qui l’empêchait de se tenir debout, était causée par un esprit mauvais. Cependant, Christ n’eut pas à s’opposer à un démon et à le chasser, mais il déclara simplement que la femme était délivrée (v. #Lu 13:12). Son cas n’était pas de la même nature que les autres cas de possession démoniaque qu’il avait traités (cf. #Lu 11:14).

Les maux physiques et les autres calamités dont Job souffrit étaient aussi infligés par Satan, avec la permission divine. Il semblerait que la souffrance de cette femme n’était pas due à un quelconque mal qu’elle aurait commis, mais qu’elle souffrait afin que la gloire de Dieu puisse se manifester (cf. #Jn 9:3).

12 Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité.

lui adressa la parole. La femme n’avait pas sollicité la guérison, Jésus lui-même en prit l’initiative (cf. #Lu 7:12-14). Par ailleurs, ni elle ni personne d’autre n’eut à faire preuve d’une foi particulière. Jésus demandait parfois de s’engager dans une démarche de foi, mais cet appel n’intervenait pas toujours (cf. #Lu 8:48 ; #Mr 5:34).

13 Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu.
14 Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat.

le chef de la synagogue. Un éminent personnage dont la tâche consistait notamment à présider aux réunions, à s’occuper du bâtiment et à diriger l’enseignement dans la synagogue (cf. #Lu 8:41 ; #Mt 9:18 ; #Mr 5:38).


15 Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire ?

détache …  son bœuf. Rien dans l’Écriture n’interdisait de donner à boire à un bœuf ou de guérir les malades le jour du sabbat. Les traditions pharisaïques relatives au sabbat accordaient en réalité une plus grande valeur aux animaux qu’aux personnes dans le besoin. Elles aboutissaient à une corruption de l’objectif initial de ce jour (#Mr 2:27).


16 Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ?

une fille d’Abraham. C’est-à-dire une Juive.

que Satan tenait liée. Les maux physiques et les autres calamités dont Job souffrit étaient aussi infligés par Satan, avec la permission divine. Il semblerait que la souffrance de cette femme n’était pas due à un quelconque mal qu’elle aurait commis, mais qu’elle souffrait afin que la gloire de Dieu puisse se manifester (cf. #Jn 9:3).


17 Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/